Choix du secteur :
Se connecter :

Le MMA fait son apparition au Club Pugilistique Bisontin !

Publié le 22 Jui. 2021 à 16:06
Tags: Sport | mma | cpb | Besançon | karl amoussou | freefight | mixed martial arts |
Lecture: min
Le MMA fait son apparition au Club Pugilistique Bisontin !

 

Diabolisé et interdit pendant de nombreuses années, le MMA n’est autorisé en France que depuis 2020. Un an plus tard, le CPB compte bien surfer sur la vague du free fight et inclura la discipline au club dès la rentrée prochaine.

Le Club Pugilistique Bisontin est une véritable institution, ici dans la cité comtoise. Club de lutte reconnu comme un des tous meilleurs de France, le CPB a depuis 1942 glané 3 titres de champions de France par équipe, ou encore envoyé 4 athlètes aux Jeux Olympiques, dont Ghani Yalouz, médaille d’argent en 1996 à Atlanta. Si c’est historiquement la lutte, qui demeure la discipline majeure du club, celui-ci s’est diversifié au fil des années pour proposer de la musculation, du grappling, du full-contact, ou encore du fitness. Dès la rentrée prochaine, le CPB prend un nouveau tournant en accueillant une nouvelle discipline, à savoir le MMA. Pour les novices de sports de combats, le MMA (Mixed Martial Arts), est un mélange de plusieurs disciplines comme la boxe, le kick-boxing, le muay-thaï, la lutte, le judo, ou encore le jiu-jitsu brésilien. Les combats se font dans une cage et se gagnent par KO, soumission, ou décision des juges.

MMA LUTTE

Pour ce fait, le CPB n’a pas fait les choses à moitié. Le club bisontin s’est attaché les services de Karl Amoussou. Véritable référence du MMA, le franco-allemand âgé de 35 ans a disputé 36 combats depuis le début de sa carrière pour 25 victoires. Il a notamment remporté en 2017 la ceinture des poids mi-moyens du Cage Warriors (structure de MMA semblable à l’UFC). Ce dernier aura deux rôles auprès du CPB : celui d’ambassadeur, tout d’abord. L’athlète profitera de son image pour promouvoir le club, et aider à son rayonnement national, et pourquoi pas international. Le deuxième rôle sera celui de formateur, d'entraîneur, à raison de 4 évènements pendant la saison. Les athlètes qui souhaitent se former ou se perfectionner au MMA bénéficieront des conseils de ce champion reconnu dans le monde entier.

En intégrant le MMA à ses disciplines, le CPB entend également renforcer son offre sur le quartier prioritaire de Planoise. La demande y est forte, et le président Max Tudezca s’associera avec Profession Sport & Loisirs, afin d’y répondre. De nouveaux locaux dans ce quartier seront alloués au CPB (dans les anciens bureaux de La Poste, place Cassin), et une personne sera recrutée afin de faciliter le rôle social auprès des futurs jeunes adhérents. Avec ce dispositif, le CPB espère offrir une pratique structurée et encadrée pour éviter que des combats soient effectués « clandestinement » dans des caves ou sur des terrains de foot, comme l’influenceur « Ibra TV » en organise souvent. L’action sociale mise en place permettra également d’accompagner et d’orienter les jeunes vers les bonnes personnes pour leur avenir professionnel notamment.

"Partout ailleurs, c’était génial de faire du MMA, mais ici on nous traitait de barbares assoiffés de sang"

Le MMA a souvent jouit d’une mauvaise image en France. Qualifié par certains médias de « pratique barbare » ou encore de « discipline portant atteinte à la dignité humaine », ce sport comme les autres commence seulement à être reconnu à sa juste valeur. Un changement drastique de vision dû notamment à la médiatisation grandissante de l’UFC, meilleure structure de MMA au monde. Conor McGregor, Anderson Silva, ou encore Jon Jones, sont devenus des noms aussi connus dans le monde que Cristiano Ronaldo ou Mike Tyson. Pour Karl Amoussou, la France va enfin dans le bon sens, après des années de pensées arriérées sur un sport qui mérite d’être reconnu comme tel : « Il n’y a qu’en France où le MMA était stigmatisé. Partout ailleurs, c’était génial de faire du MMA, mais ici on nous traitait de barbares assoiffés de sang. Je ne comprends pas vraiment pourquoi, mais visiblement maintenant c’est cool de faire du MMA, tant mieux pour nous, mais c’est juste normal. On est des sportifs, des passionnés, et c’est juste le minimum de nous laisser pratiquer notre sport librement dans le respect des règles ».