Choix du secteur :
Se connecter :
 

Dimanche soir un homme de 26 ans a été interpellé par les forces de l’ordre sur l’arrondissement de Pontarlier. Il conduisait avec 0,80 gramme d’alcool par litre de sang. Son permis a été suspendu et des amis sont venus récupérer son véhicule. Il sera convoqué ultérieurement devant la justice.

En novembre dernier, des mosquées et des centres culturels de Besançon, Montlebon et Pontarlier ont été tagués. Un ex-candidat du Rassemblement national a été interpellé dans cette affaire ce matin. Il a reconnu les faits sera jugé le 9 février et encourt jusqu'à 7 années d'emprisonnement pour dégradations - avec motifs religieux - de lieux cultuels.

Un ancien candidat du Rassemblement national aux élections départementales de La-Cluse-et-Mijoux dans le Haut Doubs a reconnu avoir tagué des lieux de culte musulmans à Besançon, Pontarlier et Montlebon en novembre dernier. Il dessinait des croix de Lorraine sur les édifices religieux. Ce mercredi, il a été interpellé chez lui à 6h. Lors de la perquisition à son domicile, les enquêteurs ont retrouvé un exemplaire du livre d'Adolf Hitler " Mein Kampf "Cependant le détenteur affirme ne pas partager les thèses, et assure posséder cet ouvrage pour le côté « historique ». L'individu travaille en Suisse, dans le secteur de la plomberie. A l'issue de son interpellation, il a été présenté au parquet de Besançon et placé sous contrôle judiciaire, avec l'obligation de respecter un couvre-feu et de pointer une fois par semaine au commissariat de Pontarlier. Son casier judiciaire fait état de violences conjugales et de détentions d'armes de catégorie D. Il sera jugé le 9 février et encourt jusqu'à 7 années d'emprisonnement pour dégradations - avec motifs religieux - de lieux cultuels. 

Concernant les tirs survenus hier soir vers 19h à Pontarlier, on a appris cet après-midi que les deux hommes ont été placés en garde à vue. Ils sont soupçonnés d’avoir enlevé et séquestré un industriel suisse dans une usine au Locle, mais ils ne sont pas parvenus à finaliser leur acte.

En fuite, ces derniers ont agressé une femme pour s’emparer de son véhicule dans la ville suisse. Aperçus à Pontarlier, ils ont été pris en chasse par une patrouille de police. Avec sang-froid, un des fonctionnaires a tiré 34 coups de feu au total pour stopper le véhicule qui s’était engagé dans une voie à sens unique,  rue des Tourbières. Il est parvenu à viser le bloc moteur et la vitre arrière. En compagnie de renforts, ils sont parvenus à interpeller les deux individus. Des investigations se poursuivent de part et d’autre de la frontière.

Les deux hommes sont défavorablement connus de la justice. Ils sont respectivement âgés de 35 et 46 ans. Lorsque les policiers sont intervenus, les deux individus étaient masqués et l’un d’eux aurait sorti une arme.

L'interview de la rédaction

Compte-tenu de l’évolution de la crise sanitaire, ainsi que des incertitudes qui pèsent sur la situation du mois de janvier, Patrick Genre, le maire de Pontarlier, a décidé d’annuler les deux cérémonies des vœux prévues en début d’année prochaine. Il s’adressera aux pontissaliens avec un message en ligne le 7 janvier prochain.

Ce mardi 7 décembre, des élèves de seconde en bac professionnel Accompagnement Soins et Services à la personne (ASSP) scolarisés au lycée professionnel Toussaint Louverture ont pu participer à une action de sensibilisation à la vie affective et la sexualité.

Une intervention éducative

Effectué dans les locaux du point information jeunesse de Pontarlier, cette intervention est organisée et animée par des membres de ce même point information jeunesse, en partenariat avec l’Association départementale du Doubs de sauvegarde de l'enfant à l'adulte (ADDSEA). Porté autour des thèmes de la vie affective et de la sexualité, cette action a pour but d’apporter des connaissances supplémentaires aux lycéens. Différents sujets ont pu être abordés lors de cette matinée par les animateurs en utilisant comme point de départ les questions posées anonymement par les élèves. Les adolescents ont alors pu obtenir des réponses quant à leurs interrogations sur les différents moyens de contraception, les maladies sexuellement transmissibles, le rôle du planning familial, mais également sur les normes et le rapport à la sexualité dans notre société.

