Choix du secteur :
Se connecter :
 

Attendu largement en tête à l’issue du 1er tour, Julien Odoul termine finalement deuxième derrière la présidente sortante Marie-Guite Dufay. Si rien n’est perdu, la dynamique n’est clairement pas en faveur du candidat d’extrême-droite.

32%, c’est le score autour duquel Julien Odoul et le Rassemblement National étaient attendus ce dimanche en Bourgogne Franche-Comté. Entre-temps, le chef de file du parti lepéniste a dû faire face à de nombreuses casseroles, ainsi qu’à une désapprobation de plus en plus forte de ses soutiens au sein de son parti. Une succession de mauvaises publicités qui ont peut-être coûté la large première place qui tendait les bras à Julien Odoul. La victoire finale semble désormais bien plus loin qu’il y a quelques heures pour ce dernier, qui n’a donc récolté « que » 23,8% des suffrages.

Des casseroles qui coûtent cher

À quelques semaines de l’échéance électorale, et alors que tout semblait aller pour le mieux du côté du RN et de Julien Odoul, celui-ci a dû faire face à de nombreuses révélations dont lui et son parti se seraient passé. Un enregistrement audio dévoilé par nos confrères de Libération dévoile une discussion entre Julien Odoul et son colistier Jacques Ricciardetti entre autre, où ces derniers se moquent du suicide d’un agriculteur. Ont suivi plusieurs autres casseroles pour le candidat RN, à savoir une affaire d’emploi fictif, ou encore une histoire de changement d’adresse douteuse.

 

Quel scénario pour le 2nd tour ?

À une semaine du second tour, la fenêtre de tir semble s’être largement réduite pour Julien Odoul. Alors que Marie-Guite Dufay devrait bénéficier du soutien de Stéphanie Modde et Bastien Faudot, Julien Odoul, lui, ne pourra compter que sur lui. Si ce dernier appelle les électeurs de Gilles Platret (LR)  à « prendre leurs responsabilités » et voter pour le RN afin d’assurer l’alternance politique, le candidat des Républicains réfute lui toute discussion avec l’extrême-droite. Le salut de Julien Odoul semble donc se trouver dans la lutte contre l’abstention. Selon lui, son taux record joue en faveur du gouvernement et contre le Rassemblement National. Sans une mobilisation plus importante des sympathisants lepenistes, la Région devrait donc rester sous la présidence de la socialiste Marie-Guite Dufay.

Canton de Dole 1 : Le binôme d’Union de Droite de Jean-Baptiste GAGNOUX et Christine RIOTTE s’impose très largement avec 50,27% soit plus de la moitié des suffrages exprimés (2325 voix). Il devance le binôme Ecologiste avec 20,24% (936 voix), le binôme du Rassemblement National avec 18,83% (871 voix) et le binôme d’Union de Gauche avec 10,66% (493 voix). L’abstention s’élève à 64,16%.

Canton de Champagnole : Seule binôme engagé, Clément PERNOT et Eloïse SCHNEIDER sont logiquement élus avec 100%. L’abstention s’élève à 62,84%.

Canton de Bletterans : Le binôme de La République en Marche composé de la députée Danielle BRULEBOIS et Philippe ANTOINE s’est très largement imposé avec 61,17% des voix (2848) devant le binôme du Rassemblement National avec 23,71% (1104 voix). Le binôme de La France Insoumise est lui à 15,12% (704 voix). Le taux d’abstention est de 62,77%.

Canton de Moirans-en-Montagne : Tout comme dans de nombreux cantons, le binôme d’Union de Droite, Marie-Christine DALLOZ et Philippe PROST s’impose très largement avec 53,18% (1972 votes) contre 25,43% pour le binôme Union de Gauche (943 voix) et les 21,39% du binôme Rassemblement Nationale (793 votes). L’abstention, elle, s’élève à 62,44%. L’abstention est de 62,44%.

Canton d’Arbois : Le binôme d’Union de Droite composé de Marie-Christine CHAUVIN et René MOLIN, s’impose sans problème avec 57,11% (1968 voix) face à Jean-Baptiste BAUD et Carole HOSTIN-BONNOT de Divers Gauche et leurs 42,89% (1478 voix). L’abstention est légèrement moins élevée qu’ailleurs avec 57,75%.

Canton de Lons-le-Saunier 1 : C’est la Divers Gauche qui s’impose dans le canton de Lons-le-Saulnier 1 avec à sa tête Thomas BARTHELET et Christelle PLATHEY avec un total de 42,8% (699 voix). Elle devance la Divers Droite et ses 38,58% (630 voix) ainsi que le binôme de la majorité avec 18,62% (304 voix). Le taux d’abstention est de 64.15%.

