Choix du secteur :
Se connecter :
 


Une bonne nouvelle sportive en provenance du Val de Morteau. L’équipe du collège Jean-Claude Bouquet a décroché le titre de Vice-Champion de France UNSS excellence de badminton. La compétition se disputait à Guéret dans la Creuse. Arthur Tatranov, Louka Cesari, Clara Faivre-Perret, Hanna Ivanova et leur arbitre, Anatole Bosson, s’inclinent en finale contre l'équipe de Saint-Maur des Fossés,

Dans le contexte que nous connaissons actuellement, alors que les cas de harcèlement se multiplient dans les établissements scolaires, le rectorat de Besançon remettait, ce vendredi matin, à Besançon, les prix du concours « non au harcèlement ! ».  Des CP à la terminale, les jeunes francs-comtois ont été invités à travailler sur ce fléau,  qui gangrène la société et l’école.  80 travaux, émanant de différents établissements scolaires et écoles de la région,  ont été reçus. Des affiches et des vidéos ont été conçues. Chacune de ses réalisations dénoncent les faits en images et en mots, sensibilisent une génération, invitent à la réaction et distillent également un message d’espoir.

harcelement saint jean 2

Nathalie Albert Moretti, la rectrice de la région académique Bourgogne-Franche-Comté, reconnaît que le harcèlement est « un vrai sujet d’inquiétude ». « L’école doit être un endroit serein. L’élève doit pouvoir poursuivre ses études dans les meilleures situations possibles » explique-t-elle. La rectrice rappelle que des moyens et des outils existent pour prévenir, détecter et traiter le plus tôt possible. Dès la rentrée prochaine, le Phare, un programme de lutte contre le harcèlement à l’école,  sera étendu au lycée.  Mme Albert Moretti compte également sur tous les professionnels de l’Education nationale pour apporter la sécurité et le bien être dont chaque enfant et adolescent a besoin pour bien vivre et réussir sa scolarité.

L'interview de la rédaction : Nathalie Albert Moretti

Le lycée Saint Jean décroche la palme

Dans le cadre scolaire ou périscolaire, jeunes et encadrants ont réalisé des travaux percutants, qui ont été ou seront largement diffusés au sein de leurs établissements scolaires. Ces travaux ont également  rejoint le ministère de l’Education nationale à Paris. Au lycée Saint Jean de Besançon, la vidéo lauréate, réalisée par un groupe d’élèves de seconde, est un formidable outil de promotion. Elle  a été projetée  lors des journées portes ouvertes de l’établissement scolaire. Elle a été diffusée auprès des nouveaux élèves. Par ailleurs, un système de parrainage sera mis en place à la rentrée prochaine et des autocollants seront créés.

L'interview de la rédaction : Les lycéens de Saint Jean

La mobilisation est forte dans les établissements scolaires de Franche-Comté. Comme le rappelle Nathalie Albert Moretti, « en parler est essentiel ». Rappelons que deux numéros de téléphone sont mis à la disposition des jeunes victimes de harcèlement : le 30-20 et le 30-18, pour les cas de cyberharcèlement.

Le projet d’implantation d’une méga-chaufferie dans l’enceinte du lycée Louis Pergaud à Besançon continue de susciter la polémique. Ce jeudi, une nouvelle mobilisation est prévue. Plusieurs actions sont annoncées au sein de l’établissement scolaire.

Les lycéens veulent construire une cheminée pour faire apprécier l’emprise au sol que représentera le nouvel édifice. Un pique-nique revendicatif est également programmé. Par ailleurs, des animations se tiendront autour des jardins en permaculture. Le collectif « Non à la chaufferie dans Pergaud » n’a pas dit son dernier mot.


Du haut de ses 18 ans, Jules Barriod, originaire de Ney, participe actuellement aux championnats du Monde junior de course en montagne avec l’équipe de France de la discipline. En même temps, les meilleurs traileurs du monde se défient aussi. Avec une quarantaine d’autres athlètes français, Jules est à Innsbruck, en Autriche, où il se prépare pour sa course. Celle qui se disputera le 10 juin. Au programme : un parcours de 7,5 kilomètres.

