Choix du secteur :
Se connecter :
 

Des travaux de réfection de la chaussée sur la déviation de Champagnole (39), gérés par la DIR-Est, sont prévus du mardi 30 mai au vendredi 09 Juin puis du lundi 26 juin au jeudi 13 juillet. Les travaux seront réalisés en trois phases. La première phase sera marquée par la réalisation des enrobés sur la section courante de la RN5 où le trafic sera alterné. Ainsi que sur les 2 bretelles Nord de l’échangeur « Champagnole-Nord » qui seront fermées et déviées. Pour la seconde phase, les travaux toucheront alternativement les trois échangeurs de la déviation de Champagnole. Cela entraînera la fermeture successive des échangeurs. Enfin, la troisième phase concernera la section courante de la RN5, entre l’échangeur « Champagnole-Nord » et le « Pont sur l’Ain ». Les travaux seront réalisés sous fermeture de la RN5 entre les deux échangeurs avec la mise en place de déviations via les communes de Champagnole puis Cize.

Après trois années de travaux, le Musée de la Résistance et de la Déportation rouvrira ses portes le 8 septembre 2023, jour de l'anniversaire de la libération de Besançon. Les visiteurs pourront alors découvrir la métamorphose qui s'est opérée avec des espaces entièrement repensés, un nouveau parcours de visite, deux salles présentant l'exceptionnel fonds d'art en déportation et des espaces dédiés aux expositions temporaires.

 

DSC_9027.JPG

Vincent Briand, directeur du Musée de la Résistance et de la Déportation de Besançon.

 

Fermé depuis le 6 janvier 2020 pour une rénovation totale, et après avoir accueilli plus de 2 millions de visiteurs en 50 ans d'ouverture, le Musée de la Résistance et de la Déportation de Besançon renouvelle son approche pour renforcer son rôle d'outil citoyen. Avec la création d'un hall d'accueil s'ouvrant sur l'extérieur par de larges baies vitrées, le nouveau musée attirera l'attention du visiteur sur l'histoire de la Citadelle sous l'occupation, lieu d'exécution de 100 condamnés à mort. Face au musée, la statue du Témoin avec l'inscription des noms des camps en mémoire de la déportation ainsi que le monument des fusillés seront mis en valeur. Cette connexion entre histoire et mémoire, à l'heure actuelle quasi invisible du public, sera ainsi beaucoup plus évidente aux yeux de tous.

 

Une nouvelle exposition permanente

Centrée sur les deux problématiques « individus et sociétés en guerre » et « mots et langage », la nouvelle exposition permanente succédera à la précédente qui n'avait pas été renouvelée depuis plus de 35 ans. Sur un niveau et 10 salles, le parcours permettra à chaque visiteur d'aborder l'intégralité des thématiques : le projet nazi dans l'Europe des années 1930 ; l'effondrement de 1940 ; la France de 1940-1944 ; la déportation et l'extermination ; la Libération et l'après-guerre.

La nouvelle scénographie favorisera l'accessibilité du discours et valorisera les collections originales du musée. Le public pourra découvrir des archives, objets et photographies conservées par le musée. Une sélection d'objets iconiques, le parcours de Jeanne Oudot, d'Henri Fertet et de Germaine Tillion, que l'on pourra suivre tout au long de l'exposition ainsi que de nombreux témoignages sonores qui illustreront chacune des thématiques abordées au fil de la visite.

Une présentation du fonds d'art en déportation complétera ce parcours permanent. Unique en France, et l'un des plus importants d'Europe, il regroupe environ 600 dessins, petites peintures et statuettes réalisés clandestinement dans les camps de concentration et prisons du Reich. Il n'était jusqu'alors pas visible du grand public. Deux salles lui seront dédiés, donnant une place centrale à ces œuvres.