Essayer de briser le tabou

La sexualité est encore aujourd’hui un sujet tabou. Cette action permet aux lycéens de se libérer sur ces sujets qui sont très difficiles à aborder, notamment dans la sphère familiale. Les informateurs jeunnese, qui effectuent ce genre d’actions depuis plusieurs années maintenant, sont témoins des difficultés rencontrées par les jeunes étudiants à parler de ce sujet. « La sexualité est un sujet assez complexe et vaste. C’est également très difficile de l’aborder lorsque l’on est en famille » nous confie une animatrice. L’importance est de donner des clés aux jeunes pour leur permettre d’appréhender de meilleure manière l’entrée dans la vie sexuelle. L’objectif reste d’essayer de briser le tabou encore très présent. « La sexualité interroge énormément et est la source de beaucoup d’idées reçues. On intervient dans le but de casser ces idées reçues et de répondre à leurs craintes et interrogations ».

Interview de la rédaction, Fanny et Gael (Informateurs jeunesse au Point Information Jeunesse de Pontarlier) :

 

Une action appréciée par les étudiants

Au terme de la matinée, les jeunes lycéens âgés pour la plupart de 15 et 16 ans, étaient contents d’avoir pu bénéficier de cette intervention. Un sentiment mis en lumière par le témoignage de deux étudiantes. « C’était très intéressant, notamment parce que c’est un sujet qu’on a du mal à aborder avec nos parents. On a appris plein de choses au sujet du SIDA, mais aussi sur comment utiliser et mettre un préservatif ». Étant un sujet compliqué à aborder, les jeunes sont heureux de trouver une oreille attentive. « C’est très important de participer à ce genre d’actions, car plus le temps passe, et plus la sexualité devient un sujet tabou. C’est vraiment pratique de savoir qu’il y a des gens pour nous écouter ». Des étudiants satisfaits donc, et qui ressorte du point information jeunesse avec moins d’appréhensions sur la vie affective et la sexualité.

 

Interview de la rédaction, étudiantes de seconde au lycée professionnel Toussaint Louverture :

 

Le tirage au sort de la coupe Gambardella a désigné le Dijon Football Côte-d'Or comme adversaire des jeunes pontissaliens. Le match se déroulera à Dijon ce dimanche 12 décembre à 15h.

Un tirage peu favorable

Le tirage au sort n’a pas été clément pour l’équipe de Pontarlier. Pour leur entrée en lice dans la compétition, les protégés de Romain Pogeant se déplaceront du coté de Dijon pour y affronter le DFCO. Une équipe qu’ils connaissent bien car ils évoluent dans la même poule en championnat U19 National. Les pontissaliens s’étaient d’ailleurs inclinés deux à zéro lors du match aller en championnat, de quoi aborder ce match avec un esprit revanchard.

 

« Ça sera aux garçons de tout donner pour vivre une belle aventure » Romain Pogeant.

 

« On a envie de créer la surprise »

Romain Pogeant, le coach de l’équipe de Pontarlier, qualifie ce tirage de compliqué. « C’est un tirage difficile, on aurait aimé recevoir et jouer devant nos supporters ». Ce déplacement difficile n’altère cependant en rien les intentions pontissaliennes. « On se déplacera avec beaucoup de détermination et de confiance pour essayer de ramener un résultat positif ». Face à un adversaire qu’ils connaissent bien, les jeunes pousses de Pontarlier auront à cœur de faire de bonnes choses. « On connait leurs forces, mais on connait aussi leurs faiblesses, il faudra s’appuyer là-dessus pour essayer de faire un résultat » nous livre le coach. C’est donc avec la volonté de créer la surprise que Pontarlier se déplacera du coté de Dijon. « On est dans la peau de l’outsider, on n’aura rien à perdre » conclut Romain Pogeant.

 

Interview de la rédaction, Romain Pogeant (coach de l'équipe U19 de Pontarlier) :

À l'occasion de la journée du climat le mercredi 8 décembre prochain et comme de nombreuses villes en France, la Ville de Pontarlier a souhaité, pour la deuxième année consécutive, soutenir cette initiative en proposant plusieurs animations. En parallèle de ces actions, la Ville invite toutes les structures présentes sur son territoire à s'emparer du sujet et à faire preuve d'initiatives durant cette semaine thématique. Les règles sanitaires en vigueur seront appliquées. Le port du masque et le pass sanitaire sont obligatoires selon l'âge des personnes.

 

Au programme :


• Conférence « Enrichissons-nous, écolomisons ! »


 Laurent NOURDIN propose d’alimenter notre regard critique afin d’aborder au mieux les changements à venir. "Le changement de nos habitudes peut nous permettre de faire des économies, tant favorables à notre porte-monnaie qu’à la planète !"

