Choix du secteur :
Se connecter :
 

Ce mardi matin, la faculté de droit de Besançon et l’IPAG ( Institut de Préparation à l’Administration Générale) ont signé une convention avec l’Etat major de la Gendarmerie et l’école de police de Montbéliard. Ce partenariat s’inscrit également dans le cadre de l’ouverture dès la prochaine rentrée universitaire d’une classe préparatoire Talents à l’université de Franche-Comté.

Ces cursus spécifiques, IPAG et Talents, permettent aux étudiants francs-comtois de préparer  leurs concours au sein de l’administration. A travers cette démarche, l’université veut accompagner au mieux les candidats à la réussite de leurs concours d’officiers de police, de gendarmerie ou encore de commissaire. Les diverses interventions consisteront à  présenter les deux services, les métiers et le travail au quotidien, mais également de mener un travail préparatoire aux oraux de sélection, des mises en situation et des stages seront également possibles.

Former aux réalités professionnelles

Pour Christophe Lang, le directeur de l’UFR SJEPG de Besançon, l’objectif est de toujours et encore mieux préparer les étudiants aux réalités du quotidien, à la vie d’adulte et donner du sens aux formations qu’ils suivent. « Il est important également de confronter également les étudiants à l’expertise du monde professionnel » ajoute le responsable. Ce partenariat avec les forces de l’ordre se décline également avec d’autres professionnels comme les banquiers, les magistrats, les avocats, …

Pour obtenir de plus amples informations ou tout simplement rejoindre à la rentrée prochaine la classe préparatoire Talents, il suffit de se rendre sur le site internet de la faculté de droit de Besançon.

L'interview de la rédaction / Christophe Lang ( directeur de la fac de droit de Besançon)

Ce mardi matin, l’homme de 72 ans, qui a proféré des injures racistes à l’encontre d’une famille doloise, et qui a également foncé en voiture sur le père, a été condamné à cinq ans d’emprisonnement dont trois ans ferme par le tribunal correctionnel de Lons-le-Saunier. Il a été reconnu coupable des faits de « violences volontaires avec arme et injures racistes ».

La peine prononcée est largement supérieure à celle voulu par le Procureur de la République de Lons-le-Saunier, qui avait demandé six mois de prison, dont deux avec sursis, lors de l’audience du 22 juin dernier. Un mandat d’arrêt a été délivré à l’encontre du prévenu. Il sera incarcéré à la maison d’arrêt de Lons-le-Saunier.

Trois mineurs devront s’expliquer le 31 août prochain devant le juge des enfants en vue d’une mise en examen. Le 3 juillet dernier, à Besançon, ils ont lancé des produits illicites depuis une voiture. L’automobiliste, un majeur, n’a pas été inquiété. Ce qui n’a pas été le cas des trois jeunes individus.

Le 4 juillet, vers 15h30, un homme qui déjeunait au restaurant à assister au vol de son vélo sous ses yeux. Les faits ont été commis sur la place de la Révolution. Grâce à la description précise de son vélo et du malfrat présumé, l’affaire a rapidement été résolue par les forces de l’ordre. L’homme, âgé de 52 ans, a été déféré ce lundi devant le Procureur de la République de Besançon.

Un policier bisontin de 38 ans a été grièvement blessé par un scooter dans la nuit de jeudi à vendredi dans le quartier Saint-Claude à Besançon. Lorsqu’elle est arrivée, la patrouille a été accueillie par des tirs de mortier, avant qu’un scooter, sur lequel se trouvaient deux individus, probablement cagoulés, lui fonce dessus.

L’un d’eux a été percuté. La victime souffre de blessures au niveau des membres inférieurs. De graves séquelles ne sont pas exclues. Une enquête pour « violences volontaires aggravées sur un policier et avec arme par destination » a été ouverte.

Le 1er juillet, vers 00h45, les policiers sont intervenus place du huit septembre à Besançon suite à des dégradations commises au niveau du bar « Le Kraft ». Un individu a brisé une vitre de l’établissement en y portant un coup de poing. Il était ivre. Après avoir été placé en cellule de dégrisement, il a reconnu les faits. L’homme de 39 ans, connu des services de police, devra s’expliquer le 6 septembre prochain devant la justice.

Le 1er juillet dernier, rue de Fribourg, à Besançon, 70 grammes de cocaïne ont été découverts dans un véhicule lors d’un contrôle routier. Le produit, conditionné pour la vente, a été découvert par un chien de recherche « stup » dans la boîte à gants. La poursuite des investigations a fait apparaître 144 grammes de cocaïne. Un homme de 23 ans a été présenté ce vendredi après-midi devant le tribunal judiciaire de Besançon.

Deux mineures, âgées de 16 et 17 ans, ont été interpellées ce mercredi par la police bisontine. Ces dernières sont soupçonnées d’avoir commis plusieurs vols à l’étalage dans cinq commerces de la zone commerciale de Châteaufarine. Les deux adolescentes ont été placées en garde à vue. Elles ont reconnu les faits. Elles ont ensuite été remises en liberté et confiées à leurs parents. Les investigations se poursuivent, notamment pour connaître le montant exacte du préjudice pour les enseignes, qui ont déposé une plainte.

Un individu de 32 ans devra s’expliquer le 13 décembre prochain devant la justice pour outrage et menace sur personne chargée de mission de service publique. Deux contrôleurs de la société Ginko ont été menacés par un individu qui ne portait pas de masque. Ce dernier a été interpellé et placé en garde à vue.

Un individu a été écroué ce mardi à la maison d’arrêt de Besançon. Cette condamnation est seulement l’application d’une précédente peine de 11 mois qu’il devait effectuer. Ce dernier n’en a pas terminé avec la justice. Interpellé le 28 juin en flagrant délit alors qu’il fouillait à l’intérieur d’un véhicule, rue du Stand, dont les portières n’avaient pas été verrouillées, il avait été placé en garde à vue.

Au moment de sa mise en liberté, il s’est mis à agresser les policiers et les menacer de mort. Il s’est débattu, a essayé de les mordre, leur a donné des coups de pieds et leur a craché dessus. Il a de nouveau été placé en garde à vue. Il sera jugé pour l’intégralité des faits en octobre prochain.