Choix du secteur :
Se connecter :
 

Cette année, le site internet de la ville de Pontarlier se dote d’un nouvel outil d'inclusion numérique pour renforcer son accessibilité avec le programme Lisio. Face aux constats que 50% de la population est en difficulté face au numérique et que l’impact environnemental du web ne cesse de croître, la solution LISIO a été développée en un ensemble d'outils et services issus de la recherche française. À partir de son module web, LISIO adapte, sans refonte et en temps réel, l'affichage du site internet aux besoins de tous. Cela facilite la navigation sur le web en adaptant l'affichage aux contraintes spécifiques de chaque utilisateur : handicaps visuels, cognitifs et moteurs, illectronisme (personnes inexpérimentées), fragilités liés à l'âge, difficultés de langage, langue maternelle étrangère, dyslexie, daltonisme, zone bas débit réseau... Cet outil complet permet également de réduire l’impact carbone du site en choisissant le mode écologique.

Lisio est disponible dès à présent sur le site officiel internet de la commune de Pontarlier (un onglet à droite de l’écran s’affiche en vous proposant les différentes options).

La ville de Pontarlier renouvelle son concours de photographie. Jusqu'au 2 juin 2023, quatre concours sont proposés en un : trois mini concours et un concours général. Le concours d'automne, du 5 septembre au 2 décembre a pour thème « Vive la pluie ! ».

Les candidats peuvent participer au mini-concours de leur choix ou aux trois, se qualifiant ainsi pour le concours général final. Le premier thème, qui se clôture ce vendredi, est celui de la pluie. Les deux autres thématiques seront dévoilées avant chaque période. Les prochains concours auront lieu du 5 décembre au 3 mars puis du 6 mars au 2 juin.

À l'issue de chaque mini concours saisonnier, une sélection des meilleures photos sera effectuée par le Jury professionnel avec un gagnant désigné dans la catégorie adulte et un gagnant dans la catégorie junior. Parmi les toutes les photographies issues des trois concours saisonniers, un top 15 adulte et un top 5 junior seront constitués par le jury professionnel et soumis au jury d'élus de la ville, à qui reviendra la responsabilité du choix des photographies primées au concours général. Le prix grand public se déroulera sur Facebook. La photographie qui remportera le plus de « likes » sur une période de cinq jours, à l’issue du concours général final, se verra décerner le titre.

Plus de 1500 euros de lots sont à gagner (chèques et carte cadeaux Commerce Pontarlier Centre et Commerce Grand Pontarlier, séances photos famille ou portrait, stage photo, imprimante smartphone et appareil instax…). Retrouvez les modalités, règlement et formulaire de participation sur le site de la ville de Pontarlier « Rubrique Activités et loisirs > loisirs et détente ».

Pour la journée nationale de la Laïcité du 9 décembre prochain, l’ALP (Association Laïque de Pontarlier) a choisi de rendre hommage à Samuel Paty, professeur d'histoire-géographie sauvagement assassiné en 2020 devant son collège de Conflans-Sainte-Honorine, où il enseignait.

L’ALP souhaite mettre en lumière le travail des enseignants lors de la journée nationale de la laïcité. Pour ce faire, des membres de l’association évoqueront sur la scène du théâtre du Lavoir à Pontarlier le quotidien d’un professeur de lettres en difficulté face à des élèves contestant son enseignement pour des questions religieuses. Cette représentation mélangera archives, témoignages, enquêtes et documents historiques, le tout entrecoupé d’interludes musicales assurées par les élèves et professeurs du conservatoire Elie Dupont.

Pour Karine Grosjean, présidente de l’ALP, cette soirée est l’occasion de rappeler qu’en 2022 la laïcité n’est pas toujours un acquis à l’école. Un débat sera organisé sur le thème de la laïcité dans l'enseignement après la représentation avec les membres de l'association.

« Hommage à Samuel Paty par l'ALP, vendredi 9 décembre à 20h30 au théâtre du lavoir, 2 rue Jeanne d'Arc à Pontarlier ». L'entrée pour cette soirée est libre.