> Mercredi 8 décembre à 20h00 (accueil à partir de 19h45)
> Salle Morand
> Entrée libre

 

• Ateliers de la Fresque du climat


> Samedi 11 décembre de 9h à 12h
> Salle polyvalente de l'école primaire Vauthier (les ateliers pourront être effectués en ligne si les conditions sanitaires l'obligent)
> Événement gratuit
> 1 atelier enfant et 2 ateliers adultes (modulation possible selon les inscriptions)
> Inscription en ligne ici ou par mail à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

A Pontarlier, une femme a porté plainte lundi matin suite à de nombreux appels malveillants de la part de son ex-conjoint. Ce dernier a été interpellé dans l’après-midi, à 16h25 au volant d’un véhicule, alors qu’il ne possédait pas de permis de conduire. Il s’est avéré que ce même individu avait eu un accident il y a une dizaine de jours, et s’était enfui. De plus, des dossiers reçus en provenance du sud de la France ont rapporté d’autres faits similaires de harcèlement téléphonique sur une ex-conjointe. Entendu ce mardi lors de sa garde à vue, il a reconnu l’ensemble des faits qui lui ont été reprochés. Il sera présenté mercredi devant un magistrat en vue d’une comparution immédiate dans l’après-midi.  

Hier dans l’après-midi, les parents d’une jeune fille de 17 ans ont signalé sa disparition. Après avoir contacté son établissement scolaire, ce dernier déclare qu’elle ne s’est pas rendue en cours. Les forces de l’ordre commencent alors à enquêter et à mener des investigations aux alentours de 16h. Après une mise en place très rapide, les policiers s’aperçoivent que la jeune fille a été en contact avec sa meilleure amie, lui déclarant qu’elle « ne serait pas là aujourd’hui ». Vers 21h, les enquêteurs découvrent qu’elle a pris contact avec sa cousine demeurant en Suisse. Elle sera finalement récupérée dans la soirée par les forces de l’ordre, à 22h30. Ecole buissonnière, escapade amoureuse ? Pour l’heure il n’y a pas plus d’éléments concernant cette fugue. Le commandant Trousseau, patron de la police pontissalienne, se félicite de la réactivité de ses effectifs, et souligne un travail « rapide, exemplaire et efficace ». 

L’exposition « De sa majesté la Montbéliarde à son Excellence le Comté » était programmée pour 2020 et le Super-Comice, mais la crise sanitaire en a malheureusement décidé autrement. Cette exposition sur la race montbéliarde et le comté, s’affiche à partir de ce samedi à la Chapelle des Annonciades, à Pontarlier.

 

 

Un événement qui se réalise enfin

 

L’exposition devait se tenir à l’occasion du Super-Comice de Pontarlier, qui aurait dû se dérouler ce samedi, sauf que les conditions d’application du passe sanitaire en ont décidé autrement. Initialement elle aurait même dû se dérouler l’an dernier, mais la crise ne permettait encore pas ce genre d’événement qui rassemble beaucoup de public. Mais « De sa majesté la Montbéliarde à son Excellence le Comté » aura bien lieu dès ce samedi 23 octobre jusqu’au 14 novembre, tous les jours de 14h à 18h30. Un événement important dans la capitale du Haut-Doubs, puisque des thèmes chers à la population y seront abordés. On y parle de Montbéliardes et d’un des produits phares qu’elles contribuent à fabriquer : le comté.

 

Des archives inédites

 

Ce sont les frères Gurtner, Michel et Jean-Pierre qui en sont à l’initiative, ainsi que Philippe Marguet. En 2015, en marge du Super-Comice de 2020, les deux frères accompagnés d’Annie Brischoux, directrice des archives municipales de Pontarlier, avaient monté une exposition sur les fruitières à comté. Philippe Marguet avait quant à lui mis en avant la race Montbéliarde.

« Cette exposition présente le lien étroit et indispensable pour avoir une qualité de comté entre les producteurs de lait, les fromagers, et les affineurs. A travers la filière comté, à travers l’élaboration du cahier des charges, et à partir des archives du CIGC (comité interprofessionnel de gestion du comté) qui jusqu’à présent n’avaient pas été exploitées » souligne Annie Brischoux.

Ces deux expositions exposeront donc le travail des archivistes, avec des documents qui n’avaient jamais été exhibés jusque-là. Pour pouvoir en profiter pleinement, tout cela se passe dès samedi 23 octobre, à la Chapelle des Annonciades, à Pontarlier.