Choix du secteur :
Se connecter :
 

« La mairie n’ayant pas tenu ses promesses », les parents de l’école Rivotte à Besançon ont décidé de se mobiliser de nouveau ce jeudi matin pour demander la mise en place d’une signalisation et les 20 km/h au sol pour faire ralentir les voitures à proximité de l’école. Le collectif « bien vivre à Besançon » dénonce quatre ans de combat sans fin. C’est la raison pour laquelle, un rassemblement s’est tenu ce jeudi matin, à 7h30, au square Castan.

Le cortège, composé d’enfants et de parents d’élèves, a ensuite regagné l’école. Les manifestants dénoncent l’absence de réactivité de la ville de Besançon qui, à leurs yeux, n’a pas conscience du danger. Avant d’envisager des actions davantage basées sur le long terme, il est demandé aux élus bisontins de prendre des mesures d’urgence pour faire ralentir les voitures. « Si ce n’est qu’une histoire de coût lié à la peinture, comme on nous l’a dit, on veut encore bien se cotiser pour l’acheter’ déclare un père de famille, soucieux de la sécurité de ses enfants.

ECOLE RIVOTTE VOITURE

« Des disputes quotidiennes »

Vidéos à l’appui, le collectif rappelle l’inconscience de certains automobilistes. ‘Les voitures en transit nous font du mal » explique un manifestant. « Pour éviter les bouchons, certains n’hésitent pas à prendre cette route, en roulant à vive allure, sans se soucier des piétons et des enfants de l’école » ajoute-t-il. Et de terminer, « ce sont des conflits quotidiens ». De nouveaux courriers ont été envoyés à la ville de Besançon. Chacun espère qu’ils ne resteront pas sans réponse.

L'interview de la rédaction

 

La transhumance des chèvres est de retour à Besançon. Elle est programmée le dimanche 22 mai, à 9h30, au départ de la promenade Chamars, et jusqu’à la colline de Planoise. Soit un parcours de 8 kilomètres.

Après un hiver passé à l’abri, les 80 chèvres et 40 brebis du troupeau municipal ont quitté leur lieu d’hivernage pour rejoindre leurs premières pâtures dans les collines ou prairies de la ville. Une partie du troupeau participera à l’animation prévue à cette date.

Au cours de cette randonnée, les marcheurs découvriront les fonctionnements de l’éco pâturage, ainsi que plusieurs solutions de protection de la biodiversité. Ils participeront également à plusieurs activités en pleine nature tout au long de l’après-midi.

Tout le programme est à retrouver sur sortir.besancon.fr. En cas d’intempéries, la manifestation sera annulée.

Depuis les années 2012-2013, il est compliqué de trouver du personnel pour surveiller les plages. Didier Hernandez est maire de la commune des Grangettes et président du syndicat  mixte des Deux Lacs. Il a la charge d’organiser surveillance des plages. Il fait le point sur la situation.

La recherche des surveillants de baignade diplômés pour cet été a déjà commencé par l’intermédiaire de pôle emploi et de la faculté des sports de l’université de Franche-Comté. Tous les moyens sont mis en place pour éviter un manque de surveillants : « On a essayé de recontacter ceux qui ont assuré cette mission  l’an dernier. On va voir si on a des retours favorables », déclare le maire qui ne cache pas son inquiétude quant à la possibilité de fermer une ou plusieurs plages si le manque de surveillants est trop important. En tout ce sont six plages qui sont à surveiller mais le nombre trop faible de surveillants a fait que l’année dernière, seulement trois plages ont pu être surveillées.

Inquiétude pour cet été

« En 2008, on surveillait six plages, on avait à peu près quinze personnels et depuis 2013 on en trouve difficilement huit ou neuf ». Le nombre de plages a par conséquent été restreint. Cela  se limite à une plage surveillée sur les Grangettes, une à Labergement-Sainte-Marie  et une à Oye-et-Pallet à la sortie du lac Saint-Point. Le maire des Grangettes espère que les vacanciers pourront profiter aux mieux des plages cet été mais pour l’instant la situation reste délicate : « On verra avec le comité syndical comment on gère la situation ». Toutes ces plages rassemblent des milliers de personnes tous les ans.

Infos pratiques : Pour avoir des informations sur la surveillance des plages, contacter Sébastien Donzelot : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. ou la communauté de commune des lacs et montagnes du Haut-Doubs : 03 81 49 10 30.

L'interview de la rédaction / Didier Hernandez


La Ville de Morteau prépare son prochain tournoi sportif estival. Il se déroulera le dimanche 26 juin, de 9h à 20h, à la Plaine des Sports et des Loisirs. Il est ouvert à toutes les personnes majeures, hommes et femmes, licenciés ou non d’un club sportif. Chaque équipe devra présenter une liste qui comportera de 6 à 8 joueurs, dont une féminine au minimum.

