Choix du secteur :
Se connecter :
 

A l’initiative de Florian Martinez, un parent d’élève de l’école Jean Boichard à Besançon, une pétition circule pour demander « la mise en place d’un accueil périscolaire de qualité ». D’ores et déjà 900 personnes l’ont  signée. Son auteur n’est pas surpris par le succès rencontré. Il explique être régulièrement interpellé par des parents d’élève. Concrètement, il est demandé « de trouver une solution pour engager les animateurs manquants », « de répondre favorablement à toutes les demandes d’inscription à l’accueil périscolaire et à la cantine », « de poursuivre le travail de revalorisation du métier d’animateur périscolaire » et « d’engager une concertation citoyenne sur l’accueil périscolaire avec toutes les parties prenantes ».

M. Martinez a sollicité jeudi matin une rencontre avec la Maire de Besançon pour évoquer toutes ses interrogations et trouver des solutions. Le père de famille reconnaît néanmoins que la situation s’est améliorée depuis la rentrée dernière, mais cela reste encore insuffisant pour que le service périscolaire bisontin réponde aux attentes en termes de sécurité et d’éducation.

Pour signer la pétition : https://chng.it/GggQ9QNrrh

L'interview de la rédaction

Cette semaine, avant quinze jours de vacances bien méritées, le lycée professionnel Saint Bénigne de Pontarlier organise une semaine thématique invitant les jeunes à s’engager artistiquement. « L’art et l’engagement » permet de mettre en lumière les travaux de ses élèves qui, pour certains le présenteront, lors d’une épreuve orale pour l’obtention de leur baccalauréat professionnel.

Ces adolescents sont issus de différentes filières et formations. Les thèmes de la santé, de l’usage des jeux vidéos ou encore du harcèlement ont été déclinés sur plusieurs supports. Le résultats est bluffant et les messages diffusés sont d’une très grande pertinence. Marie, future pompier, a voulu créer une peinture à la fois sombre et porteuse d’espoir. La référence au code pénal et l’inscription du logo du réseau social Snapchat rappellent que la justice sanctionne cette violence et que les réseaux sociaux sont à utiliser avec précaution. Benoît et ses amis ont préféré la Bande dessinée pour sensibiliser les autres lycéens au VIH et à l’usage du préservatif. Enfin, le tableau de Léo ne passe pas inaperçu également. Le parapluie en forme recouvert d’un préservatif, tenu par Maestro, le célèbre personnage de la série animée   , est le seul rempart pour se protéger des Infections Sexuellement Transmissibles.

Des adolescents qui parlent à d’autres adolescents. Une initiative très intéressante et riche d’enseignements, qui a trouvé sa place dans les lieux de vie de l’établissement scolaire.

Le reportage de la rédaction : M. Cordier et Marie, Léo et Benoît 

Après quatre semaines de formation collective au sein des locaux bisontins de la mission locale, les douze jeunes engagés dans le dispositif « osez le numérique » s’apprêtent à vivre deux semaines de stage dans une entreprise spécialisée dans ce domaine. Au cours de ce mois, les jeunes, âgés entre 16 et 25 ans, ont acquis des connaissances dans un spectre très large : web, graphisme, game design, … . Ce temps ne délivre pas de diplôme, mais permet à ces jeunes gens de valider ou pas leur désir de poursuivre leur projet professionnel dans cette voie.

OSEZ LE NUMERIQUE MISSION LOCALE 2

En compagnie de deux intervenants et d’un réseau de partenaires, les participants ont pu apprécier les compétences que leur demandent ces métiers, appréhender leurs réalités et mieux définir la direction qu’ils souhaitent prendre. Communication, graphisme, traitement et protection des données d’une entreprise, création de sites internet, … les possibilités sont diverses et variées. Comme l’explique Alix Faivre, un des deux intervenants, ces métiers sont en plein développement et les entreprises auront besoin dans les années à venir de professionnels compétents et qualifiés.

OSEZ LE NUMERIQUE MISSION LOCALE 3

 

Trouver sa voie

Les jeunes ont bien conscience qu’ « osez le numérique » n’est pas une finalité, mais une opportunité qui leur est offerte pour atteindre un objectif professionnel. Jade (21 ans) prend ce moment comme une expérience supplémentaire pour enfin décrocher une place dans l’école d’animation, spécialisée dans le numérique, qu’elle aimerait rejoindre. Léo (20 ans)  y voit également un cursus pour retrouver la confiance qu’il a perdue avec l’éducation nationale. Une chose est certaine, les projets mûrissent. A l’issue de la période de stage, un temps d’évaluation et de bilan sera effectué. Il  permettra à tout un chacun d’y voir plus clair sur sa situation et d’entrevoir d’autres chemins.

Le reportage de la rédaction

Les AESH, ces professionnels qui aident les enfants et les adolescents en situation de handicap à l’école et dans les établissements scolaires, sont appelés à faire grève ce mardi 19 octobre. L’intersyndicale dénonce la précarité dans laquelle ces personnes exercent leur mission.

