Choix du secteur :
Se connecter :
 

A 17H, Le taux de participation au second tour de l'élection présidentielle s’établit en Bourgogne Franche-Comté à 63,52 % (65,92 % au 1er tour) (66,59 % au 2è tour de la présidentielle 2017).

Doubs : 60,01 % (62,01 % au 1er tour) (63,91 % au 2è tour de la présidentielle 2017)

Jura : 67,09 % (70,23 % au 1er tour) (68,00 % au 2è tour de la présidentielle 2017)

Haute-Saône : 65,95 % (68,32 % au 1er tour) (68,31 % au 2è tour de la présidentielle 2017)

Territoire de Belfort : 60,90 % (64,68 % au 1er tour) (61,22 % au 2è tour de la présidentielle 2017

Ce dimanche 24 avril, le verdict de l’élection présidentielle est enfin tombé. Emmanuel Macron remporte son duel face à Marine Le Pen et conserve le titre suprême. Il entamera dès demain son deuxième mandat à la tête de la République.

Comme si de rien n’était

Un petit mois de campagne et c’est reparti. Après avoir remporté le premier tour de l’élection, le candidat La République en Marche l’emporte face à Marine Le Pen et sera bel et bien à la tête du pays pour les cinq prochaines années, comme annoncé dans les sondages. Il entamera dès demain son deuxième mandat à l’Elysée. Au programme : santé, écologie, retraites, éducation, économie, sécurité et immigration. Thèmes centraux autour desquels les idées d’Emmanuel Macron, quelque peu controversées, sont polarisées. Reste à savoir maintenant de qui le Président s’entourera pour son nouveau mandat, Jean Castex ayant annoncé sa démission au lendemain de l’élection présidentielle s’il devait être réélu.

Un résultat sans appel

Malgré un fort taux d’abstention (28,2%), Emmanuel Macron ne s’est pas fait trop de frayeur. Vainqueur du premier tour, déclaré gagnant dans les sondages, un grand débat maîtrisé, le candidat LReM arrivait ce dimanche soir en pleine confiance. Et qu’importe le mécontentement exprimé vis-à-vis de son dernier mandat. Résultat, il l’a emporté face à Marine Le Pen ((58,2%) et gardera les clés de sa chambre présidentielle jusqu’en 2027. Cinq prochaines années pendant lesquelles il sera attendu au tournant, et ne manquera pas de se faire contester par ses détracteurs au moindre faux pas.

A 12h, le taux de participation au second tour de l’élection présidentielle à Besançon s’élève à 27,88%. Il était de 30,32% à la même heure le 10 avril dernier.

A 12h, Le taux de participation au second tour de l'élection présidentielle s’établit à 28,7% en Bourgogne Franche-Comté (28,18% au 1er tour – 29,07% au 2è tour de l’élection présidentielle).

Doubs : 23,49 % (22,61 % au 1er tour) (25,78 % au 2è tour de la présidentielle 2017)

Jura : 34,38 % (30,30 % au 1er tour) (30,46 % au 2è tour de la présidentielle 2017)

Haute-Saône : 29,04 % (24,47 % au 1er tour) (27,87 % au 2è tour de la présidentielle 2017)

Territoire de Belfort : 26,62 % (24,78 % au 1er tour) (27,01 % au 2è tour de la présidentielle 2017)

Les Français sont de nouveau appelés aux urnes ce dimanche. Il s’agit du deuxième tour de l’élection présidentielle qui voit s’affronter deux candidats : Emmanuel Macron et Marine Le Pen. Si Emmanuel Macron est arrivé en tête des suffrages en France le 10 avril dernier lors du 1er tour de ce scrutin (27,8%), en Bourgogne Franche-Comté, c’est Marine Le Pen, la candidate du Rassemblement National,  qui a remporté un maximum de suffrages (27,3%).  Beaucoup de commentateurs s’attendent à un score serré ce soir. Rappelons que les premières estimations tomberont à 20h. L’autre grande inconnue est l’abstention. Il y a 15 jours, elle avait atteint près de 23% dans notre région, 26,3% en France (22,2% en 2017 et 20,5% en 2012).

Les soutiens de Mélenchon

Dimanche soir, devant ses soutiens, Jean-Luc Mélenchon a exprimé le souhaite que « pas une voix » n’aille à l’extrême droite, sans appeler directement à voter pour le président de la république sortant. Selon certains sondages, réalisés entre les deux tours, 38% des militants de la France Insoumise pourraient voter blanc ou nul ce dimanche.

Aux urnes citoyens !

