Choix du secteur :
Se connecter :
 

Il y a deux semaines, le Collectif Citoyens Résistants et d’autres associations se mobilisaient à Champagnole. Leurs objectifs : lutter contre les projets industriels prévus sur le territoire. Dans leur viseur, le parc éolien de la Basse-Joux, l’usine de pellets de Salins-les-Bains ainsi que le parc photovoltaïque de Loulle et Mont-sur-Monnet. Des projets « destructeurs pour l’environnement et les milieux naturels sur lesquels ils s’implanteraient » selon ces collectifs, les forêts franc-comtoises étant déjà très fragilisées.

 

Ce sont environ 200 personnes qui se sont rassemblées le 14 octobre dernier à Champagnole afin de se faire entendre. Des projets industriels d’ampleur sont annoncés sur le territoire franc-comtois : le projet éolien de la Basse-Joux, l’usine de pellets de Salins-les-Bains et le parc photovoltaïque de Loulle et Mont-sur-Monnet. S’ils suscitent de nombreuses polémiques et une forte opposition, les manifestants ne sont pas totalement opposés à la réalisation de projets d’énergie renouvelables, à condition qu’ils soient « bien faits ». « Le but de cette manifestation était de montrer aux autorités qu’on était ouverts à des projets d’énergies renouvelables, mais qu’on ne voulait pas le faire n’importe comment, et au détriment des espaces naturels. Les projets qu’on nous propose se font tous au détriment de la nature. Le parc photovoltaïque de Loulle/Mont-sur-Monnet, au début, c’était 125 hectares qui étaient menacés. Maintenant c’est 74 hectares de forêts et d’espaces naturels, alors que sur la ville de Champagnole, il y a déjà énormément de toiture à couvrir, de parking, sur lesquels on pourrait mettre des ombrières, sans détériorer les espaces naturels » explique Anthony Fleuriot, du Collectif Citoyens Résistants.

 

La « déferlante photovoltaïque » 

« Enormément d’hectares de forêts ou de terres agricoles sont menacés par des projets photovoltaïques aujourd’hui en France » souligne Anthony Fleuriot. C’est ce que la plupart nomment « la déferlante photovoltaïque ». Omniprésente dans le sud, où l’activité solaire est forte, c’est désormais en Franche-Comté que les industriels voient une possibilité de réaliser des profits. « Les espaces disponibles se réduisent, et le nombre d’entreprises qui ont trouvé que c’était rentable de faire du photovoltaïque ou des énergies renouvelables industrielles a augmenté. Le nombre d’acteurs augmente, et le gâteau diminue. Donc il faut essayer d’aller dans des nouveaux territoires » explique Anthony Fleuriot. « Sauf que les choses deviennent de plus en plus incontrôlables et incontrôlées, en particulier ces panneaux photovoltaïques qui déferlent chez nous. Il y aurait besoin d’une cohérence nationale, que seul l’Etat pourrait la mettre en place » poursuit le membre du Collectif Citoyens Résistants.

 

Des forêts fragilisées

La plupart de ces projets industriels se feraient au détriment d’espaces naturels. Sur des sites qui abritent de nombreuses espèces animales rares et emblématiques, comme le lynx, le chat forestier, le sonneur à ventre jaune, différentes chauves-souris et oiseaux. Ces projets posent d’autant plus problème que les forêts sont extrêmes fragilisées, notamment à cause du réchauffement climatique, des sécheresses successives, des incendies ou encore des épidémies de scolytes. « Un article du Monde est d’ailleurs sorti récemment, indiquant qu’il faut absolument conserver les forêts qui sont existantes, et planter éventuellement autour. Une forêt c’est tout un écosystème, pas uniquement ce qui est au-dessus du sol, mais aussi tout ce qui est dedans. Si on plante dans un endroit où il n’y a pas toute cette vie, les forêts vont mourir quand même. Il devient urgent de conserver les forêts qu’on a. Et finalement, plutôt que de planter, de les laisser s’étendre naturellement, avec des organismes qui vont créer les sous-sols. Si on rase l’existant pour planter ailleurs, on va droit dans le mur. Surtout que certaines forêts du premier et second plateau ont 30 centimètres d’humus posé sur une dalle de calcaire, ce qui permet d’encaisser les précipitations qu’on a depuis quelques jours. S’il n’y a pas une forêt avec ce sous-sol vivant, les dégâts vont être terribles » indique Anthony Fleuriot.

 

Pourquoi ces territoires ?

« Après la seconde guerre mondiale, l’Etat, qui avait besoin de matériaux, a poussé des agriculteurs à convertir des prairies qui étaient assez pauvres, en plantation d’essences monospécifiques. La plupart du temps de résineux, épicéas ou sapins. Ces forêts n’ont pas la vie souterraine nécessaire à supporter les sécheresses actuelles. Ces essences ne sont pas forcément adaptées à nos altitudes. Ces plantations ont dépéri, et un scieur du Jura a racheté ces parcelles qui avaient été rasées. Pour que le projet soit acceptable au niveau de la loi, par rapport aux surfaces concernées, il fallait aussi des surfaces publiques en jeu. C’est là qu’on été sollicitées les communes de Loulle et Mont-sur-Monnet. On se retrouve dans des études qui vont sur 124 hectares parce qu’il faut que ce soit rentable. C’est dommage. » déplore Anthony Fleuriot.

