Choix du secteur :
Se connecter :
 

Les placements sur le livret A marquent le pas. En janvier dernier, il a atteint près de 418 milliards d’euros. Soit une progression de plus de 2 milliards. Un résultat néanmoins moindre qu’un an plus tôt. La progression était de 9 milliards d’euros en janvier 2023. L’absence de relèvement de taux explique vraisemblablement cette situation en ce début d’année.

A Besançon, l’Antonnoir annonce sa fermeture prochaine. Il est expliqué que le modèle économique du site bisontin ne fonctionne plus. L’établissement a tardé à retrouver le niveau de fréquentation d’avant covid. Le contexte économique a eu raison de la vitalité du café-concert bisontin : inflation, baisse du pouvoir d’achat, … . Pour l’heure, aucune date précise n’a été communiquée, mais l’avenir de l’Antonnoir est scellé. C’est donc la mort dans l’âme que ses responsables ont pris cette décision. Et ce, malgré les efforts qui ont été consentis pour relancer la machine, avec la mise en place de spectacles enfants, salon de la microédition, after sieste, … .

La Communauté de Communes du Grand Pontarlier organise le jeudi 7 mars la 4è édition du salon de l’emploi et de la formation. Près de 100 recruteurs seront présents à l’Espace Pourny. Un maximum de secteurs d’activités seront représentés. « Le monde professionnel privé, les administrations et le secteur associatif sont au rendez-vous » explique Bertrand Guinchard, l’élu en charge de l’économie au sein de la collectivité.

Dans le Haut-Doubs, peut être plus qu’ailleurs, avec un taux de chômage de 4,3%, le monde économique pontissalien éprouve de nombreuses difficultés pour recruter. « Le nombre de personnes disponibles est largement inférieur au nombre d’emplois proposés » explique l’élu. Et de poursuivre : « les entreprises que nous rencontrons chaque année nous disent ne pas éprouver de difficultés pour remplir leurs carnets de commandes, mais ne pas avoir assez de main d’œuvre pour les honorer ». C’est donc toute la mission que se fixe ce forum.

Un forum de l’emploi et de la formation

Forts des trois dernières années d’existence, les élus du Grand Pontarlier  ont voulu également donner une autre dimension à leur forum. A l’emploi », c’est ajouté la dimension formation.  Deux angles qui sont complémentaires, selon les propos de M. Guinchard. « Il y a des entreprises prêtes à investir sur l’humain, via la formation. Il y a aussi un grand public qui cherche à se reconvertir » ajoute-t-il. A ce sujet, la Mission Locale du secteur du Haut-Doubs proposera, grâce à la réalité virtuelle, une immersion au sein de 200 métiers différents. L’an dernier, plus de 900 visiteurs avaient fait le déplacement. Ils avaient ainsi pu échanger avec des professionnels, à la recherche de collaborateurs, dans des registres diversifiés et variés : CDI, CDD, intérim, alternance, jobs étudiants, … .

Rendez-vous le 7 mars prochain, de 9h à 19h, à l’Espace Pourny de Pontarlier. L’entrée est gratuite. Pensez à vous munir d’un CV.

Toutes les informations sont à retrouver : www.grandpontarlier.fr

L'interliew de la rédaction : Bertrand Guinchard

 

La Confédération Paysanne et le syndicat des producteurs biologiques du Jura organisent un rassemblement à Champagnole ce samedi 24 février, à 11h, rue Baronne Delort. Parmi les revendications exprimées : une loi sur le revenu paysan interdisant l’achat des produits agricoles en-dessous du prix de revient, une aide d’urgence immédiate aux producteurs en Agriculture Biologique et l’interdiction des surmarges sur, notamment les produits en Agriculture Biologique ».

Concernant la situation des 26 magasins Galeries Lafayette, dont ceux de Belfort et Besançon, le tribunal de commerce de Bordeaux a mis, ce mercredi, sa décision en délibéré au 20 mars prochain. Le plan de sauvegarde a été examiné ce mercredi 21 février. L’ensemble de ces 26 enseignes emploient environ 1.000 salariés, dont 75 à Besançon.

L’assurance chômage a révisé hier sa prévision d’excédent pour 2024. La conjoncture économique et la moindre compensation par l’Etat d’exonérations de cotisations ont ralenti son désendettement. Selon l’UNEDIC, l’excédent financier ne devrait atteindre qu’un peu plus de 1 milliard d’euros en 2024, contre encore 5 milliards prévus en septembre dernier, avant de repartir à la hausse en 2025.  

Le ministre délégué chargé des Comptes publics, Thomas Cazenave, a annoncé, ce lundi,  la mise en place dès 2024 d’une participation forfaitaire des salariés au compte personnel de formation. Précisons que cette mesure s’inscrit dans les 10 milliards d’économies supplémentaires, annoncés dimanche soir par Bruno Le Maire, le ministre de l’Économie.

Hier soir, sur TF1, Bruno le Maire a annoncé 10 milliards d’euros « d’économies immédiates » sur les dépenses de l’Etat ». « Sans augmenter les impôts ». Le ministre de l’Économie prévoit notamment cinq milliards sur les dépenses de fonctionnement de tous les ministères, un milliard sur l’aide publique au développement et un milliard d’euros sur MaPrimeRenov, le dispositif d’aide aux travaux de rénovation énergétique.  Par ailleurs, le gouvernement a revu à la baisse son estimation de croissance pour 2024, de 1,4% à désormais 1% .

Les fournisseurs de gazole sont pointés du doigt par l’association de consommateurs CLCV. Cette dernière fait remarquer que leurs marges sont repartis à la hausse depuis cet automne pour atteindre des niveaux qu’elle juge « inacceptable ». Il est indiqué qu’elles  sont remontées, en janvier, à 26 centimes par litre d’essence pour le sans plomb 95  et 22,2 centimes par litre de gazole, alors qu’elles se situaient, en moyenne, vers 15 centimes sur la période 2018-2021.

Il n’y a pas que les agriculteurs qui sont en colère. Les artisans du bâtiment de Haute-Saône et du Territoire de Belfort montent au créneau ce vendredi. Ils ont décidé d’organiser une opération escargot sur l’A36. Les manifestants ont prévu de se rassembler, vers 13h, à Montbéliard. Ils chemineront ensemble en direction de la préfecture de Belfort.

En pleine crise agricole, la Capeb, le syndicat patronal de l’artisanat du bâtiment, avait dénoncé « une iniquité de traitement » concernant la fin de la hausse de la taxe sur le gazole non routier pour les agriculteurs uniquement. En Franche-Comté, les professionnels manifesteront également contre les charges administratives très lourdes et le nouveau dispositif « ma prime rénov’.