Choix du secteur :
Se connecter :
 

C’est une véritable difficulté qui ne touche pas que Grand Besançon Métropole. Le marché de l’assurance des collectivités locales, qui ne représente que 1% du chiffre d’affaires global annuel des assureurs français, est devenu extrêmement contraint depuis trois ans, et plus particulièrement celle concernant les dommages aux biens. Cette situation a été amplifiée par les récents coûts liés aux  violences urbaines. Elle ne peut que s’aggraver avec les différentes crises climatiques qui se multiplient.

Dans ces conditions,  de nombreuses collectivités et organismes peinent à s’assurer. Ils voient les coûts liés à ces dépenses augmenter considérablement. Concernant le Grand Besançon, la Maif, assureur des collectivités depuis 2021, a décidé de résilier de façon anticipée ces contrats à échéance du 31 décembre 2023. Un nouvel appel d’offres a été lancé, mais seul la Maif y a répondu, avec une proposition en hausse de 60%, uniquement sur deux des quatre lots présentés.

Une remise en cause des contrats et des primes qui interpellent et inquiètent. Certaines collectivités sont dans l’incapacité de payer leur assurance. Cette situation avait d’ailleurs été évoquée lors de la dernière assemblée générale des maires de France. Si les collectivités peuvent être leur propre assureur, en finançant elles-mêmes les réparations à effectuer, en procédant ainsi, elles ne peuvent bénéficier du statut de catastrophe naturelle. « Les modèles d’assurance ne sont plus dimensionnées pour répondre à ces besoins » conclut Anne Vignot.

L'interview de la rédaction / Anne Vignot

 

L’élection de Clément Pernot aux sénatoriales de ce dimanche va engendrer des modifications dans la vie politique locale. La loi sur le non-cumul des mandats oblige le nouveau parlementaire à laisser certaines de ses responsabilités locales. Ainsi, Clément Pernot ne pourra plus occuper son fauteuil de président du Conseil Départemental du Jura. Il en sera de même au sein de la communauté de communes de Champagnole-Nozeroy.

Selon nos confrères du journal « Le Progrès », le successeur de l’élu LR est prévu le 9 novembre prochain au sein de la structure départementale. Il devrait redevenir simple conseiller. L’élection du nouveau président de la Communauté de Communes devrait avoir lieu en octobre prochain.

La situation reste critique concernant l’accueil des enfants dans les cantines scolaires bisontines en cette rentrée scolaire. 359 enfants restent sans solution. Le manque d’animateurs périscolaires explique cette situation tendue. Lors de son traditionnel débriefing sur les réseaux sociaux d'après conseil municipal, Ludovic Fagaut, l’élu LR de l’opposition municipale,  évoque « un véritable fiasco ».

Il a d’ailleurs formulé l’idée que des assistants d’éducation,  qui travaillent dans les collèges du Grand Besançon, complètent leur temps de travail en rejoignant les cantines scolaires bisontines. Rappelons que Ludovic Fagaut est le chef d’établissement du collège de Pouilley-les-Vignes.

L’état va débloquer une rallonge de 220 millions d’euros pour les collectivités territoriales. C’est ce qu’a annoncé, ce lundi, Dominique Faure, ministre déléguée chargée des Collectivités territoriales et de la Ruralité. Le budget doit être présenté ce mercredi en Conseil des ministres. 100 millions d’euros seront mobilisés sur la dotation de solidarité rurale, 90 millions d’euros sur la dotation de solidarité urbaine et 30 millions sur la dotation d’intercommunalité

La ville de Besançon organise une réunion publique ce mercredi 27 septembre à la Maison de Quartier Grette-Butte. Elle portera sur le projet urbain « Grette-Brulard-Polygones ». Rappelons que l’’ambition des élus sur ce territoire bisontin est de développer un nouveau quartier conciliant nature et habitat, et répondant aux défis du développement durable.

