Choix du secteur :
Se connecter :
 

C’est à la station d’épuration de Bians-les-Usiers ce mercredi que Jean-François Colombet, le préfet du Doubs, Béatrix Loizon, la vice-présidente du Département, et les différents partenaires ont signé le plan « rivières karstiques ». L’objectif est d’améliorer la qualité des eaux dans les prochaines années par le biais d’actions concrètes, de résultats visibles, en apportant l’aide nécessaire aux projets locaux.

Depuis le début des années 2010, les rivières comtoises, notamment la Loue, connaissent une dégradation de la qualité de leurs eaux. Les acteurs du département du Doubs ont ainsi engagé une démarche collective afin de réduire les différentes pollutions aquatiques et de tendre vers l’excellence environnementale sur notre territoire. Compte tenu de la nature karstique du sous-sol du massif jurassien, qui rend les rivières comtoises particulièrement vulnérables aux pollutions, cet objectif passe par un travail d’amélioration dans chaque secteur d’activité ayant potentiellement des impacts environnementaux afin de préserver les eaux des substances indésirables, et préserver le fonctionnement des écosystèmes aquatiques. Cette exigence est d’autant plus renforcée dans un contexte de changement climatique, qui accentue les pressions sur les milieux aquatiques du département.

« La restauration de la Loue et des rivières comtoises demandera un effort long et continu de tous, mais, d’ores et déjà, la conférence départementale de l’eau a permis d’initier une dynamique et de tracer la voie vers la reconquête. Ce plan vise donc, par l’ensemble des thématiques et des actions qu’il embrasse, à reconquérir la qualité des eaux de rivières karstiques et de notre département, et préserver la ressource disponible. Piloté à un niveau resserré, il a vocation à fédérer l’ensemble des acteurs pour une action efficace et visible à l’échelle de notre territoire »

Depuis plus d’une dizaine d’années, la mortalité piscicole s’est accentuée dans le département, et les pollutions s’accumulent dans les rivières. Pour faire face à ces phénomènes, les élus du département ont pris des engagements ce mercredi à Bians-les-Usiers en lançant le plan « rivières karstiques » dont l’objectif est de favoriser « une reconquête de la qualité des eaux ». A travers ce plan, Jean-François Colombet, le préfet du Doubs, a détaillé quatre axes majeurs de cette politique environnementale : gouverner, connaître, agir et communiquer. « Gouverner ce dispositif parce que l’eau est un sujet complexe et hyper technique. Il faut regarder chaque action, évaluer, réformer, pour obtenir de meilleurs résultats, que l’on obtiendra par des actions coordonnées autour d’une task force » explique Jean-François Colombet. Par l’anglicisme « task force », le préfet du Doubs entend une force d’intervention qui regroupe l’État, le Département, l’EPAGE Haut-Doubs-Haute-Loue, Doubs-Dessoubre et l’Agence de l’eau. « Puis connaître, car de nombreux sujets échappent encore à notre connaissance collective. Il faut savoir ce qui est pertinent ou non. Ensuite, il faut agir. Agir sur la qualité, l’usage et les milieux. Par exemple, concernant le plan fromagerie, il ne s’agit pas de stigmatiser une profession, car beaucoup de fromageries coopèrent et seulement quelques-unes impactent leur milieu. Mais nous le savons. Pour les plus récalcitrants et parfois les plus puissants, nous utiliserons le pouvoir que nous confère la loi. Il a fallu 30 ans pour former l’image de marque du comté, et en trois mois, on peut la mettre en l’air. Je ne laisserai pas faire ça ». Jean-François Colombet a indiqué qu’il avait signé plusieurs mises en demeure et « deux astreintes » ces derniers jours. D’ailleurs, deux fromageries ont été condamnées au mois de juin par le tribunal de Besançon.

Enfin, le préfet du Doubs a rappelé son devoir de transparence. « Trop souvent on nous reproche de cacher les choses, cette époque est révolue. Nous mettrons devant la presse toutes les actions, les résultats insuffisants et échecs, mais aussi nos objectifs futurs, et nos succès, qui je l’espère, seront nombreux ».

La première « task force » est prévue en mai 2023.

