Choix du secteur :
Se connecter :
 

Quatre adolescents, âgés de 14, 15 et 17 ans ont été interpellés par les forces de l’ordre. Ils sont soupçonnés d’être impliqués dans l’incendie de cinq véhicules, commis le 23 juillet dernier, vers 1h15, rue Anatole France et dans des rues adjacentes  à Besançon. Un container à poubelles et une toiture dégradés par propagation ont également été constatés. Dans un premier temps, un mineur de 17 ans a été interpellé. Il était en possession de 1,8 gramme de résine de cannabis. Les trois autres ont été interpellés et placés en garde à vue en ce début de semaine. Seul l’un d’eux reconnaît son implication dans les faits. Le quatuor devra s’expliquer le 14 octobre devant la justice, en vue d’une mise en examen.

Le 21 septembre dernier, en soirée, quatre automobilistes ont été interpellés par les forces de l’ordre pour un excès de vitesse Boulevard Kennedy à Besançon. L’un d’eux, qui conduisait malgré une annulation judiciaire de son permis de conduire et sous l’effet de stupéfiant, a été contrôlé à la vitesse de 133 km/h. La conductrice a été déférée devant le tribunal judiciaire de Besançon. Les trois autres conducteurs, âgés de 19, 24 et 35 ans, ont été flashés à 124, 122, et 109 km/h, au lieu de 50. Les permis de conduite des intéressés ont été retenus.

L’homme d’une cinquantaine d’années qui a porté un coup de couteau à son opposant, au niveau du dos, mercredi, vers 13h30, rue Champrond, à Besançon, sera présenté ce vendredi, à 11h, en vue d’une comparution immédiate à 14h. Au cours de son audition, l’individi a expliqué avoir voulu faire peur et blesser la victime qui l’accusait à tort de vol.

Mardi soir, vers 19h30, rue de Belfort, à Besançon, un automobiliste a fait demi-tour à la vue d’une patrouille de police. Sur lui, les forces de l’ordre ont découvert cinq grammes d’héroïne et un couteau. L’individu, âgé de 30 ans, est défavorablement connu des services de police. Il a été placé en garde à vue. Il s’expliquera prochainement devant la justice.

Mardi, un adolescent de 16 ans a été interpellé rue de Fribourg à Besançon. Il avait interdiction de comparaître dans le quartier Planoise. Il était également en possession d’un couteau. Il a été placé en garde à vue. Le jeune homme a fait l’objet d’un rappel à la loi.

Le procès de Guillaume Dujardin, ancien professeur de théâtre à l’université de Franche-Comté, s’est tenu hier à Besançon.  En appel, le prévenu a été condamné à deux ans de prison ferme pour des faits d’agression, harcèlement et chantage sexuel sur neuf étudiants. La décision a été mise en délibéré. En première instance, il avait été condamné à quatre ans de prison ferme, dont deux avec sursis.

Ce mercredi, s’est ouvert aux Assises du Jura, le procès en appel de Nicolas Verdure, reconnu coupable, en première instance, d’avoir tué Mihaela Miloiu, une jeune prostituée roumaine, qui exerçait à Lausanne, et dont le corps avait été retrouvé en 2016 dans une forêt du Frasnois. En décembre 2020, Nicolas Verdure  est condamné à 20 ans de réclusion criminelle par la cour d’assises de Besançon. Ce dernier nie catégoriquement les faits.

Travailleur frontalier, originaire de Mouthe, il admet néanmoins avoir fréquenté des prostituées. Au cours de cette audience, il explique également avoir été contraint par deux hommes de transporter le corps de sa victime, qui appartenait à un réseau de prostitution. Contrairement à la première audience, deux criminalistes, qui ont mené des investigations, assisteront au procès, qui devrait se clôturer le 24 septembre prochain.

Un homme devra s’expliquer le 6 janvier prochain devant la justice. Le 19 septembre, alors qu’il téléphonait au volant, une patrouille de police a fait arrêter le véhicule. Lorsque son occupant a ouvert la fenêtre, une forte odeur de cannabis se dégageait de l’habitacle. L’occupant remettait alors aux agents une petite quantité de résine de cannabis. Dans la boîte à gants, près de 8000 euros ont été découverts. 410 euros se trouvaient également dans une poche de son pantalon. Chez lui, 80 grammes de résine de cannabis ont également été retrouvés par un chien spécialisé. Le trentenaire a été remis en liberté ce mardi après-midi  en attendant son procès.

Le Chilien Nicolas Zepeda, soupçonné du meurtre de l’étudiante Narumi Kurosaki, dont le corps n’a jamais été retrouvé, sera jugé à compter du 28 mars prochain devant la cour d’assises du Doubs. Zepeda a reconnu avoir passé une partie de la nuit du 4 au 5 décembre 2016 dans la chambre de la jeune femme, située sur le campus de la Bouloie. Cette nuit-là, des cris ont été entendus, mais personne n’a prévenu les forces de l’ordre. Le meurtrier présumé clame son innocence. Il a expliqué avoir quitté la jeune femme en vie lors de son passage à Besançon.

Un homme de 37 ans a été déféré ce lundi. Le 18 septembre dernier, lors d’un contrôle, il était dans l’incapacité de présenter un permis de conduire. Dans un premier temps, il donna une fausse identité aux policiers. Il reconnut également avoir consommé de la cocaïne. Ce que le dépistage confirma.