La rencontre de ce mercredi soir permettra de présenter l’état d’avancement et les évolutions du projet et la démarche de programmation participative. Toutes les personnes intéressées par cette réflexion et cette évolution sont les bienvenues.

Hier, lors de son interview télévisé Emmanuel Macron a demandé aux distributeurs de carburant de vendre à prix coûtant, renonçant ainsi à l’autorisation de le vendre à perte. Il a annoncé une aide carburant. "limitée aux travailleurs" et aux plus modestes, et qui pourrait atteindre "100 euros par voiture et par an".  

Il entend également mettre en place un accord sur la modération des marges pour les grands industriels de l’agroalimentaire. Enfin, autre déclaration du Chef de l’état, la sortie de la France du charbon en 2027.  Par ailleurs, l’état n’interdira pas les chaudières à gaz, comme le gouvernement l’avait envisagé.

Ce dimanche, les 998 grands électeurs jurassiens ont élu les deux sénateurs du département pour les six prochaines années. Avec 57,4% des suffrages, la centriste Sylvie Vermeillet a été réélue dès le 1er tour. Clément Pernot, le Président LR du Conseil Départemental du Jura, qui laissera son fauteuil, a remporté le 2è tour de scrutin, avec 39,17% des suffrages.

Les autres résultats du 2è tour

Jean Daniel Maire (DVC) : 32,3%

Liliane Lucchesi (SOC) : 16,8%

Virginie Pâte (DVC) : 4,8%

Aurore Vuillemin-Plançon (RN) : 4,1%

Véronique Asnard (FI) : 2,5%

A l’issue du 1er tour des élections sénatoriales qui se déroulent ce dimanche en France, et notamment dans le département du Jura, seul département franc-comtois concerné par ce scrutin, la sénatrice centriste sortante Sylvie Vermeillet (57,41%) a été élue, en l’occurrence réélue. Le deuxième élu sera connu à l’issue du 2è tour ce dimanche soir.  998 grands électeurs sont appelés aux urnes ce dimanche.

Les autres résultats ( les élus en caractère gras se maintiennent au 2è tour)

Clément Pernot (LR) : 33,51%

Gérôme Fassenet (LR) : 24,53%

Liliane Lucchesi (SOC) : 17,01%

Jean Daniel Maire (DVC) : 13,78%

Virginie Pâte (DVC) : 6,61%

Aurore Vuillemin-Plançon (RN) : 5,7%

Jean-Louis Millet (DVD) : 5,4%

Véronique Asnard (FI) : 5,01%

Emeri Pauvret (FI) : 4,59%

La Ville de Besançon dénonce « fermement » à son tour « les dérives qui se sont déroulées,  ce samedi,  à Besançon », lors de la manifestation  contre le violences policières et le racisme systémique. Elle pointe notamment la pancarte brandie dans le cortège, qui appelait au meurtre. « Un flic, une balle » pouvait-on lire.

Dans un communiqué de presse, Jean-François Colombet, préfet du Doubs, dénonce avec la plus grande fermeté, la pancarte appelant au meurtre de policiers, brandie cet après-midi lors de la manifestation bisontine, dénonçant les violences policières et le racisme, où près de 500 personnes ont été comptées.

Le représentant de l’état a tenu de faire part « de son indignation et condamne fermement cet agissement scandaleux et inqualifiable à l’encontre des forces de l’ordre ». Et de continuer : « scandaleux et inqualifiable, cet agissement l’est d’autant plus qu’il intervient moins de 48 heures après une tentative d’homicide d’une extrême et rare violence contre un policier lors d’un contrôle de la brigade anticriminalité à Sochaux ».

Le préfet du Doubs rappelle que « les forces de l’ordre sont mobilisées jour après jour sur notre territoire afin d’assurer la sécurité et la tranquillité de tous nos concitoyens. Il leur apporte son soutien infaillible face à ces actes odieux ».