Choix du secteur :
Se connecter :
 

Un violent feu de friche s’est déclaré samedi, vers 18h, aux abords des voies SNCF à l’Isle-sur-le-Doubs. L’arrêt de la circulation ferroviaire a été nécessaire pour traiter cet incendie qui risquait de se propager. Quatre lances ont été déployées. Un des trains, stoppé sur les voies avec 55 passagers à bord, n’a pu reprendre le départ que vers 20h.

Un important feu de ferme s’est déclaré hier soir, vers 20h15, à Saône. Il concernait un bâtiment à usage d’habitation, mais inoccupé, d’une superficie de 370 m2 au sol et sur trois niveaux. A l’arrivée des secours, les flammes avaient percé la toiture et se propageaient à la ferme.

Sept lances, dont une sur échelle aérienne, ont été déployées. Une protection incendie a également été mise en place pour éviter d’éventuels départs de feux de friche.  Aucune victime n’est à déplorer. Les causes et les circonstances de ce sinistre restent à définir.

Cette nuit, les sapeurs-pompiers du Jura sont intervenus à Saint-Amour pour un feu de maison individuelle d’une surface de 200 m2, totalement embrasée. Le propriétaire est brûlé au visage. Douze sapeurs-pompiers et quatre engins se sont rendus sur place.

Une ancienne scierie de 4000 m2 s’est entièrement embrasée cette nuit, à Besançon, au cœur du quartier de la grange Marguet, rue du Barlot. Rapidement sur les lieux, les soldats du feu ont procédé à la protection des habitations voisines et ont attaqué l’incendie. Huit lances à eau, dont deux sur les échelles, ont été déployées. On ne déplore aucun blessé et aucune victime. Les causes et les circonstances du drame restent à déterminer.

Les services de l’état s’engagent à suivre de très près le dossier de reconstruction de l’entreprise Charm’Ossature, entièrement détruite par un incendie à Etalans. Le préfet du Doubs, qui a activé une instance spécifique pour suivre cette évolution, a nommé le Sous-Préfet de Pontarlier à sa tête. Trois axes sont spécialement pris en compte : l’administratif et le suivi des salariés, avec des propositions de formation, la trésorerie et l’accompagnement de l’entreprise dans ce domaine et les phases de démolition et reconstruction du site. Le souhait étant que la firme puisse reprendre son activité, à Etalans,  d’ici huit mois.

Si l’on sait qu’un second site est en cours de construction à Autechaux, un local provisoire devrait être trouvé au plus vite, dans une commune proche, pour que l’activité reprenne et que les commandes soient honorées. Précisons que les clients de la société ont été contactés par le médiateur des entreprises, saisi par le préfet du Doubs.

L'interview de la rédaction / Nicolas Onimus, Sous-Préfet de Pontarlier

Suite à la campagne d’inspections sur la prévention des incendies dans les installations industrielles de la région, menée en mai et juin derniers, la DREAL Bourgogne-Franche-Comté a constaté des manquements en la matière. Si pour la majorité des sites visités, aucun manquement grave n’est signalé, d’autres sont invités à se mettre urgemment en conformité. Il est d’ailleurs précisé que des suites administratives sont lancées et qu’un suivi renforcé est mis en œuvre. Les rapports d’inspection issus des contrôles sont consultables sur le site internet Géorisques : https://www.georisques.gouv.fr/  (S’informer>InstallationsClassées>Accès aux données).

Cela fait une semaine que les deux incendies de la Teste-de-Buch, sur le Bassin d'Arcachon, et de Landiras, au sud de Bordeaux, se sont déclarés en Gironde. Depuis, ils ont réduit en cendres 19.370 hectares de forêt. Il s’agit de l’un des pires bilans en France depuis 30 ans. 

 

En Gironde, près de 2000 pompiers venus de toute la France sont toujours mobilisés, mardi 19 juillet, contre les deux incendies qui ont brûlé 6 500 hectares de forêt à La Teste-de-Buch et 12.800 à Landiras. Plus de 16.000 personnes ont dû être évacuées lundi par une chaleur caniculaire, avec plus de 40°C, portant le nombre total d'évacués à 36.600 en sept jours. Un troisième feu, de plus petite ampleur, s'est déclaré à Vensac mardi matin et a brûlé 70 hectares.

