Choix du secteur :
Se connecter :
 

Des salariés du Centre Hospitalier de Novillars se sont mobilisés ce mardi lors du conseil de surveillance de l’établissement. Une délégation du personnel est venue manifester son inquiétude suite à l’annonce de la Direction de fermetures de lits dans plusieurs unités (gérontopsychiatrie et psychiatrie adulte).

De source syndicale, « la direction du Centre Hospitalier de Novillars annonce le gel d’une quinzaine de lits sur le site de Novillars avec une diminution des effectifs soignants ». Le syndicat Sud Santé dénonce « une destruction de la psychiatrie publique ». Il est précisé « qu’en un an les accidents du travail pour contacts avec patients agités ont doublé et que les recrutements ne parviennent pas à combler les absences dues aux départs ». De nombreux postes seraient à pourvoir.

La décision de l’université de Strasbourg de fermer ses portes durant deux semaines face à l’explosion des prix de l’énergie ne passe pas chez les syndicats étudiants. Le syndicat CGT salariés-étudiants du Doubs l’a fait savoir dans un communiqué de presse. « Est-ce aux étudiants de payer à nouveau » s’emporte le collectif, qui rappelle, à juste titre d’ailleurs, « que la fermeture des universités pendant la crise sanitaire est encore présente chez les étudiants qui ont été impactés dans leur scolarité ».

« Nos études ne sont pas à brader » s’emporte Wiam Bama, la secrétaire bisontine. Il est clairement demandé « la fin de la spéculation actuelle sur l’énergie » et que l’état « mette les moyens nécessaires dans l’accompagnement des universités en instaurant un bouclier tarifaire ».

A l’appel de la CGT et de Force Ouvrière, un rassemblement se tiendra ce jeudi matin, à partir de 8h30, devant le siège de l’Association d’Hygiène Sociale de Franche Comté. Les syndicats  dénoncent l’exclusion des 240 salariés de la structure « des augmentations de salaires dont ont bénéficié les professionnels de la filière socio-éducative ». Dans un premier temps, en attendant l’attribution des 183 euros exigés, il est demandé, une augmentation de 100 euros au minimum.

Ce samedi 24 septembre, en partenariat avec la Ville de Besançon et le monde associatif et sportif local, l’Olympique de Besançon, le club de rugby de la cité comtoise, organise la « Fête du Sport ». Cet évènement se déroulera, de 14h à 18h, sur le complexe des Orchamps. Pour les organisateurs, l’objectif est triple. Ils souhaitent tout d’abord « donner envie aux jeunes du quartier Orchamps-Palente de faire du sport et  leur faire découvrir la richesse des activités et des disciplines proposées. De plus, ils veulent mettre en avant la place de la femme dans le sport, en invitant les filles à venir participer aux activités mises en place. Enfin, tout le monde espère, à travers cette démarche, animer ce quartier bisontin.

Pour se faire, c’est tout un collectif qui s’est mis en marche. Les clubs ( boxe, handball, football, rugby, cirque, badminton …) et les différents acteurs sociaux du quartier se sont mobilisés pour préparer des mini tournois. Chaque association a inscrit une ou deux équipes de 5 joueurs, composées de 4 enfants de 11 à 17 ans, dont une fille et un adulte. Chacun pourra s’affronter dans la joie et la bonne humeur. En parallèle, tous les autres, tous les visiteurs, pourront venir découvrir, s’essayer aux disciplines et assister aux rencontres organisées.

L'interview de la rédaction / Gaultier Dodet, coordinateur sportif à l'Olympique de Besançon

 

A compter de ce lundi 26 septembre, la Ville de Morteau et son Centre Communal d’Action Sociale participent à la semaine bleue, ce rendez-vous annuel dont l’objectif est de valoriser la place des aînés dans la vie sociale.  Dans le Val de Morteau, cette action s’inscrit dans une série d’initiatives que le CCAS local et le monde associatif proposent tout au long de l’année. Ainsi, sur ce territoire, sont mises en place des actions spécifiques d’accompagnement comme l’aide à la réalisation de petits travaux, au déneigement et des ateliers, comme ceux sur l’utilisation d’internet par exemple.

Tisser du lien social

L’élue mortuacienne Marie Bonnet confirme que les seniors sont un public désireux de partager avec la population locale. « Les plus jeunes sont d’une très grande richesse. Ils sont demandeurs pour être bénévoles et s’investir auprès des plus fragiles » explique Mme Bonnet. « Quant aux plus âgés, ils ont besoin de cette solidarité là pour sortir un peu de chez eux et bénéficier d’une aide pour la réalisation de petits services ».