Canton de Lons-le-Saunier 2 : Le binôme de droite, Cyrille BRERO et Yoanna WANCAUWENBERGHE, devance sans surprise avec 40,92% (701 voix) des suffrages, la Divers Gauche et ses 19.09% (327 voix). On retrouve ensuite l’Union du Centre avec 18,04% (309 voix), le Rassemblement Nationale avec 13,66% (34 votes) et la France Insoumise et ses 5,84% (100 voix). L’abstention s’élève à 55,95%.

Canton de Saint-Claude : Là encore c’est la droite qui s’impose, le binôme de Catherine CHAMBARD et Jean-Louis MILLET comptabilise 37,04% des voix (203). Ils devancent le binôme de la majorité avec 31,57% (173 voix) et le binôme de Divers Gauche avec 31,39% (172 voix). L’abstention est de presque 61%.

Avec 20,82% des suffrages, Gilles Platret, le candidat de la droite arrive en troisième position du 1er tour des élections régionales. Le député jurassien Jean-Marie Sermier, soutien de la première heure du chef de file de la liste de la droite en Bourgogne-Franche-Comté, veut encore croire à l’alternance.

Pour Mr Sermier, « la campagne débute officiellement ce soir ». Il rappelle que son parti n’entrera pas dans les habituelles discussions du dimanche soir d’après 1er tour. Pas de fusion de listes envisagée. « Nous avons une offre qui est construite depuis le départ. C’est une offre émanant de la droite, du centre et des Verts modérés d’Antoine Weachter » explique Mr Sermier. Le député jurassien veut « mettre un terme à 20 ans de socialisme ».

Jean-Marie Sermier ne cache pas son agacement quant au déroulement de ce scrutin par l’Etat et l’inorganisation qui en découle. « Mr Darmanin en porte la responsabilité. Plutôt que de traîner rue de Dijon, il aurait mieux fait d’organiser les élections ». conclut-il.

Énorme surprise en Bourgogne-Franche-Comté. Annoncée troisième dans tous les sondages depuis plusieurs semaines, la présidente sortante Marie-Guite Dufay (PS) termine finalement en tête des suffrages à l’issue du 1er tour avec 26,1%. Julien Odoul (RN), annoncé largement en tête depuis quelques semaines, n’est que deuxième avec 23,9% des suffrages. Gilles Platret (LR) est troisième avec 20,8%, devant Denis Thuriot (LREM) et ses 11,7%. 

Résultats du 1er Tour à 86% des saisies: 

Marie-Guite Dufay (PS/PCF/PRG) - 26,1 % 

Julien ODOUL (RN) - 23,9%

Gilles PLATRET (LR/UDI/DLF) - 20,8%

Denis THURIOT (LREM/MoDem) - 11,7%

Stéphanie MODDE (EELV) - 10,3%

Bastien FAUDOT (LFI/G.s) - 4,3%

Claire ROCHER (LO) - 2,7%

 

Annoncée troisième à l’issue du 1er tour selon les derniers sondages, la présidente sortante Marie-Guite Dufay n’a pas dit son dernier mot. La candidate socialiste peut encore espérer gagner la Région, mais doit pour cela convaincre Denis Thuriot et LREM.

Marie-Guite Dufay devra faire un choix ce soir. Rester fidèle à la gauche, ou s’allier pour gagner.  La socialiste, attendue autour des 20% ce dimanche, avait longuement regretté pendant la campagne de ne pas avoir réussi à réunir toute la gauche. Des paroles qui visaient évidemment Bastien Faudot (G.s) et Stéphanie Modde (EELV), tous deux attendues sous les 10% et qui devraient donc appeler à voter Marie-Guite Dufay au 2ème tour.  

En revanche, aucun rapprochement n’était pressenti avec La République en Marche et Denis Thuriot, malgré la proximité entre la présidente de Région et l’Élysée. Pourtant, c’est bien sur ce dernier que Marie-Guite Dufay doit s’appuyer si elle souhaite conserver son siège de présidente. Une alliance qui permettrait potentiellement à la socialiste de gagner cette élection, mais qui pourrait aussi ne pas faire l’unanimité, que ce soit chez ses électeurs ou chez ses colistiers les plus à gauche. 

Pour rappel, en cas de deuxième tour en quadrangulaire, c’est Julien Odoul qui serait vraisemblablement le plus à même de devenir président de Région. En revanche, dans le cas d’une triangulaire sans Denis Thuriot (LREM), c’est Marie-Guite Dufay qui serait favorite à sa propre succession. L’idéal pour la socialiste serait un retrait de Denis Thuriot sans consignes de vote. Un cas de figure qui lui permettrait de gagner des voix primordiales sans pour autant être critiquée pour une alliance controversée. Pas sûr cependant que Denis Thuriot accepte de se retirer sans négocier quelques sièges au sein du conseil régional, même si le barrage au Rassemblement National semble être la priorité des deux candidats. 