 

Jean-François Colombet, préfet du Doubs : 

 

Les orages récents ont permis d’apporter des cumuls de pluie significatifs sur une partie du département sans pour autant être suffisants pour ne plus être attentif à la situation. Mais il est désormais possible d’alléger les mesures de restriction d’usages de l’eau sur tout le département, mis à part sur la zone de gestion de l’Allan partagée avec le Territoire de Belfort.

Le préfet du Doubs, Jean-François Colombet a décidé de passer les trois zones de la Haute-Chaîne, des Plateaux calcaires du Jura et des Moyennes vallées du Doubs et de l’Ognon au niveau « Alerte renforcée ». Cela entraîne la mise en application de mesures moins contraignantes qu’au niveau « Crise ». Ces mesures de restriction visent toutes les catégories d’usagers : entreprises, agriculteurs, collectivités, particulier, et sont détaillées sur le site Internet de la préfecture du Doubs.

Des contrôles seront toujours réalisés par les services afin de s’assurer de la bonne application des restrictions sur l’ensemble du département. Par ailleurs, les maires peuvent prendre par arrêté municipal des mesures de restriction plus contraignantes et adaptées à la situation locale, en fonction de l’état des ressources en eau du territoire communal, sur le fondement de la salubrité et de la sécurité.

Jean-François Colombet souligne que les mesures mises en place après la sécheresse de 2018 ont porté leurs fruits mais que les milieux aquatiques ont fortement souffert. Face au changement climatique qui pourrait transformer l’été exceptionnel de 2022 en un phénomène courant, il appelle tous les usagers à poursuivre leurs efforts pour améliorer notre sobriété hydrique dans les années à venir. Des travaux seront initiés dès l’automne pour améliorer la gestion de la crise sécheresse pour les années suivantes au regard du retour d’expérience de cette année.

L’organigramme de l’ARS Bourgogne-Franche-Comté évolue à compter de ce jeudi 1er septembre 2022 avec deux nominations à la tête des délégations de l’Agence. Agnès Hochart, jusqu’alors déléguée dans le Nord Franche-Comté prend la direction de la délégation départementale du Doubs, à Besançon, à la suite de Nezha Leftah-Marie, amenée à occuper d’autres fonctions. Valérie Ganzer, directrice projets à la direction de l’organisation des soins (DOS) de l’Agence, va diriger la délégation basée à Belfort, et dont le périmètre couvre le pôle métropolitain (Territoire de Belfort/Pays de Montbéliard/Pays d’Héricourt).

Mme Halm, cette dame 78 ans qui avait disparu mardi matin après avoir quitté son domicile de Cuse et Adrisans pour se rendre dans un commerce d’alimentation à Rougemont a été retrouvée hier soir sur la commune d’Esprels (70). Elle a été prise en charge par les pompiers.

Seul l’Est du pays est désormais concerné par la canicule annonce Météo France dans son bulletin ce mercredi matin. 14 départements de la moitié Est sont placés en vigilance orange en raison de la canicule, et 9 à cause du risque d’orage. Le Doubs et le Jura en font partie.

Cela fait une semaine que les deux incendies de la Teste-de-Buch, sur le Bassin d'Arcachon, et de Landiras, au sud de Bordeaux, se sont déclarés en Gironde. Depuis, ils ont réduit en cendres 19.370 hectares de forêt. Il s’agit de l’un des pires bilans en France depuis 30 ans. 

 

En Gironde, près de 2000 pompiers venus de toute la France sont toujours mobilisés, mardi 19 juillet, contre les deux incendies qui ont brûlé 6 500 hectares de forêt à La Teste-de-Buch et 12.800 à Landiras. Plus de 16.000 personnes ont dû être évacuées lundi par une chaleur caniculaire, avec plus de 40°C, portant le nombre total d'évacués à 36.600 en sept jours. Un troisième feu, de plus petite ampleur, s'est déclaré à Vensac mardi matin et a brûlé 70 hectares.

 

Plus d’une vingtaine de pompiers du Doubs déployés

Deux groupes différents sont partis du Doubs pour venir renforcer les soldats du feu Girondins. Un peu plus de 25 pompiers du département sont engagés. Ils sont arrivés hier soir et ont été directement enrôlés sur un incendie qui a débuté sur la commune de Vensac, au nord de Bordeaux, sous l’estuaire de la Gironde. « On a passé toute la nuit sur ce feu. On s’est désengagés aux alentours de 8h ce matin » confie le Capitaine Samuel Guichard, chef du centre de Morteau et conseiller technique feux de forêt du SDIS25. Ce dernier, en chef de colonne, est à la tête d’une quinzaine de véhicules. Deux cents pompiers ont été mobilisés pour maîtriser ce troisième sinistre. En tout, 70 hectares ont brûlé et 500 personnes ont été évacuées.

