Choix du secteur :
Se connecter :
 

A Besançon, les conducteurs de la société Keolis ne désarment pas. La mobilisation pour dénoncer les salaires se poursuit. Des perturbations sont à prévoir, à partir de 20h, ces mercredi et jeudi. Cette action s’inscrit dans le cadre d’un mouvement de grève illimitée portée par les syndicats CFE, CGC, CFTC et FO. Pour obtenir de plus amples informations : www.ginko.voyage.

A partir de ce vendredi 4 février, tous les vendredis à 14 heures sur le parvis de l’hôpital Minjoz sera tenue une “minute de silence“. Une action symbolique, à l’appel de Sud Santé Sociaux,  pour dénoncer « la mort en cours de l’hôpital public ». Le syndicat réclame, « un plan d’urgence, d’ampleur et à la hauteur pour l’hôpital public ». Une mobilisation identique sera menée dans de nombreux autres hôpitaux français.

La grève pour dénoncer les salaires se poursuit chez Keolis à Besançon. Néanmoins, la société annonce une circulation des bus et tram à 100%, aux horaires habituels,  jusqu’à 20h,  ces mardi et mercredi. Rappelons que cette action s’inscrit dans le cadre d’un mouvement social initié par les syndicats CFE, CGC, CFTC et FO Ginko.

Dans un communiqué de presse, la société Kéolis indique que les perturbations de ce vendredi se poursuivront samedi et dimanche. Cette mobilisation s’inscrit dans la cadre d’un mouvement de grève illimité à l’initiative des syndicats CFE CGC, CFTC et FO.

En raison d’un mouvement social, à l’initiative des syndicats CFE CGC, CFTC et FO, la société Keolis indique que des perturbations sont à prévoir ce vendredi sur le réseau Ginko à Besançon.  86% des services seront assurés.

Ce sont près de 500 manifestants qui étaient mobilisés ce matin dans les rues de Besançon, comme dans de nombreuses autres ville de France. Le secteur social et médico-social, en première ligne, s'est positionné symboliquement en tête du cortège. Un mouvement, pour revendiquer une augmentation des salaires ainsi qu'une amélioration des conditions de travail, qui s'accompagnait d'une grève générale et interprofessionnelle à l'appel de plusieurs syndicats.

Une intersyndicale appelle à une grande mobilisation interprofessionnelle sur les salaires et l’emploi ce jeudi 27 janvier. Un rassemblement est prévu à 10h30 sur la place de la révolution à Besançon. Dans le Jura, on se mobilisera à 10h30 à Dole (Avenue de Lahr)  et à 15h à Lons-le-Saunier (place de la liberté). Pour les syndicats, il est urgent d’agir pour « l’augmentation immédiate des salaires, l’augmentation des allocations pour les jeunes en formation et en recherche d’emploi, l’amélioration des pensions des retraitées et le retrait de la réforme de l’assurance chômage ».

Les chiffres du chômage pour le quatrième trimestre en Bourgogne Franche-Comté sont tombés. Le nombre de demandeurs d’emploi de la catégorie A s’établit en moyenne sur le trimestre à 106.650 personnes. Soit une baisse de 6% sur le trimestre et de plus de 13% sur un an. Par département, la situation est la suivante : Doubs (-5,2%) et Jura (-8,5%) ;

Les ex-salariés de MBF ont décidé de se rassembler devant le site PSA Sochaux ce jeudi 27 janvier, à partir de 10 heures.  Ils sont déterminés à se faire entendre pour demander réparation auprès des constructeurs PSA et Renault « qui ont organisé la fermeture de l’entreprise ». Il est reproché également aux deux firmes de ne pas soutenir le projet de reprise et de ne pas honorer leur engagement. Depuis le 22 juin, les manifestants occupent leur site pour protéger leurs outils de travail.

Durant les trois prochains jours, les agents de l’énergie EDF, Enedis, Engie, GRDF et RTE sont invités à se mobiliser pour « défendre l’avenir de leur entreprise, l’emploi et exiger des augmentations de salaire". La situation énergétique en France et les conséquences financières pour les usagers de l’électricité et du gaz sont également dénoncées.

C’est donc dans ces conditions que des agents ont bloqué ce matin le site des Tilleroyes. Les actions se poursuivront ce mercredi en intersyndicale. Elles porteront sur l’avenir d’EDF. Des rendez-vous ont été sollicités auprès des préfectures du Doubs et du Jura. Jeudi, les agents de l’énergie participeront à la grande journée de grève nationale pour les salaires et l’emploi à l’appel des syndicats CGT, FO, FSU et Solidaires.

L'interview / Boris Abraham ( secrétaire adjoint du syndicat CGT Franche-Comté Sud)