Choix du secteur :
Se connecter :
 

Lors du dernier conseil municipal bisontin, en date du 9 décembre, les élus du groupe LREM-MoDem se sont opposés à l’écriture dite « inclusive » sur les supports de communication à destination du public et des agents de la collectivité. Et ce, « afin de respecter les principes fondamentaux d’accessibilité et d’égalité des droits ».

Bérangère Abba, Secrétaire d’Etat chargée de la Biodiversité, sera dans le Jura ce vendredi. Elle se rendra dans  les communes de Thoirette-Coisia et de Chaumergy afin de visiter des aménagements visant à restaurer leurs cours d’eau. Ces deux projets ont été accompagnés financièrement par l’Agence de l’eau Rhône-Méditerranée-Corse.

Les Jeunes avec Macron en Bourgogne-Franche-Comté font savoir qu’ils vont mener une opération de porte-à-porte sur le Campus de la Bouloie à Besançon ce jeudi 9 décembre, de 18h à 20h30, afin de rencontrer et récolter les avis des étudiants sur le quinquennat et leurs inquiétudes sur leur avenir, notamment dans le cadre de la situation sanitaire actuelle. Eric Alauzet, le député de la 2è circonscription du Doubs sera présent.

Ce mercredi, le comité de soutien à l’action et à la réélection d’Emmanuel Macron a donné sa première grande conférence de presse. Un moyen pour ses militants et quasiment soutiens de la première heure de préciser le rôle qu’ils entendent mener auprès du Président de la République pour l’aider à conserver l’Elysée.

A travers cette démarche, le collectif, constitué d’élus, enseignants, soignants, journaliste, ancien travailleur social, souhaite multiplier les présences sur le terrain pour aller à la rencontre des habitants du Grand Besançon, et notamment celles et ceux vivant dans les secteurs où les taux d’abstention battent des records. La tâche s’annonce difficile, mais le groupe y croit. Tout l’enjeu sera de trouver une méthode adaptée et les bons outils pour intéresser et convaincre.

ROCHDI

Une application en ligne

Expliquer, montrer les effets de la politique nationale sur le quotidien des Bisontins, recenser les besoins et les attentes, telles sont les missions que l’équipe s’est fixée. Comme le rappellent Karima Rochdi et Robert Dard, cette campagne présidentielle doit se faire sur le terrain. Il faudra alors trouver les bons mots et surtout faire changer l’image que le Président de la République porte, à tort ou à raison. Porte-à-porte, présence sur les marchés, réunions publiques, réunions thématiques, l’équipe à des idées. Soucieuse de s’adresser le mieux possible à la nouvelle génération, elle entend s’appuyer sur trois étudiants qui viennent de la rejoindre. Dans le même état d’esprit, le collectif vient de mettre en ligne l’application « je m’engage », qu’il est possible de télécharger.

L'interview de la rédaction / Robert Dard. Karima Rochdi

Ce mardi après-midi, les policiers municipaux bisontins ont manifesté sur l’Esplanade des Droits de l’Homme sous les fenêtres d’Anne Vignot. Ils sont venus exprimer leur mécontentement, leur colère et leur inquiétude.

Ils dénoncent la totale désorganisation du service et demandent une politique claire et ambitieuse en la matière. Les policiers municipaux veulent des moyens humains et matériels à la hauteur de leur fonction et de leur mission. « Il nous faut des moyens pour être respectés, considérés par la population. Nos uniformes sont usés. Cela renvoie une très mauvaise image » explique Jacques Desoche du syndicat CFDT.  Parmi les exigences évoquées : des moyens adaptés aux situations auxquelles ils sont confrontés au quotidien, une clarification de leur mission et le recrutement d’un directeur de police municipale de catégorie A.

police municipale 2

Une première étape

M. Desoche ne le cache pas, d’autres actions seront menées. Les fonctionnaires jugent leur rencontre de vendredi dernier avec la maire écologiste de Besançon « insatisfaisante ». « Cette mobilisation en appellera d’autres » explique le policier. Le collectif  attend « l’ouverture d’un réel dialogue social permettant d’écouter les agents et de tenir compte de leur avis et comprendre leurs inquiétudes ».

police municipale

Dans un communiqué de presse, Annie Genevard indique sa « stupéfaction » en apprenant « la possible disparition du Cabinet de radiologie à Morteau en 2022 ». « Comment est-il possible de priver un bassin de vie de 20.000 à 25.000 personnes d’un service aussi essentiel que celui-là ? » écrit-elle. La parlementaire doubiste s’interroge notamment sur la situation de l’hôpital de Morteau qui « ne pourra plus exercer les mêmes missions sans cabinet de radiologie en proximité ».