 

La règle des 3 trente

« Tous les incendies de forêt sont liés à des conditions météorologiques particulières. C’est ce qu’on appelle la règle des 3 trente » explique le Capitaine Guichard. Des températures de plus de 30°, moins de 30% d’humidité dans l’air et plus de 30km/h de vent. Toutes ces conditions sont actuellement réunies en Gironde.

 

Un sinistre très difficile à maîtriser

19.370 hectares de forêt ont été brûlés depuis une semaine. Et ce n’est pas terminé. « Je ne vous cache pas que ce bilan va s'aggraver dans les prochaines heures", prévenait lundi la préfète de la Gironde Fabienne Buccio. « Ces chiffres sont très conséquents. Sur un début de saison mi-juillet, on est quatre ou cinq fois supérieur en termes de superficie brûlées au niveau national que par rapport aux années dites normales » souligne le Capitaine Samuel Guichard. « D’après les retours de nos collègues, ce sont des feux très difficiles à maîtriser, au regard des conditions météo, de la sécheresse, et de l’ampleur que ça a pris. Ce sont des feux qui restent très exceptionnels dans la région, et qui ne sont malheureusement encore pas terminés » poursuit le pompier.

 

Des soldats du feu éprouvés

Ces derniers jours, nous avons pu constater de nombreuses photos et vidéos sur lesquelles on observe des pompiers en proie aux flammes intenses s’échappant des conifères, mais aussi des pompiers épuisés, vannés, dormant parfois à même le sol en lisière de forêt, encore dans leurs uniformes. « C’est très intense, très éprouvant, du fait des conditions météo, en termes d’engagement, et surtout par l’ampleur des incendies et des interventions. Les collègues Girondins sont tous mobilisés depuis une semaine. Madame la préfète a réquisitionné tous les pompiers de Gironde. Tous les renforts arrivés sont les bienvenus, et paraissent parfois même dérisoires au vu de certains incendies. Mais l’état de fatigue est assez avancé » confie le Capitaine Samuel Guichard. 

 

Interview du Capitaine Samuel Guichard, chef du centre de Morteau et conseiller technique feux de forêt du SDIS25 : 

 

La fête nationale sera synonyme de festivités dans les villes de notre région. Plusieurs d'entre elles ont déjà annoncé leur programme.

 

A Pontarlier, les festivités débutent dès le 13 juillet avec le feu d'artifice qui sera tiré à 22 h 30. Le bal en plein air débutera lui à 23h. Le lendemain aura lieu la prise d'armes place d'Arçon à 10h45. Un quart d'heure plus tard, un défilé animera la cité pontissalienne. Il traversera la Rue de Salins, la Rue de la République, la rue de Vannolles puis se terminera sur la place Jules Pagnier.

A Besançon, le jour de la fête nationale démarrera dès 11h avec la traditionnelle cérémonie des Noces d'Or qui sera organisée au Kursaal. Le défilé de la cité bisontine s'élancera sur l'Avenue d'Helvétie dès 19 h 30. Un pique nique citoyen se tiendra ensuite à partir de 20 h 45 au parc Micaud. Dans le même temps, de nombreux concerts se tiendront sur la place de la Révolution et ce jusqu'au bout de la nuit. Le traditionnel feu d'artifice sera lui tiré depuis la tour carrée des Glacis à 22 h 30.

Enfin, la commune de Valdahon verra son traditionnel feu d'artifice tiré le 13 juillet rue des gouttottes à 22 h 45. Le lendemain, dès 9h, vous pourrez participer gratuitement aux courses et marches urbaines organisées place de Gaulle.

 

L'association bisontine Movo organise ce vendredi 8 et ce samedi 9 juillet une block party dans le quartier Palente. L'objectif ? Initier les jeunes aux pratiques urbaines et mettre en valeur les talents locaux de demain.

