Choix du secteur :
Se connecter :
 

NAISSANCES

25/05/2023 – Alyssa de Hugues COLARD, planificateur et de Amandine AUTHIER, conseillère.
28/05/2023 – Marieme de Omar DIENG, agent de sécurité et de Aude MARTENOT, technicienne de laboratoire.
26/05/2023 – Sofia de Benjamin ABID, gestionnaire en import-export et de Laurene ARNOUX, secrétaire médicale.
26/05/2023 – Léna de Kévin SZORAD, mécanicien et de Sonia MALVEZIN, sans profession.
30/05/2023 – Léa de Benoit COUTEAUX, chef de projet et de LI Si Ming, chef de projet.
27/05/2023 – Lina de Abdelaziz ADDAD, agent de nettoyage et de Najwa KHALILI, animatrice périscolaire.
30/05/2023 – Judith de Sylvain JOLY, ingénieur et de Adèle RICHTER, responsable qualité.
29/05/2023 – Sasha de Rudy MALFROY, agent de sécurité et de Tiffanie LOIRAT, responsable des achats.
31/05/2023 – Eléonore de Baptiste GAILLARD, technicien de maintenance et de Orlane NACHON, préparatrice en pharmacie.
30/05/2023 – Lana de Kévin DORNIER, bûcheron-sanglier et de Cécile DELAPORTE, éducatrice sportive.
29/05/2023 – Dana de Maxime GERARDIN, ingénieur et de Gaelle DROUIN, infirmière.

PUBLICATIONS
05/06/2023 – Murat-Can KACMAZ, opérateur de production et Hacer-Nur KABADAYI, conseillère en assurance.

MARIAGES
03/06/2023 – Ridvan BAKAR, plombier et Sema GEDIK, vendeuse.

DECES
27/05/2023 – François ROUGE, 88 ans, retraité, domicilié à Les Premiers Sapins (Doubs) époux de Madeleine BERÇOT.
29/05/2023 – Michel BENOIT, 63 ans, agent de production, domicilié à Pontarlier (Doubs).
31/05/2023 – Jonny MULLER, 72 ans, retraité, domicilié à Pontarlier (Doubs).
01/06/2023 – Jules LOCATELLI, 93 ans, retraité maçon, domicilié à Les Fins (Doubs) époux de Simone GUINARD.
02/06/2023 – Alain GROS, 80 ans, retraité, domicilié à Boujailles (Doubs) veuf de Jeanne DUBOZ.
03/06/2023 – Denis JARDOT, 74 ans, retraité, domicilié à Asure-Arsurette (Jura).

Vendredi dernier, les ateliers municipaux de Maîche prenaient feu. Une enquête est en cours. Néanmoins, la piste accidentelle est privilégiée. Un dysfonctionnement électrique serait à l’origine de ce sinistre. Les dégâts sont importants. Le bâtiment est entièrement détruit et 90% du matériel est inutilisable. Régis Ligier reconnaît que « ce moment est difficile à vivre ». Seule consolation, et  pas des moindres, aucune personne n’a été blessée ou a perdu la vie dans ce drame.  « Cet incendie a créé une vive émotion au sein des agents » confirme l’édile.

Reconstruire

L’heure est à la reconstruction. L’organisation est de mise pour assurer la gestion et les travaux du quotidien. Et ce, avec des moyens matériels limités. Douze employés municipaux sont impactés par cette catastrophe. « Nous avons besoin de nos agents techniques. Nous sommes en pleine période d’entretien des espaces verts et de la voierie » ajoute M. Ligier, qui s’est mobilisé et activé ses réseaux pour éviter une décision de chômage partiel au sein de son équipe d’agents.

Une formidable solidarité

Régis Ligier tient à remercier ses collègues maires des communes environnantes qui ont apporté leur soutien et leurs moyens techniques et matériels à la cité sinistrée. « Grâce à cette générosité, nous allons pouvoir assez vite redémarrer » conclut le maire de la commune.

L'interview de la rédaction : Régis Ligier

 

Ce mercredi 31 mai, il sera procédé à la mise en service de la 2x2 voies de la RN57, entre l’échangeur de la gare TGV et Devecey. Les usagers en provenance de Besançon et se rendant vers Vesoul ainsi que ceux provenant de Devecey ou de Châtillon-le-Duc et se rendant vers Besançon emprunteront cette nouvelle voie.

Rien ne change pour les  usagers en provenance de Vesoul et se rendant vers Besançon, ou en provenance de Devecey ou Châtillon-le-Duc et se rendant vers Vesoul. Ce chantier a démarré il y a un an. Les travaux de mise à 2X2 voies de la RN 57 sur cette section sont prévues d’être achevés à l’horizon mi-2024.

