Choix du secteur :
Se connecter :
 

Ce jeudi 19 janvier, à 20h, à la salle annexe de la salle des fêtes du Russey, le Parc naturel Doubs Horloger, dans le cadre du dispositif « un ciel étoilé pour le Doubs Horloger », organise une réunion d’échange et de concertation sur l’extinction de l’éclairage public. A travers cette démarche, preuves à l'appui, la structure veut rassurer et expliquer l’importance de franchir le pas. Sur ce périmètre, composé de 94 communes, vingt ont accepté d’éteindre leur éclairage public une partie de la nuit. Les élus et la population ont compris les économies qui pouvaient en résulter et les impacts positifs que cela engendre sur l’environnement et la santé.

Au Russey, du 1er au 28 février, la commune va expérimenter l’extinction de l’éclairage public, de minuit à 5 heures, à l’échelle du quartier résidentiel des Rondeys. Pour rassurer les acteurs de la commune du Haut-Doubs,   les élus et les techniciens du Parc naturel ont fait intervenir la gendarmerie et une astrophotographe demain soir lors de la réunion publique. Une balade dans le quartier concerné est également programmée.

L'interview de la rédaction : Inès Maire-Amiot, chargée de mission transition énergétique et mobilités au Parc naturel Doubs Horloger.

13.000 euros. C’est la somme qui a été récoltée par la Ville de Pontarlier lors de l’édition 2022 de la Crazy Pink Run, organisée lors de l’opération Octobre Rose, qui sensibilise au dépistage du cancer du sein. Huit associations ont pu en profiter. Parmi lesquelles : la Ligue contre le Cancer, OncoDoubs, le CHI de Haute-Comté ou encore un bracelet contre le cancer.

NAISSANCES

05/01/2023 - Kayna de Cédric ROUSSEL, traiteur et de Myriam CLECH, sans profession.
05/01/2023 - Luca de Adrien TILLOT, magasinier cariste et de Maud WITTMER, gérante de salon de coiffure.
08/01/2023 - Lucas de Rodolphe BOIN, chef de chantier et de Thi Thuy Hang NGUYEN, conseillère clientèle.
06/01/2023 - Mila de Marc BIANCHI, programmeur sur commande numérique et Laura JACQUET, assistante maternelle.
06/01/2023 - Esmira de Tayyip OZEN, opérateur régleur et de Aysenur ÇAKIR, préparatrice en pharmacie.
07/01/2023 - Marcel de Matthieu ROGNON, charpentier et de Aline REMONNAY, technico-commerciale.
07/01/2023 - Élia de Guillaume NEAU, machiniste et de Chloé MATHÉ, sans emploi.
07/01/2023 - Clara de Anthony GOMEZ MONTIEL, gérant d’une société et de Jennifer BENICOURT, directrice marketing.
09/01/2023 - Zoé de Johann SANCEY, cuisiniste et de Charlotte CONCHE, professeur des écoles.
11/01/2023 - Milig de Hugo COSTA FREITAS, maraîcher et de Stéphanie GUILLEVIC, maraîchère.
11/01/2023 - Louise de Svenn CHILE, commercial et de Elise DAUDEY, orthophoniste.
11/01/2023 - Noam de Fabien STRIBY, technicien de production et de Amandine GURNAUD, sans profession.
11/01/2023 - Vasco de Antoine JUILLERET, second responsable de rayon et de Lisa SANTAGATA, employée de commerce.
11/01/2023 - Léo de Amaury FERRO, conducteur de car et de Emilie GRÉAU, sans profession.
13/01/2023 - Ethan de Julien SAUNIER, régleur commande numérique et de Fatima ÖZSAVRAN, aide éducatrice.

DECES

08/02/2023 – Gérard VACELET, 93 ans, retraité, domicilié à Cuvier (Jura), veuf de Camille BELLE.
09/01/2023 – Louise LAFFLY, 92 ans, retraitée, domiciliée à Pontarlier (Doubs), célibataire.
09/01/2023 – Albert PIQUEREZ, 75 ans, retraité, domicilié à Noël-Cerneux (Doubs), époux de Theresia HIRSIG.
11/01/2023 – Alphonse PELLEGRINI 88 ans, retraité, domicilié à Oye-et-Pallet (Doubs), veuf de Juliette DABÈRE.
10/01/2023 – Claire RAGUIN, 82 ans, retraitée, domiciliée à Septfontaines (Doubs), épouse de Louis BOURDENET.
12/01/2023 – Claude BARRAND, 71 ans, retraité, domicilié à Montbenoît (Doubs), veuf de Colette MARTINEAU.
11/01/2023 – Marc VUILLEMIN, 95 ans, retraité agriculteur, domicilié à Saint-Gorgon-Main (Doubs), veuf de Blanche FRELET.
12/01/2023 – Bernard HIRSCHI, 90 ans, retraité, domicilié à Vuillafans (Doubs), époux de Nicole PONCEAU.

