Choix du secteur :
Se connecter :

La citadelle de Besançon, au chevet des espèces menacées

Publié le 25 Oct. 2022 à 16:10
Tags: citadelle de besancon | parc zoologique | especes menacees | sauvegarde | reintroduction |
Lecture: min
La citadelle de Besançon, au chevet des espèces menacées

Le Muséum de Besançon s’est spécialisé au cours de ces dernières années dans la reproduction d’espèces menacées. Le Parc zoologique est ainsi acteur de 53 programmes de conservation à ce jour, dont 6 projets de réintroduction. Près de 90% des espèces présentées y sont élevées dans le cadre de programmes d’élevages européens et internationaux.

 

Parmi ces programmes d’élevage à des fins de réintroduction, on peut notamment évoquer le projet de réintroduction des Ibis chauves, présents en Afrique du Nord et dans le Sud de l’Europe, placés en danger sur la liste rouge mondiale de l’UICN depuis 2018. Ces programmes s’appliquent aussi à l’Apron du Rhône, présent en France et en Suisse, en danger critique d’extinction, au rat des moissons, préoccupation mineure Liste Rouge France 2017, en programme d’élevage à des fins de réintroduction dans l’Eure. Et bien évidemment le projet de réintroduction des écrevisses des torrents, présentes en Europe de l’Est et plus que dans quelques ruisseaux français, en danger critique d’extinction, placées sur la liste Rouge France en 2012.

 

« On a de très bons résultats, on acquiert de l’expérience d’une année à l’autre. Les écrevisses, on en a réintroduit 70 la première année, pour 260 cette année. Les ibis chauves, c’était 14 la première année. C’est par l’expérience qu’on apprend, et par l’échange avec d’autres professionnels et scientifiques qu’on s’améliore d’année en année, et qu’on peut aider à la sauvegarde de la faune » Margaux Pizzo, directrice du parc zoologique de la citadelle.

 

Le cas du grand Hapalémur

Le Grand Hapalémur fait partie des 25 primates les plus menacés au monde. Les scientifiques de Madagascar pensaient que cette espèce avait disparu depuis plus de 100 ans jusque dans les années 1980. Elle a été redécouverte en 1986. Les principales menaces expliquant la diminution de sa population sont la déforestation, la culture sur brûlis et la pollution de l’eau par les activités humaines. L’Association Française pour la Sauvegarde du Grand Hapalémur s’est donné pour mission de sauvegarder cette espèce en mettant en œuvre des programmes de conservation. Le Muséum l’a soutenue financièrement depuis sa création en 2009, plus de 20.000 euros ont ainsi été reversés. Désormais, la population sauvage connue de Grand Hapalémur est estimée à environ 1000 alors qu’elle ne dépassait pas 100 individus en 2008.

 

Le plan de sauvegarde des Couleuvres vipérines

Dans le cadre d’un plan de sauvegarde de la Couleuvre vipérine, la Ligue pour la Protection des Oiseaux de Bourgogne-Franche-Comté et le Muséum de Besançon se sont associés pour protéger ces serpents pendant les travaux réalisés lors de la restauration des berges du canal du Rhône au Rhin. Capturées au printemps le long du canal, les couleuvres ont été mises en conservation à la Citadelle de Besançon dans des bacs dédiés. Un suivi très régulier a été réalisé pour confirmer leur bonne adaptation à la captivité en vue d’une reproduction. Ainsi, au moins 8 femelles ont pu se reproduire et environ 50 juvéniles ont vu le jour. 110 Couleuvres vipérines, dont une cinquantaine de juvéniles nés à la Citadelle, ont été relâchées fin septembre à l’endroit exact de leur capture. Ce programme illustre les missions du Muséum de Besançon, liant expertise des équipes scientifiques et actions de terrain en faveur de la biodiversité. Dans deux ans, un suivi par les équipes sera réalisé pour évaluer la bonne recolonisation des berges par l’espèce

 

Le programme « SOS Criquet de Crau »

On peut aussi évoquer le programme « SOS Criquet de Crau », s’étalant sur quatre ans. Le Conservatoire d’espaces naturels de Provence-Alpes-Côte d’Azur, la Chambre d’agriculture des Bouches-du-Rhône, le parc animalier de La Barben et la Citadelle de Besançon se sont associés pour la sauvegarde du Criquet de Crau. Ce projet vise à renforcer les populations sauvages par la réintroduction de leur descendance dans le milieu naturel. Classé en danger critique d’extinction, le Criquet de Crau est une espèce endémique de la Plaine de la Crau, située aux portes d’Arles, abritant une biodiversité steppique unique. 

 

Margaux Pizzo, directrice du parc zoologique de la citadelle :