Choix du secteur :
Se connecter :
 

Ce vendredi, à 9h, place Charles Beauquier, à Besançon,  les policiers ont interpellé un homme de 59 ans soupçonné d’avoir exhibé son sexe devant une femme dans la rue. Lorsqu’il a été interpellé par les fonctionnaires, son pantalon était déchiré à l’entrejambe, laissant apparaître son sexe.

Il n’avait pas de sous-vêtement. Le quinquagénaire a été placé en garde à vue. Au cours de son audition, il a reconnu les faits. Il a déclaré être suivi par un centre médico-social. Il a été déféré ce vendredi après-midi. Une convocation pour un examen psychiatrique est prévue pour le 26 février. La victime a décidé de ne pas porter plainte.

Un conducteur sera déféré ce vendredi, à 10h, à Besançon. Jeudi après-midi, lors d’un contrôle, pratiqué avenue Clémenceau, dans la cité comtoise, il est apparu que le conducteur n’était pas en possession d’un permis de conduire valable. Sa garde à vue est toujours en cours ce jeudi soir.

Un jeune homme d’une vingtaine d’années a été présenté à la justice ce mardi après-midi. Dans la nuit de lundi à mardi, les policiers bisontins ont repéré cet individu à bord d’un véhicule dont la jante avant gauche était démunie de son pneu. Il n’a pas été en mesure de présenter les pièces afférentes à la circulation du véhicule. Il est également apparu qu’il faisait l’objet d’une annulation de son permis de conduire. Interpellé, il a été placé en garde à vue. Lors de son audition, il a reconnu les faits.

Le Garde des Sceaux, Eric Dupont Moretti est à Besançon ce mardi matin. Ce déplacement s’effectue sur le thème de la lutte contre les rodéos urbains. A 10h30, il se rendra au tribunal judiciaire de Besançon pour rencontrer et échanger avec les magistrats sur cette thématique.

A 11h30, M. Dupont Moretti est attendu au CFA Hilaire de Chardonnet pour échanger avec les formateurs et les apprentis sur l’action qui est menée au sein de cet établissement de formation dans lequel les deux roues confisqués par l’autorité judiciaire sont mis à disposition des apprenants à des fins pédagogiques.

Deux hommes de quarante ans seront présentés à la justice ce samedi matin. Ils ont été interpellés dans la nuit de jeudi à vendredi dans l’une des deux caves d’un immeuble du 23 rue du Repos à Besançon.  A proximité d’eux, une valise contenant des bouteilles d’alcool dérobées a été saisie. Celles-ci ont été restituées aux victimes. Les deux hommes, défavorablement connus de la police, ont reconnu les faits. Leur garde à vue a été prolongée.

Claude Guéant, l’ancien préfet du Doubs, proche de Nicolas Sarkozy, a été condamné à un an de prison, dont huit mois de prison ferme avec mandat de dépôt pour « favoritisme » dans le cadre du procès des « sondages de l’Elysée ». Parmi les autres prévenus : Patrick Buisson a écopé de deux ans de prison avec sursis et 150.000 euros d’amende pour détournement de fonds publics et l’ex-sondeur Pierre Giacometti s’est vu délivrer six mois de prison avec sursis et 70.000 euros d’amende. Précisons que Claude Guéant, déjà incarcéré pour une autre affaire, n’a pas souhaité être extrait de sa cellule pour entendre sa condamnation.

Un homme, âgé d’une quarantaine d’années, a été interpellé le 19 janvier dernier. Il est soupçonné d’avoir dérobé un sweat shirt de marque et d’autres articles, un téléphone et un vêtement, dans trois enseignes de la zone commerciale de Châteaufarine. Connu des services  de police, il comparaîtra en mai prochain devant la justice. Le quadragénaire nie les faits, à l’exception du vol à l’étalage commis dans le commerce où il a été interpellé.

Un jeune homme d’une vingtaine d’années devra s’expliquer en septembre prochain devant la justice. Le 19 janvier dernier, à Besançon, il a été interpellé et placé en garde à vue après avoir tenté de prendre la fuite a pied à la vue d’une patrouille de police, rue Russel. L’individu s’est délesté dans sa course d’un sachet, contenant 10 bonbonnes de cocaïne, 14 d’héroïne et 175 euros

Claude Guéant (77 ans), l’ancien préfet du Doubs et très proche de Nicolas Sarkozy, est toujours en détention à la prison de la santé. Il est incarcéré depuis le 13 décembre dernier. L’ex-ministre de l’Intérieur devra attendre le 7 février prochain pour savoir si sa demande de remise en liberté sera acceptée.

C’est à cette date que la décision du juge d’application des peines sera connue. En janvier 2017, Claude Guéant avait notamment été condamné à deux ans d’emprisonnement, dont un an ferme,  dans le dossier des primes en liquide du ministère de l’Intérieur. Il lui est reproché de ne « pas respecter les décisions de justice ». Son incarcération fait suite au retard de paiement des sommes auxquelles il avait été définitivement condamné en 2019.

Ce mercredi soir, un jeune homme de 19 ans est toujours en garde à vue au commissariat de police de  Besançon. Dans l’après-midi, vers 14h, à la vue d’une patrouille de la BAC, il a pris la fuite au fond d’un hall d’immeuble, place Cassin, dans le quartier Planoise. Lorsqu’il a été interpellé, il était en possession d’une liasse de 910 euros de billets de banque.

A ce même endroit, un sac contenant 9 grammes d’herbe de cannabis, 175 grammes de résine de cannabis et environ 6 grammes de cocaïne a été découvert. Lors de son audition, il a reconnu la possession de ces produits « pour sa consommation personnelle ». Il nie avoir vendu à un autre homme, âgé de 40 ans, de la marchandise.