NAISSANCES

18/05/2023 – Ediz de Yavuz KESKIN, informaticien et de Aylin CAVDAR, coiffeuse.
16/05/2023 – Hugo de Damien LAHOURCADE, responsable planification en horlogerie et de Lucie DROZ-BARTHOLET, ingénieur en industrie pharmaceutique.
18/05/2023 – Ozan de Emrah CEYLAN, peintre en bâtiment et de Justine TYRODE, sans profession.
18/05/2023 – Emilio de Dylan BAUD, canalisateur et de Patricia SILVA INFANTE, adjointe responsable de vente.
21/05/2023 – Inaya de Tristan MICHELOT, mécanicien poids lourds et de Lucie LONCHAMPT, prothésiste ongulaire.
22/05/2023 – Malone de Lilian SONNEY, maçon et de Lindsay STRAPPAZZON, technicienne Qualité, Hygiène, Sécurité, Environnement.
19/05/2023 – Gabin de Delphin GOUGET, fromager et de Marina LAFFLY, agricultrice.
22/05/2023 – Constance de Julien MAIRE, agriculteur et de Mathilde TIROLE, agricultrice.
21/05/2023 – Anayah de Jean CHARLES, convoyeur de fonds et de Emilie SALVADOR, esthéticienne.
24/05/2023 – Sarah de Romain BELKHYATE, responsable maintenance industrielle, et de Hanane BENNANI, expert comptable.
23/05/2023 – Alexie de Patrick RUTSCHMANN, magasinier agricole, et de Mélina MILLOZ, adjointe administrative.
23/05/2023 – Prune de Rodolphe CHESNEL, contrôleur assainissement et de Julie LEROUX, infirmière diplômée d’état.
25/05/2023 – Agathe de Anthony MONIN, ingénieur et de Cindy BEZ, agent de planification.

MARIAGES

27/05/2023 – Alexandre PIERRE, cariste-magasinier et Julie MUSSARD, assistante maternelle.
27/05/2023 – Quentin CHALON, menuisier et Chloé MARMET, auxiliaire de vie sociale.
27/05/2023 – Jérôme ARDIET, agent de sécurité incendie et Anaïs FAURE, infirmière.

DECES

20/05/2023 – Bernard GRANDIDIER, 84 ans, retraité, domicilié à Les Fins (Doubs), époux de Georgette GUINARD.
21/05/2023- Richard ROZAT, 72 ans, ouvrier retraité, domicilié à Pontarlier (Doubs), époux de Pierrette MESNIER.
22/05/2023 – Philippe FOURNERET, 71 ans, retraité, domicilié à Pontarlier (Doubs).
23/05/2023 – Gérard SCARBECK, 82 ans, physicien retraité, domicilié à Vuillafans (Doubs)

Le gouffre de Jardelle, situé sur le territoire de la commune de Chaffois, reste une préoccupation pour les élus de ce territoire. C’est la raison pour laquelle Nicolas Barbe, son maire, élu lors du dernier scrutin, s’en préoccupe. Soucieux de vérifier que les résultats de l’exploration, menée en 2011, n’ont pas évolué, il a demandé qu’un nouveau contrôle soit effectué. L’objectif étant de s’assurer de la stabilité des obus et procéder à des analyses d’eau. L’intervention est prévue à la fin de cet été.

Selon les estimations réalisées en 2011 par les démineurs de Colmar mobilisés, 500 tonnes d’obus seraient présentes sous terre, mais la quantité pourrait être plus importante. Les missiles ont été versés dans la cavité en 1923. Pour mener cette opération, et parce que l’endroit était difficile d’accès, une ligne ferroviaire avait été créée. Elle a permis d’acheminer plus facilement les indésirables. D’une profondeur de 128 mètres, et d’une circonférence d’environ 15 mètres, l’emplacement avait été autorisé par les autorités, qui en avaient pourtant interdit l’accès vingt ans plus tôt. Durant plus de 30 ans, entre 1870 et 1904, le gouffre servait de charnier. 500 animaux, morts du typhus, où tués lors des combats, y ont été jetés.

L'interview de la rédaction

 

Des analyses rassurantes

Pour les élus, l’objectif est de s’assurer que les obus ne représentent aucun danger. Autrement dit, qu’ils n’explosent pas ou qu’ils ne viennent pas contaminer l’eau. Des inquiétudes qui semblent ne pas se vérifier. D’une part parce qu’il y a dix ans, l’eau présente dans le gouffre n’était pas polluée, que cette dernière ne rejoignait pas la source de la Loue qui alimente en eau potable le secteur d’Ouhans et que les obus allemands, composés de produits chimiques, n’étaient pas présents.