Les conscrits de la Rivière-Drugeon vous souhaitent une bonne et heureuse année 2023. Si vous aussi vous souhaitez nous faire partager ces sympathiques et conviviaux moments collectifs, n’hésitez pas nous envoyez vos photos à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. 

C’est une tradition qui ne se perd pas dans le Haut-Doubs. Elle remonte au siècle dernier. Jadis, avant de partir faire leur service militaire, les jeunes gens se rassemblaient et faisaient la fête. Cette belle coutume perdure. Certes, le service militaire n’existe plus, mais, chaque année, à pareille époque, les conscrits animent les rues des villages.  En fin d’année, ces garçons et filles d’une même commune vont à la rencontre de la population pour lui présenter leurs meilleurs vœux. Rencontre avec les jeunes de Boujailles.

Très attachés à leur terroir, ces presque jeunes adultes  perpétuent une tradition que leurs parents et grands parents endossaient déjà. Le plaisir d’échanger, de discuter, de faire des rencontres sont une réalité. La convivialité est le maître mot. La plupart du temps, la rencontre se déroule chez l’habitant, autour d’un verre et parfois d’un bon repas. A Boujailles, les agendas se remplissent progressivement.

Après six ans d’interruption

Cette génération est celle qui fait revivre l’esprit « des conscrits » au village. Après six ans d’interruption, cette bande de copains d’enfance , composée de treize jeunes, âgés de 17 et 18 ans, a choisi de relancer la tradition. Ainsi, depuis le 31 décembre dernier et, au moins, jusqu’en février prochain, coiffés d’un chapeau et porteurs d’un T-shirt blanc, sur lequel chacun peut y laisser un message, ils sillonnent les rues de la commune du Haut-Doubs. Respectueux de leurs hôtes, ils n’hésitent pas à faire entendre le son de leur clarinette pour annoncer leur arrivée. Autre ustensile, qui parfois peut se révéler utile, le caddie. Le tout en brandissant le drapeau tricolore. Une sympathique initiative, appréciée dans ce village de 450 âmes.

L'interview de la rédaction

Une bonne nouvelle pour les Planoisiens. Dans le cadre du Nouveau Programme National de Renouvellement Urbain et du réaménagement du secteur « Fribourg-Cologne », l’esplanade Jean Charbonnier sera végétalisé. Des arbres, des espaces enherbés et des cheminements doux verront le jour. Le nouvel aménagement devrait être finalisé d’ici le 1er semestre de cette année.

Il faudra revoter à Hauterive-la-Fresse. La démission d’Emma Jacquet Pierroulet, la maire de la commune du Haut-Doubs, et de trois conseillers municipaux va obliger les locaux à retourner aux urnes. Le 1er tour se déroulera le 29 janvier. Le second tour est prévu le 5 février. Pour l’heure, l’intérim est assuré par M. Philippe Drezet.

NAISSANCES

03/01/2023 – Valentine de Anthony REYMOND, agriculteur et de Elodie BOURIOT, comptable.

31/12/2022 - Côme de Thomas MAUGER, conseiller agricole et de Léa HOCHET, comptable.

01/01/2023 - Nathan de Florimond DREZET, menuisier et de Emilie BOBILLIER-MONNOT, opticienne.

03/01/2023 - Marius de Ghislain LONCHAMPT, agriculteur et de Justine SAGE, assistante petite enfance.

31/12/2022 - Jade de Tony CHOPIN, chef cuisinier et de Anne-Valérie VIEY, secrétaire comptable.

04/01/2023 - Asel de Abdullah GEDIK, régleur sur commande numérique et Aleyna USLU, sans profession.

03/01/2023 - Ernest de Romain OUDOT, menuisier et de Marianne FILSJEAN, sans profession.

03/01/2023 - Jeanne de Florent BALAVOINE, concepteur vendeur et de Laura BOURGEOIS, assistante sociale.

05/01/2023 - Charlie de Romain COULET, plombier chauffagiste et de Jessica RIGAUD, assistante maternelle.

 

PUBLICATION

13/10/2022 - Eric HOAREAU, ouvrier d’abattoir et Chloé FRANÇOISE, vendeuse.

 

DECES

01/01/2023 – Colette CHANEZ, 72 ans, retraitée, domiciliée à Pontarlier (Doubs), épouse de Antonio DE OLIVEIRA.