Les équipes s’affronteront dans quatre disciplines : basket ball, bubble bump, football, beach volley et tir à l’arc. Le tournoi sera annulé en cas de pluie ou météo incertaine.

Le règlement du tournoi et la fiche d’inscription sont disponibles sur le site internet de la ville de Morteau : www.morteau.org . Prix de l’inscription : 5 euros par joueur. La clôture des inscriptions est fixée au 15 juin.

Ce jeudi 5 mai, la Ville de Morteau inaugure sa maison des soignants. Il s’agit  de la deuxième structure avec ce concept fort en région Bourgogne Franche-Comté. Son principe est simple, mais répond aux attentes des professionnels ou futurs professionnels et du territoire. Cette maison n’a pas vocation d’accueillir des patients, mais des soignants. Il leur est ainsi proposer un lieu d’hébergement et des conditions de vie des plus agréables pour les aider à s’installer sur ce secteur du Haut-Doubs et venir compléter l’offre de soins et les maisons de santé locales. Les loyers pratiqués sont intéressants et assurent à ces internes en médecine et autres stagiaires un précieux point à terre.

Cédric Bole, le Maire de Morteau, le reconnaît, « cette démarche répond complètement aux enjeux du Val de Morteau dans le domaine de la santé et de l’organisation des soins ». Eloigné des grands pôles universitaires de médecine, ce secteur géographique doit innover pour mieux envisager l’avenir. « Près de 60% de nos médecins ont fait valoir leur droit à la retraite entre 2019 et 2022. Face à ce constat, nous avons souhaité réagir et rendre attractif notre territoire » précise l’édile.

maison soignant morteau 2

Une initiative payante

Ce projet porte les fruits attendus. « A ce jour, sur les cinq espaces créés, trois seront prochainement occupés » se félicite le maire de Morteau. La question du logement est un véritable problème, qui touche aussi ce secteur d’activité. Au total, la maison des soignants de Morteau, située non loin de l’hôpital de proximité,  se décline en trois chambres individuelles,  avec sanitaires et des espaces communs,  et deux studios d’environ 30 m2 chacun.

maison soignant morteau

L'interview de la rédaction / Cédric Bole, Maire de Morteau

Le boulanger bisontin Cédric Girod (35 ans) représentera la région Bourgogne Franche-Comté lors de la finale du 8è concours national de la meilleure baguette de tradition française qui se déroulera du 16 au 18 mai sur le parvis de la Cathédrale Notre-Dame de Paris. Cet évènement est à l’initiative de la Confédération nationale de la boulangerie-pâtisserie française.

L’artisan bisontin, qui est sorti vainqueur des épreuves départementale et régionale, aura six heures pour fabriquer, sur place et devant le public, 40 baguettes de tradition française répondant aux exigences du décret de septembre 1993. Aspect, croûte, arôme, mie, mâche, goût… Rien n’échappera au jury composé de professionnels chevronnés.

Jacques Faivre, président de l’association « Salins Pays du Livre » et ancien maire de la commune de Marnoz,  a décidé d’écrire un livre sur Louis Pasteur. Son objectif est de regrouper tous les temps du célèbre scientifique au pays de Salins.

Cela fait deux ans que Jacques Faivre s’attèle quotidiennement sur cet ouvrage. C’est durant la période où il était maire de Marnoz, qu’il a eu connaissance du passage de Louis Pasteur dans sa commune. Ses recherches ont été longues et nombreuses : « J’ai dépouillé quelques 1500 documents » raconte le président de l’association. Dans le livre, on retrouve trois parties : les origines, Pasteur à Marnoz et la construction de l’enfant, ses relations avec sa famille et avec les érudits salinois, qui étaient le sculpteur Max Claudet et son ami d’enfance Jules Marcou. Pour l’ancien maire, il était important d’écrire ce livre : « Il fallait reconstituer l’histoire ». Pour lui, il ne faut pas résumer Pasteur aux villes d’Arbois et de Dole : « Pas de Salins,  pas de Pasteur ! », renchérit-t-il.

Pasteur et Marnoz : une histoire d’enfance

Jacques Faivre relate dans ses écrits que Louis Pasteur a vécu cinq ans à Marnoz, il est arrivé dans le village à trois ans, il en avait huit quand il en est reparti. Il est allé à l’école municipale. « C’est un temps important dans la construction de l’enfant » affirme-t-il. Le livre est quasiment prêt, il reste à placer la trentaine d’aquarelles qui va illustrer ce dernier. Ces aquarelles sont réalisées par Christian Lafay. Son livre s’intitulera « La vendange qui boue dans le tonneau » car Pasteur durant son enfance à Marnoz était ancré au cœur des vendanges. Cela fait sept mois que le président s’est réellement mis à l’écriture de son livre qui sortira soit le 10 juillet, soit le week-end du 5-6 novembre à l’occasion du Salon du livre en région.