 

Plus d’une vingtaine de pompiers du Doubs déployés

Deux groupes différents sont partis du Doubs pour venir renforcer les soldats du feu Girondins. Un peu plus de 25 pompiers du département sont engagés. Ils sont arrivés hier soir et ont été directement enrôlés sur un incendie qui a débuté sur la commune de Vensac, au nord de Bordeaux, sous l’estuaire de la Gironde. « On a passé toute la nuit sur ce feu. On s’est désengagés aux alentours de 8h ce matin » confie le Capitaine Samuel Guichard, chef du centre de Morteau et conseiller technique feux de forêt du SDIS25. Ce dernier, en chef de colonne, est à la tête d’une quinzaine de véhicules. Deux cents pompiers ont été mobilisés pour maîtriser ce troisième sinistre. En tout, 70 hectares ont brûlé et 500 personnes ont été évacuées.

 

La règle des 3 trente

« Tous les incendies de forêt sont liés à des conditions météorologiques particulières. C’est ce qu’on appelle la règle des 3 trente » explique le Capitaine Guichard. Des températures de plus de 30°, moins de 30% d’humidité dans l’air et plus de 30km/h de vent. Toutes ces conditions sont actuellement réunies en Gironde.

 

Un sinistre très difficile à maîtriser

19.370 hectares de forêt ont été brûlés depuis une semaine. Et ce n’est pas terminé. « Je ne vous cache pas que ce bilan va s'aggraver dans les prochaines heures", prévenait lundi la préfète de la Gironde Fabienne Buccio. « Ces chiffres sont très conséquents. Sur un début de saison mi-juillet, on est quatre ou cinq fois supérieur en termes de superficie brûlées au niveau national que par rapport aux années dites normales » souligne le Capitaine Samuel Guichard. « D’après les retours de nos collègues, ce sont des feux très difficiles à maîtriser, au regard des conditions météo, de la sécheresse, et de l’ampleur que ça a pris. Ce sont des feux qui restent très exceptionnels dans la région, et qui ne sont malheureusement encore pas terminés » poursuit le pompier.

 

Des soldats du feu éprouvés

Ces derniers jours, nous avons pu constater de nombreuses photos et vidéos sur lesquelles on observe des pompiers en proie aux flammes intenses s’échappant des conifères, mais aussi des pompiers épuisés, vannés, dormant parfois à même le sol en lisière de forêt, encore dans leurs uniformes. « C’est très intense, très éprouvant, du fait des conditions météo, en termes d’engagement, et surtout par l’ampleur des incendies et des interventions. Les collègues Girondins sont tous mobilisés depuis une semaine. Madame la préfète a réquisitionné tous les pompiers de Gironde. Tous les renforts arrivés sont les bienvenus, et paraissent parfois même dérisoires au vu de certains incendies. Mais l’état de fatigue est assez avancé » confie le Capitaine Samuel Guichard. 

 

Interview du Capitaine Samuel Guichard, chef du centre de Morteau et conseiller technique feux de forêt du SDIS25 : 

 

Un incendie s’est déclaré ce matin, vers 4h40, au sein de l’entreprise Charm’Ossature dans la zone artisanale de la Croix de Pierre à Etalans. Le sinistre serait parti d’un silo. Pour l’heure, aucune piste n’est écartée. Une enquête est en cours.

La bâtisse s’est entièrement effondrée. 6000 m2 sont partis en fumée. 50 personnes se retrouvent au chômage partiel. Au plus fort du sinistre, 70 sapeurs-pompiers, venus des casernes de Besançon, Valdahon, Ornans, Montbéliard, Pierrefontaine-les-Varans, Saône, Gilley, Morteau, Amancey, Etalans, Pontarlier et Orchamps-Vennes, se sont rendus sur place. Un périmètre de sécurité sur 500 mètres autour du sinistre a été mis en place.

Un violent incendie s’est déclaré ce matin à Etalans. Il a pris dans les locaux de l’entreprise Charm’Ossature, située dans la zone artisanale de la Croix de Pierre. Selon les premières informations, sur les 8000 m2 que compte la bâtisse, 4000 m2 sont partis en fumée.

ETALANS INCENDIE DD

Doubs : incendies

Aoû 13, 2022

Deux violents incendies sont en cours dans le Doubs. A Etalans, un incendie s’est déclaré dans une entreprise, la société Charmes Ossature. A Arc-et-Senans, un feu  a vu le jour dans une bâtisse comprenant trois logements. De nombreux moyens sont engagés.