L'interview de la rédaction / Karine Gosjean, Présidente de l'association Laïque de Pontarlier

Alors que plusieurs grandes villes de la région ont décidé de ne pas diffuser les matchs de la coupe du monde 2022, Pontarlier prend le contre-pied en retransmettant les trois rencontres de l’équipe de France. Une décision assumée par Philippe Besson, adjoint en charge du sport et de la vie associative.

 

Ce serait un euphémisme de dire que la coupe du monde de Football 2022 au Qatar ne fait pas que des adeptes. Un certains nombre de villes en France, y compris en Franche-Comté (Besançon, Montbéliard, Lons-le-Saunier) ont décidé de boycotter la compétition. Les raisons évoquées par ces municipalités sont relatives aux droits humains et à l’écologie.

Depuis quelques mois, de nombreuses enquêtes documentent les conditions de la tenue de l’événement. Entre 6500 et 10. 000 ouvriers seraient morts sur les chantiers, et le bilan carbone s’élèverait à 6 millions de tonnes de CO2 selon l’ONG Carbon Market Watch. Le pays organisateur tente également d’invisibiliser toutes les tentatives de soutien aux personnes LGBTQI+.

 

Un moment de partage et de joie

 

Sans chercher la polémique ni cautionner l’organisation du mondial, Philippe Besson assume le non-boycott de Pontarlier. « Je ne vais pas commenter les décisions politiques d’autres municipalités. La décision a été prise le 2 décembre 2010 si j’ai bonne mémoire. Ce n’est pas maintenant qu’il faut commencer à prendre des décisions ».

S’il est vrai qu’il y a quatre ans, les fans zones étaient pleines, la tenue de l’événement en hiver a certainement influencer certaines mairies à ne pas diffuser les matchs. Ce facteur météo n'a pas refroidi les élus pontissaliens « nous sommes dans une période assez morose, j’ai donc envie que les personnes gardent ces moments de joie et de partage. Et j’ai confiance que même avec le froid qui arrivent, les pontissaliens soient nombreux dans les rues ce soir ».

 

Retransmission des matchs des bleus tant qu’ils seront en compétition

 

Pontarlier a pris la décision de diffuser les matchs des bleus pendant la phase de groupe au théâtre Bernard Blier. « Et s’il y a qualification, nous diffuserons également la suite du parcours des bleus » assure Philippe Besson, qui espère un aussi beau parcours qu’en 2018. « Il faut rappeler également que la buvette du théâtre est tenue par le CAP foot, les bénéfices iront à l’association, il faut voir le positif ».

Rendez-vous donc ce mardi soir à 20H00 dans la salle Toussaint Louverture pour voir si les pontissaliens répondront présents ou non pour cette coupe de monde de football si particulière.

 

Rappel des dates et horaires pour la phase de poule :

 Mardi 22 novembre 2022 à 20h - FRANCE/AUSTRALIE

- Théâtre Bernard Blier : salle Toussaint Louverture

Samedi 26 novembre 2022 à 17h - FRANCE/DANEMARK

- Théâtre Bernard Blier : salle Toussaint Louverture

Mercredi 30 novembre 2022 à 16h - TUNISIE/FRANCE

- Théâtre Bernard Blier : salle Jean Renoir

En cas de qualification en phase finale de l’équipe de France, les lieux de retransmission seront alors communiqués ultérieurement.

Ce mardi 22 novembre, le lycée Xavier Marmier de Pontarlier organisait sa traditionnelle journée de la solidarité. L'occasion pour les élèves de rencontrer les représentants d'une vingtaine d'associations sur le thème de l'aide à la personne et du handicap. 

C'est une journée de sensibilisation qui avait lieu ce mardi au sein du lycée Xavier Marmier. Comme chaque année au mois de novembre, un temps de rencontre est organisé par  l'équipe pédagogique pour que les lycéens et lycéennes puissent rencontrer des responsables d'associations qui œuvrent sur les thématiques du handicap ou de l'aide à la personne.