 

À Besançon, le quartier Palente risque bien d'être animé lors des deux prochains jours. Une block party, terme américain désignant une fête de quartier, est organisée par l'association locale Movo. Au programme : sessions d'initiation aux danses urbaines, tournoi de basket 3x3 et bien plus encore... Les participants sont attendus sur le terrain de sport synthétique qui se situe entre la rue des Aubépines et la rue des Anémones à partir de demain 16H et jusqu'à 22 h 30. La block-party débutera avec une initiation au basket puis avec le tournoi 3 contre 3. Suivront ensuite deux initiations à la danse en hip-hop et en house dance. Enfin la soirée de demain se terminera sur un DJ set festif, où chacun pourra se détendre et danser. Le lendemain, samedi, la fête recommence à 16H avec l'initiation au krump, puis s’enchaîne avec les battles de danse. Un nouveau DJ set viendra clore la block party.

Faire vivre le quartier Palente

Ce type d'événement est nouveau dans le quartier Palente, excentré du centre-ville bisontin. « Palente est un quartier où il se passe peu de choses. On a vraiment envie de faire bouger les jeunes. De leur montrer que dans leur quartier il peut se passer de belles choses », explique Clémentine Dagousset, co-créatrice de l'association et originaire du quartier. L'association Movo, crée en 2016, espère pouvoir répéter ce type d'événement dans le futur. « Cette année on s'est concentré sur le basket et les danses de rue, mais on aimerait également pouvoir proposer des activités autour de la culture hip-hop et d'autres sports », rajoute Clémentine Dagousset. L'association, en partenariat avec le BesAC et des danseurs spécialisés, est soutenue par les pouvoirs publics dans ce projet. « On est très content d'avoir obtenu le soutien de la ville de Besançon, du Grand Besançon Métropole et de la région Bourgogne-Franche Comté. Grâce à ces partenaires, que nous remercions, nous sommes en mesure de proposer un événement totalement gratuit », conclut Clémentine Dagousset.

L'interview de la rédaction / Clémentine Dagousset

Du jeudi 7 juillet au vendredi 8 juillet 2022, la direction interdépartementale des Routes de l'Est pour le compte de l’État, va procéder à la dépose du balisage de chantier. Les travaux de renforcement et d’étanchement de la galerie technique du Tunnel du Bois de Peu, situé sur la voie des Mercureaux (RN57) sont terminés.

Cette dépose du balisage de chantier entraînera :

  • la fermeture de la voie des Mercureaux sens Besançon → Pontarlier la nuit du 07/07 à 20h30 au 08/07/22 à 5h.

Un itinéraire de déviation locale sera mis en place à Beure.

  • la remise en circulation normale de la voie rapide sens Besançon → Pontarlier le 08/07/22, à partir de 5h.

Fort de sa géographie particulière, Besançon est une terre favorable aux sports d'extérieur. Patrice Hennequin, bien conscient de ce potentiel, a fondé il y a six ans For'Trail, une association qui participe au développement du trail dans la métropole.

 

Thibaut Baronian... Sangé Sherpa... de nombreux traileurs se sont révélés sur les parcours du Grand Besançon ces dernières années. Le fruit d'un développement entamée il y a plusieurs années par l'association For'Trail, en collaboration avec la municipalité de Besançon. « A la base, l'objectif était d'accompagner les athlètes de haut niveau dans leur pratique du trail », explique Patrice Hennequin. « Notre travail s'est ensuite orienté sur la réalisation de plusieurs projets dans le Grand Besançon comme la base permanente de trail, le festival Grande Heures Nature ou encore le projet de réhabilitation de l'ancienne Rodia à venir », rajoute le président de l'association. Mais le travail de l'association va désormais bien plus loin et s'adresse à tous les pratiquants de la métropole. « On a également une application mobile ''Grande Heures Nature''. Tous les parcours de trails sont retrouvables dedans. Il n'y a plus de limite pour pratiquer », rajoute Patrice Hennequin.

Un environnement unique en France

Mais rien de tout cela ne serait possible sans l'environnement unique qui entoure Besançon d'après Patrice Hennequin. « Il n'y a pas de ville de plus de 100.000 habitants avec un écrin de verdure semblable en France. C'est totalement unique. Le stade est tout autour de la ville à Besançon ». Avec un tel environnement naturel et les nombreux projets à venir, nul doute que l'avenir du trail s'annonce radieux dans la métropole du Grand Besançon.

L'interview de la rédaction / Patrice Hennequin