Choix du secteur :
Se connecter :
 
Le Club Sauvegarde à Besançon est bien connu depuis des années, autant pour ses performances sportives que pour ses actions d’inclusion. Une fois de plus, le Club Sauvegarde a brillé en 2022 avec des athlètes au sommet et de très bons résultats obtenus aussi bien en France qu’à l’international. Une fierté et un accomplissement pour Fodé Ndao, le président, investi au plus haut point auprès des sportifs et de ses équipes. A l’aube de cette année 2023, la rédaction s’est entretenue avec l’ancien champion, pour faire le bilan de l’année passée et évoquer les ambitions de 2023.

 

Une année encore, vous avez porté le Club Sauvegarde au sommet, avec de très nombreuses performances sportives et de très bons résultats. Quel bilan tirez-vous de cette année 2022 ?

Si on parle de bilan sportif, 2022 était une année extraordinaire. Déjà, avec la médaille européenne de Laura Sivert. Mais aussi des nombreux podiums nationaux que nous avons faits. Et puis, cette saison, nous avons 8 athlètes qui sont inscrits sur liste ministérielle, donc des sportifs de haut niveau. Cela montre le travail qui a été fourni. Mais on allie énormément le sportif et le cadre éducatif. Cela passe par l’éducation populaire, avec la caravane des pieds d'immeubles, le rapprochement police/population, la venue du Raid aventure, notre partenaire centre loisirs jeune de la police nationale, etc. On a aussi été inscrit dans le cadre de la cité de l'emploi avec une action qui s'appelle « Du sport à l'emploi ». Tout ça pour dire que la saison était pleine, aussi bien sur l'aspect sportif que socioprofessionnel. Et puis, l'année n'était pas que du karaté. On a aussi eu pas mal de médailles en boxe, kick-boxing, et full contact. L'année a été remplie, de joie, de travail, d'abnégation, de rebonds. C'était une année excellente.

 

Championnat du monde, Coupe de France, vous avez aussi bien brillé sur le sol français qu’à l’étranger. Vous devez être fier, aujourd’hui, de tout ce travail réalisé au sein du Club Sauvegarde et des bons résultats obtenus ?

Bien sûr. Et cette année nous avons les championnats d'Europe senior. On attend de savoir si Laura Sivert se qualifie ou pas. On a aussi démarré cette saison avec des médailles. Nous pouvons évoquer la Coupe de France sénior, qui pour la première fois de l'histoire de la Franche-Comté, est remportée par une équipe locale. On a été a été vainqueur de la Coupe de France chez les filles, et une médaille de bronze chez les garçons en équipe. Ce qui montre cette solidarité qui est dans cette équipe, et que ce soit au niveau local et international.

 

Le Club Sauvegarde c’est aussi l’inclusion, l’accès au sport pour toutes et tous. Vous donnez des conférences, participez à des à des ateliers de handikaraté, au téléthon. On peut aussi parler de la caravane des pieds d’immeuble. Tout cet aspect-là doit être très important.

Oui c'est très important. Nous avons initié beaucoup de choses dans le cadre de l'extra sportif. On a un agrément éducation populaire. Nous avons aussi signé le pacte pour l'émancipation des jeunes de Planoise qui réunit de très nombreux partenaires. Le Club Sauvegarde doit participer à l'image positive de Planoise. On ne s'arrête pas, on se sert toujours de l'année d'avant pour rebondir. Nous devons continuer dans cette lancée pour pouvoir être accompagné, non seulement dans le cadre du sportif, mais aussi dans le cadre d'éducation populaire. Parce que le club c'est d'abord ça. J’en profite pour lancer un appel aux financeurs : penser au haut niveau c’est bien, mais la part de l'éducation populaire a toute sa place aussi. Nos licenciés, mais aussi des personnes en dehors du club, des habitants, bénéficient de nos actions. Nous sommes tous ensemble, et c'est ensemble que le Club Sauvegarde peut grandir. On reste humble, et puis on continue à travailler, beaucoup, encore et toujours.

 

J’imagine que vous avez quand même les Jeux Olympiques dans un coin de la tête, même si le karaté n’en fait plus partie. Deux ans après les Jeux de Paris, il y aura les JO de la Jeunesse à Dakar. Vous avez un groupe soudé, performant, avec cette génération 2006. J’imagine que ça va être un rendez-vous très attendu ?

Effectivement, c'est beaucoup dans la tête, dans le sens où le karaté ne sera malheureusement pas au programme. Mais il sera bien aux Jeux Olympiques de la Jeunesse 2026, à Dakar. Il faut qu'on puisse se dire « cap 2026 », en étant ambitieux. D'ailleurs nous avons une génération qui s'appelle « génération 2026 ». Il faudra qu'on arrive à travailler, à être tous ensemble. Les JO 2024 seront aussi le thème de la Caravane des pieds d’immeuble qui se tiendra en avril, puis cet été.