L'interview de la rédaction

Selon une étude menée par des étudiants de l’université de Franche-Comté, en 2è  année de licence en géographie, le nombre de cyclistes a augmenté à Besançon. Depuis le premier confinement, en mars 2020, 31% de pratiquants supplémentaires a été constaté dans la cité comtoise. Par ailleurs, selon plus de 3000 observations réalisées, il semblerait que les (18-35 ans) respectent moins le code de la route que les plus âgés. Il en serait de même pour les hommes par rapport aux femmes.

C’est en 1272 que la fruitière a été attestée, et c’est depuis cette date que l’on produit un fromage de garde, grâce aux huit exploitations présentes sur Levier. Samedi 30 avril,  le village fête cet anniversaire.

Ce sont 3 générations qui se sont succédées à la fruitière depuis 1905 : la famille Khüni de 1905 à 1919 puis la famille Gurtner de 1919 à 1985 et depuis 1985 la famille Badoz. L’appellation de Comté n’est apparue qu’au milieu du XXème siècle, aux origines de la fruitière on parlait de Vachelins, de Gruyères et d’Emmental. Aujourd’hui à la fruitière de Levier, du 15 février au 15 août, est produit du Comté et le reste de l’année est produit du Mont d’Or. « On ne peut pas avoir deux transformations dans un même atelier il faut que ce soit séparé car nous avons deux AOP » raconte Dominique Gabry président de la coopérative laitière, avant d’ajouter : « Cette fruitière a la particularité de ne pas avoir la gestion de l’aspect transformation, on confie ça à la fromagerie Badoz à Pontarlier ». La fruitière leur confie le lait et c’est elle qui s’occupe ensuite de la transformation.

L'interview de la rédaction / Dominique Gabry

« Le Comté de Levier se conserve très bien. Il est de très bonne qualité »

En 1865, trois chalets sont construits à Levier à la suite d’un incendie. En 1905 est décidé de construire un seul chalet dit « chalet modèle » pour privilégier le lieu, il a l’avantage d’être central. C’est en 1949 qu’un magasin spécifique ouvre ses portes. Un nouvel incendie a lieu 9 ans plus tard, qui donne lieu à une reconstruction avec six caves. Malgré les changements en ce qui concerne le lieu de la fruitière, Jean-Pierre Gurtner, élu et passionné du monde agricole,  l’assure : « Le Comté de Levier se conserve très bien et est de très bonne qualité ». Aujourd’hui, cette fruitière  représente le patrimoine de la commune, agricole et fromager : « Je pense qu’un élément patrimonial,  on le converse. On fait en sorte qu’il puisse résister au temps et que cela perdure ».

L'interview de la rédaction / Jean-Pierre Gurtner

Place aux festivités

Ce samedi 30 avril, Levier célèbre les 750 ans de sa fruitière avec au programme, la fabrication à l’ancienne d’un Comté, la présence d’une mini-ferme, la visite de l’atelier de transformation et des animations et structures gonflables pour les enfants. De plus le magasin sera ouvert de 9h à 19h non-stop. « On a eu l’idée il y un an d’immortaliser cet évènement important à nos yeux » relate le président. Pour le repas du midi, quelques 600 personnes sont attendues pour partager une fondue.

La préfecture du Jura met en place un Point d'Accueil numérique en préfecture permettant aux usagers, qui n'ont pas accès à un outil informatique ou qui ne sont pas à l'aise avec l'informatique, de faciliter les démarches dématérialisées du ministère de l'intérieur telles que : les démarches liées au permis de conduire, à la demande de carte nationale d'identité, de passeport ou de carte grise.

Le Point d’accès numérique à la préfecture du Jura, c’est :

  • Un médiateur numérique vous offrant un accompagnement personnalisé pour vous conseiller, vous guider, vous rassurer et vous permettre de gagner en autonomie avec les téléprocédures ;
  • Un outil informatique avec un accès aux sites internet dédiés aux télé-procédures ;
  • La possibilité de numériser les documents nécessaires et d’imprimer les justificatifs.

Plus d’informations sur le site internet de la préfecture : https://www.jura.gouv.fr/Services-de-l-Etat/Prefecture-et-sous-prefectures/Prefecture/La-qualite-enprefecture-du-Jura/La-relation-a-l-usager