Il est notamment précisé que ces intervenants ne perçoivent qu’un salaire de 800 euros nets par mois. « L’assurance de pouvoir travailler à temps complet, d’avoir de réelles perspectives de déroulement de carrière, une formation professionnelle avec la garantie de meilleures conditions de travail ne sont toujours pas d’actualité, depuis la mise en place d’un contrat à durée indéterminée en 2014 » explique le communique de presse. Un rassemblement est prévu ce mardi après-midi, vers 15h30, devant le rectorat de Besançon, rue de la Convention.

Jeudi dernier, en fin de semaine, Marie Guite Dufay, présidente de la région Bourgogne Franche-Comté, et Jean-François Chanet, recteur de la région académique Bourgogne Franche-Comté, ont posé la première pierre du bâtiment de restauration sur le site du lycée Victor Hugo.

lycee victor hugo

Ce nouveau bâtiment accueillera un service commun de restauration mutualisé entre le lycée Victor Hugo et le lycée Tristan Bernard. Cette construction comprendra également la création d’un internat pour le lycée Tristan Bernard sur le site du lycée Victor Hugo. Le coût de cette opération s’élève à 13,24 millions d’euros. La livraison du chantier est prévue pour la rentrée 2023

Ce vendredi 15 octobre, un hommage a été rendu dans les établissements scolaires de France à Samuel Paty, à la veille du 1er anniversaire de son assassinat. En présence de Jean-François Chanet, Recteur académique Bourgogne Franche-Comté, et Jean-François Colombet, préfet du Doubs, un hommage s’est tenu à la cité administrative Sarrail, futur site du rectorat de l’académie de Besançon.  Des enfants de l’école Granvelle et des lycéens de Jules Haag avaient fait le déplacement.

PATY RECTORAT

A cette occasion, le Recteur et le Préfet ont inauguré un patio en mémoire de l’enseignant, professeur d’histoire géographie et d’enseignement moral et civique, assassiné le 16 octobre 2020 par un terroriste islamiste pour avoir enseigné et défendu les valeurs de la République dont la liberté d’expression.

PATY RECTORAT 3

 

« Touché, meurtri, envahi par la colère »

PATY RECTORAT 4

 

Le Préfet du Doubs s’est dit « touché, meurtri et envahi par la colère ». Néanmoins, le représentant de l’état a rappelé son attachement au maintien « des valeurs républicaines » qui fondent notre société. Et de poursuivre : « l’école est un lieu de ressource, d’émancipation des hommes et un rempart contre l’ignorance, l’obscurantisme, le racisme et toutes les dérives misérables ». Jean-François Chanet s’est dit déterminé à lutter contre l’obscurantisme. Il veut allier les actes à la parole et à la pensée. « L’école doit continuer à préparer les jeunes à devenir des citoyens ».

Le reportage de la rédaction / Des enfants de l'école Granvelle, un lycéen de Jules Haag et Jea-François Chanet

Concernant l’épidémie de covid-19 dans l’académie de Besançon, le rectorat de Besançon indique, qu’à la date de ce jeudi après-midi, aucune structure scolaire n’est fermée et 23 classes à distance bénéficient de la continuité pédagogique dans l'académie. 62 élèves et 5 personnels sont cas confirmés à la Covid-19 en cumul sur les 7 derniers jours.

Ce vendredi 15 octobre, un hommage est rendu dans les établissements scolaires de France à Samuel Paty, à la veille du 1er anniversaire de son assassinat. Ce vendredi, en présence de Jean-François Chanet, Recteur académique Bourgogne Franche-Comté et de l’académie de Besançon, Chancelier des universités, un hommage se tiendra  à la cité administrative Sarrail, futur site du rectorat de l’académie de Besançon.

A cette occasion, le Recteur et le Préfet inaugureront un patio en mémoire de l’enseignant, professeur d’histoire géographie et d’enseignement moral et civique, assassiné le 16 octobre 2020 par un terroriste islamiste pour avoir enseigné et défendu les valeurs de la République dont la liberté d’expression.

Cet hommage sera rendu en présence d’élèves, de représentants des organisations syndicales, des personnels, des parlementaires et des représentants des collectivités locales.

Pour répondre aux impératifs de la continuité pédagogique à l’école, réduire la fracture numérique et accélérer la transformation numérique, le rectorat de Besançon fait savoir que le département du Doubs va bénéficier d’un financement de plus de 6 millions d’euros sur une période triennale, sur le principe d’un cofinancement Etat-collectivités.

Concrètement, cette dotation va permettre l’achat d’équipements pour les écoles, l’équipement des établissements pour l’enseignement hybride, la formation des professeurs, l’accompagnement des parents volontaires, l’équipement d’élèves de classes élémentaires en situation de fracture numérique et la mise à disposition de ressources aux enseignants.

Les étudiants de la filière Staps de l’université de Franche-Comté se sont mobilisent ce mercredi. Ils dénoncent des infrastructures vétustes, des amphis inadaptés et un manque d’enseignants.   C’est à pied, qu’ils ont quitté leur campus pour rejoindre le rectorat de Besançon, où une délégation a été reçue. Symboliquement pour montrer la gravité de la situation, les étudiants ont recouvert un cercueil en bois de bougies. Ils l’ont ensuite brûlé avec les cartons revendicatifs de la manifestation.