Choix du secteur :
Se connecter :
 

La ville de Morez a été lauréate du dispositif « Adopte un arbre ». Une initiative qui a vu le jour dans le cadre de Terre de Jeux 2024 et qui s’est fixée comme objectif de sensibiliser le jeune public aux enjeux liés à l’environnement. 24 communes ont été sélectionnées. Dans ce cadre-là, un arbre sera planté dans le village des athlètes par l’école du centre, qui aura la mission également d’écrire un slogan qui sera visible sur une plaque. « Un arbre jumeau » et une autre plaque seront également offerts à l’école.  

L’appel à idée du budget participatif de la ville de Besançon est officiellement terminé. Pour cette nouvelle édition, plus de 130 projets ont été déposés par les Bisontins dans l’ensemble des quartier de Besançon. Ils émanent de collectifs désireux de proposer de nouveaux services, de nouvelles infrastructures, de nouvelles animations sur leur territoire de vie.

De décembre 2023 à mai 2024, les services municipaux étudieront la faisabilité technique, juridique et financière des projets déposés. Par ailleurs, du 11 mai au 1et juin prochain, les initiatives qui respectent le règlement intérieur du budget participatif seront soumis aux votes des Bisontins. La ville de Besançon a prévu une enveloppe de 250.000 euros sur cette édition, pour un montant de 1 million d’euros sur la totalité du mandat. Soit 100.000 euros par projet.

Il est possible de retrouver l’ensemble des projets citoyens sur atelierscitoyens.besancon.fr, rubrique « budget participatif-saison 2 ».

L'interview de la rédaction  / Kevin Bertagnoli

 

La commune de Sombacour et la fondation du patrimoine se mobilisent pour la restauration du site du Mont Calvaire, qui domine le village. L’enjeu se porte sur les murets de soutènement en pierres sèches du site emblématique du Val d’Usiers. Il est observé des éboulements et des mouvements de déversement et basculement, laissant apparaître un vide entre le chemin et le mur. Le risque d’effondrement sur la départementale, située en contrebas, est réel. Un étayage a été installé en urgence. Des travaux vont être menés. D’où cet appel à la mobilisation pour la préservation de cet endroit, inscrit à l’inventaire des monuments historiques, et qui fait la fierté des locaux.

Le dernier conseil communautaire de l’année 2023 va notamment adopter le programme de l’Habitat 2024-2029. Ce document définit les objectifs à atteindre en la matière. La collectivité dispose d’un parc insuffisant qu’il convient d’agrandir et d’entretenir. L’objectif pour la collectivité est d’éviter « l’évaporation » de sa jeunesse vers des territoires voisins. Une nouvelle dynamique qui passe inévitablement par la rénovation des habitations et logements existants, mais aussi, et surtout, par la création de nouveaux logements.

Si la perspective de la mise sur le marché de 1.200 logements par an a été revue à la baisse, elle reste nettement supérieure aux préconisations de l’INSEE, qui en avait calculés 750 annuellement. Finalement, malgré des coûts de plus en plus élevés, notamment dus au prix des matières premières et du foncier, Grand Besançon Métropole a prévu la création de 900 nouveaux logements sur la période 2024/2029. Le tout également dans un respect total, immuable et intangible de la loi ZAN « Zéro Artificialisation Nette », qui contraint les collectivités à réfléchir leur expansion différemment, en utilisant le moins de surface possible.

Une juste répartition sur le territoire grand bisontin

L’implantation de ces futures installations ont été précisément identifiées sur le territoire bisontin. Il est prévu une déclinaison juste et équitable de ces logements sur les 68 communes de Grand Besançon Métropole. 50% d’entre eux verront le jour sur Besançon. Les autres moitiés apparaîtront dans la périphérie bisontine. Les communes veilleront à respecter le taux d’implantation de logements sociaux qui, jusqu’à présent, était insuffisant dans certaines contrées. Pour faciliter les déplacements, les zones périurbaines devront assurer pleinement leur mission.

L'interview de la rédaction : Pascal Routhier, vice-président délégué à l'habitat

 

Plus que quelques jours avant de découvrir la ville de Pontarlier avec ses plus beaux habits de fête durant cette période de fin d’année. Ces illuminations scintilleront dès l’ouverture du marché de Noël ce vendredi 8 décembre. Et tous les jours, jusqu’au 2 janvier, de 17h à 21h30, une prolongation, jusqu’à 23 heures, les vendredis, samedis et dimanches. Les 24 et 31 décembre, elles resteront allumées jusqu’à minuit.

J-2 avant que la ville de Champagnole  se pare de ses plus beaux habits de fête. Ce vendredi soir, à 19h15, la cité jurassienne lancera ses illuminations de Noël. Le rendez-vous est donné sur la place de la mairie. La soirée sera animée. Un spectacle mobile sera proposé. Les bénéfices récoltés au cours de cette soirée seront reversés au Téléthon.

Dans un communiqué de presse, Grand Besançon Métropole rappelle l’importance aux usagers de protéger leurs réseaux d’eau potable à l’approche de l’hiver et de ses températures négatives. Et ce, pour éviter les dégâts sur les réseaux d’eau potable, les ruptures de canalisations et le gel des compteurs. La meilleure façon de se prémunir est de procéder à une isolation efficace des installations, notamment lorsqu’elles sont situées dans des regards extérieurs. Cette isolation pourra être retirée le printemps venu.

Depuis le 15 novembre, et jusqu’au 15 mars, la Ville de Pontarlier a mis en œuvre son plan de viabilité hivernale. Il décline des mesures pour réduire les effets nuisibles de la neige, du verglas, du givre présents sur la chaussée, s’assurer de la sécurité des usagers, du bon fonctionnement des transports et maintenir l’activité économique. Il organise le plan de déneigement. D’ailleurs, chacun est invité à déneiger ses accès et sa portion de trottoir. Le stationnement est également réorganisé. Des sanctions peuvent être prises à l’encontre  des habitants qui ne s’inscrivent pas dans cette démarche. Toutes les informations sont à retrouver sur le site internet de la ville de Pontarlier.

A Besançon. Dans le cadre des travaux entrepris au Centre Pierre Bayle, la Ville de Besançon fait savoir que la célèbre statue « l’arroseur arrosé » de Pascal Coupot va changer provisoirement de lieu. Elle sera stockée le temps du chantier dans les réserves du Musée, pour ensuite retrouver sa place initiale lorsqu’elle ne sera plus menacée.

 

Le centre d’incendie et de secours de Recologne a un nouveau patron. Après avoir endossé l’intérim, après le départ du chef de centre en septembre 2022, l’adjudant-chef Bruno Sauverzac est désormais officiellement le responsable de cette structure. Affecté au centre depuis 2012, il a su en gravir les échelons. Cette entité est composée de seize sapeurs-pompiers volontaires. Elle intervient sur un territoire composé de plus de 4.300 habitants, allant de Recologne  à Ruffey-le-Château, en passant pas Audeux, Jallerange, Noironte et Placey.