Choix du secteur :
Se connecter :
 

Vendredi matin, un individu de 40 ans a été interpellé à l’Hyper U de Doubs, en train de dérober des polos de marque pour un montant avoisinant les 300€. Ce même individu avait, la veille, dérobé 7 polos de cette même marque pour un montant de 200€. Sa technique était de rentrer dans la cabine d’essayage, de découper les étiquettes, puis de porter tous les vêtements sur lui, recouverts d’un gros pull, avant de sortir au niveau de la caisse sans achat.

Vendredi, il  a changé de méthode, en plaçant les polos dans leur emballage entre son pull et son blouson. Mais lorsqu’il a été contrôlé pendant son passage à la caisse sans achat, les vigiles se sont rendus compte de son escroquerie et ont pu récupérer les articles volés. L’homme a reconnu l’ensemble des faits qui lui sont reprochés, et tout le butin a été restitué en bon état. 

Les sapeurs-pompiers du Doubs sont intervenus en début d’après-midi pour un accident sur la RD27, au niveau de la commune de Voires, dans le Doubs. Une voiture est impliquée, et une personne serait incarcérée. Plus d’informations à venir.

Les sapeurs-pompiers du Doubs indiquent être intervenus ce matin aux alentours de 7h pour repêcher un corps flottant dans le Doubs, au niveau du rond-point de la Citadelle. Ce corps dérivant a été repéré par un policier effectuant son jogging. Il a été extrait de la rivière par une équipe de sauveteurs aquatiques et de plongeurs. La victime, une femme de 70 ans est décédée.  

Dès le 12 janvier prochain, un second centre de vaccination prendra place dans la salle Espace Rives du Doubs, au 12 rue du Puits à Doubs jusqu’au 30 mars 2022. Il abritera 3 nouvelles lignes de vaccination, en complément des 3 lignes déjà existantes au centre de vaccination de Pontarlier. Il sera ouvert aux mêmes horaires que son homologue pontissalien : du lundi au samedi, de 8h à 17h. 

Pour la 3ème année consécutive, l'Université Savoie Mont-Blanc réalise une Enquête nationale sur la qualité du lien entre la population et les forces de sécurité intérieure. Chaque citoyen peut ainsi donner son avis au travers d'un questionnaire qui lui sera adressé par mail. Pour s'inscrire, il faut télécharger une demande de participation sur le site www.eqp21.fr, l'imprimer et la rapporter complétée au commissariat central de Besançon ou Planoise, Montbéliard, Héricourt ou Pontarlier. Pour les personnes qui ne peuvent pas imprimer le formulaire, il est également possible de se rendre directement dans les divers commissariats pour s'inscrire.

Jacques Grosperrin, sénateur du Doubs, porte-parole et référent de Valérie Pécresse pour la Franche-Comté, appelle les adhérents de la région à la soutenir en votant pour elle lors du deuxième tour de la primaire des Républicains qui se terminera ce samedi. Rappelons qu’Éric Ciotti est arrivé en tête avec 25,59% des voix et Valérie Pécresse deuxième avec 25%. Michel Barnier a terminé troisième (23,9 %), suivi de Xavier Bertrand (22,4 %) et Philippe Juvin (3,1 %).

« À l’issue du premier tour de la primaire, nous connaissons les deux qualifiés pour l’investiture. J’ai une pensée pour tous les candidats éliminés. Ils participeront à la belle équipe de France qui saura nous conduire à la victoire en avril prochain. Et je félicite Éric CIOTTI pour le score important qu’il a réalisé.

Référent et porte-parole de Valérie PÉCRESSE pour la Franche-Comté, j’appelle tous les électeurs de cette primaire à se tourner vers elle pour le deuxième tour. Je sais que beaucoup vont le faire dans notre parti. Je connais bien Valérie PÉCRESSE, depuis longtemps. Ses compétences. Son opiniâtreté » 

Depuis le 23 octobre, 80 réservistes participent à la préparation militaire gendarmerie (PMG) à Besançon. L’objectif est de pourvoir au recrutement de la réserve. Un candidat breveté PMG est apte à être recruté comme militaire du rang de réserve pour tenir un poste d’exécutant sous la responsabilité d’un gendarme d’active. Il peut ensuite, en suivant une formation continue, accéder aux grades supérieurs. La formation est centrée sur l’apprentissage des missions élémentaires des agents de la force publique et la maîtrise de l’arme de dotation.

 

Un engagement fort

 

Ce sont 900 réservistes qui sont répartis sur toute la Franche-Comté, et 360 au niveau du Doubs, qui œuvrent jour et nuit aux côtés de la gendarmerie. Le rythme est soutenu, ils sont mobilisables toute l’année, en fonction des disponibilités. Cela peut concerner jusqu’à 120 jours chaque année, la nuit tout comme le week-end. « Des gens prennent même des vacances spécialement pour s’engager avec la réserve opérationnelle » souligne le lieutenant-colonel Petit, en charge de la réserve opérationnelle du Doubs. Il s’agit d’un engagement républicain fort, une démarche citoyenne déterminée, qui a convaincu Quentin, 24 ans, étudiant en droit. « C’est ce qui fait notre fierté. C’est donner du temps pour les autres. Il faut qu’il y ait des gens qui puissent être présents pour la nation, pour le pays, et pour les concitoyens. C’est un sacrifice, mais pour moi c’est très important ». Des propos partagés et soutenus par Romane, 19 ans. « On a vu avec la crise Covid que c’était hyper important de s’engager. Pouvoir porter l’uniforme bleu c’est une fierté et un honneur. La PMG, une fois qu’on est dedans, on est un peu mordu ! ».

