Choix du secteur :
Se connecter :
 

La Préfecture du Jura indique le déploiement de dispositifs de tests dans le secteur du Jura « pour soulager les professionnels de santé très engagés dans ces opérations ». Ainsi, de nouveaux créneaux seront ouverts la semaine prochaine à Saint-Claude, Dole, Poligny, Champagnole et les Rousses.

 

Saint-Claude (Centre de vaccination pédiatrique - 24 Rue Rosset) :

Mardi 18 janvier, 9h00 à 12h30 et 14h00 à 17h00

Vendredi 21 janvier, 9h00 à 12h30 et 14h00 à 17h00

Mardi 25 janvier, 9h00 à 12h30 et 14h00 à 17h00

Vendredi 28 janvier, 9h00 à 12h30 et 14h00 à 17h00

 

Dole (Centre Social Olympes de Gouges - 219 place Novarina) :

Mercredi 19 janvier, 9h00 à 12h30

Samedi 22 janvier, 9h00 à 12h30 • Mercredi 26 janvier, 9h00 à 12h30

Samedi 29 janvier, 9h00 à 12h30

 

Poligny (Salle des fêtes - 1 Rue du 4 Septembre) :

Jeudi 20 janvier, 10h00 à 12h30 et 14h00 à 19h30

Jeudi 27 janvier, 10h00 à 12h30 et 14h00 à 19h30

 

Champagnole (Laboratoire Medilys - 50 Avenue de la République) :

Tous les jours, 8h00 à 12h00

 

Les Rousses (Mairie) :

Lundi au Samedi, 9h00 à 11h00 (à partir du lundi 17 janvier)

Selon le dernier bilan hebdomadaire de l’ARS, ces 7 derniers jours, la circulation épidémique en Bourgogne-Franche-Comté a atteint des niveaux encore inégalés depuis le début de la crise sanitaire, il y a près de 2 ans. L’incidence en population générale dépasse les 2 200 cas pour 100 000 habitants. A ce jour, le cap du millier de personnes prises en charge en établissements de santé a été franchi, 160 patients atteints de formes graves de la pathologie étant admis en soins critiques.

La Préfecture du Doubs indique qu’à compter du 17 janvier, le numéro de prise de rendez-vous de la plateforme téléphonique consacrée à la vaccination change. Il s’agit désormais du 09.74.13.46.10. Désormais, le contact se situe au 10 rue Résal à Besançon, et non plus à Micropolis. Précisons que la prise de rendez-vous, via l’application Doctolib, est toujours possible.

Ce jeudi, environ un millier de personnes ont participé à la manifestation qui s’est tenue à Besançon sur la place de la Révolution.  Pour les enseignants, soutenus notamment par la FCPE, l’association des parents d’élèves, la coupe est pleine. Ils dénoncent les protocoles sanitaires à répétition mis en place par le gouvernement pour lutter contre la diffusion du virus.

MANIF EDUCATION 3

 

Les tâches administratives sont devenues tellement imposantes dans le quotidien, que les enseignants disent « ne plus avoir l’impression de faire classe, mais garderie ». Ils exigent la démission de Jean-Michel Blanquer et des moyens matériels et humains à la hauteur de la situation.

Interview de la rédaction : Karine Laurent (SNES-FSU)

MANIF EDUCATION 5

 

Selon des chiffres communiqués par le rectorat de Besançon.  39% des enseignants du 1er degré font grève ce jeudi 13 janvier. Ils sont près de 17% dans le second degré. Le taux de participation à la mobilisation nationale de ce jour s’élève globalement, tous personnels confondus,  à 25,5 % environ en Franche-Comté.

Ce jeudi 13 janvier 2022 sera synonyme de grève générale dans l’Education Nationale. A Besançon une mobilisation est prévue à 14h sur la place de la Révolution. De nombreux syndicats appellent l’ensemble des personnels à se mettre en grève et l’ensemble de la communauté éducative à se mobiliser pour faire entendre leur colère et obtenir une politique cohérente de protection et de prévention à la hauteur des enjeux sanitaires, scolaires et sociaux.


Parmi leurs revendications, les enseignants souhaitent que les établissements soient équipés en détecteur de CO2 et en purificateur d’air, car beaucoup de salles ne peuvent être aérées correctement. Ils réclament également que les personnels et les élèves fassent l’objet d’un politique de test cohérente et pas seulement après coup. « On n’arrête pas de courir après les cas, une fois que c’est trop tard » déplore Nathalie Faivre, représentant du SNES-FSU au niveau académique. De meilleurs masques sont aussi souhaités, car jusqu’à présent ils ne bénéficient que de « masques en tissu, inefficaces contre la propagation du virus ». Enfin, un protocole sanitaire clair est souhaité. « Cette semaine on en est à la cinquantième variante du protocole sanitaire Education Nationale. On ne s’y retrouve absolument pas, tout le monde est perdu, et ça n’empêche pas les contaminations. On aimerait quelque chose qui tienne la route, qui soit vraiment protecteur pour les élèves, leurs familles, et les personnels » souligne Nathalie Faivre.

Plusieurs rendez-vous sont prévus dans l’académie. A Besançon, le rassemblement se tiendra à 14h sur la place de la Révolution. « Nous pensons que les collègues seront très nombreux, car l’exaspération est au comble en ce moment, et les personnels se fatiguent à appliquer un protocole qui n’a pas de sens, et ils ne sont jamais entendus dans leurs revendications » regrette la représentante du SNES-FSU.

Dans un communiqué de presse, Anne vignot, la maire bisontine fait savoir qu’elle apporte son soutien au mouvement de grève des enseignants de ce jeudi 13 janvier. L’édile bisontine indique qu’elle sera au rassemblement prévu, en début d’après-midi, sur la place de la Révolution.  A Besançon, 19 écoles sur 63 seront fermées. 47 sont impactées et 13 accueils périscolaires seront fermés.

Une grande journée de mobilisation et d’action est prévue ce jeudi 13 janvier à l’éducation nationale. La contestation porte sur le protocole sanitaire mis en place dans les établissements scolaires en pleine épidémie de Covid-19. Dans la région des rassemblements sont programmés à 14h sur la place de la révolution à Besançon, à Montbéliard, 3 rue Brossolette, devant les locaux des circonscriptions et à Lons-le-Saunier, à 15h. Concernant cette dernière mobilisation, le départ sera donné à 15h de la préfecture.

Le BesAC devait affronter Lyon SO ce soir dans le cadre de la 17ème journée du championnat de nationale 1. Malheureusement, suite à 4 cas de Covid dans l’effectif bisontin, le club a demandé le report de la rencontre à la Fédération Française de Basket-Ball. Une demande qui a été acceptée en début d’après-midi. La rencontre est donc annulée, et sera reportée à une date ultérieure. 

La société Kéolis indique qu’en raison de la crise sanitaire et l’absence de personnel sur les lignes périurbaines, des horaires ont été modifiés. Pour tout savoir sur la nouvelle organisation mise en place : www.ginko.voyage. Rappelons qu’elle prend effet à compter de ce mardi 11 janvier.