Choix du secteur :
Se connecter :
 

La nouvelle formule du Carnaval pontissalien a suscité de nombreuses réactions. Finalement, les maisons de quartier et la municipalité ont réussi leur pari.  Ce samedi après-midi, des centaines d’enfants sont venus participer, en famille, à ce carnaval new-look. Certes, comme toutes les premières, des ajustements devront sans doute être réalisés, mais dans l’ensemble, le pari a été relevé. Rappelons que faute de combattants, les élus pontissaliens ont dû se résoudre à annuler le traditionnel défilé pour proposer un moment festif différent.

 

L'interview de la rédaction / Témoignages d'enfants

 

carnaval pontarlier

 

Pour l’occasion, huit ateliers se sont tenus. Un stand gourmand animait également les lieux. Danses, bonne humeur et spectacles de magie étaient au programme. Tout le monde a joué le jeu  pour faire plaisir et mobiliser. Les élus pontissaliens, Patrick Genre, Bénédicte Erard et Philippe Besson, avaient sorti leurs plus déguisements. Les petits pontissaliens ont également répondu à l’appel. La salle des Capucins grouillait de héros en tout genre.

CARNAVAL PONTARLIER 3

La mise au point du Maire de Pontarlier

CARNAVAL PONTARLIER 4

L'interview de la rédaction / Bénédice Hérard

Comme chaque année, l’édile pontissalien était présent. Déguisé, il s’est, lui aussi,  prêté au jeu. Néanmoins, Patrick Genre  ne cache pas sa déception quant aux réactions très vives qui se sont manifestées sur cette nouvelle formule. « On peut critiquer l’initiative, mais laissons là vivre au moins une fois, et que l’on en tire les conclusion après » lance l’édile. Et de poursuivre : « Il faut essayer d’être  positif et ne pas toujours critiquer ce qui se fait. Essayons de ne pas casser avant de voir, de ne pas démolir avant de construire » ajoute-t-il. Pour Bénédicte Hérard, l’élue en charge de l’action sociale, malgré les difficultés, « il était important d’organiser un évènement festif, de ne pas rien faire ». En quelques semaines, les différents acteurs ont su se mobiliser. Certes le défilé était absent cette année, mais la cité du Haut-Doubs a rebondi pour que petits et grands partagent un sympathique moment coloré, festif et convivial. L’ambiance de carnaval a su être préservée.

L'interview de la rédaction / Patrick Genre

D’ici la fin de l’année 2024, un nouveau complexe sportif devrait sortir de terre au lieu-dit « Le Pontot », situé à la limite des communes de Pirey et d’Ecole-Valentin. Pour Patrick Ayache, maire de Pirey et président du syndicat intercommunal qui porte ce projet, cette infrastructure répond à un véritable besoin sur le secteur de Grand Besançon Métropole. « Une étude, réalisée sur le territoire, confirme qu’en matière d’équipement sportif, celui qui manque le plus à notre territoire sont les gymnases » explique Mr Ayache.

Pour l’heure, le coût précis d’une telle infrastructure n’est pas encore connu. La réflexion est toujours en cours pour définir le projet le plus adapté aux besoins locaux. L’objectif étant d’accueillir les disciplines liées aux sports collectifs  et éventuellement des installations pour d’autres pratiques, telles que l’escalade, et des salles de réunion par exemple. Dans ce contexte, la superficie de l’infrastructure n’est pas encore définitivement connue.

Une consommation foncière divisée par deux

A ceux qui dénoncent une consommation foncière trop importante, Patrick Ayache rappelle que l’emprise au sol a été revue. Elle a été divisée par 2 par rapport au projet initial. « Au lieu de consommer 4 hectares de terrain, nous n’en consommerons que deux » explique-t-il. Et de poursuivre : « Je ne sais pas réaliser un gymnase en suspension dans l’air. Comme il n’y a pas de friches, ni à Pirey, ni aux alentours, il est forcément posé sur un espace qui n’est pas urbanisé, avec le moins de consommation possible au sol ».

