Choix du secteur :
Se connecter :
 

Ligue 2

Nîmes 1 – 3 FC Sochaux Montbéliard

National 2

Belfort 0 - 0 Schiltigheim

Jura Sud 1 – 0 Hyères

National 3

Sochaux Montbéliard (2) 2 – 1 Selongey

Saint Apollinaire 2 – 2 FC Valdahon Vercel

FC Morteau Montlebon 2 – 1 Jura Dolois

Dijon (2) 1 – 1 Racing Besançon

CA Pontarlier  5 –  0 FC Grandvillars

Besançon Football 0 – 5 Montceau

On a appris ce jeudi que la handballeuse bisontine Clarisse Mairot avait été appelée en renfort avec l’équipe de France pour le prochain rassemblement des Bleues pour la qualification de l’Euro 2022. Elle remplace la Messine Emma Jacques qui s’est blessée lors de la demi-finale de Coupe de France contre Metz. La demi-centre bisontine de 21 ans fera donc partie de l’effectif qui affrontera la République Tchèque le 20 avril et l’Ukraine le 23 avril.

Inaugurée en 2021, la Classic Grand Besançon revient ce vendredi 15 avril dans l’agglomération bisontine. Une course des plus attendues pour tous les fans de cyclisme.

Un parcours de haute volée

Le soleil devrait être au rendez-vous, ce vendredi, pour le départ de la deuxième édition de la Classic Grand Besançon. Cette année, 140 coureurs se sont donné rendez-vous Esplanade des Droits de l’Homme, au centre-ville, pour le départ fictif de la course qui aura lieu à 11h45. Quelques coups de pédales pour stimuler les muscles, et les cyclistes, Thibaut Pinot (FDJ) et Ben O’Connor (AG2R Citroën La Mondiale) en tête de lice, lanceront réellement les hostilités dans la plaine de Thise. Un parcours de 180 km les attend ensuite, avec l’ascension de la côte de la Malate (deux fois), de la côte d’Amagney ou encore celle d’Abbans-Dessous. La Classic s’achèvera en milieu d’après-midi sur les hauteurs de Montfaucon. Un trajet dessiné par la Team Organisation Marchaux et Jura Cyclisme et qui a permis d’attirer un beau peloton de grimpeurs. Une course locale qui sera couronnée par le Tour du Jura, le lendemain, dont le départ fictif sera lancé à 10h.
Une bonne nouvelle pour les amateurs de vélo, et l’opportunité pour les coureurs de commencer à préparer le Tour de France.

Mode doux et collecte de déchet

Le retour du beau temps rime aussi avec écologie pour les habitants de zone urbaine. Très desservie, la commune du Grand Besançon valorise l’utilisation quotidienne de mode doux, comme le vélo, pour réduire son empreinte carbone. Quoi de mieux, alors, que de profiter de l’événement sportif de vendredi pour faire passer le message. Plus encore, pour protéger l’environnement, la Classic Grand Besançon s’entoure cette année du Syndicat mixte de Besançon et sa région pour le traitement des déchets, parrain de cette édition 2022. « Il n’y aura pas de dépôts de déchets sur les 180 km de la course » assure le SYBERT. Une exigence forte basée sur l’aménagement de plusieurs bennes de tri ou autres zones de collecte tout au long de parcours. Bonne course !

C'est dimanche 3 avril que les joueuses du Basket Club Champagnole ont réalisé la prouesse d'obtenir leur place pour la Nationale 3, une première historique pour le club.

De nombreux efforts mis à contribution

« Ce qui a permis cette montée, c'est le fruit de beaucoup de travail émanant de tout le club » affirme Thibaut Faillard, président du Basket Club de Champagnole.  La montée en Nationale 3 a demandé à l'équipe une grande préparation physique qui est passée par un renforcement du staff que ce soit au niveau des coaches, des bénévoles ou des entraîneurs, mais également avec l'arrivée de sept nouvelles joueuses.

Revenir avec de nouveaux objectifs

Avec cette ascension, les objectifs du club ont gravi une marche eux aussi.  Notamment, un nouveau projet global afin d'avoir une équipe senior au niveau national, allant de pair avec le rayonnement du club lui aussi à l'échelle nationale. En réalisant l'objectif que le club s'était fixé en début de saison, en accédant à la Nationale 3, le staff se dit préparer à aborder cette nouvelle saison avec des modes de fonctionnement différents afin de permettre au club d'exister dans ce nouveau championnat. « C'est avec beaucoup d'appétit et d'ambition que nous allons aborder cette nouvelle saison », ces mots du président du Basket Club de Champagnole se veulent encourageant et de bon présage pour l'avenir du club.

Vers le titre régional

Malgré l'euphorie que l'arrivée du club en Nationale 3 a pu provoquer, les joueuses champagnolaises ont encore un dernier coup de pouce à fournir pour concrétiser leurs nombreux efforts. C'est dimanche 10 avril contre Monéteau que l'équipe va tenter d'obtenir le titre de championne de Bourgogne Franche-Comté, match qu’elle « va aborder avec beaucoup de sérieux ».

 

Entretien avec Thibaut Faillard :

Ce samedi 9 avril, Haut-Doubs Formation organise sa journée portes ouvertes. Un moyen pour le public de connaître les formations dispensées au sein de cette structure implantée à Houtaud. Du CAP au BAC+2, l’établissement propose un large panel de formation en alternance dans les domaines des métiers du sport, de l’animation sociale, du marketing et du numérique.

Le public pourra rencontrer l’équipe pédagogique et participer à de nombreuses animations sportives. Plusieurs sportifs de haut niveau de la région seront également présents pour échanger avec les visiteurs sur leur domaine de prédilection. Ainsi, la biathlète Lou-Jeanmonnot, Thibaut Arteaga, le capitaine du GBDH, et Johann Acosta, le double vainqueur de la Coupe E-Ligue 1 sur FIFA seront présents.

