Choix du secteur :
Se connecter :
 

Ce lundi soir, Emmanuel Macron a tenu sa huitième allocution télévisée liée à la crise sanitaire du moment. On fait le point sur les principales mesures annoncées.

Le Président de la République a annoncé que la vaccination sera « obligatoire » pour les personnels soignants et non soignants des hôpitaux, cliniques, maisons de retraite, des établissements pour personnes en situation de handicap, pour tous les professionnels ou bénévoles qui travaillent au contact des personnes fragiles, y compris à domicile ». Ces personnels auront jusqu’au 15 septembre pour se faire vacciner. Des contrôles seront ensuite opérés et des sanctions seront prises. Emmanuel Macron a également précisé que le temps viendra de « se poser la question de la vaccination obligatoire pour tous les Français ». Pour l’heure, il fait le choix de la « confiance ». Par ailleurs, des campagnes de vaccination seront menées dans les collèges, lycées et universités à la rentrée.

Le Président a également notifié qu’une campagne de rappel sera mise en place pour les personnes âgées vaccinées en janvier et février 2021. Ils bénéficieront alors d’une nouvelle injection, selon le même système et dans les mêmes conditions que la ou les premières doses.

Le pass sanitaire

Il sera étendu aux lieux de loisirs et de culture rassemblant plus de 50 personnes, et pour toutes les personnes de plus de 12 ans. Cette obligation entrera en vigueur à partir du 21 juillet. Par ailleurs, Emmanuel Macron souhaite étendre le pass sanitaire aux cafés, restaurants, centres commerciaux et hôpitaux, ainsi qu’aux voyages en avions, trains et cars pour les trajets de logue distance à partir du mois d’août.

Les test PCR

A partir de cet automne, ils seront rendus payants, sauf prescription médicale, « et ceci afin d’encourager la vaccination plutôt que la multiplication des tests ».

 

Ce lundi, Jean-François Colombet, le nouveau Préfet du Doubs a rencontré la presse régionale pour échanger, faire le point et présenter ses ambitions pour le département du Doubs.

Arrivé de Mayotte samedi, le représentant de l’état s’est rapidement mis au travail. Il a notamment rencontré des élus et les responsables des services de l’état placés sous sa responsabilité. Mr Colombet s’est tout d’abord dit « heureux d’arriver dans le Doubs ». Un département qu’il ne connaissait pas. Au cours de ce temps de parole convivial, le préfet a expliqué qu’il voulait « s’inscrire dans un pacte de confiance avec les élus ». Il souhaite instaurer « un véritable partenariat » avec eux, en impliquant pleinement les services de l’état et de la préfecture. « Je veux être dans la facilitation et dans l’action. Je veux conjuguer le verbe faire au verbe dire » a-t-il précisé.

 

PREFET DOUBS COLOMBET

Les enjeux

Le préfet du Doubs axera sa gouvernance autour de trois enjeux principaux.

La sécurité publique, en prolongeant ou renforçant certaines actions. L’objectif étant d’instaurer une vraie « sérénité républicaine » dans les quartiers. Le Ministre de l’intérieur est d’ailleurs attendu en fin de semaine à Besançon pour la signature d’un contrat de sécurité intégré.

Le plan de relance. « Il faut faire vivre ce plan de relance » a déclaré Mr Colombet, qui va intensifier ses rencontres avec les élus. L’automobile, l’horlogerie et le bois font partie des domaines qu’il juge important de soutenir. 23 millions d’euros ont d’ores et déjà été alloués au département.

Les territoires ruraux. Pas question d’oublier le monde rural. Cela passe notamment par l’implantation de maisons France Service « pour faciliter la vie et l’accès aux services publics » et l’amélioration de la couverture internet fixe et la téléphonie.

 

PREFET DOUBS COLOMBET 3

La vaccination

« Seul le vaccin nous permettra de retrouver une vie normale » a expliqué Mr Colombet. Et de poursuivre : « le passeport vaccinal, c’est la liberté ». Le Préfet a demandé à l’ARS de mener une politique de sensibilisation en direction des publics et des professions dont le taux de vaccination est « trop faible », comme les agriculteurs par exemple.

L’expulsion des étrangers en situation irrégulière.

Le Préfet du Doubs s’est dit « intransigeant avec ceux « qui portent atteinte au contrat social, qui sortent de prison et qui troublent l’ordre public ». Mr Colombet explique qu’il agit « dans le cadre de la loi ». « Il faut de la fermeté républicaine et de l’humanité’. Pour les personnes « méritantes », il les invite à utiliser les moyens juridiques existants, comme par exemple « la circulaire Valls », qui accorde des autorisations dans un cadre bien précis.

Dans sa longue journée de prise officielle de fonction, Jean-François Colombet, le nouveau préfet du Doubs, successeur de Joël Mathurin, parti dans le Morbihan, a été reçu par Anne Vignot, la Maire écologiste de Besançon.

Mme Vignot a expliqué l’importance pour elle d’entretenir cette relation de proximité, qu’elle juge parfois « complexe » avec l’état. « Il faut pouvoir se coordonner » a expliqué Mme la Maire. Jean-François Colombet tient à instaurer une relation « équitable », basée « sur le dialogue ». Il juge important de laisser s’exprimer « toutes les opinions et les avis ». Lors de cette visite, le Préfet du Doubs a tenu à préciser qu’à travers lui, « ce sont tous les services de l’état qu’il représente ».