 

Que peut-on souhaiter au Club Sauvegarde pour l’avenir ?

Qu’il puisse s'identifier encore plus par rapport à la communication interne et externe. Que les gens se disent que ce n’est pas seulement un club de karaté, ou de kick boxing, mais bien le Club Sauvegarde de Besançon. Il est né sous l'impulsion de mon père, qui a créé ce club en lien avec le ministère de la justice pour des enfants en difficulté. Le sport était un alibi. C'était un moyen pour essayer d'accompagner les familles, femmes, hommes, enfants, tout le monde. Mais qu’on puisse se dire que le sport peut faire beaucoup. À travers le sport, il y a l'inclusion, l'insertion, l'émancipation, et encore tant de choses. Ce qu'on peut nous souhaiter aujourd’hui, c'est de mettre ça en avant, de se dire que le sport au Club Sauvegarde n'est qu'un prétexte pour réussir des avenirs meilleurs.

 

Quels vont-être les prochains rendez-vous importants pour le Club Sauvegarde ?

Déjà, nous avons les championnats de France minimes qui seront à Besançon du 29 au 30 avril 2023 ! Ça va être un gros boulot niveau organisation. Il y a également, au mois de mars, les championnats d'Europe qui se tiendront en Espagne. Et puis, nous avons aussi des enjeux avec la caravane des pieds d’immeuble en avril. Enfin, le scoop, c'est que nous fêtons cette année les 20 ans du Club Sauvegarde ! Tout se passera au centre Mandela, je n’en dis pas plus pour l’instant, mais il y aura beaucoup de surprises !

 

Le Club Sauvegarde de Besançon a remporté ce dimanche la Coupe de France de karaté seniors chez les filles. Les garçons décrochent la médaille de bronze. C’est une première dans l’histoire du karaté en Bourgogne Franche-Comté.

Les jeunes karatékas du club sauvegarde de Besançon ont une nouvelle fois de plus excellé. Ce week-end, ils ont décroché 16 médailles à l’Open International de Bâle. Le groupe bisontin a ramené 5 médailles en or, 5 en argent et 6 en bronze. Une belle moisson, qui prouve la qualité de l’encadrement et la progression régulière de toute cette jeunesse planoisienne et d’ailleurs.

Avec les championnats de France en ligne mire, le club sauvegarde Besançon forme des jeunes prodiges karatekas. Fondé en 2003 par Fodé Ndao, le club obtient en ce moment de très bons résultats. 

Former les jeunes, leur donner un objectif dans un cadre de quartier difficile de Planoise, leur donner les savoirs pour s’accomplir en tant que sportif sont les clefs pour Fodé Ndao, fondateur et coach au Club Sauvegarde de Besançon. L’instruction de valeurs fortes favorise  les bons résultats. Récemment à l’Open International Karaté Light Contact / Full Contact, le collectif bisontin a décroché  une médaille d’or. Au dernier Championnat Ligue de Bourgogne Franche Comté Minime Cadet Senior Vétéran, il a raflé 21 médailles dont 9 en or.

SAUVEGARDE FODE 2

 Des valeurs humaines

La performance est importante mais n’est pas la priorité. La construction de compétiteurs est le fer de lance du projet du club.  Dans un registre plus ludique, le projet ponctuel « Caravane des pieds d’immeuble » est mis en place pour transmettre les valeurs des sports de combat à  tous les enfants. Bien plus qu’un club sportif, le Club Sauvegarde de Besançon est une association qui place l’humain au centre de ses préoccupations.

L'interview de la rédaction / Fodé Ndao

Faith Porquet et Hairiss Hierso, deux jeunes karatékas bisontins ayant grandi au cœur du Club Sauvegarde de Besançon, sont tous les deux revenus médaillés des Championnats d’Europe jeunes qui se tenaient en Finlande. Une fierté pour tout un quartier.

 

fait hairiss fête

 

Un grand rassemblement en l’honneur de deux jeunes planoisiens

 

La fête battait son plein ce mardi 24 août à Planoise. Rue de Bruxelles, un grand rassemblement a été organisé en l’honneur d’Hairiss Hierso et Faith Porquet, les tout récents médaillés aux championnats d’Europe de karaté jeune. Les deux athlètes sont revenus au sein du quartier dans lequel ils ont grandi, arborant leur précieux sésame autour du cou. La médaille d’or pour Hairiss, et une médaille de bronze pour Faith. Une fierté pour la grande famille du Club Sauvegarde de Besançon, et pour tout un quartier connoté parfois trop négativement. Ce mardi, les réjouissances étaient au rendez-vous aux côtés de nombreux acteurs de la vie planoisienne, que ce soit la caravane des pieds d’immeuble, le centre de loisirs jeunes (CLJ), ou encore Polygames. De nombreux ateliers sportifs et culturels gratuits étaient destinés aux jeunes. Les filles de l’ESBF ont aussi honoré cette cérémonie par leur présence. C’est avec altruisme que les Engagées, désireuses de tisser du lien, ont transmis leur passion et véhiculé les valeurs de leur sport, notamment en improvisant des séances de tirs au but, ou encore en participant aux ateliers sportifs mis en place.