Une semaine très animée

Le programme débutera ce lundi 26 septembre. A cette occasion, les personnes intéressées sont invitées à venir à 14 heures à l’Escale où une présentation de la semaine sera effectuée, en même temps que la tenue d’un forum, sur le thème du « bien vieillir », en présence d’associations et professionnels. Le CCAS de Morteau invite le plus grand nombre à participer à cette semaine thématique. Il y en aura pour tous les goûts : atelier cuisine intergénérationnel, sport adapté, révision du code de la route, yoga, sophrologie, marche urbaine,  remise en selle, …

L'interview de la rédaction / Marie Bonnet, vice-présidente du CCAS de Morteau

 

Le syndicat CGT fait savoir qu’un préavis de grève a été déposé pour ce jeudi 15 septembre pour l’ensemble des agents de l’animation du service « éducation » de la ville de Besançon. La mobilisation porte sur les salaires, la précarité des contrats, sans évolution du poste, des temps partiels imposés et les conditions de travail. Un rassemblement est prévu, à 11h30, sur l’esplanade des Droits de l’Homme. Une rencontre avec Anne Vignot est souhaitée par les manifestants. Des perturbations sont à prévoir.

Dans un communiqué de presse, la CGT informe sur les conditions de travail au sein de la structure loge.GBM. Le syndicat dénonce des faits de « harcèlement moral et d’ambiance carcérale ». Les accusations visent « exclusivement » la directrice générale de cette structure, selon ses dires.

Il regrette que les signalements opérés auprès de Carine Michel, l’élue bisontine, présidente de cet établissement, et transmis au CSE de l’entreprise, à la médecine du travail et à l’inspection du travail, n’ait pas été suffisamment prise en compte par l’élue référente. La CGT attend des réponses précises à ses questions portant sur ces faits graves.

Par ailleurs, un rassemblement est programmé le 20 septembre devant les locaux de la structure pour dénoncer l’entretien préalable à licenciement avec mise à pied conservatoire d’un responsable syndicale et salarié de cet organisme.

Ce mardi, lors d’une conférence de presse, par la voix du Bisontin Christophe Lime, l’association des élus communistes et républicains du Doubs, n’exclut pas la possibilité d’appeler les collectivités locales à ne plus payer leurs factures d’électricité et de gaz face aux augmentations exponentielles. Ils craignent que,  dans ces conditions, ces dernières soient obligées de supprimer « des services indispensables à la population » et de recourir « à l’augmentation des impôts locaux »

C’est la raison pour laquelle plusieurs solutions sont mises sur la table. Parmi lesquelles :  l’application d’un bouclier tarifaire pour les collectivités locales et les entreprises, comme peuvent en bénéficier actuellement les particuliers, et le retour en établissement public des deux grandes entreprises concernées que sont EDF et Engie. « Il faut quitter le marché » indique M. Lime.

L’inquiétude est grande. Ces hausses vertigineuses ont de terribles répercussions sur l’activité économique du pays. Christophe Lime et ses amis n’hésitent pas à évoquer « une catastrophe financière » qui s’annonce. Face à ces coûts exorbitants, certaines entreprises ont d’ores et déjà annoncé des mesures pour ralentir leur activité pour faire face à cette situation difficilement contrôlable.  

L'interview de la rédaction / Christophe Lime

Un rassemblement s’est tenu ce mardi, à la mi-journée, devant le lycée Claude Nicolas Ledoux à Besançon. Une manifestation à l’appel de Force Ouvrière pour dénoncer la souffrance au travail. Pour les manifestants, la coupe est pleine. Au lycée Claude Nicolas Ledoux, certains dénoncent le management de l’intendante. Ils évoquent un véritable harcèlement psychologique, un dénigrement régulier de leur travail et des accusations de vol infondées. Selon les agents présents,  « de nombreux arrêts de travail sont prononcés et les cas de burn-out sont une réalité ». Ils déplorent « une terreur qui s’installe et les pressions subis par leurs collègues ». Ce qui explique la faible mobilisation de ce matin.

Mobilisation depuis quatre jours à Baume-les-Dames

FO LYCEE LEDOUX

 

Des agents de Baume-les-Dames ont également rejoint la mobilisation bisontine. Ils pointent le comportement « zélé » d’un personnel de direction, également élu de la commune, qui « outrepasserait ses fonctions ». A Baume-les-Dames, cela fait quatre jours que les agents sont en grève. Pour Frédéric Vuillaume, secrétaire général du syndicat Force Ouvrière au Conseil Régional de Bourgogne Franche-Comté, « la présidente de Région doit protéger les agents et améliorer leurs conditions de travail ». « Il est intolérable que les agents viennent travailler avec la peur au ventre » conclut-il.

L'interview de la rédaction / Frédéric Vuillaume, secrétaire général du syndicat Force Ouvrière au Conseil Régional de Bourgogne Franche-Comté

 

 

Le mouvement s’est achevé ce mercredi après-midi chez NP Jura à Dole et Foucherans. Un accord a été signé entre la direction et les salariés. Une prime de 700 euros, versée en deux fois, leur a été accordée. Dans un premier temps, la somme de 800 euros était souhaitée par les manifestants.

La direction ne voulait leur octroyer que 600 euros. Un consensus a donc été trouvé. La mobilisation avait vu le jour en juillet dernier pour dénoncer les salaires et les conditions de travail. Le rachat de la firme par un fonds d’investissement américain était également dénoncé par les salariés, qui se jugent lésés dans cette transaction. Les deux parties se sont donnés rendez-vous dans les prochains jours pour évoquer d’autres problématiques sociales.

L'interview de la rédaction / Pedro Da Rocha délégué syndical CGT