 

 

Une future programmation culturelle dynamique

Avec 6 salles dédiées aux expositions temporaires, le musée proposera une nouvelle exposition chaque année. Ce sont autant d'objets et de documents sortis des réserves qui pourront être ainsi présentés au public. L'occasion de construire des manifestations culturelles de qualité en travaillant avec d'autres établissements, à l'échelle nationale et internationale. La première exposition temporaire sera consacrée aux donateurs et mettra en exergue le lien particulier qui les unit au musée. Depuis sa fondation à la fin des années 1960, le musée a bâti sa collection à partir d'objets et d'archives privés, donnés par d'anciens résistants et déportés puis leur famille. Au fil des années, il a développé une véritable expertise en la matière, documentant non seulement les histoires et parcours personnels de celles qui ont vécu la 2nde guerre mondiale, mais encore leur place dans la mémoire familiale et ses modes de transmission.

 

L'accessibilité est également au cœur du projet de rénovation. Des solutions sont mises en œuvre pour faciliter autant que possible l'accès au musée : installation d'un ascenseur, toilettes, scénographie adaptée (hauteur des textes, passages de portes, etc). Dès leur arrivée, les visiteurs pourront profiter d'un espace d'accueil vaste, lumineux et confortable, qui n’existait pas auparavant.

 

Vincent Briand, directeur du Musée de la Résistance et de la Déportation de Besançon : 

 

En raison des opérations de raccordement au Réseau de Chaleur Urbain (RCU), la piscine municipale Georges Cuinet sera fermée du lundi 30 janvier au dimanche 19 février inclus. Les services municipaux profiteront également de cette fermeture pour réaliser la vidange ainsi que quelques travaux d’entretien.

Afin de sécuriser l’intersection entre la RN 57 et la RD 44, théâtre régulier d’accidents, la DIR-Est a mis en place sur la RN 57 une limitation de la vitesse à 70 km/h, des bandes rugueuses pour sensibiliser les usagers ainsi qu’un radar chantier.

Au regard de l’accidentologie rencontrée les dernières semaines à proximité de cette intersection et en concertation avec les élus des communes concernées, les forces de l’ordre et les gestionnaires routiers, il sera mis en place une modification de la circulation au sein de ce carrefour.

Le mouvement de tourne-à-gauche permettant de sortir de la RN57 (en provenance des Hôpitaux) pour se rendre sur la RD44 direction Montperreux sera interdit à tous les véhicules. Cette interdiction sera matérialisée par une ligne blanche centrale continue et le panneau associé.

Aussi, pour se rendre à Montperreux et Oye-et-Pallet depuis les Hôpitaux, les usagers emprunteront depuis le giratoire des Hôpitaux-Vieux la RD9 (en direction de Labergement-Sainte-Marie) puis la RD437 en direction de Montperreux – Oye-et-Pallet. Une signalétique provisoire sera mise en place en ce sens au niveau de la RN57.

Le mouvement de tourne-à-gauche permettant de sortir de la RD44 (en provenance de Montperreux) pour se rendre sur la RN57 direction Pontarlier restera autorisé et sera matérialisé par une ligne blanche discontinue.

Les mouvements de tourne-à-droite (sortie de la RN57 depuis Pontarlier en direction de Montperreux et sortie de la RD44 en provenance de Montperreux et à destination des Hôpitaux) resteront également autorisés.

Par ailleurs, des barrettes sonores seront positionnées sur la ligne blanche continue centrale de part et d’autre du carrefour, de manière à lutter et à éviter les écarts de circulation.

Du jeudi 7 juillet au vendredi 8 juillet 2022, la direction interdépartementale des Routes de l'Est pour le compte de l’État, va procéder à la dépose du balisage de chantier. Les travaux de renforcement et d’étanchement de la galerie technique du Tunnel du Bois de Peu, situé sur la voie des Mercureaux (RN57) sont terminés.

Cette dépose du balisage de chantier entraînera :

  • la fermeture de la voie des Mercureaux sens Besançon → Pontarlier la nuit du 07/07 à 20h30 au 08/07/22 à 5h.

Un itinéraire de déviation locale sera mis en place à Beure.

