Choix du secteur :
Se connecter :
 

A compter de ce vendredi, et jusqu’à dimanche, la Ville de Lons-le-Saunier accueille la troisième manche de la Coupe de France de VTT. Le VTT Conliège est à la manœuvre. Les épreuves se disputeront sur le plateau de Montciel. Toutes catégories confondues, ce sont plus de 1600 coureurs qui sont attendus pour ces trois jours de compétition.

Ce rendez-vous n’est certainement pas à prendre à la légère puisque les meilleurs marqueront des points précieux pour leur participation aux JO de Paris 2024. La compétition débutera à 14h30 ce vendredi après-midi. La course élite homme y mettra un terme vers 16h.

Après la journée du 12 juin avec le lancement de « l’Ekiden Marathon relais » et des randonnées pédestres connectées, après le report des randos nautiques et vélos du 18 juillet en raison des intempéries, le Festival outdoor Grandes Heures Nature se poursuit les 25 et 26 septembre prochains parc Chamars à Besançon. Un village d’animations y rassemblera les acteurs de la prévention-santé, de l’éco-tourisme et des mobilités douces.

 

Une année difficile

 

« C’est l’acte 3, et l’acte final de Grandes Heures Nature, qui n‘aura pas été de tout repos » souligne François Bousso, conseiller communautaire délégué à l’écotourisme, et au programme Grandes Heures Nature. Effectivement, ce festival avait connu une édition en 2019 à Micropolis qui fut une grande réussite. Seulement, l’année d’après, il fut contraint d’être annulé à cause de la pandémie et de la crise sanitaire. Enfin, l’édition 2021 avait été imaginée en trois temps. Le premier qui fut quelque peu dégradé compte tenu des conditions sanitaires, et le deuxième annulé à cause des conditions météorologiques désastreuses. Mais cette année, tous les voyants sont aux verts. La météo sera au rendez-vous samedi. « Ça va être trop, il va se passer plein de choses ! Que ce soit sur l’eau, en VTT, ou en course à pied » indique François Bousso enthousiaste. Le rendez-vous se tiendra ce week-end, du côté de la promenade Chamars, en bordure du Doubs.

 

Le programme de l’édition 2021

 

De nombreuses activités qui étaient prévues lors du deuxième volet de Grandes Heures Natures, mais qui n’ont pas pu se réaliser à cause de la météo ont été reportés pour cette édition 2021. Au programme de ce 3ème rendez-vous, ce sont donc de nombreuses activités qui seront proposées au public : une randonnée nautique au départ de Chalèze, des randonnées vélos, des Raid X’périences, compétition par équipes de deux qui combine course d’orientation, trail et VTT avec la traversée de plusieurs communes du Grand Besançon. Mais aussi des activités nautiques telles que du kayak, de l’aviron, du paddle. Enfin, un spectacle de high-line et de speed-lines sera proposé au-dessus du Doubs, en contrebas du pont Canot.

 

Toutes les infos sont à retrouver sur : https://www.grandes-heures-nature.fr/

 

Interview de François Bousso : 

 

Après avoir traversé un hiver glacial à cause de la fermeture des remontées mécaniques, la station de Métabief ouverte depuis le mois de mai a connu un bon début de saison. Le beau temps et les touristes sont au rendez-vous, et peuvent profiter pleinement des activités estivales proposées. La rédaction a rencontré Sylvain Philippe, directeur de la station, pour faire le point.

 

Les activités praticables sur la station

 

« On a fait un joli début de saison, bien aidé par un mois de mai qui était plutôt clément sur les week-end » souligne le directeur de la station. Ce que je retiens, c’est que tous ceux qui viennent sont très contents de ce qu’ils trouvent à Métabief, et à priori sont satisfaits de ce qu’on leur propose » poursuit-il. Et été comme hiver, de nombreuses pratiques sont possibles sur ce domaine du Haut-Doubs. Pour ce qui est de la période estivale, il est possible par l’intermédiaire du télésiège du Morond de pratiquer de la descente de VTT, accessible à toutes et à tous. « Il n’est pas nécessaire d’être un grand bikeur, un grand spécialiste, ce n’est pas réservé à l’élite sportive. On peut tout à fait venir découvrir en famille, à partir du moment où on sait faire du vélo sans roulette, et si on sait freiner » affirme Sylvain Philippe en souriant. Le lac d’altitude situé au sommet du Morond permet aussi de venir pêcher dans un cadre naturel splendide, et de repartir avec son panier de poissons, en cas de pêche fructueuse. Et évidemment, la luge d’été cette activité accessible seul à partir de 8 ans, accessible par le télésiège de la Berche, permet de dévaler en famille 2 pistes de 600m à partir de 13h.

 

« Ce qu’on essaye de maintenir c’est la satisfaction des clients qui viennent, certes au niveau technique mais aussi de l’accueil. On a tous été en manque de contact humain, de sourire derrière des masques parfois difficiles à détecter, et notre prétention, notre valeur ajoutée, c’est d’essayer d’avoir cet accueil, ce sourire, cette qualité dans la relation humaine. C’est quelque chose d’extrêmement important à la station de Métabief » Sylvain Philippe, directeur de la station de Métabief

 

Une démarche pérenne pour les saisonniers

 

« Nous avons été extrêmement impactés cet hiver, puisqu’il a été décidé que nous ne pourrions pas ouvrir les remontées mécaniques. L’impact a été terrible. Nous n’avons fait aucun chiffre d’affaires.  On espère vraiment que ça ne se reproduira pas sur l’hiver qui arrive » confie Sylvain Philippe. Pour autant, la station a gardé tous ses saisonniers, et tient à poursuivre et pérenniser cette démarche. Le directeur de la station explique « qu’historiquement le métier cherche à fidéliser les saisonniers, et encore plus sur Métabief ». Une philosophie possible grâce à la convention collective, permettant un phénomène de « reconduction », qui se traduit par une priorité de réembauche de saison en saison, à partir du moment où celles réalisées précédemment par le saisonnier sont positives. « Tant que le saisonnier veut venir travailler, et qu’il travaille bien, il a sa place à Métabief » explique Sylvain Philippe. Et dans un second temps, grâce à la stratégie de montée en compétences et de formation mise en place sur la station. « Nous mettons plus de 3% de notre masse salariale en formation, pour que les gens grandissent, renforcent, acquièrent de nouvelles compétences, qu’ils soient intéressés, viennent et reviennent travailler à Métabief » poursuit le directeur. Relatant les paroles d’Elisabeth Borne, ministre du travail, Sylvain Philippe explique qu’il a été possible d’embaucher tous les saisonniers lors de cet hiver et pendant cette crise Covid, quitte à les mettre en activité partielle en cas d’absence d’activité commerciale. Ce qui a été le cas, et donc ce qui a été mis en place sur la station de Métabief, pour l’intégralité des saisonniers reconduits.

 

L’avenir de la station ?

 

« Nous sommes arrivés à un certain niveau de maturité au niveau des pistes de VTT » souligne Sylvain Philippe. Peu de changement donc cet été, mais un entretien rigoureux de réfection des pistes, pour essayer de maintenir le niveau et la qualité de ces dernières. Au sujet de la « transformation » de la station, qui devrait intervenir d’ici quelques années afin d’ériger ce site dans une stratégie 4 saisons, le directeur ne s’affole pas. « On va chercher à se diversifier et à s’adapter un peu au contexte actuel, mais pour le moment de beaux jours sont encore devant nous, que ce soit été comme hiver. Même si une stratégie de transition est enclenchée, l’activité hivernale ou estivale est encore bien présente ».

 

Sylvain Philippe, directeur de la station de Métabief :