Choix du secteur :
Se connecter :
 

Comme chaque année, la Communauté de Communes du Grand Pontarlier propose de nombreuses animations pour les enfants de 4 à 13 ans. Une grande diversité d’activités, sportives et culturelles, est programmée par la collectivité. Les inscriptions pour les vacances d’hiver et de printemps ont débuté ce mercredi 31 janvier pour les habitants de la Communauté de Communes. Les autres personnes pourront inscrire leurs enfants à partir du 7 février. Pour de plus amples informations, n’hésitez pas à contacter le service éducation, jeunesse et politique de la Ville de la Ville de Pontarlier ( Tel : 03.81.38.81.96).

Les enfants hospitalisés dans les services de pédiatrie et néonatologie du centre hospitalier intercommunal de Haute-Comté seront récompensés ce vendredi après-midi. Ces jeunes garçons et filles auront la chance de recevoir le père-noël. Cette distribution de présents se conjuguera avec un goûter de Noël avec les familles, le vieil homme à l’habit rouge et la direction du CHI de Haute-Comté.

Depuis le printemps dernier, une nouvelle unité a vu le jour au sein du centre hospitalier Jean Minjoz à Besançon. Une unité d’accueil pédiatrique enfants en danger est né. Elle s’inscrit dans le cadre du Plan de lutte contre les violences faites aux enfants qui, en 2022, avait statué sur le déploiement d’un tel dispositif dans chaque département.  A Besançon, cette entité est rattachée aux urgences pédiatriques. Elle est composée d’une équipe pluridisciplinaire, avec des pédiatres, des infirmières puéricultrices et une assistante-administrative. Elle sera prochainement renforcée par un psychologue et une assistante sociale.

Ce service a pour mission d’accueillir des enfants suspects ou victimes de maltraitance. Les causes sont multiples : négligences, maltraitances physiques et psychologiques, agressions sexuelles ou harcèlement scolaire. Depuis avril dernier, l’unité a déjà mené 70 consultations. Les petits patients sont dirigés sur ce service par voie judiciaire, par un professionnel hospitalier ou extrahospitalier, des travailleurs sociaux  ou l’Education nationale.

Savoir accueillir et rassurer

Ces professionnels sont formés à l’accueil et l’écoute des enfants et des adolescents. Ils doivent les rassurer et tenter d’obtenir des informations pour mieux comprendre les difficultés et le contexte dans lequel ils évoluent. L’objectif étant de pouvoir réaliser un examen médico-psychologique, au sein d’un parcours médico-judiciaire, pour apporter l’aide et la protection nécessaires à cet être en danger. « Le premier contact est très important. Il faut toujours se mettre à hauteur de l’enfant, discuter avec lui, l’accueillir dans un endroit calme et chaleureux. On utilise le jeu le plus souvent possible. Il faut vraiment que l’enfant soit dans un environnement rassurant. Cela permet de recueillir plus facilement sa parole » explique Rachelle Roy, infirmière puéricultrice.

Un suivi au long cours

La prise en charge est longue et sinueuse. Les équipes se mobilisent pour trouver la meilleure prise en charge possible. Un accompagnement qui doit s’effectuer sur la durée. « Le suivi doit être réalisé au long cours. Avant de faire le relais avec d’autres structures, nous revoyons l’enfant  une ou deux fois au sein de l’unité » conclut Adèle Schiby, pédiatre.

L'interview de la rédaction / Rachelle Roy ( infirmière puéricultrice). Adèle Schiby (pédiatre)

Ce vendredi, la commission indépendante sur l’inceste et les violences sexuelles a présenté son rapport après trois ans d’enquête. Elle a fait 82 préconisations pour protéger les enfants contre les pédocriminels. Elle recommande notamment de rendre imprescriptible les violences sexuelles sur mineurs, au même titre que les crimes contre l’humanité. 160.000 enfants sont victimes de violences sexuelles chaque année. Selon ce même rapport, 5,4 millions de femmes et d’hommes adultes en ont été victimes durant leur enfance.