 

Une formation complète et exigeante

 

« On ne vient pas là par hasard, on a une formation exigeante. On leur demande des comportements et des réactions exemplaires, qu’ils doivent mener à travers cette formation, et ensuite sur le terrain » précise le lieutenant-colonel Petit. « Ils ont une formation continue, avec un stage de 15 jours. Et ensuite une autre formation continue sur une année, avec des recyclages permanents, de manière à pouvoir œuvrer de manière efficiente sur le terrain » poursuit-il. Pour pouvoir intégrer la PMG, il faut être volontaire. Mais aussi de nationalité française, âgé de 17 à 40 ans, avoir effectué la JAPD, la JDC ou la phase 1 du SNU, être apte physiquement et avoir « une bonne moralité ». Ensuite il faut suivre une formation théorique en enseignement à distance pendant plusieurs mois, passer des examens intellectuels et physiques, ainsi que des entretiens. Si ces étapes ont été concluantes, alors vous êtes invités à passer cette PMG. Il s’agit de 15 jours complets au sein de la caserne, en internat, avec des cours théoriques et pratiques.

 

« La réserve opérationnelle est là pour compléter le dispositif de la gendarmerie en matière de lutte contre la délinquance, mais pas seulement. Ça peut être l’assurance de proximité, tout comme des interventions routières, ou encore la lutte contre les violences familiales » Lieutenant-colonel Petit

 

« Extenué… mais heureux »

 

La formation a débuté le 23 octobre et s’achèvera le 6 novembre. Deux semaines intenses au cours desquelles ces réservistes ont appris à se connaître, à vivre ensemble, et former un groupe homogène. Une cohésion de groupe puissante est née, et des liens se sont tissés entre tous les réservistes. C’est d’ailleurs ce qui a plu et motivé les troupes à de nombreuses reprises. « J’ai adoré ces deux semaines. Il y a un vrai esprit de corps qu’on retrouve dans peu d’endroits. Il y a cette forme de discipline, mais on sait aussi rigoler quand il faut » confie Romane sans cacher une certaine émotion. « Je suis très fier d’être allé au bout de ces 15 jours, c’est un stage assez éprouvant. Il faut être solide, ce n’est pas une colonie de vacances. Mais on est très heureux d’avoir acquis toutes ces connaissances » révèle Quentin à son tour. Même si la formation s’achève au-delà de ces quinze jours, d’autres petites formations, avec des enseignements à distance et de examens en physique se prolongeront pour les réservistes. « L’objectif, c’est de leur donner le plus d’outils et de clés possibles. Qu’ils aient un bagage intellectuel et physique pour mieux aborder les situations auxquelles ils seront confrontés » conclut le lieutenant-colonel Petit.

Dans le cadre du Schéma Directeur Départemental d’Aménagement Numérique, la commune de Doubs sera éligible à la fibre optique à partir de novembre prochain. L’éligibilité des domiciles pourra être testée à l’adresse à partir du site internet www.doubs-thd.org. Ce réseau de fibre optique a été construit par le Syndicat mixte Doubs THD. Le réseau est donc public et ouvert à tous les fournisseurs d’accès internet qui le souhaitent. Une réunion publique se tiendra le 26 octobre à 20h, à l’Espace Rives du Doubs, 12 rue du Puits. Elle aura pour but d’expliquer, de façon neutre, les types d’offres disponibles auprès des fournisseurs d’accès et de présenter les modalités de raccordement au réseau. Si certains de ces fournisseurs d’accès démarchent déjà, au téléphone ou à domicile, le Syndicat mixte Doubs THD invite à attendre la réunion publique du 26 octobre, où des messages utiles et d’autres informations spécifiques pourront être passés.

A l’initiative de la commune de Doubs, une marche sera organisée le jeudi 21 octobre à 18h pour la lutte contre le cancer du sein. Plusieurs espaces d’information seront accessibles, avec différentes associations et professionnels de santé. On notera la présence du professeur Bosset, président de la ligue contre le cancer. Après cette marche de 3km, une soupe sera offerte à l’arrivée. Il sera possible de se restaurer un peu plus à la buvette ou au « bar à crêpes », en profitant des animations musicales menées par Les cocos du jeudi et Zikadoo. Tous les bénéfices ainsi que les dons seront intégralement reversés à la lutte contre le cancer. A prévoir, quelques accessoires ou un tee-shirt rose !

Depuis 2018, un protocole de suivi spécifique franco-suisse est mis en place sur la zone de présence permanente du loup, dénommée « ZPP du Marchairuz ». La meute identifiée évolue sur un territoire allant du Mont d’Or dans le Doubs, à la Valserine dans le Jura et le canton de Vaud en Suisse. Le suivi mis en place côté français est coordonné par la direction régionale de l’Office français de la biodiversité. Il comporte une phase de suivi par piégeage photographique, en période estivale, ainsi qu’une phase de prospection, en période hivernale.

Le suivi estival 2021, sur le département du Doubs, a permis de confirmer la reproduction de l’espèce et l’installation d’une 2e meute sédentarisée sur le massif du Risoux. Le suivi hivernal, qui pourra être engagé prochainement, permettra d’affiner la connaissance sur cette nouvelle meute et de connaître plus précisément ses déplacements. Des échanges avec les correspondants suisses ont été établis et se poursuivront pour un suivi coordonné des meutes identifiées.

Un comité départemental « grands prédateurs » sera également organisé courant octobre pour partager, avec les différents acteurs concernés par la présence du loup et du lynx, les dernières informations de suivi et présenter le dispositif d’alerte et d’accompagnement des éleveurs (aides et indemnisations).