Choix du secteur :
Se connecter :

Projet de dissolution de l’Assemblée Nationale : Réaction de Marie-Christine Dalloz

Publié le 07 Nov. 2022 à 17:11
Tags: Politique | marie christine dalloz |
Lecture: min
Projet de dissolution de l’Assemblée Nationale : Réaction de Marie-Christine Dalloz Marie Christine Dalloz

Selon le Journal du Dimanche, Emmanuel Macron n’écarterait pas l’idée de procéder à la dissolution de l’Assemblée nationale. Certains y voient un coup de bluff. Hier, l’hebdomadaire relatait les propos de Stéphane Séjourné, le secrétaire général de « Renaissance », le parti présidentiel. Cette décision politique peut être lourde de conséquences pour le pouvoir en place. En 1997, Jacques Chirac, alors Président de la République,  avait procédé à la dissolution de l’Assemblée Nationale, conduisant à la victoire des socialistes. Ce qui avait provoqué une nouvelle cohabitation. Marie Christine Dalloz, la députée LR du Jura, s’exprime au micro de Plein Air sur cette situation politique.

La parlementaire « ne croit pas une seconde qu’Emmanuel Macron a un intérêt à la dissolution ». Elle se base sur le contexte politique du moment dans lequel Renaissance est bien seul. Rappelons que le parti de la majorité présidentielle ne dispose pas  de la majorité absolue au sein de l’Hémicycle, ce qui ne lui permet pas de faire passer en toute quiétude ses projets de loi. Marie Christine Dalloz rappelle que « le 49-3, qui a été utilisé à plusieurs reprises par Elisabeth Borne, ne s’applique que pour les textes financiers, ce qui ne peut être le cas pour les autres ».

Marie Christine Dalloz, comme bon nombre de députés, y voit plutôt un moyen de pression effectué par le Président de la République pour rappeler à l’ordre ses alliés du Modem et d’Horizon qui ont dernièrement pris leur liberté sur certains amendements.

L'interview de la rédaction / Marie-Christine Dalloz

Dernière modification le lundi, 07 novembre 2022 19:37