Choix du secteur :
Se connecter :
 

Retour au championnat pour le Grand Besançon Doubs Handball. Ce vendredi, le groupe de Benoît Guillaume se déplace à Billère à l’occasion de cette 1ère journée de compétition en Proligue. Le coup d’envoi de la rencontre sera donné à 20h30.

En sport. Difficile soirée pour l’ESBF. Dans la cadre de la 2è journée de championnat en D1 féminine et pour leur premier match officiel au Palais des Sports, les handballeuses bisontines  se sont inclinées hier soir, face à Chambray, sur le score de 22 à 31.

Ce mercredi soir, l’ESBF dispute son deuxième match de sa nouvelle saison en D1 féminine. Le coup d’envoi de la rencontre sera donné à 20h30 au Palais des Sports. Le groupe de Sébastien Mizoule reste sur une franche victoire à Toulon. Chambray a vaincu les Nantaises  (23-22).

Retour à la compétition pour le Grand Besançon Doubs Handball. Ce mardi soir, le groupe de Benoît Guillaume affronte l’équipe de Cessons Rennes, qui évolue en Starligue,  pour le compte des 16ès de finale de la Coupe de France. Le coup d’envoi de la rencontre sera donné à 20h15 au Palais des Sports Ghani Yalouz.  

Les filles de l’ESBF ont merveilleusement bien débuté leur saison hier soir. Dans le cadre de la première journée de championnat en D1 féminine, elles sont allées s’imposer sur le score de 18-26 à Toulon. Deux nouvelles rencontres importantes attendent le groupe de Sébastien Mizoule qui reçoit Chambray ce mercredi et se déplacera à Issy-les-Moulineaux le 16 septembre pour y affronter le Paris 92.

Les choses sérieuses commencent véritablement pour l’ESBF. Ce vendredi, le groupe de Sébastien Mizoule se déplace à Toulon pour le compte de la 1ère journée de championnat en D1 féminine. Cette entame de saison débute sur les chapeaux de roue. Le 7 septembre, les Bisontines recevront Chambray au Palais des Sports, avant de se déplacer à Issy-les-Moulineaux le 16 septembre contre Paris 92.

Pour Sébastien Mizoule, la victoire est impérative ce vendredi soir pour lancer ce début de championnat de la plus belle des manières. Le technicien bisontin attend de la régularité. Ce qui avait manqué la saison dernière à son collectif. Le groupe a également envie de bien amorcer cette énième aventure sportive. L’objectif d’atteindre le TOP 4 en fin de saison est dans toutes les têtes. Les Bisontines restent sur une préparation convaincante. L’oppositions contre Dijon en finale du trophée des Champ’Yonnes a séduit le staff.

Les jambes et les têtes sont prêtes à en découdre. Cette nouvelle aventure sportive s’annonce passionnante. L’ESBF va tenter de faire encore mieux que la saison dernière. Affaire à suivre.

L'interview de la rédaction / Sébastien Mizoule

Le Grand Besançon Doubs Handball poursuit sa préparation en vue de sa prochaine saison. Ce mercredi, en fin d’après-midi, le groupe de Benoît Guillaume affronte Nancy en Lorraine . Pour les Bisontins, les matches officiels approchent à grands pas. Le 6 septembre, ils disputeront la Coupe de France avec la réception de Cessons Rennes au Palais des Sports Ghani Yalouz. Le coup d’envoi sera donné à 20h15.

Ce samedi 3 septembre, le club de Saône-Mamirolle ouvre ses portes au gymnase de Saône. De 13h30 à 15h30, les enfants de moins de 13 ans sont invités à venir découvrir le handball. Des activités seront proposées dans une ambiance conviviale.

A 16h, place à la compétition. Tout d’abord, les moins de 18 ans garçons affronteront l’équipe de Palente. A suivre également, à 18h15, une rencontre opposant l’équipe N2 féminine du club contre l’équipe N1 féminine de l’ESBF et pour clore la journée une opposition entre l’équipe réserve fille, évoluant en N3 Féminine, et Orchamps Vennes.

Rando gourmande

Dimanche, le club vous attend nombreux à sa rando gourmande. Le départ sera donné de la salle des fêtes de Foucherans, entre 9h et 10h, pour une rando de 6 ou 9 kilomètres. Le parcours dans les bois de Trepot, Foucherans et Tarcenay sera agrémenté de stands de dégustation. Renseignements et tarifs sur le compte Facebook du club. Inscription possible sur place.

Après une brillante saison 2021-2022, le Handball Club Franois, pour la première fois de son histoire, arrive en Nationale 3. Un accomplissement qui vient récompenser tout un club souhaitant s’inscrire dans la durée. Nous nous sommes entretenus avec Alexandre Lory, licencié au Handball Club de Franois depuis une vingtaine d’années, qui a accompagné les seniors à partir de 2015, désormais en Nationale 3.

