Choix du secteur :
Se connecter :
 

La circulation des trains sera perturbée sur les lignes TER Bourgogne-Franche-Comté à la suite d'un mouvement social national à compter de ce mardi 5 juillet,  en fin de journée,  et jusqu'au jeudi 7 juillet au matin. Il en sera de même pour la  circulation des TGV. La circulation du Lyria sera quasi normal.

Notez par exemple : 1 train sur 3 sur l’axe Dole/Pontarlier 1 train sur 2 sur la ligne Besançon/ Lons-le-Saunier. Des cars de substitution sont prévus entre Besançon et Morteau et Dole et Saint-Claude. Les revendications portent sur les salaires. Pour tout savoir sur les difficultés à prévoir, rendez-vous sur le site www. sncf.com ou www.ter.sncf.com .

A Pontarlier, la Ville et la structure Idéha viennent d’inaugurer la première résidence senior souhaitée par la capitale du Haut-Doubs pour répondre à la problématique du vieillissement de la population et de la prise en charge de nos aînés.

La résidence Marie Labonde, du nom de cette infirmière pontissalienne qui perdit la vie, au front durant la guerre 14-18, est située dans le quartier de l’Îlot Saint-Pierre, en pleine restructuration. Cette bâtisse, correespondant aux enjeux acoustiques et thermiques, se décline en 30 logements et une salle commune. Le coût de cet investissement est de 3 millions d’euros. Le loyer pour les résidents, en fonction de leur situation, s’élève entre 330 et 530 euros mensuels. S’inscrivant totalement dans la vie de la cité, cet habitat plaît et répond aux besoins et aux attentes des personnes âgées. Il respecte la vie personnelle de chacun, tout en permettant une vie collective et sécurisée.

ideha DD

D’autres projets dans les cartons

Patrick Genre, le Maire de la commune, et Bénédicte Hérard, son adjointe en charge du social, réfléchissent d’ores et déjà au lancement d’un projet identique. Autrement dit, instaurer au sein de la cité un parcours progressif de logement, permettant aux ancien de rester le plus longtemps possible à domicile. Au cours de cette matinée, Idéha et le CCAS ont signé une convention, afin que ce dernier puisse intervenir au sein de la structure pour y développer des animations et créer du lien social

L'interview de la rédaction / Bénédicte Hérard, l’élue en charge du social à la ville de Pontarlier, et Patrick Genre, le maire de la cité sont au micro de la rédaction.

 

L’Urssaf Franche-Comté indique dans un communiqué de presse que le Conseil de la Protection Sociale des Travailleurs Indépendants de Bourgogne Franche-Comté déclenche le plan "Catastrophe et intempéries" pour la Franche-Comté.  Et ce, pour venir en aide aux indépendants victimes des intempéries qui ont touché les départements de la Franche-Comté ces jours-ci. L’aide financière exceptionnelle vise à soutenir les travailleurs indépendants actifs dans leurs besoins les plus urgents lorsque leurs locaux professionnels, leurs outils de production et/ou de leur domicile principal ont été atteints par les intempéries.

Ce jeudi matin, une vingtaine d’agents des métiers de l’animation et de l’éducation populaire  de la ville de Besançon et des Francas du Doubs se sont rassemblés sur l’esplanade des Droits de l’Homme à Besançon. Ils dénoncent la précarité de leur emploi et le manque de reconnaissance de leur profession et de l’action éducative qui l’accompagne.

Pour les participants, la situation a trop duré. Il est devenu urgent pour les collectivités et le monde associatif de prendre les dispositions qui s’imposent. La profession est désertée. La précarité y est bien réelle. Avec des salaires de 550 euros par mois, qui ne tiennent pas compte du temps de travail réel effectué et des horaires compliqués, répartis de façon illégale dans la journée, le métier ne séduit plus.

CGT ANIMATEUR

Ce jour, 25 centres périscolaires étaient impactés à Besançon. Demain, vendredi , une délégation de la CGT sera reçue en mairie. Le syndicat attend des réponses concrètes à ses interrogations. D’autant plus que la mairie de Besançon, entend accueillir davantage d’enfants, dès la rentrée prochaine, dans les centres périscolaires bisontins notamment durant la pause méridienne. Et ce, pour gérer le manque de place dans les restaurants scolaires de la ville.

