Choix du secteur :
Se connecter :
 

Ce jeudi 21 mars, le Tribunal de commerce de Bordeaux a accepté le plan de sauvegarde de la société Hermione Retail qui exploite 26 magasins Galeries Lafayette, dont ceux de Besançon et Belfort. Dans un communiqué de presse, la Ville de Besançon se félicite de cette décision, qui signifie « le maintien de l’emploi pour les salariés des magasins de Besançon et Belfort ». Néanmoins, Anne Vignot et Damien Meslot, son homologue belfortain, reconnaissent « la situation très fragile de ces enseignes ». Ils disent rester vigilants quant à cette situation et « prêts à intervenir en cas de difficulté pour travailler sur une solution éventuelle de rachat des murs et de rénovation ».

Le contesté projet de l’écoquartier des Vaîtes est de nouveau étudié par la justice ce jeudi matin. A 10h30, le tribunal administratif de Besançon se penchera sur la demande de reclassement des terres des Vaîtes en zone agricole par l’association « Les Jardins des Vaîtes » et les nombreux autres mouvements et associations militants. Une requête avait été déposée devant la justice le 18 juillet 2023.

Un nouveau braquage s’est produit au petit matin, vers 3h30, dans la nuit de mardi à mercredi, dans l’entreprise Cheval Frères, à Ecole Valentin , près de Besançon. Des hommes cagoulés et armés ont fait irruption dans cette usine. Ils ont séquestré plusieurs personnes et se sont emparés de métaux précieux, dont de l’or. Une enquête est en cours. Rappelons que cette même entreprise a été visée par des malfrats le 30 novembre dernier. A l’époque, le préjudice avait été estimé à plusieurs centaines de milliers d’euros.

A Besançon, un homme de 41 ans a été interpellé le 17 mars dernier, square Van Gogh, dans le quartier Planoise. La veille, il avait été cité par un consommateur. L’individu avait tenté de prendre la fuite, mais, suite à une chute, les policiers étaient parvenus à le rattraper. Le sac en plastique, qu’il avait jeté, contenait 170 grammes de résine de cannabis, 20 grammes d’herbe de cannabis et 19 grammes de cocaïne. Lors de son placement en garde à vue, il a également été retrouvé sur lui : 2 grammes de résine de cannabis et la somme de 190 euros en numéraire. Au cours de son audition, il a reconnu être un simple consommateur de cannabis. Il a revendiqué la propriété de l’argent qu’il possédait. Il s’expliquera le 31 janvier prochain devant le tribunal judiciaire de Besançon.  

Ce mercredi, le tribunal de commerce de Bordeaux  rendra sa décision concernant le plan de sauvegarde de 26 enseignes gérées par l’homme d’affaires Michel Ohayon. Des magasins que ce dernier avait acquis, en province, en 2018 et 2021. Les salariés des sites de Belfort et Besançon sont concernés. Une centaine de salariés travaillent à Besançon.

Une personne a été interpellée à Besançon. Cette femme est soupçonnée d’avoir fait passer par les parents du codétenu de son fils un sac de vêtements, à l’intérieur duquel se trouvait 1.000 euros en numéraire, lors d’un parloir à la maison d’arrêt de Dijon. Cette femme, interdite de parloir, a été interpellée à son domicile bisontin. Elle a reconnu les faits durant sa garde à vue. Elle s’expliquera prochainement devant le tribunal judiciaire de Dijon.

Un pharmacien mortuacien a été condamné à  trois ans de prison, dont deux avec sursis. Il a été reconnu qu’il avait détourné plus de 617.000 euros pour financer l’achat d’appartements entre autre. Le quinquagénaire devra également indemniser la Caisse Primaire d’Assurance Maladie à hauteur de 30.000 euros. Ce dernier falsifiait des ordonnances. Trois logements à Fréjus, Morteau et Val d’Isère et un véhicule, d’une valeur de 50.000 euros ont été confisqués.

Lors d’un contrôle, pratiqué sur l’A 36, le 12 mars dernier, les douaniers bisontins ont découvert une peau d’ours de taille adulte dans une fourgonnette immatriculée en Lituanie. Au moment de son interpellation l’individu a évoqué un simple déménagement entre l’Allemagne et l’Espagne. La peau de l’animal a été saisie par les services douaniers et une amende douanière a été acquittée par l’infracteur. Rappelons que les ours sont des animaux protégés par la Convention de Washington, qui encadre le commerce des espèces animales et végétales afin de protéger les espèces en voies de disparition ou d’extinction.

Ce mercredi, à Besançon, la brigade de sécurisation des transports en commun, assistée d’un chien de recherches en stupéfiants, a mené une opération de contrôle à la station de tramway aux Orchamps. Lorsque le chien a marqué un arrêt devant un individu, ce dernier a été contrôlé.

Il est apparu qu’il était en possession d’un cutter, d’un joint et de deux sachets contenant respectivement de l’herbe de cannabis et cinq cachets roses d’ecstasy. Il a été placé en garde à vue. Il a reconnu les faits qui lui sont reprochés. Avant de retrouver la liberté, une convocation sur reconnaissance préalable de culpabilité devant le tribunal judiciaire de Besançon lui a été remise.

L’enquête, concernant la découverte de cadavres de renards, à proximité de la Lemme, sur le territoire de la commune de Fort du Plasne, avance. Dans l’édition de ce matin, nos confrères du journal « Le Progrès » expliquent que, selon la préfecture, « les animaux auraient été abattus, puis laissés sur place par un louvetier, missionné par la commune ». Il est également précisé qu’il a été procédé, de façon conservatoire, au retrait de l’agrément du louvetier en question.