Choix du secteur :
Se connecter :
 

L’affaire concernant la disparition d’un homme, originaire de Serbie, est peut-être en passe d’être partiellement résolue. Son corps a peut être été retrouvé le 20 avril dans une maison désaffectée sur les rives du Doubs. Des proches avaient signalé sa disparition le 26 décembre dernier. Sa voiture avait été retrouvée dans le quartier Planoise et des traces de sang avaient été constatées dans le coffre de sa voiture.  

Ce mardi, le Conseil d’Etat a porté la suspension de l’athlète  Ophélie Claude Boxberger à quatre ans. Initialement, elle avait été suspendue à deux ans pour dopage par la commission des sanctions de l'Agence française de lutte contre le dopage. Estimant que l’athlète était coupable de falsification, la présidente de l’agence avait saisi le Conseil d'État pour contester la décision de la commission. Huit ans avaient alors été demandés par cette dernière.

Deux individus, âgés de 15 ans, seront déférés ce mercredi. Lundi soir, vers 20h, ils ont été interpellés sur un point de deal, rue Ravel. A la vue des policiers, ils ont pris la fuite, mais ils ont été rattrapés quelques instants plus tard après une course poursuite pédestre. Un sachet plastique, contenant des produits stupéfiants, a été retrouvé sur l’un d’eux. Il y avait près de 30 grammes de résine de cannabis et 0,5g de cocaïne. Les deux adolescents ont été placés en garde à vue.

L’individu qui a tagué des croix de lorraine sur des mosquées à Besançon et Pontarlier et sur les locaux de deux associations turques à Pontarlier et Montlebon  a été condamné à 18 mois de prison avec sursis probatoire pendant deux ans et cinq ans d’inéligibilité.

Pour le préjudice matériel et moral, il devra verser 20.000 euros de dommages et intérêts aux associations qui se sont portées parties civiles. Il s’agit d’un ex-membre du Rassemblement National qui a reconnu les faits. Agé de 23 ans, il s’était présenté en juin dernier aux élections départementales dans le Doubs.

Un homme de 30 ans  et une femme de 20 ans devront s’expliquer le 3 octobre prochain devant la justice. Le 23 avril, à 18h, ce dernier s’est rebellé, blessant des policiers, qui étaient venus les interpeller pour un vol à l’étalage commis dans un magasin, situé grande rue, à Besançon. Les vêtements ont été retrouvés au domicile du mis en cause. Le préjudice s’élève à 700 euros.  

Une patrouille de police a interpellé le 20 avril, vers 18h30, dans le quartier de Planoise, un homme dans un hall d’immeuble. Il était ivre et vociférait. Il a tenté de porter un coup de tête au visage d’un fonctionnaire. Les policiers sont parvenus à le menotter. Gesticulant fortement alors qu'il était conduit jusqu'au véhicule de police, il finissait par se jeter au sol et faisait lourdement chuter un policier sur son bras. Placé en garde à vue différée, il  a été auditionné  après dégrisement et a déclaré ne pas se souvenir des faits. Il s’expliquera en septembre prochain devant la justice.

A Besançon, le collectif Solmiré se mobilise pour la famille de Mariama, une enfant de 5 ans, et son petit frère de 2 ans. Selon les militants, « le risque d’une mutilation sexuelle est réelle ». Il est expliqué que « cet acte barbare est couramment pratiqué en Sierra Léone sur les fillettes et les adolescentes ».

Pour l’heure, l’autorité préfectorale reste muette, malgré les démarches entreprises,  au souhait  de la famille de déposer une demande d’asile pour Mariama. L’association bisontine exige également qu’une autorisation de séjourner en France soit prononcée « pendant le temps nécessaire à la procédure et qu’un accueil digne et respectueux leur soit proposé ». Une pétition signée par 350 personnes a également été transmise au préfet du Doubs.


L’info est relatée par nos confrères du journal « Le Progrès ». Le 13 avril dernier, les douaniers ont constaté la présence de 268 kilos de cannabis cachés dans des poivrons. La cargaison se trouvait dans un ensemble routier espagnol. Le conducteur, un ressortissant espagnol, âgé de 42 ans, comparaissait hier devant le tribunal correctionnel de Lons-le-Saunier. Son placement en détention a été maintenu en attendant son procès qui se tiendra le 23 mai prochain.

Lundi soir, à Besançon, la police nationale s’est rendue au foyer des Glacis pour prendre en charge un pensionnaire de l’établissement, fortement alcoolisé, qui a menacé de mort à plusieurs reprises le vigile de l’établissement. Il a également proféré à son encontre des insultes à caractère raciste. L'homme d'une quarantaine d'année a été placé en garde à vue différée.  Il a reconnu les menaces de mort. Il s’expliquera le 8 septembre prochain devant la justice.

La lutte contre les trafics de stupéfiants se poursuit à Besançon. Dernièrement, la brigade anticriminalité a permis le démantèlement d’un réseau de trafic de drogue dans la cité comtoise. Surveillé depuis janvier 2022, un homme de 24 ans, déjà condamné à cinq reprises pour trafic de produits stupéfiants et violences physiques, a été interpellé après la perquisition de ses deux véhicules. A l’intérieur des habitacles, 17,2 kg de résine de cannabis, un fusil à pompe, plusieurs cartouches et 26 200 euros en numéraire. A cela s’ajoutent 50 grammes d’héroïne et de cocaïne saisis au domicile de sa compagne, et 300 euros chez un jeune de 17 ans ayant été vu à plusieurs reprises avec le mis en cause. Le mineur a été présenté au parquet ce vendredi matin pour d’autres affaires similaires et placé en détention provisoire. Il sera jugé prochainement pour ce présent cas. Concernant l’homme de 24 ans et sa compagne, ils ont été déférés cet après-midi devant la justice.

L’homicide la rue de la Mouillère

Lors de sa conférence de presse, Etienne Manteaux est également revenu sur l’homicide volontaire de la  rue de la Mouillère, survenu le 9 novembre dernier. Les experts psychiatriques ont conclu que l’individu présentait d’importants troubles psychiatriques. Néanmoins, selon eux, il n’y aurait pas d’altération du raisonnement, raison pour laquelle la perspective d’un procès a été ouverte. Une contre-expertise a été demandée par la défense. Affaire à suivre.

L'interview de la rédaction / Etienne Manteaux