Choix du secteur :
Se connecter :
 

Ce samedi, devant le bureau des Républicains, rue Victor Hugo, à Besançon, rebaptisé à l’occasion de la campagne de la présidentielle, permanence Valérie Pécresse, une grande partie des soutiens politiques doubistes de la candidate étaient présents. A l’appel de la députée du Doubs Annie Genevard, qui fait partie de la garde rapprochée de Mme Pécresse, un collectif, intitulé « l’appel des 100 élus »,  a vu le jour.  Pour Mme Genevard, il est important que l’union des composantes de la droite et du centre se décline également au niveau départemental.

122 élus ont d’ores et déjà apporté leur soutien et adhèrent à ce collectif, qui sera co-présidé par un trio d’élus nationaux et départemental  - Annie Genevard (Vice-présidente de l’Assemblée nationale, députée du Doubs), Christine Bouquin (présidente du conseil départemental du Doubs) et le sénateur Jacques Grosperrin - et trois vice-présidents - Cédric Bole (maire de Morteau), Maxime Pignard ( conseiller municipal bisontin)  et Fabien Pelletier (adjoint au maire de Châtillon-le-Duc). Tous sont déterminés à faire gagner leur candidate. « Valérie Pécresse représente une véritable espérance à droite. C’est une femme d’ordre » explique Fabien Pelletier. « Elle s’impose de plus en plus chez les jeunes » a confirmé le jeune élu bisontin Maxime Pignard.

VALERIE PECRESSE SOUTIEN DOUBS BOLE

Qui sont les élus qui soutiennent Valérie Pécresse ?

Lucien Benméhal (maire de Montbenoît). Marie Noëlle Biguenet ( maire de Montbéliard). Cédric Bôle (maire de Morteau). Christine Bouquin (Présidente du Conseil Départemental du Doubs). Francis Bourdin (maire de Maisons-du-Bois-Lièvremont). Jean-Marc Bousset ( maire de Pouilley-les-Vignes). Eric Clémence (maire des Fontenelles). Yves Cuinet (Maire de Silley). Gérard Dèque (maire de Métabief). Marcel Felt (maire de Miserey-Salines). Fabien Henriet (maire d’Arçon). Bernard Jacquet (maire des Gras). Bernard Louis (maire de Novillars). Philippe Marechal (maire d’Amancey). Adrien Pellegrini (maire de la Longeville). Sébastien Populaire ( Maire de Touillon Loutelet). Manuela Rambaud (maire du Russey). Catherine Rognon (maire de Montlebon). Ludovic Fagaut (Vice-président du département du Doubs), … .

L'interview de la rédaction / Annie Genevard


La députée du Doubs Annie Genevard fait partie de la garde rapprochée de Valérie Pécresse, la candidate Les Républicains, à la présidentielle d’avril prochain. La présidente de la région Ile-de-France, qui vient d’inaugurer son QG de campagne dans le XVIIè arrondissement de Paris, a également présenté l’équipe qui sera à ses côtés tout au long de cette campagne. Annie Genevard est l’une des quatorze conseillers politique désignés par Valérie Pécresse.

Dans un communiqué de presse, Annie Genevard indique sa « stupéfaction » en apprenant « la possible disparition du Cabinet de radiologie à Morteau en 2022 ». « Comment est-il possible de priver un bassin de vie de 20.000 à 25.000 personnes d’un service aussi essentiel que celui-là ? » écrit-elle. La parlementaire doubiste s’interroge notamment sur la situation de l’hôpital de Morteau qui « ne pourra plus exercer les mêmes missions sans cabinet de radiologie en proximité ».

Mme Genevard invite l’Agence de santé de Bourgogne Franche-Comté à « se saisir de cette situation et s’efforcer, en accord avec les professionnels de santé concernés, de mettre des propositions sur la table ».

A l’occasion de la mission opérationnelle transfrontalière, qui s’est fixée comme objectif de défendre les intérêts des territoires transfrontaliers, Joël Giraud, le secrétaire d’Etat chargé de la Ruralité, est à Morteau ce mardi. Cet évènement se déroule sur deux journées à Morteau et La-Chaux-de-Fonds, en Suisse voisine. Parmi les élus concernés, Annie Genevard, député du Doubs, Cédric Bole, Maire de Morteau, Anne Vignot, Maire de Besançon et Philippe Alpy, vice-président du conseil départemental du Doubs   

C’est un véritable problème. Les territoires frontaliers peinent à accueillir des professionnels de santé. Certains secteurs manquent de médecin, mais également d’infirmier, de dentiste ou d’ophtalmologiste. La suisse voisine, avec ses rémunérations défiant toute concurrence, et parfois des conditions de travail jugées plus attractives, attire de nombreux soignants français. Ce qui fragilise les établissements de santé et l’offre qui en découle.

Soucieuses de cette situation, Annie Genevard, Députée du Doubs, et Virginie Duby-Muller, députée de Haute-Savoie, ont sollicité un entretien auprès du cabinet du ministre de la santé  afin de l’alerter « sur la situation très tendue en matière de démographie médicale dans les territoires frontaliers ».

Les deux parlementaires ont ainsi proposé à Olivier Véran que soit étendu le coefficient « coût de la vie » aux territoires frontaliers avec la Suisse comme cela a été mis en œuvre en Île de France. Cette prime ayant vocation à compenser le coût de la vie en frontière. Une proposition que les conseillers du ministre ont entendu. Mme Genevard explique que ces derniers  ont chargé « la Direction de la Recherche et des études en santé d’évaluer précisément la situation ». Les députées ont signalé « l’urgence de la situation qui appelle des décisions rapides ».

L'interview de la rédaction

Dans un communiqué de presse, Annie Genevard, députée du Doubs, « prend acte avec satisfaction de la possibilité pour les travailleurs frontaliers de télétravailler jusqu'au 30 septembre 2021 ».

Et de continuer : « Initialement fixée au 30 juin, l'échéance a été reportée afin de s'adapter au contexte sanitaire qui se dégrade à nouveau ». La parlementaire avait sollicité plusieurs fois la Ministre du Travail à ce sujet, « consciente de l'importance de cette mesure ».


La députée LR du Doubs, ancienne maire de Morteau, Annie Genevard, a été nommée numéro 2 des Républicains, en remplacement de Guillaume Peltier. Ce dernier avait dernièrement excédé les responsables de son parti en estimant pouvoir « travailler avec Robert Ménard », le maire de Béziers, portant les couleurs du Rassemblement National. Christian Jacob a réagi et a choisi d’écarter Guillaume Peltier. Annie Genevard accède à un poste clé à quelques mois de la présidentielle.