Choix du secteur :
Se connecter :
 

Depuis le 4 mars, et jusqu’au 31 octobre, la ligne des Horlogers est en travaux. Soit huit mois de chantier et de coupure, entre Besançon et le Locle / Col des Roches. Après une première phase de modernisation, réalisée en 2019 et 2021, pour un coût de plus de 56 millions d’euros, la Région Bourgogne Franche-Comté, l’Etat et SNCF réseau ont programmé de nouveaux investissements pour un montant de 53,5 millions d’euros. Des coûts très importants, mais indispensables pour la pérennité de la ligne. D’ailleurs, une troisième phase de chantier est d’ores et déjà prévu. Et dire qu’il y a 20 ans, la ligne était menacée d’une fermeture définitive.

Ces travaux consistent à renouveler 22 kilomètres de voies, à entretenir et conforter les ouvrages de la ligne, à mettre aux nouvelles normes de sécurité six tunnels et rendre accessible les quais des gares de Besançon-Mouillère et de Saône. A travers ces interventions, les financeurs et l’entreprise ferroviaire veulent pérenniser et optimiser la circulation des trains, améliorer le confort des voyageurs, tout en garantissant des meilleures conditions de régularité et de sécurité des circulations ferroviaires.

L'interview de la rédaction : Céline Fieux, responsable maîtrise d'ouvrage à SNCF Réseau

Un chantier qui se veut exemplaire

Des travaux en lien avec les enjeux environnementaux du moment, pour lesquels des heures ont été réservées à l’insertion et réalisés dans le respect de l’architecture et du patrimoine local sont en cours. « Nos chantiers doivent prendre en compte la biodiversité. Nous travaillons de plus en plus avec des matériaux écoconçus. La sécurité est également très importante pour nous dans la réalisation. Tout comme le respect du patrimoine local. C’est la raison pour laquelle nous avons travaillé avec les Architectes des Bâtiments de France afin d’inscrire parfaitement les ouvrages modernisés, situés  à proximité de la Citadelle de Besançon, inscrites au patrimoine mondial de l’UNESCO » explique Matthieu Chabanel, Président directeur général de SNCF Réseau. Dans cette dynamique, le mur du parc Micaud sera végétalisé pour s’inscrire dans la dynamique lancée par la Ville et instaurer à cet endroit un véritable espace de fraîcheur.

L'interview de la rédaction : Matthieu Chabanel, Président directeur Général de SNCF Réseau

 

Dans le Jura, les travaux de modernisation de la voie en gare d’Andelot-en-Montagne se poursuivent. Ils sont prévus jusqu’au 15 juin prochain. Cette opération vise à contribuer à la performance du réseau en garantissant des conditions optimales de régularité et de sécurité des circulations ferroviaires. Ces travaux représentent un investissement de 6,7 millions d’euros financés par SNCF Réseau. Ils consistent à renouveler 2,5 kilomètres de rails, huit aiguillages, 2.100 tonnes de ballast et 1.000 traverses.

C’est acté. Après bien des tergiversations, Le pass rail sera mis en place cet été. Il permettra aux moins de 27 ans de voyager en illimité à bord des trains régionaux pour un forfait de 49 euros mensuels, entre juin et septembre. Toutes les régions françaises, hors Île-de-France, qui ne participe pas à cette démarche, ont donné leur accord pour expérimenter ce dispositif. Les régions financeront à hauteur de 20% cette mesure, chiffrée à hauteur de 15 millions d’euros. L’Etat prendra à sa charge les 80% restant.

Le syndicat SUD-Rail a fait savoir qu’il avait déposé un préavis de grève pour le mois de mai, entre le 30 avril et le 31 mai. Cette mobilisation s’inscrit dans celle des contrôleurs de la SNCF mi-février. Cette action est la résultante de la réunion de concertation du 27 février, qui est jugée insatisfaisante, face aux interrogations et revendications,  portant sur la pénibilité, la fin de carrière des contrôleurs, la prime de travail et le reclassement des agents.

La SNCF met en vente, à compter de ce mercredi 13 mars, ses billets de train pour la période estivale. Cela concerne les TGV Inoui, les Intercités et les Ouigo. Les réservations ouvriront dès 6 heures demain matin. Pour faire face à la demande, notamment en pleine période olympique, l’entreprise ferroviaire a annoncé la commercialisation de 400.000 billets supplémentaires.

Dans un communiqué de presse, la députée jurassienne Danielle Brulebois indique, après avoir interrogé le Président Directeur Général de la SNCF, qu’elle « ne baisse pas les bras et continue sa mobilisation pour améliorer la desserte du Jura et la gare de Lons-le-Saunier ».

Elle faisait notamment référence à la ligne TGV Strasbourg/Marseille, via Lons-le-Saunier. Une desserte sur laquelle elle s’est entretenue avec le directeur de l’entreprise ferroviaire, qui lui a assuré que la situation de cet itinéraire, via la capitale jurassienne, « sera réétudiée ».

Ce mardi, le Conseil d’Etat a suivi les huit régions françaises, dont la Bourgogne-Franche-Comté, qui s’étaient opposées à SNCF Réseau pour les tarifs de ses péages ferroviaires. Selon la juridiction, « la société SNCF Réseau n’a pas respecté la procédure prévue pour la détermination des redevances dues par les régions pour faire circuler les trains express régionaux ». La société a, jusqu’au 1er octobre, pour changer de voie.

A compter du 4 mars, et jusqu’au 31 octobre, SNCF Réseau, gestionnaire du réseau ferré national, va réaliser d’importants travaux de modernisation sur la célèbre ligne des Horlogers qui relie Besançon à la Chaux-de-Fonds, en Suisse. Cette opération vise à contribuer à la performance du réseau en garantissant des conditions optimales de régularité et de sécurité des circulations ferroviaires. Les travaux prévus sur la ligne des Horlogers en 2024 représentent un investissement de 53,5 millions d’euros et sont financés par la Région Bourgogne-Franche-Comté, l’Etat ainsi que SNCF Réseau.

Depuis le 26 février, et jusqu’au 15 juin, SNCF Réseau, gestionnaire du réseau ferré national, réalise des travaux de modernisation de la voie en gare d’Andelot-en-Montagne (39) et des Longevilles-Mont-d’Or (25). Cette opération vise à contribuer à la performance du réseau en garantissant des conditions optimales de régularité et de sécurité des circulations ferroviaires. Ces travaux représentent un investissement de 6 M€ d’euros financés par l’entreprise ferroviaire.

Selon la SNCF, la circulation ferroviaire sera « normale » ce week-end, avec quelques perturbations localisées. Cette situation s’explique par une grève des aiguilleurs. Ces professionnels, chargés de réguler la circulation sur le réseau, sont appelés à cesser le travail par le syndicat Sud-Rail ce vendredi 23 et ce samedi 24 février. Il est notamment demandé « un vrai plan massif d’embauches et une majoration de la prime opérationnelle de circulation, passant de 60 euros actuellement à 300 euros ».