Choix du secteur :
Se connecter :
 

Nous n’avons jamais vu Franche-Comté aussi jaune. La sécheresse et la canicule grillent et empêchent la végétation de se développer harmonieusement. Selon d’anciens agriculteurs, la sécheresse de 1976 a largement été battue. Chez les professionnels de la terre, l’inquiétude est grande. D’autant plus que les premières pluies ne sont pas annoncées avant une dizaine de jours au mieux.

AGRICULTURE TERRE SECHERESSE 2

Les agriculteurs doivent faire face à de nombreuses problématiques. Il faut assurer des stocks de fourrage suffisants pour nourrir les animaux cet hiver, tout en gérant  l’aspect économique, avec des charges en nette augmentation ( +24% en un an). Cela prend en compte le prix du carburant, mais aussi celui des céréales et de toutes les autres  matières premières. « On attaque déjà les stocks d’hiver » explique Clément Maire (22 ans), le président des Jeunes d’Agriculteurs du canton d’Amancey, installé sur la ferme familiale depuis 2 ans à Déservillers.

AGRICULTURE TERRE SECHERESSE

« On espère que c’est cyclique »

Entre le covid19, la guerre en Ukraine et la sécheresse, cette jeune génération d’agriculteurs n’est pas été épargnée. « On espère que nous vivons un cycle » ajoute M. Maire. Et de poursuivre : « sinon, nous devrons nous interroger sur nos cultures et nous adapter » conclut le jeune agriculteur. Un contexte professionnel difficile, mais qui, heureusement,  n’impacte pas la passion pour le  métier et l’envie de continuer à promouvoir la Montbéliarde, fleuron de l’agriculture française.

L'interview de la rédaction / Clément Maire

 

Concernant la sécheresse et ses conséquences sur la ressource en eau, un comité technique s’est tenu ce vendredi 5 août en préfecture du Doubs. Il a été constaté que la situation continue de se dégrader. C’est la raison pour laquelle, le préfet du Doubs a décidé de renforcer le niveau de mesures de restriction en étendant le niveau de crise à l’ensemble du département à compter du mercredi 10 août. Rappelons que seul le Haut-Doubs connaissait cette situation depuis le 1er août dernier.

Comme chaque année, l’association française d’astronomie organise la nuit des étoiles. Depuis 1991, des équipes d’astronomes bénévoles se mobilisent pour partager leur passion avec le plus grand nombre. Ils sont encore plus de 200 cette année. De nombreuses animations sont proposées dans le Doubs et la Jura tout au long de ce week-end.

Des rendez-vous sont fixés à Besançon par l’association astronomique de Franche-Comté durant ces trois jours. Demain, samedi, par le club d’astronomie du Haut-Doubs à Hauterive-la-Fresse. Mais également dans le Jura : à Bracon (39) ce samedi et ce dimanche et Arbois ce vendredi et ce samedi. Pour tous savoir sur les évènements prévus : https://www.afastronomie.fr/les-nuits-des-etoiles

Dans le Jura, après Bellecin, la baignade est interdite sur les sites de Belmont et Parcey, alimentés par la Loue. Il a été noté la présence de cyanobactéries dans l’eau

Grand Besançon Métropole invite la population à surveiller ses compteurs. L’objectif étant de ne pas gaspiller l’eau. Les niveaux des ressources en eau et des rivières s’affaiblissent. Une crainte particulière est exprimée pour les jours et les semaines à venir si la pluie continue de se faire attendre. Si pour l’heure, dans le Doubs, le niveau « crise » ne concerne que le Haut-Doubs, une décision identique pourrait être prise prochainement pour l’ensemble du département.

Cet été, la Communauté de Communes des Lacs et Montagnes du Haut-Doubs a décidé de faire de la prévention aux abords des champs et sentiers pédestres ruraux. En compagnie du collectif des producteurs comtois, composé d’agriculteurs du département, qui avaient déjà développé « un code du bon promeneur » en 2021, elle a décidé de déployer cette initiative sur son territoire. Une première salve d’une vingtaine de panneaux a été déployée. D’autres devraient être installés prochainement sur d’autres Communautés de Communes.

La campagne de surveillance 2022 de la progression de l’ambroisie a débuté ce lundi. Cette plante envahissante et hautement allergisante s’installe progressivement en Bourgogne-Franche-Comté depuis quelques années. Atmo Bourgogne-Franche-Comté surveille de près ses pollens durant la période estivale.

Neuf capteurs sont impliqués dans cette opération. En Franche-Comté, des installations ont été positionnées à Montbéliard, Besançon, Dole et Bletterans. Elles permettent notamment de suivre l’évolution des taux au fil des ans. Les résultats obtenus seront communiqués chaque semaine sur la page internet : Ambroisie (atmo-bfc.org)

On vient d’apprendre que la Ville d’Ornans revient sur l’arrêté qu’elle avait pris la veille suite à la présence de cyanobactéries dans la Loue. Il est expliqué que « suite à des recherches complémentaires effectuées ce vendredi 29 juillet », les activités nautiques restent d’actualité. Par ailleurs, la pratique de la pêche est maintenue « tant que les résultats d’éventuelles analyses réalisées par les autorités compétentes n’imposeront par l’inverse ».

Le mois de juillet est le plus sec connu depuis 1958. Dans ces conditions, les sols sont desséchés et le niveau des rivières et des nappes phréatiques continuent de baisser. Ainsi, les préfets du Doubs et du Jura ont  décidé de placer respectivement le Haut-Doubs et une partie du Jura  au niveau « crise » sécheresse. Ce qui renforce les mesures de restriction d’usage de l’eau dans ces territoires. Pour en savoir davantage, rendez-vous sur les site internet de ces deux préfectures.


Le mois de juillet est le plus sec connu depuis 1958. Dans ces conditions, les sols sont desséchés et le niveau des rivières et des nappes phréatiques continuent de baisser. Ainsi, le préfet du Doubs a décidé de placer le Haut-Doubs au niveau « crise » sécheresse. Ce qui renforce les mesures de restriction d’usage de l’eau dans ce territoire. Pour en savoir davantage, rendez-vous sur le site internet de la préfecture du Doubs.