Choix du secteur :
Se connecter :
 

En raison d’un mouvement social, à l’initiative des syndicats CFE CGC, CFTC et FO, la société Keolis indique que des perturbations sont à prévoir ce vendredi sur le réseau Ginko à Besançon.  86% des services seront assurés.

La Ville de Besançon et Grand Besançon Métropole font savoir que le réseau Ginko sera gratuit ce samedi 15 janvier. Cette décision sera reconduite si la durée du pic de pollution se prolonge. Cette gratuité concerne les bus, trams et cars toute la journée (du début à la fin de service). Les parking-relais seront en libre accès, avec l’ouverture des barrières, pour faciliter l’utilisation des transports en commun

La société Kéolis indique qu’en raison de la crise sanitaire et l’absence de personnel sur les lignes périurbaines, des horaires ont été modifiés. Pour tout savoir sur la nouvelle organisation mise en place : www.ginko.voyage. Rappelons qu’elle prend effet à compter de ce mardi 11 janvier.

Ce samedi matin, de 10h à 12h, le collectif  ANV-COP21 Besançon a mené  une action de sensibilisation et de désobéissance civile « pour replacer au centre du débat la question de la gratuité des transports en commun » dans l’agglomération bisontine. Elle s’est effectuée  aux arrêts de tramway « Révolution » et « Chamars ». Une vingtaine d’activistes ont investi les lieux, tapissant les arrêts et les tramways d’affiches réclamant la gratuité des transports en commun.

Les machines permettant d’acheter des tickets de transport ont été recouvertes de draps mentionnant que cette mesure serait « écologique, sociale et solidaire ». Dans le même temps, les usagers se sont vus remettre un ticket factice promettant « un voyage gratuit et illimité vers un monde moins pollué », ainsi qu’un tract expliquant les raisons de cette action.

En raison de la situation sanitaire et de l'absence de personnel sur ses lignes, la société Keolis fait savoir que les horaires des lignes périurbaines du réseau Ginko ont été modifiés sur le Grand Besançon. Pour de plus amples informations : www.ginko.voyage.


La société Keolis indique que les lignes de tram et de bus T1, T2, L4, 7 et Plan B seront perturbées lors de la soirée du 31 décembre prochain à Besançon. Pour tout savoir sur les difficultés à prévoir : www.ginko.voyage .

Le réseau Ginko alerte ses usagers à la suite d’un mouvement de grève sur le réseau périurbain qui a lieu ce vendredi 17 décembre. Les lignes régulières 61,62,65,68,71,73,74 et 76 seront impactées, ainsi que certaines lignes desservant des écoles, collèges et lycées. Plus d'informations sont à retrouver dans la rubrique info trafic du site internet de Ginko.

Compte tendu des conditions météo, les préfets du Doubs et du Jura ont décidé de prolonger les restrictions de circulation prises pour les poids-lourds. Ainsi, ces véhicules ne peuvent circuler sur les nationales 57 et 5 et la départementale 1005. Dans le Doubs, le représentant de l’état indique que cet arrêté court au moins jusqu’à ce samedi, à 12h. Ainsi, cette interdiction évoluera en fonction de la mise au noir du réseau.

La société de transport Kéolis indique que des perturbations sont à prévoir ce lundi sur le réseau bisontin et grand bisontin. Ces perturbations sont la conséquence d’un préavis de grève déposé par la SPL Mobilités Bourgogne Franche-Comté. Pour plus d’information : www.ginko.voyage

Ce samedi, à Besançon, à l’occasion de la journée mondiale d’actions pour la justice climatique, le parti « à gauche citoyens’, dont des militants figurent au conseil municipal, aux côtés d’Anne Vignot, procédait à une distribution de tracts au centre-ville pour demander à la population d’intervenir auprès de leurs représentants à l’agglomération pour qu’ils votent en faveur de la gratuité des transports en commun sur le territoire du Grand Besançon pour une partie de la population pour le moment.

D’ici la fin du mandant, le collectif espère que, dans un premier temps, les moins de 26 ans, et les bénéficiaires des minima sociaux pourront en profiter. Ils souhaitent également que l’ensemble de la population puisse bénéficier de cette gratuité le samedi. Rappelons que ces propositions figuraient sur la profession de foi de la liste « Besançon par nature », aujourd’hui aux responsabilités.

Comment financer ?

Pour l’heure, il est difficile de convaincre les élus de l’agglomération de franchir le pas.  Les raisons sont bien évidemment financières. C’est la raison pour laquelle, il est proposé de faire passer le taux de versement mobilité, payé par les entreprises de plus de 11 salariés de 1,8 à 2%. Ce qui permettrait ainsi de récolter 3,5 millions d’euros pour financer le manque à gagner. La réflexion se poursuit au sein de la collectivité. Depuis quelques jours, une commission de travail est en place pour porter une réflexion sur ce point.

L'interview de la rédaction / Joseph Gosset ( à Gauche Citoyens)