Environ 20 interventions ont été réalisées par les sapeurs-pompiers suite aux orages de ce début d'après-midi, principalement pour des protections de biens. Les secours sont intervenus à Vercel, Etalans, Pontarlier, Montécheroux, Avoudrey, Valdahon, le plateau de Blamont et Saint-Hippolyte.

A 17H, le taux de participation au premier tour des élections régionales et départementales s’établit à 28,41 % (42,89 % au 1er tour des régionales 2015.

Par département, les chiffres sont les suivants :

Doubs : 24,68 % (40,99 % au 1er tour des régionales 2015)
Jura : 26,49 % (41,09 % au 1er tour des régionales 2015)
Haute-Saône : 35,74 % (43,78 % au 1er tour des régionales 2015)
Territoire de Belfort : 26,96 % (42,81 % au 1er tour des régionales 2015

 

A 12h, le taux de participation au premier tour des élections régionales et départementales s’établit à 13,87% en Bourgogne-Franche-Comté.

Il s’établit comme suit dans les départements francs-comtois :

Doubs : 12,87 % ( 2015 : Régionales / 16,36%)
Jura : 14,90 % ( 2015 : Régionales / 24,10%)
Haute-Saône : 18,99 % ( 2015 : Régionales / 19,01%. Départementales / 21,14%) 
Territoire de Belfort : 12,74 % (2015 : Régionales / 16,38%. Départementales / 19,33%)

Le taux de participation estimé à 12 heures dans le département du Doubs est de 12,87 %. A titre indicatif, le taux de participation à 12 heures lors du premier tour des élections régionales de 2015 était de 16,36 % dans le Doubs.

Pour le département du Jura, le taux de participation à 12H00 au scrutin de ce jour est de 14,90 % . A titre indicatif, le taux de participation dans le Jura au premier tour des élections de 2015 était de 24,10%

 

Dans une totale incertitude sur l’issue du scrutin, notamment en raison de l’abstention, qui s’annonce importante, les bureaux de vote ont ouvert leur porte ce dimanche matin à 8h. Les citoyens français sont appelés aux urnes pour élire leurs représentants régionaux et départementaux. Plein Air fait le point sur les responsabilités et les missions de ces deux collectivités

Le conseil départemental

Les élections départementales se déroulent au suffrage universel direct. Ce qui signifie que tous les citoyens majeurs, inscrits sur les listes électorales, peuvent voter. Les conseillers départementaux sont élus au suffrage universel direct pour un mandat de six ans.
Le conseil départemental est chargé de l’action sociale : aide aux personnes âgées, à l’enfance, aux personnes handicapées, lutte contre la pauvreté et l’exclusion. Il gère aussi les collèges (construction, entretien des bâtiments, équipements sportifs, informatiques, …) et est responsable de l’entretien des routes.

Les conseillers départementaux se présentent en binôme homme-femme dans un canton. Les élus de tous les cantons du département forment alors le conseil départemental.
C’est un scrutin majoritaire à deux tours.

Le mode de scrutin

Pour être élu au premier tour, un binôme doit obtenir la majorité absolue des suffrages exprimés et un nombre de suffrages au moins égal à 25 % des électeurs inscrits. Si aucun binôme n'est élu au premier tour, seuls peuvent se présenter au second tour les binômes qui ont obtenu un nombre de suffrages au moins égal à 12,5 % des électeurs inscrits, sans possibilité pour les binômes de fusionner. Est élu au second tour le binôme qui obtient le plus grand nombre de voix.

Le conseil régional

Il gère et administre une région : cela concerne de nombreux aspects de la vie quotidienne des citoyens, tels que les transports, (ports, aéroports, transports collectifs routiers et ferroviaires, les lycées ou encore l’emploi, la formation professionnelle et l’apprentissage. Il est également chargé du développement économique et de l’aménagement de son territoire.

 

Le mode de scrutin

Les candidats sont élus au suffrage universel direct pour un mandat de six ans.
On vote pour une liste. Au premier tour, si une liste recueille plus de 50% des votes, elle obtient le quart des sièges à pourvoir. Les autres sièges sont répartis proportionnellement entre toutes les listes ayant obtenu au moins 5% des suffrages exprimés.
Si aucune liste n’a recueilli la majorité absolue, un second tour est organisé. Les listes ayant obtenu au moins 10% des suffrages exprimés peuvent fusionner avec d’autres. La liste qui arrive en tête obtient le quart des sièges à pourvoir. Les autres sièges sont répartis proportionnément entre les listes qui ont comptabilisé au moins 5% des votes.