Mme Genevard invite l’Agence de santé de Bourgogne Franche-Comté à « se saisir de cette situation et s’efforcer, en accord avec les professionnels de santé concernés, de mettre des propositions sur la table ».

Sans aucune surprise, il y aura un deuxième tour pour départager les trois listes qui se disputent la mairie de Métabief. 53% des électeurs ont participé ce dimanche à cette élection partielle. Hervé Lacroix, le 1er adjoint démissionnaire, arrive en tête de ce scrutin (36,6%). La deuxième place revient à Gérard Dèque (34,4%), qui a géré la commune durant près de 20 ans. Gaël Marandin, le maire sortant,  arrive en troisième position, avec 28,8% des suffrages. Le second tour se déroulera dimanche prochain.

 Jacques Grosperrin, le sénateur du Doubs, et Jean Baptiste Gagnoux, le Maire de Dole, ont réagi favorablement à la victoire de Valérie Pécresse au primaire. Pour Mr Grosperrin, Valérie Pécresse a été élue « sur un score qui lui donne une absolue légitimité ». Rappelons que Jacques Grosperrin est son porte-parole en Franche-Comté. Le parlementaire y voit la probable « première femme présidente de la république ».

 Quant à Jean-Baptise Gagnoux, Maire de Dole et Vice-président du département du Jura, « Il en appelle à une unité autour de cette candidature ». « Valérie Pécresse est la seule à posséder la capacité, pourtant essentielle en vue des échéances présidentielles de 2022, de fédérer la famille de la droite et du centre mais aussi les français autour d’un projet d’avenir clair » écrit-il. Pour Jean-Baptiste Gagnoux, « la vraie campagne commence ».

Le congrès des Républicains s’est conclu ce samedi après-midi sur la victoire de Valérie Pécresse. Cette dernière s’est imposée devant Eric Ciotti. Avec 61% des suffrages, elle arrive très largement en tête. Il faut dire que dès  les résultats du 1er tour connus, les vaincus, Xavier Bertrand, Michel Barnier et Philippe Juvin avaient très rapidement appelé leurs soutiens à porter leurs voix sur la présidente de la région Île de France au 2è tour. La droite dure, représentée par Eric Ciotti, n’a pas confirmé sa performance du 1er tour.

LR CONGRES PECRESSE

A Besançon, à la permanence des Républicains, en présence notamment de Jacques Grosperrin, Ludovic Fagaut et Michel Vienet, on a applaudi cette qualification. Certains y voient un message fort, avec, pour la première fois dans l’histoire du parti, la candidature d’une femme à une élection présidentielle. La jeunesse était présente et salue à son tour cette victoire. Pour Jérémie Beaud, jeune militant LR, « Valérie Pécresse est la candidate qui peut le plus rassembler ». Après quelques hésitations en début de campagne, Kevin Vejux a lui aussi été conquis par la candidate parisienne. « Elle a la capacité à rassembler du centre jusqu’à la droite d’Eric Ciotti dans le régalien en tout cas» commente le jeune homme.

Cette jeunesse a également apprécié la capacité de la candidate à mobiliser la nouvelle génération. Une jeunesse passionnée bien déterminée à prendre sa part dans l’écriture du projet politique du parti pour cette élection présidentielle.

L'interview de la rédaction / Kévin Vejux et Jérémie Beaud

Dans un communiqué de presse, le groupe « Doubs Social Ecologique et Solidaire » au conseil départemental réagit à la suspension, à titre conservatoire, du directeur de l’Agence départementale d’appui aux territoires et de l’ADAT 25. Selon Raphaël Krucien et Claude Dallavale, leur groupe avait alerté le 26 octobre dernier Christine Bouquin, la présidente du Conseil départemental du Doubs, sur des dépenses suspectes. Toujours selon ces deux élus, « la présidente n’avait pas souhaité donner suite à la demande de vérification commune, ni à celle de fournir la comptabilité de l’agence ».

L’opposition s’inquiète de ne pas obtenir les informations demandées. Elle s’interroge sur la nomination d’un cabinet indépendant pour mener une enquête interne. Rappelons que le directeur de l’agence est soupçonné d’avoir effectué des dépenses personnelles avec la « carte achat public » dont il est titulaire.