A l'initiative de projet, deux professeures d'éco-gestion du lycée : Pascale Desmaizières et Elisabeth Gasner-Bez. Cette dernière explique que la journée permet une réelle prise de conscience chez ces jeunes pontissaliens : «L'idée est de faire comprendre à nos élèves qu'il y a des personnes en situation de handicap, malades ou bien précaires et qu'elles ont évidemment leurs places dans la société»

Le matin, ce sont les élèves de première, toutes filières confondues, qui ont pu échanger avec par exemple les reponsables des étoiles noires, association qui lutte pour améliorer les conditions de vie des enfants malades à l'hôpital. Leurs camarades de secondes leurs ont succédé dans l'après-midi. «On est convaincu de l'importance de sensibiliser les lycéens à la solidarité. De plus nous avons d'excellents retour des associations qui viennent échanger, l'action est bonne pour tout le monde» conclut Elisabeth Gasner-Bez. 

L'interview de la rédaction / Elisabeth Gasner-Bez

Ce mardi 15 novembre se tiendra à 20h salle Morand à Pontarlier, une conférence animée par Stéphane Le Guen, formateur et animateur biodéchets. Grâce à quelques astuces simples, il sera possible de découvrir pourquoi le paillage et le compost fait maison rendent les jardins plus sains et productifs. Tontes de gazon, feuilles mortes et tailles de haies vont désormais devenir de vrais trésors pour les jardins !

Le projet Parloncap est mis en place par les maisons de quartiers de Pontarlier. Il permet aux jeunes qui le souhaitent de découvrir certains sports et pratiques afin de susciter des passions. Il organisait de mercredi à vendredi la semaine culturelle, qui a lieu chaque année depuis 15 ans à Pontarlier. Cette action regroupe l’ensemble des structures d’animation, avec l’idée de mélanger et mixer les publics adolescents autour de pratiques artistiques. 

Cette année, 4 artistes étaient présents dans les maisons de quartiers et une au sein du musée de Pontarlier. Les jeunes avaient l’occasion de découvrir une pratique artistique pendant 3 jours parmi le beatbox, l’autoportrait, la dance hip-hop, le graffe et la customisation de basket et casquettes. Une action réussie avec plus de cinquante jeunes inscrits cette année. « Ils sont à fond dans leurs pratiques, les retours le midi et le soir quand on va les chercher sont formidables. Ils sont très emballés par ce projet » indique Nicolas Roche, directeur de la maison de quartier des Pareuses. L’événement se terminait ce vendredi par une exposition éphémère à la MPT Long Traits, où les parents ont été invités afin d’observer le travail de ces jeunes.

 

La rédaction a rencontré de jeunes s’initiant au beatbox, ainsi qu’un groupe sculptant à l’argile au musée de Pontarlier : 

 

 

Des jeunes s’initient au beatbox sous la houlette d'Adrien Grangeret, intervenant musiques actuelles, que l'on peut retrouver sur https://www.facebook.com/assobuzzenson !

 

 

Un travail collectif de longue haleine a permis un impressionnant coup de filet le 10 octobre dernier. Grace à une enquête mobilisant plus de 60 enquêteurs, une équipe de malfaiteurs français qui frappait des chefs d'entreprises d'horlogeries en Suisse, a été démantelée par la Direction centrale de la police judiciaire. 14 individus ont été interpellés par la brigade de recherche et d'intervention et le RAID. De nombreuses voitures, trois armes volées, une balise et des produits stupéfiants ont été saisis. Parmi ces 14 personnes interpellées, 6 ont été présentées devant un magistrat et placées en détention provisoire. Deux ont été mis en examen pour tentative d'extorsion en bande organisée commise au Locle en Suisse, et tous ont été mis en examen du chef d'association de malfaiteurs. Deux individus interpellés à Pontarlier en janvier avaient déjà été mis en examen et placés en détention provisoire.

Pour rappel, le 3 novembre 2021, une société située dans le canton du Jura Suisse était victime d'un commando armé. Les auteurs, munis d'armes lourdes, avaient pris en otage le gérant de la société, sa femme, et leurs deux enfants mineurs. Les malfaiteurs avaient contraint le gérant de les faire pénétrer dans sa société de fabrication de montres de luxe, afin de leur ouvrir les coffres-forts. Il avait remis 70 kilos de métaux précieux et deux montres de marque Purnell destinées aux Ballons d'Or 2021, Lionel Messi et Alexis Putellas. Le lendemain, les deux véhicules utilisés pour cette opération avaient été retrouvés brûlés dans une forêt. Et puis, quelques mois plus tard, dans le canton de Neuchâtel le 6 janvier 2022, le fils d’un directeur d’entreprise horlogère était enlevé sur le parking de sa résidence par des hommes cagoulés et armés. Contrait d’ouvrir son domicile, il est pris en otage avec sa femme enceinte. Une nouvelle fois, les auteurs se font conduire dans l’horlogerie, où ils séquestrent deux employés avant de s’échapper, effrayés par une patrouille de sécurité privée. Dans leur fuite, les malfaiteurs menacent une automobiliste avec une arme à feu, avant de lui voler son véhicule et de se réfugier en France. Mais après une course-poursuite, ils sont finalement interpellés par les policiers de Pontarlier.

