Choix du secteur :
Se connecter :
 

 

Annoncée troisième à l’issue du 1er tour selon les derniers sondages, la présidente sortante Marie-Guite Dufay n’a pas dit son dernier mot. La candidate socialiste peut encore espérer gagner la Région, mais doit pour cela convaincre Denis Thuriot et LREM.

Marie-Guite Dufay devra faire un choix ce soir. Rester fidèle à la gauche, ou s’allier pour gagner.  La socialiste, attendue autour des 20% ce dimanche, avait longuement regretté pendant la campagne de ne pas avoir réussi à réunir toute la gauche. Des paroles qui visaient évidemment Bastien Faudot (G.s) et Stéphanie Modde (EELV), tous deux attendues sous les 10% et qui devraient donc appeler à voter Marie-Guite Dufay au 2ème tour.  

En revanche, aucun rapprochement n’était pressenti avec La République en Marche et Denis Thuriot, malgré la proximité entre la présidente de Région et l’Élysée. Pourtant, c’est bien sur ce dernier que Marie-Guite Dufay doit s’appuyer si elle souhaite conserver son siège de présidente. Une alliance qui permettrait potentiellement à la socialiste de gagner cette élection, mais qui pourrait aussi ne pas faire l’unanimité, que ce soit chez ses électeurs ou chez ses colistiers les plus à gauche. 

Pour rappel, en cas de deuxième tour en quadrangulaire, c’est Julien Odoul qui serait vraisemblablement le plus à même de devenir président de Région. En revanche, dans le cas d’une triangulaire sans Denis Thuriot (LREM), c’est Marie-Guite Dufay qui serait favorite à sa propre succession. L’idéal pour la socialiste serait un retrait de Denis Thuriot sans consignes de vote. Un cas de figure qui lui permettrait de gagner des voix primordiales sans pour autant être critiquée pour une alliance controversée. Pas sûr cependant que Denis Thuriot accepte de se retirer sans négocier quelques sièges au sein du conseil régional, même si le barrage au Rassemblement National semble être la priorité des deux candidats.