Choix du secteur :
Se connecter :
 

Il y a du handball ce soir. A huit journées de la fin du championnat, les filles de l’ESBF disputent une rencontre importante pour tenter de se rapprocher des places européennes. Pour cette 19è journée en D1 féminine, les Bisontines se déplacent à Chambray. Au classement, le groupe de Sébastien Mizoule est 8è, avec 29 points. Chambray occupe la cinquième place, qualificative pour l’Europe, avec 39 points. Le coup d’envoi de la rencontre sera donné à 20h.

Arrivée de sa Croatie natale, durant l’été 2022, la handballeuse Ivana Dezic quittera Besançon en fin de saison. Pourtant en contrat jusqu’en 2024 avec l’ESBF, les deux parties ont décidé de se quitter d’un commun accord. Son temps de jeu aura été faible cette saison. Le club espère que la jeune femme trouvera un club qui lui permettra « de s’exprimer davantage sur le terrain ».

La marche était beaucoup trop haute pour les Bisontines hier soir en championnat. Le groupe de Sébastien Mizoule a été complètement dépassé par des Brestoises, largement dominatrices. Les Bretonnes se sont imposées sur le score de 40 à 23. Il faudra vite se remettre au travail et se poser les bonnes questions avant le match à Chambray dans une semaine.

Après une pause bien méritée, l’ESBF retrouve la compétition ce mercredi. Encore affaiblie, en l’absence de quelques joueuses cadres, notamment Alizée Frécon-Demouge, qui devrait reprendre la compétition avec l’équipe réserve ce week-end, l’ESBF se déplace à Brest pour le compte de la 18è journée de championnat en D1 féminine.  Actuelles huitièmes de leur groupe, avec huit points d’écart avec Chambray, cinquième au classement, et potentiellement européen, les Engagées savent que leur marge est extrêmement réduite pour disputer l’European League la saison prochaine.

Dernière ligne droite

Il reste neuf journées de championnat à la formation de Sébastien Mizoule pour réaliser cet exploit, mais rien n’est impossible. Tant ce championnat a déjà réservé plusieurs surprises. Reboostées après ces quelques journées de repos, le groupe veut tourner la page du délicat mois de février et se relancer. « On sait très bien que le chemin va être plein d’obstacles. Le premier arrive mercredi à Brest. Il faut que l’on arrive à gagner le maximum de matches. Tout en ayant un œil sur ce font nos adversaire » explique Sébastien Mizoule.

L'interview de la rédaction  / Sébastien Mizoule

Une équipe à la portée des Bisontines

Avec 42 points, les Brestoises occupent actuellement la deuxième place au classement. Malgré sa position, la formation a déjà montré quelques signes de faiblesse par le passé. Autant dire, que rien n’est perdu pour nos Bisontines revanchardes. « Nous sommes reparties. On a fait une bonne semaine d’entraînement. On a envie de penser à autre chose, mais on n’oublie pas ce qui s’est passé en février. On revient avec l’état d’esprit de vouloir gagner tous les matches. On va essayer de remonter au classement le plus possible. On sait que cela ne dépend pas que de nous, mais nous ferons tout pour récupérer cette cinquième place ».

L'interview de la rédaction / Clarisse Mairot

Le match opposant Brest à l’ESBF se disputera ce mercredi soir en Bretagne. Le coup d’envoi de la rencontre sera donné à 20h30.

Pas de victoire pour les Engagées hier soir dans le cadre de la 16è journée de championnat en D1 féminine. Les handballeuses bisontines reviennent avec un match nul de leur déplacement à Saint-Amand. La rencontre s’est terminée sur le score de 28 partout. Autant dire que ce résultat les éloigne encore un peu plus de l’Europe. L’ESBF occupe désormais la huitième place au classement.

En Handball, l’ESBF se déplace ce soir à Saint-Amand pour le compte de la 16ème journée de Ligue Butagaz Energie. Les Engagées qui rêvent toujours d’Europe, dispose d’un groupe très réduit à cause des blessures. L’occasion pour Leonida Gichevska, le joker médical en provenance du Locomotive Zagreb, de faire ses premiers pas avec l’équipe bisontine. Il faudra absolument gagner pour l’ESBF afin de se rapprocher de la 4ème place, synonyme d’Europe.

 

Premier test pour la nouvelle venue Léonida Gichevska

Plus que 10 rencontres à disputer en Ligue Butagaz Energie pour l’ESBF. 600 minutes où il faudra batailler afin d’accrocher cette 4ème place, directement qualificative pour l’European League. Cela débute ce soir, dans le Nord, face à Saint-Amand, une formation classée 11ème. L’équipe bisontine, très affaiblie ces temps-ci, devra trouver les ressources nécessaires afin d’empocher les trois points. Les Engagées pourront notamment s’appuyer sur Leonida Gichevska, arrivée il y a trois semaines, pour pallier les absences d’Audrey Dembélé et d’Alizée Frécon-Demouge, blessées début janvier. Macédonienne d’origine, Leonida évoluait jusqu’alors au HC Locomotive Zagreb avec qui elle jouait la Ligue des Champions. Agée de 24 ans, mesurant 1m78, Léonida est une joueuse polyvalente capable d’évoluer aussi bien au poste de demi-centre qu’à celui d’arrière gauche. Passée par les clubs de Sambre-Avesnois et Le Pouzin en division 2 française, sa capacité à parler français est un réel atout qui lui a permis de s’intégrer rapidement et de comprendre très vite le plan de jeu du duo Mizoule / Garnier.

