Choix du secteur :
Se connecter :
 

Un délégué à l’accompagnement des reconversions professionnelles est en poste dans le département du Doubs.  Il est occupé par Nahim Guemazi. Sous l’autorité du Préfet, sa mission principale est d’accompagner les entreprises concernées par des mutations pour anticiper les évolutions des emplois et compétences. La crise sanitaire et économique a accéléré les mutations du marché du travail et fait émerger de nouveaux enjeux autour de la formation professionnelle. Pour joindre cet interlocuteur, il faut composer le 03.39.59.57.88

Depuis ce lundi 16 mai, le masque n’est plus obligatoire dans les transports en commun. Cet après-midi, à Besançon, aux arrêts de bus et de tram de la ville, la population était plutôt mitigée. Beaucoup ont décidé de continuer à le porter. La peur de contracter le virus, toujours en vigueur en France, est encore bien ancrée dans les têtes.

Jeune et moins jeunes restent méfiants. Certains n’ont pas l’intention d’appliquer les libertés qui leur ont été récemment accordées. La situation sanitaire du pays et la promiscuité dans les transports en commun n’inspirent pas confiance. « C’est un peu précipité » explique Adeline. Et de poursuivre : « Je pense que dans les transports en commun, c’est mieux de le porter ». « Pour le covid, comme pour les autres maladies, je me sens plus en sécurité avec le masque » ajoute Anna.

Antonin, jeune collégien, ne s’en séparera pas non plus. Il a constaté que ce lundi, dans les transports en commun bisontins, les comportements étaient très différents. Même constat pour Angélique, qui reste méfiante. « Certains ont peut-être le covid sans même le savoir. Alors, je préfère me protéger ». « J’ai une santé trop fragile » conclut-elle.  

Le micro-trottoir de la rédaction

 

Suite à l’amélioration du contexte sanitaire, le CHI de Haute-Comté, l’hôpital de Pontarlier,  autorise à nouveau les visiteurs. Néanmoins, une organisation spécifique est mise en place en fonction des services. Ces allègements ne doivent pas faire oublier que le port du masque est obligatoire et que les gestes barrière doivent être respectées. Concernant les consultations et hospitalisations programmées, un test PCR négatif de moins de 48h reste obligatoire et le port du masque est obligatoire également.

Bon à savoir :

Médecines, Chirurgies : Visites autorisées à raison de 2 visiteurs maximum par patient par jour avec contrôle du pass sanitaire et port du masque obligatoire de 13h30 à 20h.

Grandvallier : Visites autorisées avec contrôle du pass sanitaire et port du masque obligatoire de 14h à 18h.

Maternité : Visites autorisées pour le papa ou co-parent une seule fois par jour par maman en isolement dans la chambre (toute sortie est définitive) avec contrôle du pass sanitaire et avec port du masque obligatoire. Une seule visite autorisée de la fratrie pendant la durée du séjour de la maman en isolement dans la chambre.

Pédiatrie & Néonatologie : Uniquement les parents avec contrôle du pass sanitaire et port du masque obligatoire et contrôle du pass sanitaire.

Chambre funéraire : Visites autorisées uniquement auprès des défunts non-covid avec port du masque obligatoire

La diminution de la circulation du virus s’accentue en Bourgogne-Franche-Comté, où l’incidence en population générale, encore proche de 1 000 cas pour 100 000 habitants la semaine dernière, s’établit désormais autour de 540 cas pour 100 000 habitants. Le taux de positivité des tests baisse enfin également, pour passer en-dessous de la barre des 30%.

Le recul de l’épidémie amorcé la semaine dernière s’est poursuivi ces 7 derniers jours en Bourgogne-Franche-Comté. Le taux d’incidence en population générale est enfin passé en[1]dessous du millier de cas pour 100 000 habitants. Le niveau de circulation virale demeure cependant élevé dans l’ensemble des départements, où le taux de positivité des tests peine à décrocher.

Concernant l’épidémie de Covid-19. Le virus circule de manière plus modérée en Bourgogne-Franche-Comté sur la dernière période de 7 jours, mais les indicateurs épidémiologiques restent à un niveau élevé. Le taux d’incidence en population générale est de plus de 1 000 pour 100 000 habitants. Concernant la tranche d’âge des plus de 65 ans, le taux d’incidence continue d’augmenter et s’approche de 1 500 pour 100 000 habitants.

On fait un point sur l’épidémie de Covid-19. Si la progression de l’épidémie ralentit depuis la semaine dernière, la circulation du virus s’inscrit encore dans une tendance à la hausse en Bourgogne-Franche-Comté. Par ailleurs, l’épidémie de grippe en cours depuis un mois se stabilise.

La progression de l’épidémie s’est ralentie ces derniers jours en Bourgogne-Franche-Comté. Le taux d’incidence en population générale enregistre une augmentation inférieure à 10% par rapport à la semaine dernière. Le taux de positivité des tests progresse moins vite également, pour s’établir autour de 36% à l’échelle régionale. Rappelons que depuis le 7 avril dernier, les personnes âgées de 60  à 79 ans qui le souhaitent peuvent recevoir leur quatrième dose, dès 6 mois après l’injection du premier rappel ou après la dernière infection.

Concernant l’épidémie de covid-19. Selon les derniers chiffres du rectorat, datant de ce jeudi après-midi, aucune structure scolaire n'est fermée et 102 classes à distance bénéficient de la continuité pédagogique dans l'académie de Besançon. 1.411 élèves et 157 personnels sont cas confirmés à la Covid-19 en cumul sur les 7 derniers jours.

En raison du contexte sanitaire actuel, l’hôpital de Pontarlier a décidé de réactiver son plan blanc. Dans ce contexte,  les visites auprès des patients sont suspendues jusqu’au 30 avril inclus à compter de ce  jeudi 7 avril. Les visites par la famille seront possibles pour les fins de vie, elles seront limitées à la maternité, en pédiatrie et néonatologie au papa ou co-parent. Les visites sont également suspendues à la chambre mortuaire du site des rives du Doubs.