Choix du secteur :
Se connecter :
 

Ce jeudi, dans un communiqué de presse,  Marie Guite Dufay, la présidente de la région Bourgogne Franche-Comté, dénonce les débordements de élus du Rassemblement National, qui ont utilisé un terme appartenant à l’idéologie nazie. Réagissant à l’affaire des pancartes tenues, par deux militantes du collectif « Némésis », lors du carnaval de Besançon, ils ont brandi « des pancartes associant immigrés et viols plus tôt dans la séance ». Par ailleurs, le terme « untermensch » a été lancé dans l’hémicycle. Ce mot allemand, utilisé par les nazis, signifiant « sous-homme ».

La Présidente de la Région Bourgogne Franche-Comté a fait savoir qu’elle porte plainte auprès du procureur de la République. « Nous ne devons jamais laisser passer les provocations et les outrances du Rassemblement national sans réagir » déclare l’élue.

Le Conseil régional de Bourgogne Franche-Comté vote son budget primitif 2024 jusqu’à vendredi. Un budget qui s’établit à près de deux milliards d’euros. Dans un contexte des plus difficiles, lié à une forte inflation et des recettes moindres, Marie Guite Dufay, la présidente socialiste, a justifié son choix « d’actionner le levier de la carte grise ». Selon l’élue, sa collectivité « n’a pas le choix », si elle veut « assurer une  qualité de service auprès de ses concitoyens ».  

Le coût de la taxe d’immatriculation devrait s’élever à 55 euros par cheval fiscal à compter du 1er juillet 2024. Dans le registre des mauvaises nouvelles, pour augmenter ses ressources, le Conseil Régional de Bourgogne Franche-Comté a également prévu d’augmenter les tarifs des TER et des lignes régulières Mobigo.

Concernant la situation des installations sportives utilisées par le lycée Xavier Marmier, gérées par le Conseil Régional de Bourgogne Franche-Comté, Patrick Genre, le maire pontissalien,  indique, qu’avec son adjoint aux sports, Philippe Besson, ils interpelleront la région, « comme cela avait déjà été fait, sans succès il y a trois ans ». L’édile rappelle que la région est responsable des deux bâtiments pointés par les enseignants : le gymnase du haut et la salle de musculation.

Dans la continuité de la déclaration d’urgence climatique que les élus régionaux ont voté en décembre 2021 et la Convention Citoyenne pour le Climat,  la région Bourgogne Franche-Comté a lancé, ce vendredi 24 novembre, sa première Convention Citoyenne pour le climat et la Biodiversité. Cet exercice « collectif et démocratique » permettra aux citoyens de s’exprimer et nourrir les politiques publiques.

Un panel de 50 citoyens

Pour mener à bien cette réflexion, un panel représentatif de 50 citoyens, domiciliés en Bourgogne-Franche-Comté,  tirés aux sort,  a pour mission de proposer des pistes, leviers et solutions pour des modes de vie différents, répondant aux enjeux du dérèglement climatique et de l’érosion de la biodiversité. « Ces hommes et ces femmes, âgés de 18 à 34 ans, reflètent la diversité des habitants de la région, en termes d’âge, de sexe, de profession et de zones géographiques » explique Marie-Guite Dufay, la présidente de la région Bourgogne-Franche-Comté.

Cinq sessions de travail

Pour ce faire, cinq sessions d’échanges sont programmées, dans les six mois à venir. Soit dix dates, réparties entre Besançon et Dijon. La composition du panel a été confié à une société spécialisée. Quant à l’accompagnement des participants, il sera mené par une équipe d’experts, qui coconstruira avec les citoyens le document à venir.

‘Ne pas décevoir »

La présidente socialiste de la région Bourgogne Franche-Comté tient à la pleine réussite de cette démarche citoyenne. « Nous ne devons pas décevoir celles et ceux qui ont accepté de nous rejoindre dans cette aventure » explique-t-elle. « C’est un engagement que je prends en tant que présidente de région. On ne fait pas cette convention pour, ensuite, mettre les propositions des citoyens dans des tiroirs. Si les actions correspondent aux compétences de la région, nous en débattrons. J’espère que nous en suivrons beaucoup. Si cela s’adresse à d’autres acteurs que nous, nous ferons passer le message » conclut la présidente de la région Bourgogne-Franche-Comté.

L'interview de la rédaction / Marie-Guite Dufay, présidente de la région Bourgogne-Franche-Comté

Dans un communiqué de presse, Europe Ecologie Les Verts dénonce le positionnement de la Région Bourgogne Franche-Comté et de son vice-président aux transports, Michel Neugnot, qui souhaitent se désengager de la ligne Neuchâtel-Travers-Pontarlier-Frasne. Les Verts jugent ce choix politique incompréhensible « dans un contexte de réchauffement climatique ». Il est précisé que les élus seront « très vigilants quant à la position définitive de la Région » et  qu’ils sauront se mobiliser «  autant que nécessaire aux côtés des associations pour défendre l’offre ferroviaire ».