L'interview de la rédaction / Stéphanie Rodriguez, responsable CGT des Francas du Doubs

Les nombreux partenaires de la CCI de Besançon avaient rendez-vous ce mardi 21 juin pour la remise du chèque Color Life. Plus de 110 000 euros ont été collecté au total pour cette 5e édition en faveur de la lutte contre le cancer, un record depuis sa création en 2015.

24 058 €. C’est le montant récolté par la CCI (chambre de commerce et d'industrie) de Besançon et l’école de commerce IMEA au profit de la ligue contre le cancer pour l’édition 2022 de la Color Life. À l’occasion de cette remise de chèque, tous les partenaires étaient conviés. L’événement qui a pour but de promouvoir le sport santé et de sensibiliser la jeunesse contre les dangers du tabagisme a connu un franc succès cette année encore. Organisée par une équipe d’étudiants et les bénévoles de la ligue contre le cancer dans le parc de la Gare d’Eau, la manifestation a réuni des centaines de personnes.

Un montant historique

Plus de 110 000 € cumulés. Les fonds récoltés vont permettre à l’association de faciliter la recherche nationale et locale. Cela permet aussi d’aider au mieux les personnes atteintes du cancer à travers un accompagnement financier et psychologique, notamment pour les enfants malades. Toutes les 3 semaines se tient une réunion où sont choisies les familles qui bénéficieront de cette aide. Un chèque est reversé directement aux concernés. L’organisation accompagne aussi les proches des malades après le deuil, le “service proximité cancer” est disponible à Besançon, Valdahon et Pontarlier.  

A Besançon, les agents des métiers de l’animation et de l’éducation populaire de la ville ont déposé un préavis de grève pour ce jeudi 30 juin à 10h30 sur l’esplanade des droits de l’homme. Les salaires, la précarité des emplois et les conditions de travail sont au cœur des revendications. Ils demandent une revalorisation salariale, une réelle reconnaissance de leurs métiers, la titularisation des animateurs actuellement contractuels ou encore un meilleur taux d’encadrement.

A Besançon, les représentants syndicaux de la société Safran, spécialisée dans l’aéronautique, mobilisée depuis mercredi, ont décidé de suspendre leur mouvement ce jeudi à l’issue d’une rencontre avec la direction. Les négociations restent néanmoins  insatisfaisantes. Cette dernière campe sur ses positions.

Si l’effort consenti de 62 euros brut devrait se confirmer en juillet prochain, la demande de 60 euros supplémentaires, que les salariés justifient par une valorisation de leur savoir-faire, n’a pas trouvé d’écho favorable pour le moment. De nouvelles discussions seront possibles en octobre prochain. D’ici là, les revendications demeurent et de nouvelles mobilisations surprises ont été annoncées à la direction.

La traditionnelle fête de la maison de quartier des Pareuses se déroulera ce samedi 18 juin à partir de 14h30 à Pontarlier. A cette occasion, de nombreuses activités et animations seront proposées. Au programme : balade à poney, kermesse, atelier de maquillage, tournoi de foot et château gonflable. Un lâcher de ballons est prévu à 17h30. A 18h, spectacle des jeunes et jeux sur podium. Enfin, à 19h, soirée dansante. Possibilité de se restaurer sur place. Pour de plus amples informations : www.maisondequartierdespareuses.com

Ce mercredi 15 juin, c’est la journée de lutte contre la maltraitance des personnes âgées. Dans ce cadre-là, et profitant des élections législatives, l’association ALMA Franche-Comté, implantée à Besançon, a adressé un courrier aux candidats pour attirer leur attention sur les conditions de vie des personnes âgées et handicapées.

Cette association recueille les alertes et témoignages de maltraitance. Cette mobilisation fait écho notamment aux affaires qui touchent des groupes et structures privés, qui mènent une mission de prise en charge de nos aînés. L’association franc-comtoise constate également une nette augmentation des signalements de maltraitance en établissement et à domicile. Dans son courrier, elle demande aux futurs législateurs de donner les moyens financiers et humains nécessaires pour un meilleur accompagnement de ce public.

Un mouvement de psychologues est prévu ce vendredi 10 mai, à 14h, devant l’Agence Régionale de Santé à Besançon. Parmi les revendications énoncées : un arrêt immédiat de la politique de démantèlement des institutions, le renfort de l’offre de soins, la revalorisation salariale de la profession et l’abandon des plateformes « visant  à organiser le tri des patients ».