Choix du secteur :
Se connecter :
 

Le Château de Joux va rouvrir ses portes le 29 mars prochain. En attendant la période estivale et ses nombreux rendez-vous, le Fort de Joux proposera des visites guidées tous les jours, l’exposition « Toussaint Louverture précurseur de la libération du peuple Haïtien, prisonnier au Château de Joux » et des visites thématiques ‘Dans les pas de Toussaint Louverture », chaque 1er samedi du mois à 15h. Pour de plus amples informations : www.chateaudejoux.com ou 03.81.69.47.95

A Besançon, l’Antonnoir annonce sa fermeture prochaine. Il est expliqué que le modèle économique du site bisontin ne fonctionne plus. L’établissement a tardé à retrouver le niveau de fréquentation d’avant covid. Le contexte économique a eu raison de la vitalité du café-concert bisontin : inflation, baisse du pouvoir d’achat, … . Pour l’heure, aucune date précise n’a été communiquée, mais l’avenir de l’Antonnoir est scellé. C’est donc la mort dans l’âme que ses responsables ont pris cette décision. Et ce, malgré les efforts qui ont été consentis pour relancer la machine, avec la mise en place de spectacles enfants, salon de la microédition, after sieste, … .

Dans le cadre du 150è anniversaire de la première exposition impressionniste initiée par le musée d’Orsay, le musée des Arts et du Temps de Besançon et le Musée Gustave Courbet d’Ornans accueillent respectivement une œuvre de Claude Monet. Des opérations qui, bien évidemment, se sont construites avec le musée parisien.

Ainsi, l’établissement bisontin accueille, jusqu’au 2 juin prochain, le fragment central du Déjeuner sur l’herbe  de l’artiste, réalisé entre 1865 et 1866. Cette œuvre met en scène quatre personnages installés dans une clarière. Trois sont reconnaissables. L’un d’eux présente certains traits particuliers qui pourraient être ceux de Gustave Courbet. Il est acté que ces deux hommes, malgré leur différence d’âge – Courbet était l’aîné de 20 ans de Monet -  se fréquentaient à cette époque. Ils avaient une véritable estime et amitié l’un pour l’autre.  Situé juste en face du gigantesque et magnifique tableau de Courbet « l’Hallali du cerf », « le Déjeuner sur l’herbe » de Monet ne passe pas inaperçu. Un clin d’œil symbolique à l’amitié de ses deux hommes et à leur capacité à s’opposer au système académique en place et à casser les codes.

Cette œuvre est à découvrir au Musée bisontin. Le 2 juin prochain pour marquer cette présence, la Ville de Besançon et le Musée organisent un pique-nique musical,  qui se tiendra sur la place de la Révolution. Un site en cours de végétalisation, sur lequel des arbres ont notamment été plantés. Une belle journée en perspective.

L'interview de la rédaction : Laurence Madeline, directrice du Musée des Arts et du Temps de Besançon

La Citadelle de Besançon a rouvert ses portes après une fermeture hivernale habituelle. A l’occasion de ces vacances, le site bisontin propose une programmation culturelle variée. Des visites thématiques du site et de ses musées sont proposées. Jusqu’au 31 mars, la Citadelle est ouverte de 10h à 17h, sauf le lundi. Pour de plus amples informations et faire une réservation : www.citadelle.com ou https://billetterie.citadelle.com/fr-FR/accueil

Jusqu’à la fin du mois de mars, la commune de Devecey présente à l’Annexe, un nouvel espace entièrement rénové, une exposition de la ville de Besançon sur l’écrivaine française Colette. Cette opération s’inscrit dans le cadre d’un projet culturel, à l’échelle de la métropole, autour de la lecture publique. Pour la collectivité, l’objectif est de diffuser la culture sur un large territoire. 

« La grande bibliothèque intercommunale, qui sera construite dans les années à venir, va s’accompagner d’un schéma communautaire de lecture publique, dans lequel des animations et des réseaux nouveaux verront le jour entre les différentes médiathèques de ville et des 60 communes du territoire grand bisontin » explique Aline Chassage, adjointe à la Maire de Besançon, en charge de la culture. Et de poursuivre : « Cette action, conjuguée à la rencontre de samedi matin, préfigurent ce schéma de lecture publique ».

Car oui, cette exposition à Devecey s’accompagne également d’un temps spécifique qui se tiendra le samedi 17 février, à 10h, à la médiathèque. Il combinera des lectures de textes de colette et des informations sur sa vie et ses passages à Besançon.

L'interview de la rédaction / Aline Chassagne

Ca ne l’aura échappé à personne, c’est la Saint Valentin et, dans ce cadre-là, le Musée des Arts et du Temps de Besançon organise une nocturne thématique. Le rendez-vous est fixé de 18h à 22h. L’entrée est gratuite.  La Ville de Besançon veut profiter de ces évènements populaires pour ouvrir son musée au plus grand nombre. Et surtout, rendre la culture accessible à celles et ceux qui n’ont pas toujours le réflexe de pousser les portes de ces établissements, qui peuvent paraître austères.  Il y a quelques mois, la jeunesse avait notamment répondu présent.

