Choix du secteur :
Se connecter :
 

La fin d’année est une nouvelle fois encore très compliquée pour les professionnels de l’évènementiel. Après la fermeture des discothèques et les nombreuses annulations de manifestations, beaucoup s’interrogent sur leur avenir et le tournant que prendra  cette période qui, pour la deuxième année consécutive, s’annonce encore difficile. En Bourgogne- Franche-Comté, les annulations s’élèvent à ce jour à près de 70% chez les traiteurs, mais l’hôtellerie/restauration n’est pas épargnée également.

L’Union des métiers et des industries de l’hôtellerie (UMIH) reste pleinement mobilisée auprès des professionnels de sa branche. Bernard Champreux, son président bourguignon et franc-comtois, le confirme, « son syndicat est en relation constante avec les ministères de l’économie et du travail notamment pour que des mesures soient prises pour accompagner au mieux ces professionnels ». Un nouveau coup d’arrêt après pourtant une saison estivale qui avait permis à tout un chacun d’envisager un avenir plus prometteur. La situation est d’autant plus inquiétante qu’à compter d’avril prochain, ces derniers devront commencer à rembourser les prêts qui leur avaient été consentis par l’état pour éviter que leur trésorerie soit impactée.

L'interview de la rédaction / Bernard Champreux

En raison d’un mouvement de grève national et local, des perturbations sont à prévoir dans certains accueils périscolaires. Besançon est concernée. La Ville a communiqué la liste des écoles dans lesquelles, en fonction de la situation et du moment de la journée, les accueils du matin, du midi et du soir seront impactés.  

La société de transport Kéolis indique que des perturbations sont à prévoir ce lundi sur le réseau bisontin et grand bisontin. Ces perturbations sont la conséquence d’un préavis de grève déposé par la SPL Mobilités Bourgogne Franche-Comté. Pour plus d’information : www.ginko.voyage

Ce mardi après-midi, les policiers municipaux bisontins ont manifesté sur l’Esplanade des Droits de l’Homme sous les fenêtres d’Anne Vignot. Ils sont venus exprimer leur mécontentement, leur colère et leur inquiétude.

Ils dénoncent la totale désorganisation du service et demandent une politique claire et ambitieuse en la matière. Les policiers municipaux veulent des moyens humains et matériels à la hauteur de leur fonction et de leur mission. « Il nous faut des moyens pour être respectés, considérés par la population. Nos uniformes sont usés. Cela renvoie une très mauvaise image » explique Jacques Desoche du syndicat CFDT.  Parmi les exigences évoquées : des moyens adaptés aux situations auxquelles ils sont confrontés au quotidien, une clarification de leur mission et le recrutement d’un directeur de police municipale de catégorie A.

police municipale 2

Une première étape

M. Desoche ne le cache pas, d’autres actions seront menées. Les fonctionnaires jugent leur rencontre de vendredi dernier avec la maire écologiste de Besançon « insatisfaisante ». « Cette mobilisation en appellera d’autres » explique le policier. Le collectif  attend « l’ouverture d’un réel dialogue social permettant d’écouter les agents et de tenir compte de leur avis et comprendre leurs inquiétudes ».

police municipale

Les secteurs médico-social, paramédical et social appellent à l'aide et manifestent ce mardi, place Flore à 11h. Le Ségur de la santé sera au cœur des débats. Les salaires, emplois, formations, moyens pour les conditions d’accueil, d’accompagnement et de prise en charge feront partie des revendications.

 

De nombreux exclus du Ségur

L’intersyndicale CGT, FO, Sud Santé Sociaux le revendique haut et fort : les oubliés du Ségur sont nombreux. La crise sanitaire qui a révélé pourtant leur force d’abnégation, s’est soldée, pour certains, par un Ségur et une prime de 183 € par mois. Une somme dérisoire à la vue du retard accumulé selon eux. Et encore, une somme pas reçue par tout le monde, comme c’est le cas pour les éducateurs spécialisés, les travailleurs sociaux et le personnel administratif. Lors de ce rassemblement, trois grands axes seront revendiqués. Le premier s’agissant de ces 183€ pour toutes et tous, sans contrepartie, et d’un rattrapage général de 300€ pour les salariés du secteur. « On est dans une situation où les salaires sont gelés depuis 1999. On a perdu plus de 30% de pouvoir d’achat. Et pour plus 90% de nos collègues, on est complètement exclu des 183€ du Ségur. On souhaite l’augmentation des salaires, les 183€ pour tout le monde, pour tendre vers les 300€, ce qui serait le minimum pour le rattrapage » souligne Pascal Descamps, délégué syndical CGT à l’ADDSEA.

