Choix du secteur :
Se connecter :
 

Ce mercredi, le procureur de la République de Besançon est revenu sur la tentative de suicide du Dr Frédéric Péchier, survenue le 30 septembre. L’homme de 49 ans s’est défenestré du premier étage du domicile de ses parents. Quelques jours plus tôt, il confiait par écrit : « Je veux que cette vie s’arrête, je veux mourir innocent ». L’ancien anesthésiste de la clinique Saint-Vincent est mis en examen pour 24 empoisonnements de patients. Un 25ème cas a été ajouté à l’enquête, suite à l’exhumation d’un corps d’un patient décédé, sur lequel des analyses post-mortem ont été réalisées.

 

Le soir du drame

 

Ce 30 septembre, il est 22h lorsque la mère de Frédéric Péchier l’entend crier, et décide d’entrer dans sa chambre. L’homme, alcoolisé, est assis face à elle sur le rebord de la fenêtre, et lui déclare : « Je n’en peux plus », avant de se laisser tomber en arrière, dans le vide, à 3,75 mètres de haut. Sa tête heurte le sol composé d’un dallage en béton. « Il a été polytraumatisé à la suite de ce choc, et son pronostic vital était engagé lors de son hospitalisation. Ce n’est plus le cas aujourd’hui, mais les médecins ne peuvent actuellement se prononcer sur l’évolution de son état de santé, et les éventuelles séquelles » indique Etienne Manteaux, le procureur de la République de Besançon. Une enquête a été ouverte suite à cette tentative de suicide, conduite sous l’autorité du parquet de Poitiers. Sa mère a remis un message en date du 21 septembre 2021, où l’anesthésiste indiquait : « Je veux que cette vie s’arrête, je veux mourir innocent ».

 

« Il ne se passe rien depuis 30 mois »

 

Cette déclaration de la mère de Frédéric Péchier et de ses proches a agacé le parquet de Besançon, et plus particulièrement Etienne Manteaux. « Je ne peux pas laisser dire cela sans réagir, et c’est la raison première de mon intervention d’aujourd’hui » précise le procureur de la République. « Je souhaite rétablir la vérité en rappelant les grandes étapes que ce dossier a connues », poursuit-il. Des trois informations judiciaires, à la mise en examen du suspect, en passant par les enquêtes préliminaires, la quantité abondante d’analyses et d’investigations en cours, Etienne Manteaux énumère pléthore de constituants dans ce vaste dossier. De l’exhumation des corps, des expertises et contre-expertises, de l’analyse des molécules présentes dans les poches de réhydratation servant à perfuser les patients, le procureur de la République liste un nombre considérable de données. « Ce dossier compte à cette heure plus de 15.700 cotes, que doivent nécessairement maîtriser et connaître les experts, et cela dit tout le travail conséquent qui doit être mené » indique Etienne Manteaux. « Il faudra encore que M. Péchier et que ses proches fassent preuve de patience », souligne-t-il.

 

L’opiniâtreté du parquet de Besançon

 

« Je ne sais pas quelle sera l’évolution de l’état de santé de M. Péchier, mais je veux aujourd’hui être très clair. Même si M. Péchier devait être diminué suite à sa tentative de suicide, ou s’il venait à réitérer un acte suicidaire, quoiqu’il advienne, les investigations judiciaires se poursuivront jusqu’à leurs termes. Jusqu’à ce que tous les actes qui apparaissent utiles à la manifestation de la vérité dans ce dossier soient diligentés. L’institution judiciaire mènera à son terme l’investigation dans ce dossier, j’en prends l’engagement devant vous aujourd’hui » confie Etienne Manteaux. 

Le Docteur Frédéric Péchier a tenté de mettre fin à ses jours dans la nuit du 30 septembre au 1er octobre. Il s’est jeté d’une fenêtre au domicile de ses parents, dans la banlieue de Poitiers. Il est placé sous contrôle judiciaire, depuis 2019, à cet endroit.

Rappelons que l’anesthésiste bisontin a été mis en examen pour 24 empoisonnements de patients, dont neuf mortels. Il est soupçonné d’avoir pollué les poches de perfusion de personnes hospitalisées, âgées de 4 à 80 ans, provoquant « des évènements indésirables graves ». Le spécialiste intervenait ensuite pour sauver les victimes.

Frédéric Péchier se trouve actuellement en service de réanimation à l’hôpital de Poitiers, où son état est jugé « stationnaire », selon un de ses avocats.