 

BARBE CHAFFOIS

Nicolas Barbe, Maire de Chaffois

 

Nettoyer le site

L'interview de la rédaction

Le projet de nettoyer complètement le site n’est pas d’actualité. D’une part, parce qu’il serait beaucoup trop fastidieux de sortir Les obus et que cela nécessiterait l’obligation de trouver un autre endroit pour les stocker. Le coût de leur prise en charge serait trop élevé. Il faudrait également environ près de trois ans pour voir le bout d’une telle mission.

L’Union Locale CNL de Besançon exige de Loge.GBM et de sa présidente Carine Michel que «  des mesures d’urgence soient prises » dans l’immeuble du 2, 4, 6 et 8 rue de Champagne, dans le quartier Planoise, à Besançon. Ses militants demandent que les 83 foyers qui y résident « aient des conditions de vie décentes et soient en sécurité ».

besancon immeuble champagne planoise

Il est notamment fait référence au feu de détritus survenus dans la nuit du 18 au 19 mai dernier, et qui aurait pu avoir de « dramatiques conséquences ». « Votre responsabilité est engagée » pointe le collectif, qui exige que « les mesures de nettoyage, d’entretien et de mise en sécurité, qui ont été demandées, soient prises immédiatement ».

La commune de Pirey rencontre de grandes difficultés concernant le déploiement de la fibre. Initialement prévu pour la fin d’année 2022, les travaux prennent du retard et cela ne manque pas d’agacer la commune, qui ne compte pas accepter cette situation sans réagir.

C’est pourquoi le Directeur Général d’Orange a été sollicité afin de trouver une solution rapide aux problèmes causés « par un manque d’organisation interne à l’entreprise ». À l’heure actuelle, 15% des habitations ne sont toujours pas raccordées, ce retard serait lié à un manque de prestataire pour effectuer les travaux de raccordement.

La Ville de Pontarlier fait savoir que depuis le 16 mai dernier, le parc Jeanine Dessay est de nouveau ouvert aux visiteurs. Durant sa période de fermeture, quelques travaux ont été menés. Une rampe d’accès y a été installée à l’entrée. Un revêtement spécifique recouvre désormais les deux allées principales. Des travaux d’embellissement ont également été réalisés. Un bassin et une tourbière ont été créés. Des concerts et d’autres évènements sont d’ores et déjà annoncés pour animer le site.

Fonctionnelle depuis le mois de novembre 2022, l’école maternelle de Malbuisson vient d’être inaugurée. D’un montant d’un million d’euros hors taxe, les travaux menés ont permis de donner naissance à une école répondant aux enjeux environnementaux du moment. Claude Lietta, le maire de la commune du Haut-Doubs, ne cache pas son contentement. « Elle donne vraiment satisfaction. Les premiers retours sont intéressants » explique l’édile. En plus de son côté fonctionnel, qui répond pleinement aux attentes de l’équipe pédagogique, la nouvelle infrastructure, dite passive,  a été conçue de manière à réduire la consommation d’énergie. Une démarche bonne pour la planète et le portefeuille de la municipalité.

Claude Lietta et son conseil municipal ont fait les comptes. Grâce à cet investissement, le coût de la facture énergétique, sur une période de six mois, par rapport à un bâtiment isolé normalement, sur une superficie de 400 m2, est divisé par sept. De 14.500 euros, la note attendue est estimée à 2400 euros sur cette même période, dans un contexte identique. « Le gain est énorme par rapport à un bâtiment traditionnel. Le retour sur investissement en huit, dix ans sera assuré » termine M. Lietta.

ECOLE MALBUISSON nature environnemennt passive

Le visage de la nouvelle école

La nouvelle école se décline en un accueil périscolaire au rez-de-chaussée pour les enfants 220 enfants  inscrits au RPI que Malbuisson forme avec Montperreux. A l’étage, deux salles de classe ont vu le jour. Soit une superficie totale de 400 m2. Les petits élèves du Haut-Doubs évoluent désormais dans une structure agréable, adaptée et en lien total avec ce que l’on peut attendre d’une telle bâtisse en 2023.

L'interview de la rédaction : Claude Lietta, Maire de Malbuisson

 

 

2,3 millions d’euros, c’est la somme qui a été allouée par le Conseil Départemental du Doubs au territoire du Plateau de Frasne et du Val du Drugeon pour la période 2022-2028 dans le cadre du contrat P@C.

Avec ces moyens, ce territoire veut développer des services porteurs de cohésion sociale et facilitant l’accès au numérique, aménager les espaces publics pour apaiser les circulations et favoriser les mobilités douces et rénover des bâtiments publics et les infrastructures pour contribuer à la transition écologique.