  • la remise en circulation normale de la voie rapide sens Besançon → Pontarlier le 08/07/22, à partir de 5h.

Besançon continue de transformer la place de Lattre de Tassigny. Après le cœur de la place, ce sont les rues avoisinantes qui font l’objet d’interventions fortes. L’avenue de la gare d’eau va être reprise en partie : nouvelle chaussée, nouvelles bordures, trottoirs améliorés, places de stationnement retracées.

Pour cela, afin de sécuriser le chantier et les personnels intervenant sur le site, la fermeture partielle de l’avenue est nécessaire. Les dates choisies correspondent à une période où la circulation est moins contrainte. Cette fermeture sera donc effective du 11 juillet au 5 août , du croisement avec la rue du Porteau jusqu’à la rue Charles Nodier. Une déviation est mise en place par Velotte, elle est signalée par un panneau lumineux à Chamars. Pendant cette période, l’avenue de la gare d’eau ainsi que la rue du Porteau restent accessibles aux riverains et sont mises partiellement à double sens, jusqu’au croisement Gare d’eau/Porteau. La réfection de chaussée de la rue Nodier, au droit de la place de Lattre de Tassigny, sera quant à elle réalisée le 3 ou 4 août, avec une fermeture d’une journée entre le rond-point d’Huddersfield-Kirklees et la rue Lecourbe.

De nombreux travaux sont actuellement et vont être menés sur le réseau routier jurassien. Ils s’appliqueront à la RN5 et à la RN83 et concerneront les chaussées, murs et falaises. La majeure partie des travaux envisagés et réalisés par la DIR Est chaque année s’inscrit au sein de plans d’amélioration d’itinéraires. Ces derniers constituent le programme pluriannuel des travaux envisagés par l’Etat.

 

Liste des principaux chantiers programmés en 2022 :

 

  • Périmètre du centre d’entretien et d’intervention de Poligny :

 

-RN5 – Mont de Vaux / Montrond : reprise de la couche de roulement

-RN5 – Montrond / Ardon (Gratteroche) : reprise de la couche de roulement

-RN83 – Monts de Buvilly : création d’un ouvrage de soutènement

-RN5 – Vaux-sur-Poligny : travaux sur ouvrages de soutènement

 

Entretien courant :

-Ramassage des déchets / fauchage / entretien de la signalisation verticale et horizontale

-Entretien courant / réparations des murs et ouvrages d’art

 

  • Périmètre du centre d’entretien et d’intervention de Saint-Laurent-en-Grandvaux :

 

-RN5 – Morbier (col de la Savine) : réfection de la couche de roulement

-RN5 – Morez (Rocher de Larce) : sécurisation de falaises

-RN5 – Entre-deux-Monts : sécurisation de falaises

 

Entretien courant :

-Ramassage des déchets / fauchage / entretien de la signalisation verticale et horizontale

-Entretien courant / réparation des murs et ouvrages d’art

Les nuits du lundi 13 au vendredi 17 juin 2022, de 21h00 à 05h00, la Direction Interdépartementale des Routes Est indique qu’elle va fermer la section de la RN57 (de la voie des Mercureaux, contournement Sud-Ouest de Besançon), dans les deux sens de circulation afin de réaliser la maintenance des équipements de sécurité et l’entretien courant. Des déviations seront mises en place dans les deux sens de circulation.

En travaux depuis plusieurs mois, le site Saint-Jacques de Besançon se prépare à accueillir une toute nouvelle bibliothèque d’ici 2026. Un projet ambitieux, le plus gros chantier public de lecture en France. Ce jeudi a débuté la déconstruction de la cheminée de 30m qui marque symboliquement la fin de la première phase de démolition. Au moins deux semaines seront nécessaires avant de la faire tomber. Anne Vignot, présidente du Grand Besançon est au micro de la rédaction.