Une grande place à la pratique

Compte tenu de son bon ancrage local, la structure d’accueil est en capacité de mettre en contact ses apprenants avec son réseau de partenaires. La force de la pédagogie mise en place réside dans le temps consacré à la pratique. Les stagiaires alternent temps pratique et théorique, mais un très grand nombre d’heures de formation se déroule au sein de l’entreprise, au contact de son public. « C’est un vrai système gagnant-gagnant pour le jeune et l’entreprise » explique Audrey Forestier, la directrice de Haut-Doubs Formation. La responsable précise que les formations proposées « correspondent aux besoins et aux attentes du secteur, notamment en termes d’encadrement ». Rappelons qu’actuellement, les contrats d’apprentissage bénéficient d’un fort soutien de l’état. La prise en charge de la formation est assurée et le salaire de l’apprenti peut également être prise en charge par des financements extérieurs.  

Haut-Doubs Formation vous donne rendez-vous ce samedi, de 9h à 17h, dans ses locaux à Houtaud.

L'interview de la rédaction / Audrey Forestier, directrice de Haut-Doubs Formation

 

Un bonne nouvelle pour le club BMX de Besançon. Dimanche matin, Léo Garoyan a remporté la deuxième manche de Coupe d’Europe de la discipline à Vérone en Italie. Cette performance démontre une nouvelle fois encore l’excellente forme du moment du champion bisontin. Le résultat est d’autant plus prometteur que Léo Garoyan est encore espoir et qu’il s’impose chez les élites.

Grâce à sa belle performance samedi soir contre Quevilly-Rouen, le FC Sochaux Montbéliard se rapproche de la place la plus intéressante pour une éventuelle accession en Ligue 1 en fin de saison. Si les Francs-Comtois conservent leur cinquième place et voient la menace de ses poursuivants s’éloignés, ils ne sont désormais qu’à deux points de la deuxième place du classement de Ligue 2, synonyme d’accession direct.  Bien évidemment, rien n’est fait.  Les adversaires sont solides et le FCSM a montré par le passé ses manquements dans les moments les plus décisifs.

Yann Kitala

De retour sur les terrains après de longs moins de convalescence,l’avant-centre sochalien Yann Kitala n’a pas envie de manquer les échéances à venir. Il  veut montrer à Omar Daf qu’il peut compter sur lui en cette période charnière. Le footballeur a le mental et les crocs. Comme tous les attaquants qui se respectent, il espère faire trembler les filets, mais avant tout de chose, il se positionne au service de l’équipe et de ses coéquipiers. Sochaux ne peut s’imposer que si son collectif est fort.

Il reste encore sept journées pour espérer retrouver l’élite du football français. Cela passe ce samedi par la réception de Nancy, la lanterne rouge.

L'interview de la rédaction / Yannn Kitala

 

On disputait ce week-end les 32ès de finale de la Coupe de Bourgogne Franche-Comté. Pas de surprise, même si, Valdahon Vercel et Morteau Montlebon se sont fait peur. Les Valdahonnais sont allés s’imposer à La Perrouse sur le score de 2 buts à 1. Morteau Montlebon a dû disputer les penalties pour venir à bout de l’ASDAM ( 6 tirs au but à 7). On notera la victoire de Pontarlier sur Rochefort sur le score de 3 buts à 0.

La marche était trop haute pour l’ESBF. Vaincues sur le score de 23 à 29 à l’aller au palais des sports, les Engagées se sont inclinées ce samedi après-midi sur le parquet de leur adversaire allemand (20 à 30). Cette rencontre face à Bietigheim s’inscrivait dans le cadre du match retour des quarts de finale de la Coupe d’Europe.

Le 19 mars dernier s’est déroulé le tournoi de Bâle, une compétition d’un sport récemment légalisé en France : le MMA. Sofiane Hakkar et Suhail Sadat sont devenus les premiers athlètes du Cercle Pugilistique Bisontin a avoir concouru dans cette discipline. L’occasion de se pencher d’un peu plus près sur ce sport pas si connu que cela dans le pays  mais déchaînant les passions aux Etats-Unis.

Organisé par l’organisme HFC au Grand Casino de Bâle, cette compétition a été l’occasion pour le CPB de se mesurer à la compétition. Difficile à organiser en France et requérant beaucoup plus de procédures, la Suisse est l’endroit idéal pour s’essayer au MMA dans un cadre plus professionnel. La défaite  de Sofiane Hakkar face à Samir Ahamada et celle de Suhail Sadat face à Maged Ghali n’entachent en rien leur performance. Pour Ruslan Mukhtarov, l’entraineur des deux athlètes bisontins, les performances sont à relativiser, la priorité étant la découverte de l’évènement.

« Les grands frères de l’équipe »

Cette participation ouvre la voie a beaucoup d’autres compétiteurs bisontins. En effet, la machine est lancée et le coach bisontin compte bien à nouveau participer à ce genre d’événement. Disposant d’une bonne source de combattants, le CPB compte environ 30 pratiquants en MMA, six sont capables de combattre aujourd’hui et une dizaine aimerait franchir le pas. Ruslan Mukhtarov regrette de ne pas pouvoir combattre en France et se veut rassurant quant au potentiel danger du MMA. « Extrêmement encadré, la pratique ne provoque pas plus de blessures quand dans les autres sports ».

 En attendant la simplification des démarches pour participer à des combats dans l’Hexagone, le coach a d’ores et déjà annoncé la participation du CPB au prochain HFC le 14 mai.

L'interview de la rédaction : Ruslan Mukhtarov, entraîneur au CPB