A l’idéal, les travaux pourraient débuter fin 2024, pour une livraison en 2025.

L'interview de la rédaction / Patrick Ayache


Depuis mercredi soir, la Ville de Maîche procède à l’extinction partielle de son éclairage public de 23h à 5h du matin. 489 points lumineux, situés principalement dans les
quartiers maîchois, sont concernés. La cité du Haut-Doubs évoque « une stratégie vertueuse d’économie d’énergie » et son concours « pour la préservation du climat ». Le communiqué de presse indique qu’en 2023, les élus devront faire face à une augmentation de 200% des prix de l’électricité.

Compte tenu du coût de l’énergie, les élus de la Communauté de Communes de la station des Rousses ont décidé de procéder à la fermeture temporaire de l’Espace des Mondes Polaires de Prémanon. Nolwenn Marchand, son président, Maire de Prémanon, explique que la facture a considérablement augmenté. Soit une multiplication de près de 4, que la collectivité n’était pas en mesure de pouvoir assumer. La nouvelle facture atteint 500.000 euros, contre les 120.000 euros anuellement budgétisés.

Les élus jurassiens mènent les investigations nécessaires pour mieux comprendre cette situation. « Des relevés sont actuellement réalisés sur les différentes installations électriques » explique M. Marchand. Les groupes froids de la patinoire n’expliquent qu’en partie cette hausse. Des dysfonctionnements ont également été constatés sur le système de chauffage mis en place, qui génère des consommations électriques importantes.  Alimenté par géothermie et un système de récupération des calories sur les groupes froids de la patinoire, il ne répond pas aux attentes.

Fermeture en fin de saison

Parce qu’il serait impossible d’honorer les futures factures, il a été pris la décision de fermer temporairement le site. Bien évidemment, cette mesure n’est pas sans conséquences pour l’emploi et l’économie locale. Les élus en ont bien conscience. Dans un premier temps, il a été prévu de fermer l’établissement à compter du 5 mars. La partie muséale réouvrira pour trois mois cet été. Quant à la patinoire, elle ne retrouvera son public qu’en décembre prochain. Des aménagements seront prochainement consentis pour corriger ces dépenses « pharaoniques ».

La colère d’un élu

Nolwenn Marchand ne cache pas sa colère. ‘ Cette situation est insupportable. Comment les fournisseurs d’énergie peuvent nous demander de payer de telles sommes ? » s’insurge-t-il. Et de terminer : « c’est inadmissible d’avoir des augmentations comme celle-là sur des biens de première nécessité comme l’électricité. C’est politiquement absolument inadmissible ». Ce  n’est certainement pas l’application prochaine de l’amortisseur électricité qui devrait réduire de 100.000 euros les charges,  qui changera la donne.

L'interview de la rédaction : Nolwenn Marchand

 

La communauté de communes Haut-Jura Arcades a développé une application pour découvrir les belvédères du territoire. Quatorze belvédères, répartis sur les secteurs de Longchaumois, Morez, Morbier, La Mouille et Bellefontaine, sont à découvrir. Pour s’immerger dans ces superbes espaces naturels, il suffit de télécharger l’application « escapades belvédères ». L’outil est richement documenté et permet d’évoluer grâce à un panorama à 360°.