Il faudra plusieurs semaines pour démonter la structure de briques recouverte de béton, haute de 30m. Les ouvriers, dans une nacelle, ont attaqué le sommet de la tour au marteau-piqueur ce jeudi matin. Une fois, la cheminée raccourcie de dix mètres, ils passeront le relais à une pelle de démolition à grand bras. A la fin du chantier, les ouvriers laisseront place à des archéologues qui s'attelleront à des fouilles sur le site. Par la suite, débutera le chantier de construction de la future Grande Bibliothèque.

 

 

Les travaux sur cette partie du site de Saint-Jacques ont débuté à l’été 2020 avec une première phase de travaux préparatoires (désamiantage, démontage des préfabriqués). Un an plus tard, à l’été 2021, le bâtiment Saint-Bernard était libéré et la chaufferie arrêtée définitivement par le CHU. Une deuxième phase de travaux d’un montant de 1 M€ TTC a alors débuté en fin d’année et se poursuit actuellement jusqu’au mois de juin. Ces travaux concernent le désamiantage et le curage de l’intérieur du bâtiment Saint-Bernard construit au 17ème siècle et protégé par le classement monument historique, et prochainement la déconstruction de la chaufferie et de la cheminée emblématique. Ces travaux préparatoires bénéficient du financement de l’Université de Franche-Comté, du Département du Doubs, de la Région Bourgogne-Franche-Comté, de l’État et de l’Europe.

 

Une ouverture prévue en 2026

 

Une fois cette deuxième phase achevée, les fouilles archéologiques commenceront dans la cour suivant les préconisations du service régional de l’archéologie de la DRAC et ce jusqu’à l’automne 2022. En parallèle, les études de conception de la future Grande Bibliothèque seront réalisées. Objectif : un démarrage de la construction de la future Grande Bibliothèque au second semestre 2023 pour une ouverture au public fin 2026.

Le réseau de chaleur de Pontarlier qui alimente en chauffage et eau chaude sanitaire, environ 70 bâtiments, poursuit son extension. Actuellement, une opération exceptionnelle est réalisée sous la RN5 : le passage des canalisations sous le pont de la Fauconnière.  

 

pont fauconnière 2

 

Un réseau datant de 1989 à changer

 

Le réseau de chaleur qui sillonne de nombreuses rues de la capitale du Haut-Doubs, avec 20km de canalisations souterraines afin d’alimenter des bâtiments avec une énergie locale de « récupération », provient principalement de la combustion de déchets. Le raccordement des bâtiments à ce réseau de chaleur permet de substituer les énergies fossiles utilisées telles que le gaz ou le fioul. Mis en service en 1989, le réseau dispose encore de canalisations de cette époque, qui se font un peu vieillissantes. « Il y a des points de fragilité. Au bout de 30 ans, il est totalement normal d’entretenir cet ouvrage. C’est ce qu’on est en train de faire » souligne Claude Gindre, le président de Préval. Progressivement, l’entreprise propriétaire de ce réseau renouvelle ces canalisations, en remplaçant la fonte par de l’acier, avec un diamètre plus important, afin d’assurer le développement de ce réseau. « On le redimensionne afin de pouvoir offrir des possibilités de densification de notre réseau de chaleur » poursuit le président.

 

pont fauconnière

 

Les canalisations à fixer sous le pont de la Fauconnière

 

C’est donc un chantier de taille qui est en train d’être réalisé sous la RN57, comprenant de nombreuses contraintes. « Les contraintes sont communes à celles de la ville. On est sur un tracé fréquenté par environ 24.000 véhicules par jour. Les travaux se déroulent sur le Doubs, et avec toutes les contraintes environnementales qu’il faut prendre en considération. Et nous sommes en plein centre-ville, donc il y a tous les réseaux annexes qu’il faut prendre en compte dans tous les calculs » précise Claude Préval. Le montant des travaux s’élève à 484.794€, dont 40% sont subventionnés par l’Ademe, via le Fonds de chaleur. Pour réaliser cette opération et assurer la sécurité du chantier, la circulation est alternée durant 15 jours sur le mois d’octobre, de 9h à 16h, depuis le 4 octobre.