Dans un souci de répondre aux besoins des habitants de son territoire, la commune de Bonnétage, près du Russey, dans le Haut-Doubs, s’est doté d’un bâtiment entièrement dédié à la petite enfance et à l’enfance. Il est composé d’une maison d’assistantes maternelles, qui accueille les enfants de 0 à 4 ans. Quatre assistantes maternelles travaillent en son sein. Ce qui permet d’accueillir 16 enfants. En parallèle, une autre partie du pôle, entièrement sorti de terre, est réservé à l’accueil périscolaire. Il permet de recevoir les enfants du RPI, scolarisés à l’école de Bonnétage, résidant dans cette commune, et en provenance également des villages des Fontenelles et de Saint-Julien.

Un projet de 1,2 millions d’euros

Le coût de cette belle initiative s’élève à 1,2 million d’euros. La commune a obtenu des aides à hauteur de 66%. Valérie Pagnot,  la maire de Bonnétage, également conseillère régionale, explique que « la question de la petite enfance est très prégnante en milieu rural ». « Nous sommes beaucoup interrogés sur les modes de garde, avec notamment une large amplitude horaire pour les frontaliers et les personnes exerçant dans le commerce » ajoute l’élue. Et de poursuivre : « Il faut pouvoir avoir les structures nécessaires. Par ailleurs, les assistantes maternelles se font de plus en plus rares. Il convient donc de trouver d’autres solutions ».

La structure fonctionne depuis le début d’année. En janvier dernier, la maison d’assistantes maternelles a ouvert ses portes. Le périscolaire lui a emboîté le pas en mars dernier.

L'interview de la rédaction : Valérie Pagnot, Maire de Bonnétage

 

 

Face à l’attitude de certains parents qui exposent leurs enfants sur les réseaux sociaux, l’Assemblée nationale a voté mardi soir, en nouvelle lecture, une proposition de loi visant à mieux protéger le droit à l’image de l’enfant. La date d’un nouvel examen de cette loi au Sénat n’a pas encore été définie. La notion de « vie privée » de l’enfant apparaît. Par ailleurs, l’avis de l’enfant doit également être pris en compte par les deux parents.

C’est parti. Les inscriptions pour les animations proposées durant les prochaines vacances d’été aux enfants, âgés entre 4 et 17 ans, sur le territoire de la Communauté de Communes du Grand Pontarlier, débuteront ce mercredi 14 juin. Dans un premier temps, elles sont ouvertes aux habitants du territoire. La semaine prochaine, elles seront ouvertes à ceux résidant en dehors de ces frontières. Le rendez-vous est fixé à l’accueil du service Vie associative, Sports, Education, Jeunesse et Politique de la Ville, rue de la République. Une grande diversité d’activités (culturelles, sportives et de loisirs) sera proposée.

Cette année, le Carnaval de Pontarlier prendra une forme différente. A la place du traditionnel défilé en ville, il a été décidé d’organiser un après-midi récréatif. Il se tiendra le samedi 18 février, de 14h à 17h, à la salle des Capucins. La Ville de Pontarlier, en partenariat avec le collectif Parloncap et les Maisons de quartier ont concocté un évènement familial. Au menu : sculpture sur ballons, musique, danse, maquillage, phomaton, … . N’hésitez pas à vous présenter à cet évènement avec le plus beau des déguisements. Pour de plus amples informations : www.ville-pontarlier.fr

La Ville de Besançon fait savoir qu’en raison du manque d’animateurs, elle est contrainte de fermer l’accueil périscolaire de l’école maternelle Edouard Herriot les après-midis du lundi 10 au 14 octobre. Il est indiqué que, dans ces conditions, la cité n’est pas en capacité de garantir le respect des taux d’encadrement et la sécurité des enfants.

Tout au long de ce mois de mai, la Ville de Morteau procède à la distribution de l’édition 2022 du livret « Grandir à Morteau ». A travers ce document, la cité du Haut-Doubs entend aider les parents dans leur mission. L’objectif étant de répondre à leurs interrogations et leur permettre d’anticiper au mieux leurs préoccupations. Ce livret regorge d’informations sur les actions et les services mis en place par la ville. En attendant de le recevoir, il est possible de consulter en ligne. Rendez-vous le site internet : www.ville-morteau.org