Choix du secteur :
Se connecter :
 

Une victime doit porter plainte au commissariat de police de Besançon. Dimanche après-midi, vers 17h30, un individu de 44 ans a commis des violences dans le tram à Besançon. Cette dernière présentait des traces de violences au niveau des lèvres. Au moment de son interpellation, le quadragénaire n’était pas en mesure de souffler dans l’appareil de dépistage alcoolique. En attendant qu’il retrouve la sobriété, il a été placé en garde à vue, avec droits différés.

Dans la nuit de samedi à dimanche, le gérant du bar « La Besace » a été agressé à Besançon. Aux policiers, la victime a expliqué qu’elle avait reçu plusieurs coups de poing au visage émanant d’un homme de 21 ans. Le tenancier se serait manifesté pour faire cesser le trouble occasionné par quatre individus. L’un d’eux s’en serait pris à lui.

Les quatre suspects ont été interpellés un peu plus loin, quai Vauban. Reconnu par la victime, le quatuor a été conduit au commissariat. L’auteur présumé des coups a été placé en garde à vue. Un autre a été placé en cellule de dégrisement pour ivresse publique et manifeste. Les deux autres ont été laissés libre. Au cours de son audition, l’agresseur a reconnu les faits qui lui sont reprochés. Il devra répondre de ses actes devant la justice.

Un jeune homme de 23 ans devra s’expliquer en novembre prochain devant le délégué du procureur. Dans la nuit de mercredi à jeudi, vers 5h, rue Lucien Fevbre, à Besançon, il a été interpellé à l’issue d’un contrôle. Alors qu’il venait de franchir un feu tricolore au rouge fixe, les policiers ont constaté qu’il conduisait avec 1,8 gramme d’alcool dans le sang. Il a été placé en garde à vue. Entendu, après dégrisement, le jeune chauffeur a reconnu les faits qui lui sont reprochés.

Un incendie s’est déclaré mercredi matin à Besançon, rue de la Pelouse. Ce sinistre a fait six blessés, dont un sapeur-pompier blessé à la main. Sur place, les secouristes ont constaté que les personnes intoxiquées  se trouvaient aux fenêtres des étages supérieurs. Cinq personnes (quatre majeurs et une mineure) ont été secourues par la grande échelle. Elles ont été évacuées sur l’hôpital de Besançon. Un sapeur a également été légèrement blessé aux mains.

Les autorités précisent que l’appartement, où l’incendie s’est déclaré, a été entièrement calciné. Le feu s’est également propagé aux appartements des 3è, 4è et 5è étages. Huit personnes sont à reloger.

Il semblerait que l’incendie soit parti du salon. Son origine pourrait être criminelle. Les auditions de témoins se poursuivent. Aucun suspect n’a été appréhendé. Une enquête pour destruction de bien d’autrui par moyen dangereux et mise en danger de la vie d’autrui a été ouverte.

Le jeune mineur, qui avait fugué d’un centre éducatif fermé, et qui avait retrouvé, en panne d’essence à Levier, a été reconduit à la case départ. Le jeune homme avait dérobé une voiture. Le réservoir vide, il avait été repéré par la gendarmerie levitienne. L’adolescent voulait se rendre à Pontarlier. Pour ce délit routier, il devra s’expliquer le 8 octobre prochain devant le tribunal pour enfants de Besançon.

Un jeune homme, âgé de 20 ans, devra s’expliquer en octobre prochain devant la justice. Le 20 août, il a été retrouvé en possession d’un couteau, rue d’Arènes à Besançon. Au cours de son audition, il a expliqué aux enquêteurs qu’un individu lui aurait, « sans aucune raison », mis une claque, alors qu’il discutait avec une autre personne. Il aurait alors sorti son couteau pour se défendre. Sur instruction d’un magistrat, l’objet a été détruit.

Lors d’un contrôle, la police nationale pontissalienne a interpellé le conducteur d’un poids-lourd qui n’était pas en règle. En plus de ne pas porter sa ceinture de sécurité, il est apparu qu’il était en possession d’un permis de conduire falsifié. Un document qu’il avait acheté sur internet. Le quadragénaire devra prochainement s’expliquer devant la justice, en novembre 2023, pour falsification, recel et usage d’un faux  permis de conduire et conduite sans permis de conduire d’un poids lourd.

Un homme, connu des services de police pour des faits similaires, a été placé en détention provisoire à la maison d’arrêt de Besançon. Il comparaîtra le 4 septembre prochain devant la justice. Le 14 août dernier, il s’est masturbé devant une mineure de 14 ans à Besançon. Interpellé, il a été placé avec droits différés. Il présentait un taux de près de 2 grammes d'alcool dans le sang.

Une autre femme est également venue déposer plainte. Elle l’aurait vu se masturber. Il aurait également déclaré : « attends, je vais bander ». Au cours de son audition, il précisa « qu’il avait bu et ne se souvenir de rien ». Rappelons qu’il avait déjà été interpellé le 13 avril dernier pour les mêmes faits d’exhibition sexuelle.

Un jeune homme de 18 ans, défavorablement connu des forces de l’ordre pour « émission de fausse monnaie », dont la procédure est toujours en cours, a été interpellé à Besançon le 26 juillet dernier. Il est soupçonné d’être impliqué dans une affaire d’utilisation de faux chèques cadeaux. Deux autres protagonistes ont réussi à prendre la fuite.

Les agents de sécurité de la galerie marchande Géant Casino ont remis à la patrouille 26 tickets de 45 euros chacun. Soit un montant de 1.170 euros. Les auteurs ont utilisé les chèques cadeaux au préjudice de l’enseigne « courir », située au centre-ville bisontin, pour un montant de 145 euros.  Dans un sac, retrouvé sur le suspect, les policiers ont découvert plusieurs articles provenant de cette enseigne.

L’individu a été conduit, sans incident, au commissariat de la Gare d’Eau, où il a été placé en garde à vue. Au cours de son audition, il indiqua qu’il faisait « acte de présence et que les instigateurs des faits sont les deux individus ayant pris la fuite avant l’arrivée des policiers ».
Il réfute les faits qui lui sont reprochés. Sur instruction du Parquet, cette procédure a été jointe à la présente.

Il s’expliquera le 8 mars prochain devant la justice.

Deux jeunes hommes, âgés de 20 et 21 ans, ont été interpellés par les policiers bisontins. Dans la nuit de mercredi à jeudi, ils ont été surpris entrain de décrocher un drapeau régional sur le fronton de la mairie de Besançon, place du 8 septembre.

Lors de leur audition, les deux individus ont expliqué aux policiers qu’ils réalisaient « un pari entre amis pour fêter la fin de leur année d’études à Besançon ». Aucune dégradation n’a été constatée Une plainte a été déposée par la mairie. L’affaire a été classée par le Parquet. L’objet a été restitué aux forces de l’ordre.