PREFET COLOMBET VIGNOT

En ce début de semaine, M Colombet a également plusieurs autres rendez-vous à honorer. Deux cérémonies sont prévues ce matin : Au Mémorial des Glacis et à l’Esplanade du Souvenir. A 15h30, une rencontre est prévue avec la presse régionale.


.prefet colombet

 


La Ville de Besançon renouvelle actuellement ses conseils d’habitants. Jusqu’au 23 juillet, tous les Bisontines et les Bisontins peuvent s’inscrire. Cette instance permet aux habitants d’être consultés sur les projets en cours, d’échanger sur les besoins et les attentes des habitants et de faire émerger de nouvelles idées pour le quartier. Pour s’inscrire, on a mis tous les liens qu’il faut sur pleinair.net

Pour s’inscrire ?


- par courrier à l ‘adresse suivante : Mairie de Besançon, service démocratie participative, 2 rue Mégevand 25034 Besançon cedex
-par mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
-en ligne via le formulaire https://enquetes.grandbesancon.fr/index.php/583893?lang=fr
-en le déposant sur place au centre municipal Sancey , 27 rue Sancey 25000 Besançon

Dans un communiqué de presse, le député jurassien Jean-Marie Sermier se félicite de la nomination, sur ses conseils et ceux de Marie-Christine Dalloz, de Romain Berthet (23 ans) en tant que responsable départemental des jeunes Républicains du Jura.

Agé de 23 ans, cet habitant de Tavaux, est un jeune diplômé de l’école d’ingénieur ESEO et spécialiste dans la gestion et l’analyse des données. Le parlementaire jurassien le présente comme « très investi dans la vie du mouvement, dont il est membre du Comité Départemental des Républicains du Jura depuis 2016 ». Il s’est également mobilisé à l’occasion des récentes campagnes électorales.

Jean-François Colombet, le nouveau préfet du Doubs, prendra officiellement ses fonctions ce lundi 12 juillet à 15h30. A 11h, le représentant de l’état se rendra au mémorial de l’esplanade des Glacis à Besançon, en l’honneur des victimes de guerre, puis au monument aux morts de la préfecture.

A 15h30, il recevra les représentants de la presse régionale. M. Colombet exerçait jusqu’à présent à Mayotte. Il succède à M. Joël Mathurin, nommé dans le Morbihan.

 

La sénatrice LR du Jura Marie-Christine Chauvin s’est, semble-t-il, inquiétée de la situation de lycée Victor Considérant de Salins-les-Bains. Suite au mail envoyé par le collectif d’enseignants mobilisés, elle a pris contact avec le proviseur du lycée Victor Considérant et l’inspecteur d’académie. « Un travail constructif est en pleine concertation et en palace » assure-t-elle.

Gilles Platret, candidat battu aux dernières élections régionales en Bourgogne Franche-Comté et maire LR de Chalon-sur-Saône vient d’être nommé, lors du bureau politique du parti, porte-parole des Républicains. Un poste qu’il partagera avec la députée européenne Agnes Evren.


La députée LR du Doubs, ancienne maire de Morteau, Annie Genevard, a été nommée numéro 2 des Républicains, en remplacement de Guillaume Peltier. Ce dernier avait dernièrement excédé les responsables de son parti en estimant pouvoir « travailler avec Robert Ménard », le maire de Béziers, portant les couleurs du Rassemblement National. Christian Jacob a réagi et a choisi d’écarter Guillaume Peltier. Annie Genevard accède à un poste clé à quelques mois de la présidentielle.

En plein départ en vacances des Français, le délicat sujet de la réforme des retraites et de l’éventuel report de l’âge de départ à 64 ans suscitent de nombreuses réactions. Les syndicats et les concernés ne sont pas indifférents à ce qui se passe actuellement dans le pays. La rédaction a rencontré José Avilès, le secrétaire départemental de la CGT.

La CGT invite le gouvernement à s’ouvrir et à écouter les syndicats qui ont des propositions à formuler sur le sujet. Pour le responsable doubiste, dans un contexte où les jeunes ne trouvent pas de travail, d’autres choix politiques et sociétaux, préservant le système par répartition actuel, sont possibles. Pas question également d’accepter les sempiternels arguments concernant le déficit du régime des retraites, après les 550 milliards d’euros donnés aux entreprises durant la pandémie « sans garantie ».

« Il faut revenir à la réalité. Il faut arrêter de faire travailler les gens tardivement. Ils espèrent à une vie après la retraite. Ils espèrent vivre décemment du fruit de leur travail » complète M. Avilès. Et de conclure : « Il y a quelque chose qui ne va pas. On est encore complètement en décalage. Partir à la retraite à 62 ans, c’est déjà énorme. A la CGT, nous préconisons un départ à 60 ans ».
La rentrée sociale devrait être agitée en France. D’autant plus qu’une grande échéance électorale se profile en 2022. Emmanuel Macron et le gouvernement le savent très bien.

L'interview de la rédaction  / José Alvilès, secrétaire départemental de la CGT