Choix du secteur :
Se connecter :
 

La race du Cheval de trait comtois se porte bien. Elle sera d’ailleurs mise à l’honneur ce vendredi et ce samedi à Maîche, qui accueille, cette année encore, le grand concours national, que l’on pourrait même rebaptiser concours international. Et ce, grâce à la participation d’éleveurs venus de Belgique.

Comme à l’accoutumée, deux jours de concours sont prévus. Vendredi, lors de la première journée, 258 pouliches et juments seront en lice pour se voir décerner les titres en jeu. Précisons que les meilleures pouliches de deux ans décrocheront leur billet pour le prochain salon de l’agriculture à Paris. Le lendemain, samedi 10 septembre, les organisateurs resserviront le couvert. Au programme, cette fois-ci, le concours des étalons. Un rendez-vous également très convoité car on vient de toute la France chercher l’approbation. Autrement dit, le label qui reconnait ces professionnels comme producteurs chevronnés et en capacité de faire perdurer la race.

Une filière « sur une phase ascendante »

Aujourd’hui, les producteurs français se répartissent sur 80 départements. Une majorité d’entre eux sévissent en Franche-Comté. Emmanuel Perrin, président national de la filière, porte un regard optimiste sur l’avenir. « Les effectifs sont en hausse » explique-t-il. L’enjeu est fort. Pas question de laisser la race s’éteindre. C’est en tout cas  l’ambition des éleveurs franc-comtois est d’ailleurs. « C’est l’héritage de nos anciens. Nous essayons de la faire progresser pour laisser aux générations futures une très belle race » poursuit M. Perrin. Sur ce point, pas d’inquiétude. La jeunesse est au rendez-vous et semble bien décidé à saisir le flambeau qui lui est tendu.

L'interview de la rédaction / Emmanuel Perrin, président national de la filière

Ce mercredi avait lieu le concours du cheval de trait comtois à Pontarlier. Plus de 80 éleveurs étaient réunis à l’espace Pourny accompagnés de leurs bêtes. Seulement quelques heureux vainqueurs ont été sélectionnés pour le concours national de la race comtoise qui aura lieu les 8 et 9 septembre à Maîche. Pour cette finale, des chevaux venus de la France entière se mesureront les uns aux autres sur la base de différents critères.

 

Une première étape avant le concours national

Crinières tressées, poil luisant, démarche maîtrisée, les chevaux étaient tirés à quatre épingles ce mercredi à Pontarlier. Chacun leur tour, ils s’élancent sur la piste au pas, puis au trot, en paradant devant un public nombreux venu assister à cet évènement. Le jury, stylo dans une main et grille d’évaluation dans l’autre, scrute attentivement les moindres détails des sabots aux crinières. Plusieurs critères sont pris en compte : couleur de la robe, expression de la tête, encolure, membres ou encore déplacement du cheval. Après ce défilé, chaque bête se voit attribuer une note qualificative, ou non, pour le grand concours national de Maîche, prévu en septembre. Au total ce mercredi, 30 des 150 chevaux ont eu la chance de faire partie des heureux vainqueurs sélectionnés. Ils seront en compétition avec 300 autres chevaux venus de la France entière lors du grand concours national de Maîche. Enfin, six bêtes seront retenues pour participer au Salon de l’agriculture à Paris du 25 février au 5 mars 2023.

 

« Ces manifestations sont très importantes. Elles motivent beaucoup d’éleveurs et de public dans notre région. Cela permet également de faire vivre l’économie locale. Nous avons entre 300 et 400 repas le midi, servis par un traiteur. Et même si nous avons eu quelques averses ce matin, tout le monde est au rendez-vous pour cette nouvelle édition, dans la convivialité et la bonne humeur ! » Joël Parent, président de la section locale du cheval comtois de Pontarlier.

 

Retour en photo sur cette édition 2022 : 

 

 

Joël Parent, président de la section locale du cheval comtois de Pontarlier : 

 

 

Ce vendredi et ce samedi se déroule à Maîche le concours national du cheval comtois. Durant ces deux jours plus de 500 chevaux sont attendus dans le berceau du cheval de trait comtois. Ce vendredi, 300 pouliches et poulinières seront présentes pour décrocher les titres tant convoités. Samedi, place aux étalons qui séduiront à leur tour le jury. On vient de toute la France, et même de Belgique cette année, pour participer à cet évènement.

 Vendredi, les pouliches et poulinières seront jugées par catégorie. Elles défileront devant un jury qui établira un classement en fonction des critères établies. Concernant les étalons, le prestigieux titre de meilleur reproducteur sera attribué ce samedi. Il mettra en compétition la catégorie des deux ans. Certaines bêtes ne l’obtiendront pas. Une consécration pour tous ces éleveurs. Un titre qui récompense le travail et un savoir-faire. Précisons également que parmi les 60 pouliches en compétition, cinq se verront également délivrer leur billet pour le prochain salon de l’agriculture. Un sésame également très convoité. Ce concours est ouvert au grand public. D’autant plus que samedi des spectacles équestres seront organisés. Les organisateurs vous donnent rendez-vous au stade des Tuileries.

L'interview de la rédaction / Emmanuel Perrin, président de l'Association Nationale du Cheval de Trait Comtois (ANCTC).