Pour l’occasion, plusieurs animations seront proposées tout au long de la soirée.  Sur place, le public pourra apprécier la prestation d’un chanteur lyrique. Un blind test, autour de chansons d’amour, est également au programme. Il a été pensé par l’association « Le Cercle ». D’une durée de 30 minutes, il sera proposé, dans le hall du musée, à 18h30, 19h30 et 20h30. Enfin, parmi les autres rendez-vous, il y aura également l’animation des équipes du Musée, qui ont concocté une séquence sur le thème de l’amour, en s’inspirant des œuvres du site bisontin. Pout rendre la soirée encore plus cocooning, l’association des étudiants kiné de Besançon assurera des massages relaxants.

L'interview de la rédaction / Aline Chassagne, adjointe au Maire en charge de la Culture

Tout d’abord, veuillez ne plus les appeler, musées du centre, mais musées d’arts et du temps. Cette nouvelle identité s’accompagne d’une réflexion sur un nouveau projet scientifique et culturel, qui permettra de donner une nouvelle dimension aux collections, et notamment à celles du musée du Temps. Avec cette nouvelle démarche, la ville de Besançon veut transmettre  un nouveau souffle culturel à ces établissements. Ce travail de fond « nécessaire », qui s’inscrit dans les Assises de la Culture de la Ville, s’est fixé comme objectif de porter un regard neuf sur les moyens existants et faire un inventaire précis de son patrimoine pour réfléchir à la meilleure mise en lumière, répondant aux enjeux de demain, pour encore  mieux asseoir ces établissements et les ouvrir sur l’international.

Une nouvelle programmation

2024 sera rythmé par plusieurs rendez-vous culturels. Parmi les grands évènements à venir : celui qui mettra à l’honneur, du 24 février au 2 juin, l’œuvre de Claude Monet, « Déjeuner sur l’herbe », avec la présentation du fragment central de cette peinture. Un temps qui s’inscrit dans le cadre du 150è anniversaire de l’impressionnisme, et qui se conclura, le 2 juin, par un déjeuner sur l’herbe musical sur la place de la Révolution. Par cette initiative, et tous les autres rendez-vous, animations et ateliers qu’elle propose, la cité veut créer du lien avec le public néophyte ou confirmé et rendre la culture la plus accessible possible.  Ainsi, ateliers, nocturnes mensuelles, boum anniversaire, expositions, des évènements, autour d’acquisitions majeures… rythmeront cette nouvelle saison culturelle à Besançon.

L'interview de la rédaction : Aline Chassagne, élue en charge de la culture à la Ville de Besançon

 

 

Rachida Dati, la nouvelle ministre de la Culture, a annoncé hier qu’elle ferait de la ruralité une de ses priorités. Selon un rapport, qui sera prochainement publié, « 5% des scènes labellisées spectacle vivant » sont diffusées dans ces territoires, qui concentrent 22 millions d’habitants.

Le patrimoine horloger fait l’objet de toutes les attentions de part et d’autre de la frontière. La documentation, qui était réservée à quelques spécialistes et experts, est désormais accessible au plus grand nombre. L’heure est à la mise à disposition des archives sur Internet. Trois projets permettent  de mettre à la disposition de tous cette richesse.

« Arc Horloger » offre une vue sur 33 lieux conservant des archives horlogères et en mécanique d’art. « The Watch Library » invite, depuis le 1er septembre 2023, à explorer l’histoire de la montre de 1650 à nos jours. Elle rassemble actuellement plus de 330'000 documents et pages d’archives issues en particulier de musées, bibliothèques, magazines et fonds particuliers en Suisse, en France et à l’international. Enfin, « Chronospedia » développe une base de données numériques en accès libre grâce à sa collaboration avec une quarantaine de structures, franco-suisses pour l’instant. Elle réunira les savoirs liés aux pendules, horloges et horloges d’édifice conçues en Europe entre 1300 et 1900. Les premiers éléments sont déjà en ligne et son incrémentation progressive est programmée jusqu’en 2028.

Adresses de consultation des plateformes

ARC HORLOGER : https://www.arc-horloger.org/fr/L-Arc-jurassien.html

The Watch Library : https://watchlibrary.org/fr

CHRONOSPEDIA : https://chronospedia.com

3.252. C’est le nombre de scolaires qui se sont rendus au Château de Joux, à la Cluse-et-Mijoux, durant l’année 2023. Ces jeunes gens ont pu découvrir l’histoire du Fort de Joux et participé aux différents ateliers et visites pédagogiques, adaptés au niveau de chaque élève. Au total, durant l’année 2023, ce sont près de 60.000 personnes qui ont franchi le pont levis du Château. Soit une augmentation de plus de 13% par rapport à 2022.