NAISSANCES

03/02/2023 – Naya de Raphaël GARDEL, soudeur serrurier et de Valériane LEMOINE, aide-soignante.
02/02/2023 – Milann de Pierre VALROFF, monteur et de Hélène MARAUX, secrétaire médicale.
06/02/2023 – Rachel de Yoann POURCELOT, charpentier couvreur et de Charlène BUTAVANT, conductrice machine conditionnement.
03/02/2023 – Pio de Lucien DEBROT, entrepreneur et de Marie-Claire PORCEDO, juriste.
05/02/2023 – Téa de Adrien HAUFF, ouvrier intérimaire et de Marie MONNET, intérimaire.
05/02/2023 – Sacha de Baptiste BARIOD, boucher et de de Ophélie CANTOT, employée de commerce.
05/02/2023 – Alessio de Massimo ESER, intérimaire et de Thallia JEANNIN, intérimaire.
06/02/2023 – Gabin de Maxime TROUILLOT, agriculteur et de Lucile BAUD, vendeuse.
08/02/2023 – Roméo de Dimitri HOQUET, chef qualité et de Salomé CLERC, assistante maternelle.
08/02/2023 – Sowen de Jonathan BOURGEOIS, ouvrier et de Lydia PRINCE, sans profession.
08/02/2023 – Félicien de Jérémie BALANCHE, agriculteur et de Marion GUINCHARD, agricultrice.
07/02/2023 – Maylone de Jimmy MOUROT, entrepreneur dans la fabrication d’éléments béton et de Céline POURCHET, toiletteuse canin.

DECES

03/02/2023 – Marie-Berthe SAGET, 99 ans, retraitée, domiciliée à La Planée (Doubs), célibataire.

02/02/2023 – Chantal MASNADA, 60 ans, retraitée, domiciliée à Pontarlier (Doubs), célibataire.
05/02/2023 – Jeannine KERMANACH, 91 ans, retraitée, domiciliée à Doubs (Doubs), veuve de Yvan DESCHENAU.
04/02/2023 – Rolande COLLIN, 90 ans, retraitée, domiciliée à Sainte-Croix (Suisse), veuve de André FRANCESCHINI.
08/02/2023 – Rosine BETTINELLI, 95 ans, retraitée, domiciliée à Courvières (Doubs), veuve de Jean JOBARD


La Ville de Pontarlier conserve ses trois arobases. Une distinction qu’elle s’est vu renouveler lors du 24è label National Territoires, villes et villages internet. L’engagement de la ville pour le développement du numérique sur son territoire est récompensé. Parmi les actions mises en place : l'application Tell My City, le wifi public, les webcams, le numérique dans les écoles ou encore le projet ville intelligente.

Sur son compte twitter, Anne Vignot, la Maire de Besançon, fait savoir qu’elle a obtenu « une rencontre avec Gérald Darmanin, le ministre de l’intérieur, pour traiter de la situation à Planoise ». Le député Laurent Croizier devrait également y assister. L’étude de faisabilité d’un commissariat de secteur « est lancée » annonce l’édile. Un projet qui sera mené sous une co-direction,  avec notamment Jean-François Colombet, le Préfet du Doubs.

NAISSANCES

25/01/2023 – Bella de Massimo DE LUCA, pâtissier et de Diletta PARISI PAKA, sans-emploi.
28/01/2023 - Charly de Jérôme GASTRIN, vendeur et de Marion MARTIN, adjoint administratif.
29/01/2023 - Mathis de Maxime COULET, assistant exploitation transport et de Laurence REGNIER, employée à la poste.
26/01/2023 - Jordan de Djamel VUILLEMIN, négociant automobile et de Anne-Laure CHATELAIN, cuisinière.
28/01/2023 - Alvina de Flavien BATAILLARD, agriculteur et de Angélique CUCHE, ouvrière agricole.
28/01/2023 - Mattéo de Nicolas BOURGEOIS, livreur et de Claire FAGOT, aide soignante.
31/01/2023 - Jëlena de Valentin GAY, machiniste et de Laurie UHRIN--BIOTTEAU, vendeuse.
31/01/2023 - Nilda de Ibrahim PULAT, mécanicien régleur et de Sibel BULDUK, opératrice en horlogerie.
31/01/2023 - Aprile de Lilian FOURNERET, ouvrier et de Aline HASBROUCK, employée de libre-service.
31/01/2023 - Chloé de Vincent FAIVRE, agriculteur et de Marine RIGOLOT, agricultrice.
01/02/2023 - Angelo et Giuliann de Anthony FIERRO, menuisier charpentier et de Laura DUREAU, infirmière.
01/02/2023 - Flora de Nicolas FUSIS, ingénieur et de Emanuella SPINELLA, infirmière puéricultrice et psychologue du travail.
30/01/2023 - Alice de Julien MONNET, ingénieur et de Adeline LLORCA, chargée de communication.