02/01/2023 - Marie-Louise JEANNINGROS, 82 ans, retraitée, domiciliée à Villers-le-Lac (Doubs), épouse de Jean CHOPARD-LALLIER.

04/01/2023 - Gabriel FERREUX, 81 ans, retraité, domicilié à Métabief (Doubs), veuf de Nicole MAIRE.

04/01/2023 - Cédric GAROD FRANGIN, 42 ans, chaudronnier, domicilié à Saint-André -d’Huiriat (Ain), pacsé à Mathilde CHERVET.

06/01/2023 - Aimé BAUDOZ, 87 ans, retraité, domicilié à La Rivière-Drugeon (Doubs), veuf de Colette ALPY.

Lancé en 2014 par la communauté de Communes du Grand Pontarlier (CCGP), le projet de construction de la zone des Gravilliers  entame sa dernière ligne droite. La commercialisation des 34 parcelles de la tranche 3 est désormais lancée. Soit 13 hectares. Elle correspond également à la fin des aménagements du site et des travaux au niveau du giratoire de la rue des Tourbières.

Bertrand Guinchard, l’élu en charge de l’activité économique à la CCGP, explique que les demandes sont nombreuses. Il espère que les projets pourront aller « jusqu’au bout ». Rappelons que la collectivité  locale a défini précisément les activités qu’elle souhaitait y accueillir. « Nous ne voulons pas de commerces de produits manufacturés ou alimentaires, sauf s’ils sont produits sur place, de restauration et d’hôtellerie » explique M. Guinchard. La Communauté de Communes va procéder dans les prochaines semaines à l’attribution des parcelles. Dans ces conditions, les premières constructions pourraient voir le jour à compter du mois d’avril prochain.

De nouvelles zones d’activité ?

Rappelons que, concernant la 1ère tranche des travaux, lancée en 2014, une quinzaine de parcelles étaient sorties de terre. Quatre ans plus tard, en 2018, la deuxième tranche de travaux proposait 22 nouvelles parcelles.  Pour l’heure, la Communauté de Communes du Grand Pontarlier n’est pas en mesure d’affirmer la naissance d’un nouveau projet. Néanmoins, les demandes sont belles et bien présentes. « Ce sont des projets qui demandent du temps. Nous sommes confrontés à des normes environnementales qui sont de plus en plus sévères » explique l’élu pontissalien Et de poursuivre : « Nous ne pouvons pas nous arrêter là. Les demandes existent. Il faudra que l’on trouve des solutions. Soit dans la reconstruction sur de l’existant. Soit développer une nouvelle zone. Le sCot, qui va sortir prochainement,  prévoit la possibilité d’un aménagement en zone d’activité économique sur la CCGP. Mais ça sera de plus en plus compliqué à réaliser ».

L'interview de la rédaction / Bertrand Guinchard

 

Dans le Val de Morteau, la Communauté de Communes souhaite mettre en place une Opération Programmée d’Amélioration de l’Habitat (OPAH). Elle a confié à Soliha le soin de mettre en place l’étude pré-opérationnelle qui vise à définir les problématiques du périmètre de l’opération, à recenser les projets qui pourraient être subventionnés et proposer une stratégie en termes d’objectifs et de moyens financiers à mobiliser. Huit communes sont concernées : Morteau, Villers-le-Lac, Les Fins, Montlebon, Grand’Combe-Châteleu, Les Gras, les Combes et le Bélieu.

MORTEAU opah

Rappelons que par le biais de ce dispositif, les propriétaires bailleurs et occupants et les copropriétaires  peuvent obtenir des financements pour la rénovation de leur logement. Les aides ciblent particulièrement les domaines de la rénovation énergétique (isolation, le chauffage, …), de la remise aux normes de logements dégradés et de l’adaptation au handicap et au vieillissement. Les travaux de copropriété sont également pris en compte.

Une étude pour quoi faire ?

L’étude, qui a commencé en septembre dernier, se terminera au mois d’avril prochain. Dans un premier temps, pour mieux mesurer les enjeux, les attentes et les besoins, un diagnostic, et des études statistiques sont menés. Une enquête est effectuée auprès de la population. Enfin, des entretiens sont réalisés. Tous ces résultats définiront une stratégie d’intervention, qui donnera naissance à une convention, à laquelle pourront s’identifier l’ensemble des acteurs et des partenaires concernés au moment du lancement du programme.

morteau opah 3

Pour obtenir toutes les informations nécessaires, n’hésitez pas à vous rendre sur les sites internet de Soliha et de la Communauté de Communes du Val de Morteau. 

Le lien de l'enqupêtehttps://www.survio.com/survey/d/B7W3Y3C9W9X5W1F6N

L'interview de la rédaction / Pauline Moyne, chargée de mission à Soliha