 

Un esprit de solidarité au service du club

« On est parti l’année dernière avec cet objectif, la montée. On a fait face à des blessures, j’ai utilisé 23 joueurs sur toute la saison, et dans les moments clés, où on était soi-disant affaiblis, on a ressenti la dynamique de groupe. Que tout le monde tirait dans le même sens. Le club, ses sympathisants, les supporters, les bénévoles » indique Alexandre Lory. « On a souvent eu de grosses ambiances à Franois. On sentait qu’il y avait quelque chose qui se passait. Et puis les résultats ont suivi, et le groupe a pris conscience que c’était possible, et la bascule s’est sans doute faite au mois de mars ». Un moment déterminant puisque le HBC Franois devait enchaîner quatre matchs cruciaux en étant affaibli, avec notamment une opposition contre Le Creusot, leur adversaire principal. Le bilan final, quatre victoires en quatre matchs. « C’est là que les choses sont devenues sérieuses pour tout le monde » confie l’entraîneur. Et pour parachever le tout, la saison s’est terminée de la plus belle des manières, même dans une défaite à Saône-Mamirolle, puisque les deux clubs promus ont pu fêter l’accession ensemble, sur le même terrain.

 

L’impact de la crise sanitaire

La planète tout entière a été secouée et le monde du sport n’y a pas échappé. Au début de chaque saison, Alexandre Lory et son groupe se projetaient, et ambitionnaient d’être dans les trois premiers afin d’être promus. Seulement, pendant les deux années où la pandémie de Covid-19 a frappé, aucune saison n’a été terminée. Beaucoup se sont posé la question d’arrêter, de passer à autre chose. « Mais cette année, j’ai demandé à l’ensemble du groupe de tenter l’aventure, se remotiver, et j’ai pu compter sur la quasi-totalité du groupe que j’avais depuis 3 ans ». Car en temps normal, très peu de joueurs s’en vont. Les rares qui quittent le navire le font pour des raisons scolaires, universitaires, ou alors décident de passer la main avec le souci d’avoir transmis un certain nombre de choses.

 

«  Nous sommes dans cette dynamique : s’inscrire dans la durée avec comme fer de lance l’équipe fanion qui accède cette année à la Nationale 3. C’est un peu un projet à deux têtes : la politique de formation au service de l’équipe fanion qui est notre vitrine » Alexandre Lory

 

L’effectif 2022-2023

L’objectif d’Alexandre Lory était de maintenir la plus grande ossature du groupe qu’il avait ces deux dernières années. « Parce que c’est un groupe auquel on croit » indique-t-il. S’il y a eu quelques départs et qu’il y a encore quelques blessures, l’entraîneur a veillé à pallier ces absences. « Les blessés qui vont revenir font office de recrues par leurs qualités que nous n’avons pas eu en deuxième partie de saison l’année dernière. J’ai 4 mutations pour l’équipe A, et deux joueurs que je peux considérer comme majeurs qui vont revenir progressivement, ramenant toute la qualité pour que j’ai un groupe que j’estime aujourd’hui homogène » explique Alexandre Lory. La situation géographique du club, à proximité de Besançon, rend les contacts plus faciles avec des joueurs qui peuvent présenter un niveau intéressant pour le projet établi sur les 10 dernières années par le HBC Franois. « On va atteindre probablement les 180 licenciés » souligne le coach. « En 5 ans, on a quasiment doublé le nombre de licenciés. Il y avait un enjeu important puisque l’objectif était d’accéder au plus haut niveau régional. Ce projet était obligatoirement lié à une structuration du club, qui est au départ un club de village, avec une équipe Senior qui était au plus bas niveau. Et progressivement, avec les différentes accessions aux niveaux supérieurs, on a réengagé une vraie dynamique autour de la formation. Parce qu’on avait des trous de génération, et qu’il fallait se mettre en conformité avec les exigences aux différents niveaux auxquels on a accédé successivement. On a fait 4 montées en 6 ans, le rythme était soutenu. On a aussi professionnalisé un premier emploi il y a trois ans, et on va désormais avoir un deuxième salarié, apprenti. Nous sommes dans cette dynamique, s’inscrire dans la durée, avec comme fer de lance l’équipe fanion qui accède cette année à la Nationale 3. C’est un peu un projet à deux têtes : la politique de formation au service de l’équipe fanion qui est notre vitrine ».

 

Quelles ambitions désormais ?

« Les ambitions sont très claires, c’est le maintien » affirme Alexandre Lory. « Il faut mettre un maximum d’équipes derrière nous. On va se retrouver cette année avec davantage de concurrence, on sait que ça va être un gros combat. C’est là-dessus que j’accentue mon discours et les séances actuellement, parce que ça fait des années qu’on est dans une dynamique extrêmement positive, où on perd très peu de matchs chaque saison. Depuis 10 ans, on n’a pas eu une saison à plus de 5 défaites. Peut-être qu’il va falloir accepter d’être davantage dans la difficulté. Travailler davantage nos faiblesses. Et on est très clairement dans une dynamique d’essayer d’assurer un maintien ». 

L’ESBF termine de la plus belle des manières sa préparation. Dimanche, le groupe de Sébastien Mizoule a remporté le trophée des Champ’Yonnes. Les handballeuses bisontines se sont imposées face à Dijon. Désormais, place au championnat. Samedi, dans le cadre de la 1ère journée de championnat en D1 féminine, elles se déplacent à Toulon.