 Jules Barriod fait partie de ces jeunes sportifs talentueux que rien ne prédestinait à réussir dans cette discipline, mais qui se sont rapidement révélés. Ses performances sont telles qu’il a réussi à accéder à l’échelon international. Après onze années de football, le lycéen champagnolais décide de tourner la page. Le jeune homme aime les challenges et le ballon rond ne lui procure plus aucun plaisir. L’évolution est rapide. Les choses s’accélèrent. Très rapidement, il rejoint l’ASPTT Besançon et le Brook Trail Project bisontin.

JULES BARRIOD

 Une deuxième sélection

Actuellement en terminale au lycée Paul Emile Victor de Champagnole, l’athlète envisage d’effectuer ses études supérieures au sein de l’UFR Staps de l’université de Franche-Comté en septembre prochain. Le jeune champion savoure sa deuxième sélection au sein de l’effectif tricolore. Sa première expérience a été plutôt concluante puisqu’il a pris une prometteuse 14è place, en Italie, en cadets. Il prend beaucoup de plaisir dans son nouvel univers. Il espère encore grandir et pouvoir faire de cette passion, une activité professionnelle à part entière. Il sait qu’il faudra encore performer pour atteindre cet objectif. Néanmoins, les parcours et les trajectoires de Thibaut Baronian, Sangé Sherpa, Xavier Thévenard et Manon Bohard donnent des ailes et sont source de motivation.

L'interview de la rédaction : Jules Barriod

 

 

 

Les écoles élémentaires du territoire Haut-Jura arcade participent au plan « vélo », porté par la communauté de communes. L’objectif est de promouvoir la pratique cyclable dès le plus jeune âge pour un usage du vélo au quotidien. Ce programme cherche à encourager l’autonomie des jeunes sur le chemin de l’école avant leur arrivée au collège.

Ce dispositif est constitué de 3 blocs, savoir Pédaler, savoir Circuler et Être autonome à vélo. Ce dernier inclut notamment des éléments de sécurité routière. Cette initiative qui est une réussite a été déployée sur la quasi-totalité du territoire.

Une mobilisation est en cours au centre-ville de Besançon. Elle a pour objectif de dénoncer les violences policières. Une centaine de personnes, principalement des lycéens et des étudiants, sont dans la rue. Ce matin, un blocage s’est tenu à l’entrée du lycée Louis Pasteur.

A 100 jours de la Coupe du Monde de rugby, Besançon accueillera du 6 au 8 juin le championnat de France UNSS minimes garçons excellence. 12 équipes, composées de 18 joueurs, sont attendues. Un jeune coach et un jeune arbitre figurent également au sein de l’effectif. La finale est prévue le 8 juin. En parallèle, le stade Maurice Jabry accueillera de nombreuses animations transversales sportives et culturelles, auxquelles 500 élèves participeront. L’objectif étant de faire la promotion de la Coupe du Monde de rugby, mais aussi des Jeux Olympiques.

Contrairement à ses aînés, la génération Z ne fait plus du CDI une priorité. Beaucoup de ces jeunes privilégient le CDD. S’ils reconnaissent la précarité de ces contrats, ils veulent prendre leur temps, avant de poser plus longuement leur valise dans une entreprise. Celle doit être porteuses de valeurs humaines. « Je ne me sens pas de m’engager dans une entreprise que je ne connais pas » explique Luigi. Pour l’étudiant, la société idéale doit être en mesure de proposer du télétravail. Elle doit « accorder beaucoup d’importance au bien-être du salarié et au droit du travail ». Les jeunes portent un regard méfiant et très attentif sur la gouvernance. « Il faut arrêter de miser sur l’ignorance des jeunes et des salariés» explique l’étudiant. Et de conclure : « je souhaiterais travailler dans un milieu  qui partage ses gains et donne des salaires décents ».