Pendant quinze jours, du 18 octobre au 1er novembre, le cinéma sera au rendez-vous à Pontarlier. Pour sa deuxième édition, le Ciné-Open revient cet automne avec plus de 60 films au programme. Né d’une fusion entre le festival du film d’animation et celui dédié au cinéma féminin, cet événement se veut pédagogique et interactif. Cette année, la première semaine sera consacrée à la thématique du cinéma d’animation, alors que la seconde sera orientée autour du cinéma féminin et mettra en lumière un pays invité d’honneur : la Belgique.

Deuxième édition pour ce rendez-vous annuel instauré depuis l’an dernier. Ciné Open retrouve de nouveau l’écran du Théâtre Blier cet automne 2022. Pendant la première semaine de ce Festival, il sera possible de découvrir des films inédits, projetés et primés en de nombreux festivals internationaux, et dont les cinéastes ne sont pas toujours connus du grand public mais ont été distingués par les critiques du 7ème Art. La volonté de cet événement est de conjuguer une compétition de courts métrages d’animation avec des projections de courts et longs métrages, qui permettent à l’animation d’être porteuse de regards singuliers sur l’histoire et la création, en France et au-delà.

Un casting 5 étoiles

Une première semaine dédiée aux films d’animation, et la seconde qui abordera une double thématique. Celle du cinéma au féminin mais aussi du cinéma belge. Le Plat Pays invité d’honneur cette année, qui succède à la Suisse. « Nous souhaitions rendre hommage au cinéma belge. Le nouveau cinéma belge avait quelque chose à nous dire » indique Patrick Colle, le président du Ciné-Club Jacques Becker. « On recevra à cette occasion trois invités cette semaine-là, Laura Wandel, Serge Mirzabekiantz et Amélie Van Elmbt, qui présentera d’ailleurs son film réalisé avec Maya Duverdier, Dreaming Walls ». Par ailleurs, six autres invités seront aussi au rendez-vous cette année et viendront à la rencontre du public pontissalien : Sandrine Stoïanov, Jean-Charles Finck, Léo Marchand, Lucrèce Andreae, Éléa Gobbé-Mévellec et Sébastien Laudenbac. « Cet événement, c’est un cadeau qui peut être fait aux spectateurs qui ont envie de se déplacer, de voir dans un des conditions idéales, avec d’autres spectateurs, et d’assister à des séances avec des clefs d’interprétation, de clefs de lecture, des questions qui peuvent être soulevées et partagées. C’est un moment génial à vivre » souligne Patrick Colle. « Avec des coûts qui défient toute concurrence. Quand on achète une place à 5€ ou trois places à 13€, j’ai envie de dire qu’on est dans ce qu’on appelle de l’éducation populaire. L’argent ne doit pas être un frein ». Un écran de 12 mètres sur 8, un son « surround » (qui englobe l'utilisateur, destiné à renforcer l'immersion et l'expérience auditive du spectateur), des acteurs et un scénario de très grande qualité, avec des spectateurs qui vibrent à vos côtés, ça ne se manque pas !

Pour avoir de plus amples informations concernant la programmation, rendez-vous sur : https://www.ccjb.fr/

 

Patrick Colle, le président du Ciné-Club Jacques Becker : 

 

 

Une jeune femme a refusé de se soumettre à un contrôle routier hier soir à Pontarlier. Après son interpellation, elle a été placée en garde à vue à 23h30. Le dépistage d'alcoolémie présentait ce matin à 6h un taux de 0,50g par litre de sang. Par ailleurs, il s’est avéré que la jeune femme de 23 ans était recherchée par la gendarmerie. Elle a reconnu les faits et a fait l’objet d’une ordonnance pénale.