Choix du secteur :
Se connecter :

"Un cirque et une mascarade de démocratie", Laurent Croizier blâme le comportement des élus de la NUPES à l'Assemblée Nationale

Publié le 06 Mar. 2023 à 10:03
Tags: laurent croizier | reforme des retraites | assemblee nationale | nupes |
Lecture: min
"Un cirque et une mascarade de démocratie", Laurent Croizier blâme le comportement des élus de la NUPES à l'Assemblée Nationale
Il y a 8 mois, les élections législatives battaient leur plein dans l’Hexagone. Dans la première circonscription du Doubs, Laurent Croizier, de la majorité présidentielle, avait été élu à 51% des voix devant La France Insoumise de Séverine Véziès. Une nouvelle fonction pour le conseiller municipal et communautaire. A travers un document transmis aux habitants de Besançon, le député a fait le bilan de ces 8 premiers mois à siéger dans l’hémicycle. S’il en est fier et se dévoue corps et âme à sa nouvelle fonction, Laurent Croizier déplore les récentes passes d’armes autour du projet de loi de la réforme des retraites. Il regrette le comportement des élus de la NUPES qu’il juge indigne de l’Assemblée Nationale et de la démocratie.

Il a parfois eu honte. Honte d’être assimilé « à ce cirque et à cette mascarade de démocratie », indique le député de la première circonscription du Doubs, Laurent Croizier. S’il a beaucoup fait réagir en dehors de l’hémicycle en provoquant de nombreux mouvements sociaux, le projet de loi de réforme des retraites a aussi donné lieu à quinze jours de débats tumultueux au sein de l’Assemblée Nationale. Quinze jours d’échanges vifs et animés, conduisant même à de nombreuses reprises l’exclusion de députés en raison de leurs comportements et de l'outrance de leurs propos. Laurent Croizier, qui a « mal vécu ces deux semaines de débat dans l’hémicycle » condamne fermement ce climat de violence installé, selon lui, par les élus de gauche. « J’ai eu le sentiment que l’obstruction, les injures, qui fusaient de la part des députés de la NUPES, n’étaient pas à la hauteur du respect qu’on doit aux citoyens » a-t-il souligné. « On peut débattre, être en désaccord, tout en permettant au débat d’être à la hauteur des sujets » a poursuivi le député.

À l'Assemblée nationale, les débats se sont achevés sans vote et dans la confusion dans la nuit du vendredi 17 au samedi 18 février dernier. Sans surprise au vu du nombre d'amendements restant, essentiellement des Insoumis, et de la date butoir fixée à minuit. Les débats se sont interrompus loin de l’article 7 sur le report de l'âge légal à 64 ans. Le texte est arrivé au Sénat la semaine dernière, le jeudi 2 mars, après un premier examen en commission.

Laurent Croizier, député de la première circonscription du Doubs :