Choix du secteur :
Se connecter :
 

La Banque de France vient de livrer ses nouvelles projections macroéconomiques. Pour l’année 2023, elle émet des anticipations prudentes avec un rythme de croissance des chiffres d’affaires qui devrait ralentir dans tous les grands secteurs d’activités. Quant au renforcement des effectifs, il devrait se poursuivre, mais de façon plus modérée. Plein Air fait le point sur la situation en Bourgogne-Franche-Comté.

L’industrie : 

Les prévisions sont prudentes pour 2023. Une faible croissance des chiffres d’affaires est attendue. Ces structures doivent faire face au renchérissement des coûts de production, notamment l’automobile et le secteur de la fabrication d’équipements. Par ailleurs, pour 2023, tous les secteurs d’activité projettent de préserver au moins les emplois. Certains devraient les consolider comme l’industrie agroalimentaire.

Les services aux entreprises :

Malgré des difficultés liées au recrutement, une nouvelle progression des chiffres d’affaires est attendue en 2023, mais elle sera plus modérée. Elle devrait être davantage portée par les activités d’ingénierie.

Hôtels, restaurants et loisirs  :

Le secteur connaît des difficultés de recrutement également. Dès la fin de contraintes sanitaires, le secteur a retrouvé une pleine activité, portée par une bonne fréquentation touristique et le retour de la clientèle d’affaires. Pour 2023, la Banque de France table sur une stabilité des chiffres d’affaires. Une stabilité des effectifs est également envisagée.

La construction :

C’est un secteur qui se porte bien. Une nette progression de la production des entreprises a été enregistrée en 2022. Elle devrait se stabiliser en 2023. Les difficultés de recrutement et dans une moindre mesure d’approvisionnement pèsent sur l’activité globale de ce secteur d’activité. Pour 2023, la tendance devrait s’inscrire en légère progression, notamment dans le gros œuvre. Un repli modéré est attendu dans les travaux publics. Une hausse légère des effectifs est prévue pour 2023.

Il est encore trop tôt pour tirer un bilan définitif de la Haute Foire de Pontarlier version 2023. Il est également un peu tôt pour évoquer une nouvelle édition en 2025. L’organisateur Micropolis Besançon et la Ville de Pontarlier auront l’occasion de faire le bilan et de se projeter sur un éventuel avenir. Néanmoins, Bertrand Guinchard, l’élu en charge de l’économie sur le territoire pontissalien, dresse un premier point positif. Dans le sens, où les exposants et les visiteurs ont montré un visage souriant  et encourageant dimanche soir.

« Les visiteurs ont apprécié. Ils ont trouvé que l’évènement était festif, convivial et animé. Les professionnels ont noué des contacts et rencontré beaucoup de clientèle » explique Bertrand Guinchard.

La Haute Foire de Pontarlier 2023 n’a pas encore définitivement fermé ses portes. Elle se poursuit jusqu’à 17h ce lundi. Les organisateurs comptent sur les visiteurs suisses aujourd’hui. Ce lundi 18 septembre étant férié de l’autre côté de la frontière. L’entrée est également gratuite durant toute cette journée pour tout le monde.

L'interview de la rédaction : Bertrand Guinchard

 

Face à la hausse des carburants, la première ministre Elisabeth Borne a indiqué, dans un entretien accordé au journal « Le Parisien » que les distributeurs pourront vendre de l’essence « à perte » pendant quelques mois afin de leur permettre de « baisser davantage les prix ». Elle a rappelé que la vente à perte était interdite par la loi depuis 1963.

Vendredi, l’Insee a revu à la hausse l’indice des prix à la consommation. Il s’établit à 4,9% sur un an en août, contre 4,8% lors de la première estimation. Le « net rebond » des prix de l’énergie est à l’origine de cette décision.

Le gouvernement prévoit d’effectuer 16 milliards d’euros d’économies pour son budget 2024. Un document comptable qu’il devrait présenter à la fin de ce mois de septembre. En parallèle, il table sur une croissance de 1,4% du produit intérieur brut l’an prochain, contre 1,6% auparavant.

La haute foire fait son grand retour à Pontarlier. Le coup d’envoi de l’évènement sera donné à 14h. Il se terminera lundi prochain à 17h. Covid oblige, cela fait quatre ans que cette belle fête commerciale n’a pas eu lieu dans la capitale du Haut-Doubs. Bertrand Guinchard, l’élu en charge de l’économie sur le territoire pontissalien, y voit un rendez-vous économique et commercial qui permet aux acteurs  du territoire de faire connaître leur savoir-faire. Il y voit également « un rendez-vous festif et convivial, où les gens aiment se retrouver, échanger et partager ».  

L’élu pontissalien le confirme : « les entreprises sont aussi demandeuses de ce genre de foire ». Malgré son annulation en 2021, les bonnes habitudes ne se sont pas perdues et le milieu professionnel a répondu présent. « Ils sont encore plus nombreux qu’en 2019 » assure Bertrand Guinchard. Bien évidemment, les professionnels sont là pour faire de bonnes affaires, mais aussi créer du lien avec les clients et les prospects. Une ambiance et  un environnement différents du quotidien qui plaisent de part et d’autre. Chacun à préparer son stand. La convivialité et la séduction commerciale sont de mise. En fonction du secteur d’activité, les objectifs diffèrent, entre les ventes, les devis et les contacts.

Vu l’engouement qu’elle suscite, la Haute Foire de Pontarlier semble être  un outil intéressant pour développer son activité professionnelle. 2023 confirmera-t-il la règle ? Un premier bilan sera connu et entendu lundi prochain.

L'interview de la rédaction : Bertrand Guinchard, l’élu en charge de l’économie sur le territoire pontissalien

 


Une bonne nouvelle pour les contribuables français. Pour faire face à l’inflation, le gouvernement va réhausser de 4,8% les différentes tranches d’imposition de l’impôt sur le revenu en 2024. A travers cette mesure, Bruno le Maire, le ministre de l’économie et des finances, veut éviter de pénaliser les salariés français qui ont bénéficié d’une augmentation salariale.

Automobile. Ce mardi, à l’usine Stellantis de Sochaux, la firme Peugeot présente, en avant-première mondiale, le nouveau Peugeot 3008 de troisième génération, 100% électrique. Cette communication se tiendra dans le Mattern Lab, un tiers-lieu, servant à la fois de laboratoire et de centre de formation. C’est à Sochaux que les premiers exemplaires sont produits. Une montée en cadence est prévue. La sortie du véhicule est annoncée pour mars prochain. La production pourrait atteindre 800 véhicules par jour.

L’info est tombée ce mardi matin. TotalEnergies va prolonger le plafonnement à 1,99 euro le litre au-delà de fin 2023. Et ce, « Tant que les prix resteront élevés ». Cette décision englobe les 3.400 stations de la compagnie. Soit un tiers des stations-services dans l’Hexagone. Les acteurs de la grande distribution pourraient la suivre.

Le gouvernement l’a promis. Il est vigilant à la « skrinkflation » que pratique certaines entreprises. Cela consiste à réduire un emballage et sa quantité sans baisser les prix et prévenir les consommateurs. Bruno Le Maire, le ministre de l’économie s’est engagé à obliger les industriels à faire figurer de manière très visible la réduction de contenu quand ils gardent le même packaging. Un texte de loi sera présenté début octobre.