 

 



 

Une compétition ardue

 

« C’était très intense. Il y avait des moments parfois durs » souligne Hairiss Hierso, le tout jeune médaillé chez les - de 52 Kgs. Effectivement, lors de la finale, le bisontin était mené 2-1, à trente secondes de la fin. Mais c’est en faisant preuve d’un mental d’acier, et animé par une grande détermination, qu’il réussit à inverser la tendance, et finit par s’imposer 3-2. Une performance qui d’ailleurs, est venue renforcer Faith Porquet chez les + de 54 Kgs, déstabilisée assez vite dans la compétition par le stress, lui valant une défaite qui la place en mauvaise posture. « C’était mes premiers championnats d’Europe. Je n’ai pas réussi à gérer mon stress, et c’est ce qui m’a fait perdre au deuxième tour. Mais quand j’ai vu que mon coéquipier était en finale, ça m’a vraiment motivé pour aller chercher la médaille de bronze. J’ai aussi pensé à mon club, que je ne pouvais pas décevoir ». Survoltée grâce à son coéquipier, et puisant sa force dans toutes les personnes l’épaulant, c’est avec ardeur que Faith Porquet enchaîne ensuite ses trois combats de repêchage qu’elle remporte, la gratifiant de cette médaille de bronze tant convoitée.

 

 

La victoire de tout un club, une famille, un quartier

 

« Le coach est heureux, mais c’est une victoire d’équipe. De tous les coachs, des parents, des familles, et de la famille de tout Planoise » indique Fodé N’Dao, directeur du Club Sauvegarde de Besançon. Le vice-champion du monde de karaté et multiple champion d’Afrique le martèle, « la victoire appartient à tout le monde ». Si les deux jeunes médaillés étaient seuls sur le tatami lors de leur affrontement, Fodé N’Dao souligne l’importance de toutes les personnes présentes à chaque instant, aux côtés d’Hairiss et Faith. De la famille, aux partenaires d’entraînement, jusqu’au kinés et aux entraîneurs. C’est la victoire d’une grande famille, celle du Club Sauvegarde, et du quartier de Planoise. Un quartier bien trop méjugé, que l’on a tendance à avilir et bien trop stigmatiser. « Ça change, ça donne une image positive, de tout ce qu’on peut entendre sur ce quartier, c’est important. Ce quartier doit rayonner en positif. Et mon objectif en tant que directeur du Club Sauvegarde, ce n’est pas uniquement de parler du champion. Le champion n’est pas une star, il doit être accessible. Ce sont des enfants, à qui il faut le sport étude, l’accompagnement, la notion de parentalité, et toutes ces choses derrières. Ce n’est qu’un prétexte d’être champion, l’important c’est tout ce qu’il y a derrière, l’effort, l’abnégation, le travail, l’humilité. C’est cette voix que j’ai envie de porter. La voix de l’image positive de Planoise, la joie entre famille, du vivre ensemble, de la citoyenneté, c’est ce qui m’intéresse » témoigne Fodé N’Dao. 

 

Interview de Faith et Hairiss :

 

Interview de Fodé N'Dao, directeur du Club Sauvegarde de Besançon : 

 

 

 

Une belle consécration pour le club La Sauvegarde de Besançon et ses jeunes pratiquants. Preuve que le travail et l’abnégation paient toujours. Hier, aux championnats d’Europe de karaté jeunes en Finlande, deux jeunes bisontins se sont illustrés dans la catégorie des plus de 54 kilos. Hairiss Hierso s’est octroyé le titre suprême. Quant à sa camarade Faith Porquet, elle décroche une superbe médaille de bronze. Autant que Fodé N’Dao et toute son équipe doivent être très fiers de leurs petits champions.

Une belle consécration pour le club et ses jeunes pratiquants. Preuve que le travail et l’abnégation paient toujours. Hier, aux championnats d’Europe de karaté jeune en Finlande, deux jeunes bisontins se sont illustrés dans la catégorie des plus de 54 kilos.

Hairiss Hierso s’est octroyé le titre suprême. Quant à sa camarade Faith Porquet, elle décroche une superbe médaille de bronze. Autant que Fodé N’Dao et toute son équipe doivent être très fiers de leurs petits champions.