 

En quoi les communes sont gagnantes ?

« On a des autorités qui font des choix économiques. En gros, le modèle des énergies renouvelables, aujourd’hui encore, c’est celui de l’industriel, de promoteur éolien ou photovoltaïque, qui arrive dans les communes, et qui promettent beaucoup d’argent. Ces communes qui sont actuellement prises à la gorge pour tout un tas de raisons, en particulier la crise du bois résineux dans le Jura par exemple, et qui ont un budget à boucler, disent oui à des projets qui leur rapportent. Ça parait beaucoup, mais quand on regarde sur de nombreuses années, ce n’est rien en regard de ce que ça pourrait être, s’ils avaient des projets citoyens » explique Anthony Fleuriot.

 

Une première manifestation s’était tenue le 24 juin dans la forêt de Loulle avant celle du 14 octobre dernier à Champagnole. « On va refaire le point rapidement, et voir quelles actions est-ce qu’on peut mettre en place pour se faire entendre, et peut-être faire plus de bruit. On réfléchit à des moyens de sensibiliser. Les promoteurs ont des personnes qui sont payé à plein temps pour détruire. Et nous on est bénévoles, ça demande beaucoup d’énergie, il faut réussir à se mobiliser, à se motiver et à recruter de plus en plus de personnes pour participer aux actions dans la préparation et dans la réflexion » conclut Anthony Fleuriot.

 

Anthony Fleuriot, du Collectif Citoyens Résistants : 

 

 

Un accident s’est produit ce samedi après-midi, vers 16h, à Tourmont (39). Une seule voiture est en cause. Une personne était coincée dans le véhicule. Légèrement blessée, la victime a été prise en charge par les secours. Neuf sapeurs-pompiers se sont rendus sur place.

Un accident de la circulation, impliquant deux voitures, s’est produit ce jeudi après-midi, vers 15h30, aux Rousses. Un premier bilan indique trois personnes impliquées, dont une personne incarcérée.

Les sapeurs-pompiers du Jura sont intervenus ce mardi après-midi aux Rousses pour un accident de la circulation, au lieu-dit Cassine. Actuellement, le bilan fait état de 3 victimes. 9 secouristes se sont rendus sur place.

Jura : info route

Jui 22, 2024

Le Conseil Départemental du Jura fait savoir qu’à compter du 23 octobre, et jusqu’au jeudi 2 novembre, la route départementale 204 sera fermée à la circulation sur la commune de Blois-sur-Seille. Des travaux de reprofilage de la chaussée vont être menés sur les territoires des communes de Blois-sur-Seille et Ladoye-sur-Seille. Des déviations seront mises en place.

Ce samedi, en fin d’après-midi, vers 17h30, les sapeurs-pompiers du Jura sont intervenus pour un accident de la circulation routière à Barésia-sur-l’Ain. On déplore un blessé grave, qui a été pris en charge par les secours.  

Les sapeurs-pompiers du Jura sont intervenus cet après-midi à Perrigny, au niveau de la côte de Montaigu, pour un accident de la circulation. Une voiture se trouvait sur le toit et les secours ont procédé à une opération de désincarcération afin de dégager le conducteur. Ce dernier a été évacué en urgence absolue mais son pronostic vital n’était pas engagé. Il a été transporté, médicalisé par le SMUR, sur le centre hospitalier de Lons-le-Saunier. Le passager a été évacué, non médicalisé, également à l’hôpital. La circulation a été totalement interrompue lors des opérations.

L’info est donnée par nos confrères du journal « Le Progrès ». Une équipe des douanes du Jura a découvert 244 kilos de cannabis, dissimulés dans des gris sacs contenant des écorces de pin,  dans un poids-lourd. Les faits ont été enregistrés dans la nuit du 3 octobre dernier. Lors de son audition, le chauffeur, de nationalité espagnole, s’est tu. Le journal ajoute que ce dernier était en possession de 3.000 euros. Selon cette même source, le mis en cause devrait être jugé en comparution immédiate à Lons-le-Saunier.

Ce jeudi après-midi, les sapeurs-pompiers sont intervenus à Asnans-Beauvoisin pour un incendie qui s’est déclaré dans une ancienne ferme, totalement embrasée. A leur arrivée, les secours ont éteint le sinistre au moyen de 3 lances à eau. La route départementale 219 a été fermée à la circulation le temps des opérations d’extinction. 24 sapeurs-pompiers ont été engagés.

Le service départemental d’incendie et de secours du Jura fait savoir que les épreuves du Cross départemental des sapeurs-pompiers jurassiens se dérouleront ce samedi 7 octobre à partir de 8h, et jusqu’à 13h. Le rendez-vous est fixé à Clairvaux-les-Lacs. 445 soldats du feu, dont près de 200 jeunes sapeurs-pompiers, se présenteront pour les différentes courses organisées. Les cinq meilleurs concurrents femmes et hommes de chacune des catégories se qualifieront pour le cross national qui se déroulera le 23 mars prochain à Laval.