421 millions d’euros. C’est la somme que la SNCF investit dans la modernisation du réseau ferroviaire régional  en 2023, dont 163 millions cofinancés par l’Etat et le Conseil Régional de Bourgogne Franche-Comté. Plusieurs chantiers seront engagés sur l’année 2024. Il est indiqué la modernisation de la ligne des Horlogers, dont l’intervention est prévue du lundi 4 mars au jeudi 31 octobre prochain.

Il est également prévu la modernisation d’ouvrages d’art à Cousance. A cette occasion, un week-end de coupure est prévu les samedi 21 et dimanche 22 septembre de l’année prochaine. Concernant le territoire du Grand Besançon, il est acté, en octobre 2024, un week-end de coupure pour la modernisation de la voie ferroviaire de Roche-les-Beaupré.

C’est la somme qui a été votée par la commission permanente du Conseil Régional de Bourgogne-Franche-Comté le 7 juillet dernier.

Une aide humanitaire d’urgence de 52.285 euros a été votée en faveur de la population ukrainienne, victime de l’invasion russe.

22 entreprises régionales vont bénéficier d’aides individuelles, sous forme d’avances remboursables ou de subventions, à hauteur de 1,6 million d’euros. Et ce, en soutien à la croissance et la création, l’investissement matériel, la transmission et le recrutement de cadres et pour l’achat de mobilier d’entreprise ou au titre de la performance environnementale.

Parmi les autres enveloppes accordées : 3,2 millions d’euros attribués à six CFA de Bourgogne-Franche-Comté pour moderniser leurs locaux et leurs équipements. 536.000 euros pour financer le programme 2023 d’accessibilité des lycées. Une enveloppe de près de 2 millions d’euros a été votée aux établissements d’enseignement supérieur pour l’amélioration de la vie étudiante, l’acquisition d’équipements pédagogiques et numériques, et le soutien aux initiatives des associations étudiantes.

La culture n’a pas été oubliée. Elle apporte également son soutien aux acteurs de la musique, du spectacle vivant, à la production des compagnies, mais aussi à la restauration du patrimoine régional et à l’aménagement sportif des territoires. En 2023, la Région Bourgogne-Franche-Comté mobilisera un budget total de 10,3 millions d’euros pour soutenir la recherche dans la région.

Réunis en commission permanente ce vendredi 7 juillet, à Besançon,  les élus régionaux se sont prononcés en faveur d’un mécanisme d’aide pour soutenir les professionnels dont l’outil de travail a été dégradé lors des épisodes de violences urbaines survenues ces derniers jours.

Les commerçants et artisans ayant déclaré un sinistre à leur assurance consécutivement à ces événements, pourront solliciter auprès de la Région une aide sous la forme d’avances remboursables, pour faciliter les réparations à hauteur de 50% des investissements nécessaires, dans la limite de 50 000 euros.

Le dossier de demande est disponible sur la plateforme de demandes en ligne de la Région : https://subventions.bourgognefranchecomte.fr

Face à la hausse du coût de l’énergie, le conseil régional de Bourgogne Franche-Comté lance ‘un chèque énergie » à destination des artisans boulangers et des bouchers charcutiers. Un budget de 3 millions d’euros a été voté par la collectivité. Cette aide exceptionnelle peut aller de 1000 à 5000 euros. Elle porte sur les factures de 2022. Ce soutien est égal à 50 % de la hausse des coûts de l’énergie de 2022 comparés à ceux de 2021. La hausse subie doit donc être d’au moins 2 000 €.

Pour bénéficier de cette aide, vous pouvez déposer  un dossier à partir du 6 mars et jusqu’au 30 juin 2023, sur www.bourgognefranchecomte.fr.  Ou utiliser le « click to call » mis en place par la Chambre des métiers et de l’artisanat de Bourgogne-Franche-Comté dans le cadre d’un partenariat avec la Région, à l’adresse https://www.artisanat-bfc.fr/detail-offre/hausse-des-couts-de-production/contact ou via la ligne téléphonique dédiée : 03.80.28.81.12

Réunis en commission permanente, vendredi 8 juillet à Besançon, les élus régionaux ont voté 77,56 millions d’euros d’aides régionales. De nombreux domaines d’activité ont été soutenus : la filière automobile, l’apprentissage,  avec une enveloppe de près de 2 millions d’euros à 12 CFA pour la modernisation de leurs locaux et de leurs équipements, la recherche et l’enseignement supérieur,  avec la création d’une aide spécifique pour financer la recherche en santé,  et la revitalisation des centres bourgs, avec une subvention de 50.000 euros attribuée à la commune de Saint-Amour (39).

On retiendra également des aides votées aux festivals de la région , comme pour « Livres dans la Boucle » à Besançon  ( 50.000 euros), « Ciné Open Festival » à Pontarlier (15.000 euros) et « Fruit des voix » dans le Jura. 400.000 euros ont été alloués à la production cinématographique pour la production de deux longs-métrages, dont 250.000 euros à la Jurassienne Lucie Prost, dont le premier film, « les Truites »,  sera tourné d’ici la fin de l’été à Ornans et la vallée de Loue. L’aide à l’aménagement sportif du territoire et à l’emploi associatif sont également concernés.