Paroles de jeunes

 

Une autre relation au travail

La génération Z ne cherche pas à en faire moins. Elle veut tout simplement tisser une autre relation avec le travail. Ces jeunes gens  ne veulent pas reproduire ce que leurs grands parents et parents ont vécu,  en se donnant corps et âme à leur patron. Ne pas négliger et mettre de côté sa vie personnelle et préserver sa santé mentale sont une priorité. « Les réflexions autour du télétravail et de la semaine de 4 jours sont intéressantes » explique Alice.

« Un salaire en lien avec les conditions de travail »

Pour cette génération, le CDD est un moyen de « tester » et d’apprécier le nouvel environnement de travail. Ils demandent un salaire correspondant à leur niveau d’études et aux conditions de travail. C’est le cas pour Mathilde, qui suit des études en médecine, et qui reconnaît que les métiers de la santé sont énergivores et concentrent des volumes horaires importants. « Ce n’est pas un patron tyrannique qui va nous détruire. On a d’autres problèmes au niveau de notre génération. Ce n’est pas notre travail qui va en ajouter. Le rêve est de se lever avec le sourire chaque matin » ajoute Laure. Pour certains, le CDI est « plus sécurisant ». « Cela veut dire que l’on a un travail fixe, qu’on le garde sur plusieurs années et que le licenciement est plus compliqué » conclut Louise.

Parole de jeunes

 

Partis vendredi en Alsace, les U15 du Groupement Jeunes Haut-Doubs Horloger disputent durant ce week-end de la Pentecôte un tournoi européen. Il s’agit du trophée du Rhin. Environ 70 personnes, footballeurs, éducateurs et familles ont fait le déplacement. L’ambiance devrait être formidable durant ces trois jours.

ALSACE GJ 7

La compétition a débuté ce samedi  pour les jeunes haut-doubistes, qui vont affronter plusieurs formations européennes. C’est la troisième fois que le club du Haut-Doubs participe à un tel évènement.

ALSACE GJ 5

Ce jeudi, les étudiants en 2è année de BTS agricole technico-commercial de la filière bois du centre de formation de Chateaufarine à Besançon participait à la 1ère édition de l’opération « NégoBois ». A travers cette initiative, l’établissement bisontin souhaite confronter ses jeunes à la réalité professionnelle.

Cinq jurys

Cinq jurys, composés d’un formateur, d’un jeune en 1ère année et d’un professionnel, soumettaient les candidats à une véritable négociation. Pour les participants, l’objectif est double : maîtriser des connaissances techniques, liées à leur secteur d’activité, et savoir appliquer les  techniques de vente dispensées en cours. Autrement, savoir de quoi on parle, connaître le vocabulaire technique et professionnel, argumenter, définir les besoins, reconnaître les freins, trouver les bons arguments, … . Certains jeux de rôle se sont conclus par une vente. Pour d’autres situations, faute d’accord, il a fallu agender un nouveau rendez-vous.

Une expérience très formatrice

Les étudiants reconnaissent les bienfaits de cette innovation pédagogique. Elle leur a permis de rencontrer des professionnels et comprendre les principaux enjeux, pour ceux qui ont préparé la journée, et se confronter à la rudesse et la rigueur des négociations et du monde professionnel, pour ceux qui passaient le concours. Prospection de nouveaux clients, ventes de bois et de parcelles, gestion de la forêt,…, les situations professionnelles sont diverses et variées et en lien avec le secteur d’activité dans lequel le jeune évolue ( exploitant forestier, scierie, négoce,…).

Rencontres et recrutement

Au cours de cette journée, les entreprises présentes ont pu échanger avec cette jeunesse passionnée et motivée. Ces dirigeants ont sans doute pu repérer d’éventuelles futurs collaborateurs. Une chose est certaine à la fin de leur cursus, ces jeunes gens n’auront aucune difficulté à s’insérer dans le monde du travail. Grâce à ce genre d’initiatives, et à des outils et une démarche pédagogique adaptés, les étudiants se voient délivrer les connaissances théoriques et pratiques nécessaires pour appréhender le monde de l’entreprise et y faire leur place.

Le reportage de la rédaction : Jérôme Donzelot (coresponsable de la filière). Pierre et Arthur ( deux étudiants)