Choix du secteur :
Se connecter :

Dernier match de la saison et bilan parfait pour Palente Besançon Handball

Publié le 13 Mai. 2022 à 12:05
Tags: Handball | palente besancon handball | handball féminin |
Lecture: min
Dernier match de la saison et bilan parfait pour Palente Besançon Handball Facebook Palente Besançon Handball

Ce samedi 14 mai, le Palente Besançon Handball aura l’occasion de concrétiser son exceptionnelle saison. Irréprochables, les handballeuses restent invaincues avec 25 victoires en tout autant de matchs. De très bon augure pour l’ascension en D2 l’année prochaine. Pour en être sûr, il faudra remporter le dernier match de la saison, ce samedi, contre Epinal.

 

Une incroyable série d’invincibilité

Face à un adversaire coriace le week-end dernier, Palente Besançon Handball a clôturé d’une belle façon ses matchs à domicile en remportant sa confrontation face à Strasbourg, dans un Palais des Sports des grands soirs. « C’était la fête, on était très content. On a gagné 38-29 avec une belle première mi-temps, où on était à 20-9. Je crois qu'on a fait une belle saison, ça représentait tout notre travail sur ce sur ce match-là, donc c'est vraiment très bien » souligne Stéphane Delerce, l’entraîneur du Palente Besançon Handball. Désormais, place au dernier match de la saison, à Epinal, ce samedi à 18h30. Une confrontation qui reste importante pour la montée en D2 car sur les quatre poules de N1 en France, seuls les trois meilleurs premiers monteront. Actuellement, les bisontines sont en très bonne posture grâce à leur invincibilité, et s’il y a « 90% de chance de monter » comme l’explique le coach, une victoire face à Epinal homologuerait définitivement l’accession à la ligue supérieure. « 25 matchs gagnés sur 25 possibles, ça représente pour nous un vrai travail. Mais il faut gagner ce dernier match pour faire une saison parfaite, afin d’être sûr de terminer premier des 4 poules, puis de disputer le titre de championne de France face à une équipe d’ultramarins » explique Stéphane Delerce.

 

Des ambitions modestes en début de saison

« Au départ, on voulait juste être premier de notre groupe. Et puis et puis on s’est donné des objectifs à atteindre. Si on faisait une passe de 3, avec 3 matchs importants ? Si on était invincible à la mi-saison ? Si on allait battre Metz à Metz, ce qu’aucune équipe n’avait fait auparavant ? On a eu plein d’objectifs intermédiaires qui ont motivé les filles. Et puis on a un groupe génial. Et à un moment, on s'est posé la question de ne tout simplement pas s’arrêter. Et l'objectif est presque rempli » se réjouit Stéphane Delerce. L’entraîneur bisontin nous explique avoir réalisé « un recrutement digne de ce nom » pour programmer la montée en D2. Car oui, il y a 2 ans, Palente Besançon Handball avait été rétrogradé de manière un peu injuste, avec la crise COVID. « On était la seule équipe qui était descendue de toute la fédération française de handball, sur les niveaux masculin et féminin. La chose qui nous importait, c'était de pouvoir remonter, et de créer ce groupe-là » explique Stéphane Delerce. Et de quelle manière. Car si les handballeuses occupent la première place de leur poule, et présentent un bilan extraordinaire avec 25 victoires en autant de matchs, cette prouesse est réalisée au sein d’un championnat loin d’être facile. On compte notamment la présence de 5 réserves de D1, dont celles de Metz et l’ESBF, « les meilleures de France » selon le coach bisontin, que Palente Besançon Handball a battu deux fois cette saison.

 

Les raisons de ce succès

« Palente est un club qui travaille sur des valeurs sociales, des valeurs de travail. Je crois que nos filles, pour celles qui étaient là, avaient un sentiment de revanche par rapport à il y a 2 ans. Nous avons essayé de recruter intelligemment en répondant à notre budget. Et une vraie dynamique s'est créée entre les filles, qui se voient sur et en dehors du terrain. Aujourd’hui, beaucoup de filles veulent venir signer chez nous parce qu’il y a une très bonne ambiance. Et puis la 2ème chose, c'est qu'il y a des dirigeants, des bénévoles, qui ne comptent pas leur temps pour arriver à structurer notre club. Désormais, nous allons rentrer dans le niveau professionnel. Nous sommes vraiment sur une reconnaissance d'un sport féminin de très haut niveau à Besançon. Il y en a 2 comme ça. Nous, et l’ESBF ».

Publié dans Actualités, A la une, Sport