Les bureaux de vote ont ouvert ce dimanche à 8h. Ils fermeront à 19h partout en France, excepté dans les grandes villes de l’Hexagone qui accueillent le public jusqu’à 20h. Rendez-vous vers 12h pour connaître le taux de participation à la mi-journée, un premier chiffre officiel avant celui de 17h.

La FCPE du Doubs demande aux élus du Conseil Communautaire du Grand Besançon de se prononcer « en faveur de la gratuité des transports scolaires » et « incite ses adhérents à interpeler leurs élus locaux en ce sens ». Parmi les arguments apportés pour justifier cette position : des situations inéquitables entre les élèves domiciliés dans le Grand Besançon, qui doivent payer ces déplacements, et les autres, le principe de la gratuité de l’école, le pouvoir d’achat des familles et l’éducation à l’usage des transports collectifs. Précisons que sur ce territoire, 29% des enfants bisontins sont issus d’une famille monoparentale

Les élus bisontins du PS, PCF, EELV, Génération S et AGC appellent les électeurs du Grand Besançon à faire barrage à l'extrême droite ce dimanche 24 avril en « utilisant le bulletin “Emmanuel Macron ». Malgré le fait qu'ils n'adhèrent pas au programme du président sortant, les élus des partis de gauche de la cité comtoise s'opposent à l'arrivée de Marine Le Pen au pouvoir dans l'intérêt de « protéger nos libertés fondamentales ».

Emmanuel Macron et Marine Le Pen n’ont plus que quelques heures pour convaincre et atteindre leur objectif d’être élu, ce dimanche 24 avril, à la tête de la République. Un duel bien plus équilibré qu’il y a 5 ans.

Avantage Macron ?

Depuis sa première candidature à l’Elysée en 2017, Emmanuel Macron a toujours fait la course en tête. Vainqueur du premier tour il y a 5 ans, élu Président de la République ensuite, puis une nouvelle fois maître du jeu le 20 avril dernier, le candidat LReM peut être confiant. D’autant plus qu’au lendemain du grand débat de l’entre-deux tours, les sondages le maintiennent chef d’Etat. Néanmoins, Emmanuel Macron doit se méfier. S’il a très largement dominé le combat en 2017, l’écart risque d’être bien moins important cette année. En cause, un dernier mandat et un programme pour le moins contesté. Alors, pour convaincre à nouveau, le Président sortant compte faire de grands changements, avec en première ligne, la nomination d’un Premier ministre “chargé de la planification écologique”. Promettant un “renouvellement important”, Emmanuel Macron tient à se montrer plus à l’écoute des problématiques soulevées à de nombreuses reprises par ses opposants.

Marine Le Pen déterminée

Plus prête que jamais, Marine Le Pen avance ses pions. Depuis sa défaite à la dernière présidentielle, la candidate du Rassemblement National a eu du temps pour tenter de corriger ses erreurs. Et bénéficie désormais du soutien de son confrère d’extrême-droite, Eric Zemmour. Un élément à prendre en compte quand on sait que ce dernier appel à voter Marine Le Pen, alors qu’il a tout de même récolté 7% des suffrages lors du premier tour, le 10 avril dernier. Mais là n’est pas le sujet principal. Côté RN, l’espoir repose surtout sur le sentiment nationaliste qui circulerait dans la tête des Français, et un projet social dit de gauche. En revanche côté immigration, Marine Le Pen n’éreinte pas ses racines, réaffirmant qu’il faut à tout prix “lutter contre l’islamisme” en interdisant le voile dans l’espace public.
L’une des idées fortes afin de persuader le peuple et accéder à l’Elysée, de la candidate qui “défend la France et les Français, toujours, en toutes circonstances”.

La campagne bat son plein. Ce jeudi, Pontarlier et Besançon attendent Jean-Baptiste Lemoyne, ministre délégué chargé notamment du tourisme et des petites et moyennes entreprises. Il fait partie des soutiens d’Emmanuel Macron. Il est attendu cet après-midi à Pontarlier où il déambulera dans les rues du centre-ville et ira à la rencontre des commerçants. Ce déplacement se terminera à Besançon par un temps d’échanges avec des acteurs économiques.

A l’approche du second tour de l’élection présidentielle, qui aura lieu dimanche, Jérôme Durain président de la majorité de gauche du conseil régional de Bourgogne Franche-Comté appelle « à faire barrage à l’extrême droite et à voter pour Emmanuel Macron ».

Il pointe du doigt « les méthodes brutales du parti, ses alliances avec des régimes autoritaires ainsi que sa xénophobie contraire aux valeurs de la République ». Il attend cependant que « Emmanuel Macron entende les insatisfactions d’une partie des français concernant le pouvoir d’achat, les retraites ou encore le changement climatique ».