PUBLICATIONS

11/01/2023 - Patrice VANHUYSE, encadrant technique et Carole MESNIER, sans profession.
29/11/2022 - Muhamed MURATOVIC, apprenti et Neila SEFER, employée de commerce.
20/07/2022 - Alexandre PIERRE, cariste-magasinier et Julie MUSSARD, assistante maternelle.
23/09/2022 - Jérôme ARDIET, agent de sécurité incendie et Anaïs FAURE, infirmière.

DECES

27/01/2023 – Louis VITTE, 85 ans, retraité, domicilié à Saint-Gorgon-Main (Doubs), époux de Marie RENAUD.
29/01/2023 - Marie-Thérèse PARIS, 91 ans, retraitée, domiciliée à Ouhans (Doubs), veuve de Joseph TYRODE.
27/01/2023 - Régine DELACROIX, 91 ans, retraitée, domiciliée à Arçon (Doubs), veuve de Joseph GUINCHARD.
30/01/2023 - Paul BOURGEOIS, 93 ans, retraité, domicilié à Foncine-le-Haut (Jura), veuf de Renée BENOIT.
31/01/2023 - René LAMBERT, 72 ans, retraité, domicilié à Vaux-et-Chantegrue (Doubs), célibataire.
02/02/2023 - Jeanne PERRIN, 95 ans, retraitée, domiciliée à La Rivière-Drugeon (Doubs), veuve de Paul MARGUET.
02/02/2023 - Michel ROGEBOD, 84 ans, retraité, domicilié à Pontarlier (Doubs), époux de Danielle DESCOURVIÈRES

Lancée en 2014, la réhabilitation de l’ancien site de la Fabi, acquis par la Ville de Morteau, a trouvé son épilogue. Cet espace laissé vacant par la société, devenue aujourd’hui Plastivaloir, va enfin pouvoir amorcer une deuxième existence. Après avoir été déconstruits, les bâtiments et les espaces associés vont laisser place à de nouveaux usages. Rencontre avec Cédric Bole, le Maire de Morteau.

Cette friche industrielle, située au centre-ville, à proximité de l’hôpital et du lycée, se décline en deux terrains de 3500 m2 chacun et d’un bâtiment, une ancienne métrologie, d’environ 900 m2. « On a vu le potentiel important du site » explique Cédric Bole. Concrètement, sur le terrain, où une déconstruction des anciens bâtiments a été réalisée, la cité veut tout d’abord y créer un parking de plus de 70 places. « L’objectif est d’accompagner à la fois le développement de l’hôpital et  les besoins de l’entreprise proche et du lycée ». L’opération prévoit également la création d’un hôtel d’entreprise. « Le projet est en cours de finalisation au niveau des plans et de l’appel à projets ». « Nous souhaitons y accueillir de nouvelles entreprises en développement et un pôle de formation,  sur un espace de 2500 m2 de foncier » explique l’édile. Enfin, l’ancienne métrologie sera rachetée par une entreprise industrielle qui s’implantera localement.

Cédric Bole explique qu’il s’agit « d’un investissement très important ». Tout en précisant qu’une une subvention de 600.000 euros, émanant de l’état, dans le cadre du fond friche, a été consentie. Pour la Ville de Morteau, ce projet se réalise dans le respect des enjeux environnementaux du moment.  « Le développement de notre ville ne doit pas s’effectuer sur un étalement urbain, mais en reconstruisant et en occupants des espaces en friche ou à réhabiliter » conclut M. Bole.

L'interview de la rédaction / Cédric Bole