 

« Ne surtout pas perdre contre ces équipes »

Tom Garnier, l’entraîneur adjoint, le répète. L’ESBF ne doit plus laisser échapper aucun point face aux équipes de bas de tableau. Sur le papier, Saint-Amand apparaît plus faible que la formation bisontine. Il s’agit de la deuxième pire défense de ce championnat avec 416 buts encaissés, devancée par Nice (420 buts encaissés). Méfiance tout de même, car il faudra déjouer cette équipe dans leur antre, où elles restent sur deux victoires face à Toulon et Celles-sur-Belle, et avaient même battu Brest au mois de décembre. Offensivement, les nordistes marquent, et apparaissent en 7ème position des équipes les plus prolifiques. Ce match est capital, autant pour les Engagées qui doivent absolument l’emporter pour continuer de rêver d'Europe, mais aussi pour Saint-Amand qui jouera son maintien jusqu’à la dernière minute. La rencontre débutera à 19h30.

 

Le groupe bisontin : Tonje Lerstad, Sakura Hauge, Nada Corovic, Clarisse Mairot, Juliette Faure, Léonida Gichevska, Ivana Dezic, Natalia Nosek, Kiara Tshimanga, Camille Aoustin, Lucie Granier, Sabrina Zazaï, Louise Cusset, Pauline Robert (c).

 

La gardienne de but de l’ESBF Sakura Hauge a décidé de poursuivre l’aventure avec l’ESBF. Elle vient de s’engager pour deux saisons supplémentaires. En binôme depuis cette saison avec Tonje Lerstad, l’internationale japonaise sera donc bisontine jusqu’en 2025. Précisons que la saison 2024/2025 fait l’objet d’une option. A 36 ans, Sakura s’est imposée comme une vraie leader au sein du collectif de Sébastien Mizoule. Le collectif bisontin compte sur son expérience pour les deux prochaines saisons.

L’ESBF, avec une formation diminuée, en raison des blessures et de la maladie, s’est inclinée sur le score de 29 à 37 hier, face à Metz,  lors de la 15è journée de championnat en D1 féminine. Après leur ultime match de Coupe d’Europe de ce week-end, pour lequel elles n’ont plus rien à  attendre, les Engagées iront affronter Saint-Amand le 24 février.

C’est avec un groupe décimé par les blessures et la maladie que l’ESBF  se présentera,  ce mercredi soir, au Palais des Sports, face à Metz, le leader incontesté de ce championnat de D1 féminine. Le club sait que la confrontation à venir sera difficile, mais, en même temps, le collectif  doit se montrer à la hauteur dans ce genre de match pour tenter d’accéder à une place européenne. Rien n’est impossible, quatre points séparent la formation bisontine de la cinquième place. L’équipe doit être capable de « faire un coup » face à ces formation de haut du tableau.

« Metz est la meilleure équipe européenne, donc du monde. Nous n’abordons pas cette confrontation, comme un match à la vie à la mort, mais comme un moment où on ne peut que se sublimer dans ces moments-là » explique Sébastien Mizoule, le coach bisontin. Et de poursuivre : « si on ne se sublime pas, on va prendre une fessée. Metz, c’est l’Everest. Ce n’est pas le Mont Blanc ». Le technicien attend de ses joueuses, « un engagement total », mais aussi qu’elles soient également en capacité d’aborder cette rencontre « avec plaisir et envie ». Sébastien Mizoule explique que lorsque l’on dispute un tel match, la seule technique n’est pas suffisante. « D’autres ingrédients sont nécessaires ».  « Une ambiance collective peut masquer les manques quantitatifs que nous connaissons actuellement. Il va falloir que l’on se serre les coudes » conclut-il.

Le coup d’envoi de cette rencontre sera donné à 20h au Palais des Sports Ghani Yalouz.

L'interview de la rédaction : Sébastien Mizoule

 


L’ESBF ne connaîtra pas les quarts de finale de l’European League. Les Bisontines ont été battues sur le score 20 à 18 face à Sofiok, en Hongrie, samedi soir. Une défaite de trop dans ce tournoi dans lequel, pourtant, elles avaient réalisé un démarrage prometteur. Le collectif va devoir désormais se concentrer sur son championnat, et tenter de décrocher une place européenne, et la Coupe de France, avec l’objectif de disputer une finale à Paris Bercy, comme l’an dernier.