 

Des conditions de travail dégradées depuis des années

Autre revendication de l’intersyndical, la conservation de l’ensemble des garanties des conventions collectives. « Nous nous inquiétons des volontés des organisations patronales NEXEL de mettre à plat notre convention collective 66, que nous devons renforcer, notamment la remise en cause des grilles salariales, basées sur des critères objectifs comme le diplôme et l’ancienneté, pour nous imposer l’individualisation des salaires, c’est-à-dire le salaire au mérite mais aussi la fin des congés trimestriels » précise l’intersyndicale. Enfin, cette manifestation dénoncera les conditions de travail, dégradées depuis des années dans ces secteurs. Plus de moyens pour le secteur social et sanitaire seront demandés, autant pour les conditions de travail des salariés, que pour les conditions d’accueil des enfants, des adultes, et des adolescents, « que l’on accompagne au quotidien », confie Pascal Descamps.

Ce samedi 4 décembre, à l’appel des associations de chômeurs et de leurs soutiens, un rassemblement se tiendra, à 14h, sur la place Pasteur à Besançon. Cette mobilisation a pour principal objectif de dénoncer la réforme de l’assurance chômage.

Parmi les revendications exprimées : l’annulation de la réforme, un emploi correctement rémunéré, une indemnisation pour tous de toutes les formes de chômage et de précarité, une véritable politique de formations, choisies par les chômeurs et un droit à une véritable retraite à 60 ans maximum.

La préfecture du Doubs rappelle que jusqu’au 31 mars, un renforcement des dispositifs de veille sociale est assuré. Douze places supplémentaires peuvent être mobilisées. Il est rappelé que le dans le département du Doubs le 115 est accessible 24h/24, des veilles mobiles sont renforcées sur Besançon, Pontarlier et Montbéliard et quatre accueils de jour sont ouverts : 2 à Besançon, 1 à Montbéliard et 1 à Pontarlier. Il existe également des sites de restauration sociale. Enfin, précisons que le paramètre «  grand froid » apparaît en fonction des conditions météo émises par Météo France. Deux déclinaisons sont possibles : les niveaux orange et rouge.

La 37è campagne des Restos du Cœur a débuté ce mardi partout en France. Plus que jamais les personnes en situation de précarité ont besoin des Restos. L’an dernier, en pleine pandémie, 1,2 million d’hommes et de femmes ont sollicité l’association de Coluche. Dans le département du Doubs, lors de la précédente campagne, 7.200 personnes et un million de repas ont été enregistrés. 50% des bénéficiaires ont moins de 25 ans.

Depuis deux ans maintenant, l’association constate une augmentation nette des jeunes, des étudiants et des familles monoparentales dans leurs locaux. Les travailleurs pauvres et les retraités font également partie du public rencontré. Malheureusement, à en croire les premières semaines d’inscription, les besoins et les attentes risquent d’être encore plus forts cette année. D’ores et déjà, 15% de nouvelles personnes ont été inscrites. Dans le Doubs, onze centres accueillent les familles, en plus d’un camion spécifique qui se déplace dans huit villes du département.

L’aide alimentaire est l’une des principales actions menées, mais d’autres services sont apportés pour améliorer le quotidien.

L'interview de la rédaction / Dominique Maire, président des Restos du Coeur

La 29è édition  de la collecte de produits alimentaires et autres de la banque alimentaire se déroulera dans le Jura, comme partout en France, les 26, 27 et 28 novembre prochains. Dans le département, 1000 bénévoles sont mobilisés pour l’occasion. Ils seront présents dans les 100 commerces partenaires de cette opération solidaire dans le département.  L’action est importante car les besoins sont croissants, près de 20.000 Jurassiens éprouvent d’importantes difficultés pour se nourrir.

Ainsi, pour alimenter les structures sociales, qui sont chargés ensuite de la distribution, la banque alimentaire doit réussir cette collecte, qui représente 20% des besoins annuels. D’où l’importance de cet appel. Des pâtes, du riz, des plats cuisinés, mais également des produits d’hygiène, de la lessive ou encore des couches font partie des produits très recherchés.

L'interview de la rédaction / M. Duprez, le président de la Banque Alimentaire du Jura est au micro de la rédaction

En raison d’un mouvement de grève national, suivi localement, certains centres périscolaires de la Ville de Besançon seront fermés ce vendredi. Le site internet de la ville fait le point sur les lieux concernés. Les personnels d’animation expriment leur colère. Ils demandent une revalorisation des salaires et la création de véritables CDI.